Notez des films
Mon AlloCiné
    James Bond 25 : Phoebe Waller-Bridge (Killing Eve) promet des personnages féminins mieux écrits
    Par Guillaume Nicolas (@gehenne) — 6 juin 2019 à 10:44
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Venue à la demande express et personnelle de Daniel Craig, la créatrice de Fleabag récemment adapté en France (Mouche) explique ce qu’elle a apporté à la franchise.

    2015 Sony Pictures Releasing GmbH

    Phoebe Waller-Bridge est probablement l’une des autrices les plus en vue à Hollywood en ce moment. L’anglaise est un peu une reine Midas qui transforme tout ce qu’elle touche en or (bon ok, elle n’a pas pu faire grand chose pour Solo : A Star Wars Story). Entre Fleabag unanimement salué par la critique et Killing Eve dont la première saison a su créer un joli consensus (mérité), l’anglaise incarne cette génération de femmes à qui rien ne fait peur et ne se prive d’aucunes casquettes (scénariste, réalisatrice, actrice, productrice, dramaturge). Ses oeuvres sont toujours inscrites dans une contemporanéité de circonstance, prenant la voix sur la représentation des femmes… et le féminisme (oui, le mot est lâché)

    « James Bond doit rester fidèle à qui il est »

    La voir intervenir sur un James Bond pouvait surprendre. On ne peut pas dire que le célèbre agent secret anglais soit un modèle de modernisme, le personnage étant plus facilement ancré dans des archétypes d’une autre époque, d’un autre temps. Est ce qu’il existe toujours une place pour ce mâle alpha ? Assurément révèle Phoebe Waller-Bridge pour Deadline : « Il y a eu énormément de discussions sur la pertinence ou non [de la franchise] aujourd’hui, notamment sur ce qu’il incarne et la façon dont il traite les femmes. Ce sont des foutaises ! Je pense qu’il est absolument pertinent. La franchise doit simplement grandir. Elle doit simplement évoluer et la chose la plus importante, c’est que le film traite correctement les personnages féminins. [James Bond] n’a pas à le faire. Il doit rester fidèle à qui il est ».

    De quoi taire certains fans à la vision étroite qui s’imaginaient déjà avec une révolution féministe de leur personnage très macho sur les bords. Non, l’autrice a bien cerné la nature du héros, particulièrement la version de Daniel Craig : « Quand j’ai découvert son James Bond, j’ai beaucoup aimé le côté un peu ironique de sa performance. Je suis très impatiente d’écrire des dialogues pour lui ». Et question ironie, l’anglaise maîtrise très bien le sujet.

    « Il y a des similitudes entre Villanelle et James Bond »

    Phoebe Waller-Bridge rappelle également qu’elle ne réécrit pas le scénario, elle se contente de le polir. Comprendre qu’elle ne touche pas à l’histoire mais peaufine les détails afin de rendre l’ensemble vraie : « j’ai toujours pensé que le test pour moi, en tant qu’actrice, quoique j’écrive est : est ce que j’aimerai jouer ce rôle ? J’ai donc entrepris l’écriture avec cette pensée, je veux être sûre que lorsque Lashana [Lynch], Léa [Seydoux] et Ana [de Armas] liront ces pages, elles se disent “j’ai hâte de jouer ça”. Comme actrice, j’ai rarement ressenti cela dans ma carrière. Cela me procure tellement de joie de pouvoir apporter ça à une actrice ».

    Evidemment, on imagine que son expérience sur la première saison de Killing Eve qui met également en scène les services secrets britanniques a pu lui être nécessaire pour composer ce 007 : « il y a des similitudes entre Villanelle et James Bond. Ce sont deux personnages que nous aimons, même à travers leur violence. Les motivations de la tueuse sont moins clairs que les siens. Elle veut de l’argent et des fringues. Lui essaie de protéger son pays. Mais ce côté borderline dans leur psychologie me semble intéressant. Quelqu’un qui peut tuer et ensuite devenir tout à fait affable. Il y a une façade séduisante. Mais l’esprit de James Bond est ce que j’apprécie le plus dans la franchise ».

    « Mes collaborateurs ne s’adressent pas à moi en tant que “scénariste-femme” »

    Finalement, cette façon très recentrée pour exprimer le travail de l’autrice, comme rédigé en introduction de cet article, ne limite-t-il pas la vision que l’on pourrait tenir de son oeuvre ? Comprendre que les réflexes qui voient dans sa venue sur la franchise britannique une façon de rendre le film plus féminin, voire féministe ne serait-il pas une autre façon de faire rentrer l’anglaise (et les femmes) dans une case ? « C’est un moyen de nous enfermer et de nous contrôler dans notre travail. Et immédiatement, être capable de mettre un noeud autour de notre production collective et la laisser là. “Ceci est le travail des femmes”, c’est un piège, parce que nous voulons en parler, parler de nos expériences, les partager et faire en sorte que notre voix soit correctement rapportée ». Elle poursuit en rappelant que son genre est uniquement évoqué par les journalistes, analyses ou critiques : « mes collaborateurs et collègues ne s’adressent pas à moi en tant que “scénariste femme” où ils me demanderaient “peux-tu m’envoyer ta dernière version féminine du scénario, s’il te plait ?” ».

