Notez des films
Mon AlloCiné
    The Act sur myCanal : découvrez l'incroyable histoire vraie qui a inspiré la série
    Par Léa Bodin — 4 mai 2020 à 19:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A l'occasion de la diffusion de la série "The Act", disponible sur myCanal, retour sur la stupéfiante histoire vraie qui a inspiré les créateurs du show porté par les incroyables prestations de Patricia Arquette et Joey King.

    Brownie Harris / Hulu

    La série The Act, disponible dès aujourd'hui sur myCanal, a été conçue comme une anthologie, chaque saison s'inspirant d'une véritable affaire de meurtre. La première saison s'intéresse à l'assassinat de Dee Dee Blanchard, interprétée par Patricia Arquette, commandité par sa fille Gypsy, incarnée par Joey King. On découvre, au fil des épisodes, la relation toxique qui les unit, fondée sur un syndrome de Münchhausen par procuration, et le combat quotidien de Gypsy, qui tente par tous les moyens d'y échapper. 

    Les créateurs de The Act, Nick Antosca et Michelle Dean, se sont inspirés pour écrire cette saison 1 d'un article publié par Michelle elle-même sur BuzzFeed en août 2016 : "Dee Dee Wanted Her Daughter To Be Sick, Gypsy Wanted Her Mom Murdered" ("Dee Dee voulait que sa fille soit malade, Gypsy voulait que sa mère soit tuée"). Cette longue enquête retrace le long chemin de souffrances qui a conduit Gypsy Rose Blanchard à fomenter avec son petit-ami le meurtre de sa mère. 

    Dans la nuit du 14 juin 2015, le corps sans vie de Dee Dee Blanchard est retrouvé dans sa maison de la banlieue de Springfiels, dans le Missouri. Elle gît sur son lit, face contre le matelas, dans une mare de sang, lardée de coups de couteau infligés plusieurs jours plus tôt. La police, prévenue par des voisins affolés par des messages troublants publiés sur le compte Facebook de Dee Dee, ne trouve aucune trace de sa fille, Gypsy Rose, pourtant atteinte selon sa mère d'une leucémie, d'asthme, de dystrophie musculaire et de nombreuses maladies chroniques. La jeune fille, qui ne se déplace qu'en fauteuil roulant, aurait la capacité mentale d'une enfant de 7 ans en raison de lésions cérébrales liées à sa naissance prématurée. Le lendemain, Gypsy Rose est retrouvée dans le Wisconsin avec son petit-ami Nicholas Godejohn, rencontré sur internet. L'enquête qui suit met au jour la situation et les abus dont Gypsy était victime depuis son plus jeune âge.

    De The Act à Escape at Dannemora, rencontre avec Patricia Arquette

    Tout au long de sa vie, Dee Dee a caché à sa fille son âge véritable, allant jusqu'à falsifier son acte de naissance pour retarder sa majorité. Elle l'a obligée à se raser la tête, à se déplacer en fauteuil roulant, l'a soumise à de nombreux traitements médicamenteux et à une intervention chirurgicale qui n'étaient pas nécessaires, changeant fréquemment de médecin