    Ce n’est pas une surprise, on a toujours pensé que Phoebe Waller-Bridge était une talentueuse autrice et une femme intelligente. Ses notes d’intention concernant son travail sur James Bond sont intéressantes et prouvent qu’elle n’entend pas bouleverser la nature du personnage mais de jouer avec, d’offrir des rôles féminins plus variés, plus riches, plus complexes. C’est peut-être ce dont la franchise avait le plus besoins. Pas de réécrire son personnage-titre qui est qui il est mais de montrer autour de lui, un monde qui a évolué.

    13 répliques qui font de James Bond un héros macho ! 

    Voir le diaporama
    Diaporama
    James Bond, macho de ces dames ? La preuve en 13 répliques !
    15 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • loutrelle
      Merci Jonathan pour ces sages paroles, cela me redonne chaque jour confiance en l'homme (avec un petit h) de lire des paroles sensées. Très belle analyse, simple et logique, qui fait encore peur à certains malheureusement. Le problème est justement que l'assignation stéréotypées de genre nuit aussi beaucoup aux hommes qui se forcent à entrer dans des carcans dans lesquels ils ne se reconnaissent pas totalement, et c'est déplorable pour tout le monde. Restons ouverts, et évoluons, même si c'est dur (pour moi aussi c'est dur en tant que femme de faire évoluer ma vision de ce que doit être un homme).Par contre Léa Seydoux ce n'est pas ma tasse de thé. Certes son visage étrange peut convenir pour des rôles particuliers, mais dans James Bond cela ne collait pas, leur histoire d'amour arrive trop vite d'ailleurs. J'aimerais tellement retrouver Eva Green!
    • Jonathan_89
      Quand on l'accompagne de sexisme primaire, qu'on la répète sur tous les toits et qu'on insulte tous ceux qui ne la partagent pas, ce n'est plus sain du tout.
    • Ramm-MeinLieberKritiker-Stein
      Ou juste ne pas avoir la même opinion que toi.
    • Jonathan_89
      Il faut être vachement difficile pour détester Léa Seydoux !
    • Jonathan_89
      Léa Seydoux est magnifique et contente-toi de parler en ton nom. On n'est pas tous obligés d'avoir tes goûts, c'est clair ? Et tes propos misogynes crasseux, tu te les gardes pour toi.Quant à ta blague, elle ne fait rire que toi alors c'est raté...
    • bernard d.
      Beurk elle est trop moche Léa Sédou. C'est pas ce genre de meuf qu'on veut se taper nous les mecs. James Bond doit nous faire rêver ! Si tes poils se hérissent t'as qu'à les raser
    • bernard d.
      Quelle tristesse que ce soit à nouveau cette mocheté de Léa Sédou fille à papa qui soit prise. Pour la dernière de Craig ça aurait été bien d'avoir une meuf méga top canon
    • Ashen One (The AO)
      La régression c'est de nier le réel, à savoir que l'être humain est une espèce sexuée, qui dispose de deux classes d'individus : les mâles ou individus de sexe masculin, et les femelles dits individus de sexe féminin (voir une petite proportion d'individus dont l'appareil reproducteur ne s'est pas bien différencié mais du coup soit ils sont stériles, soit assignés à l'un des deux sexes).Les organes génitaux sont différenciés par une cascade de réaction initiée par notre code génétique.Qui code également les hormones sexuelles qui vont réguler, et plus ou moins influencer certains de nos comportements.Voilà ce qu'on dit ... on est loin de la dichotomie dans tous les domaines que la société essayerez de vous imposer.On est tous un peu des deux sexes, ça ne veut juste rien dire ! Nous sommes tous des êtres humains, mais non on a qu'un sexe (lol). À la rigueur, on possède tous des comportements stéréotypés associés à plusieurs genres ... Donc redescendez sur Terre merci.Quand à la diversité elle devient un problème quand on l'érige pour abolir l'égalité au profit de toujours plus de marchandisation, parce que ce n'est pas la smicarde qui va aller se faire inséminer sans mari (et puis bon, ça fera juste encore plus de célibataires imposés à taux plein dans leurs apparts et maisons vides, qui eux ne pourront pas aller faire un enfant seul) et qu'on est pas foutu de maintenir nos services publiques.
    • Ashen One (The AO)
      Rien de féministe du tout, juste une femme compétente.Arrêtez de vouloir nous vendre des concepts vides de sens ... faites votre travail de journalistes, donnez de l'information et gardez vos analyses orientées et propagandistes pour vous !
    • Ashen One (The AO)
      C'est pour vendre de la formation.Webedia qui détient allociné est pote avec un directeur d'une boîte de formation.En faisant croire aux gens qu'ils agissent mal, bah on peut vendre des formations pour qu'ils se remettent à agir bien ^^
    • Ashen One (The AO)
      Rien de féministe du tout, juste une femme compétente.Arrêtez de vouloir nous vendre des concepts vides de sens ... faites votre travail de journalistes, donnez de l'information et gardez vos analyses orientées et propagandistes pour vous !
    • Blasi B
      pour la première partie de ta réponse, oui peut être, mais le fait qu'aujourd'hui une femme peut occuper n'importe quel poste non? quand au boulot abrutissant ou subalterne, je pense qu'il y en a autant pour l'un que pour l'autre, encore une fois de nos jours... (moi par exemple, j'ai déjà bosser dans une compagnie d'assurance ou je ne faisait que classer des courriers NPAI , n'habite pas à l'adresse indiqué)pour le deuxième , ok, c'est plus jolie dans tout les cas auteure que autrice :)tout ça pour dire que, les choses ont bel et bien évolué d'elle même non? changer le vocabulaire ou mettre de .e. pour préciser le féminin ou le masculin... on a déjà vu des bataille plus passionnante...
    • Jonathan_89
      Ce n'est pas parce que les gens veulent garder la particularité d'une franchise que le combat contre les discriminations et la fin des persécutions envers les femmes ou les minorités ethniques et sexuelles est illégitime. Heureusement que ces associations existent ! Sinon, qui les dénoncerait ? Qui ferait évoluer la société ?Certainement pas les trolls réactionnaires qui se cachent derrière un pseudonyme impersonnel et sans avatar sur les réseaux sociaux, ça on l'avait bien compris...
    • Jonathan_89
      La discrimination et les stéréotypes de genre commencent entre autres dans le langage. On remarque par exemple que les professions importantes ont longtemps nié les femmes parce qu'elles sont souvent, encore aujourd'hui d'ailleurs, reléguées à des rôles subalternes et / ou abrutissants.La base de la langue française c'est de mettre un e au moins lorsqu'on parle de femmes, donc auteure serait déjà plus approprié que auteur.
    • Jonathan_89
      En effet, quand on est enfant on est encore pur et donc pas trop formaté par les stéréotypes de genre ;)
    • Jonathan_89
      Voilà le type de discours réactionnaire qui me hérisse le poil !La régression c'est de nier qu'on a tous en nous un peu des deux sexes, et de vouloir nous segmenter et opposer de manière binaire ! Enfermer les gens dans une identité fixe et stéréotypée sert surtout de prétexte pour légitimer des assignations de genre et des discriminations.Ici on est donc juste en train de mettre fin à une hypocrisie, parce que l'anthropologie a toujours été complexe et n'a jamais été figée. C'est aussi le cas des autres espèces animales. Bizarrement, en revanche, on semble être la seule espèce composée de gens qui ont une étroitesse d'esprit au point de penser encore que la diversité est un problème.Aussi, c'est dans les sociétés où la science et la connaissance sont libres, que la diversité des genres est acceptée. Les sociétés où ce n'est pas le cas sont les théocraties. Alors à un moment donné, il faudrait songer à se poser les bonnes questions. Votre schéma anthropologique est étriqué et fait fi de la science, tout simplement.
    • yoananda
      Je proposes Conchita Wurth pour le prochain rôle de James Bond !L'obsession de masculiniser les femmes et féminiser les hommes n'est pas un changement d'époque, c'est une régression anthropologique qui va mal se terminer (c'est déjà le cas d'ailleurs).C'est bien que cette scénariste ne tombe pas (ça devient rare) dans cet ecceuil.
    • Blasi B
      soit, mais le mot reste très laid à l'oreille... Après, j'en ai rien à secouer, si ça peut faire plaisir... tant mieux!
    • MissMalker
      Autrice est un mot qui a existé et qui a été supprimé par l'Académie Française il y a quelques siècles. On le réemploie aujourd'hui car, quand on y pense, il n'y a aucune raison qu'une femme qui écrit soit qualifiée d'auteur.
    • ServalReturns
      Ouais, fille avec Madeleine à prévoir dans Bond 25.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le Cas Richard Jewell Bande-annonce VO
    L'Appel de la forêt Bande-annonce VF
    Lettre à Franco Bande-annonce VO
    Sortilège (Tlamess) Bande-annonce VO
    Benni Bande-annonce VO
    10 jours sans maman Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Tournages
    Indiana Jones 5 : le tournage débute dans deux mois !
    NEWS - Tournages
    vendredi 14 février 2020
    Indiana Jones 5 : le tournage débute dans deux mois !
    A couteaux tirés : plusieurs films avec Daniel Craig en préparation
    NEWS - Tournages
    vendredi 14 février 2020
    A couteaux tirés : plusieurs films avec Daniel Craig en préparation
    Dernières actus ciné Tournages
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top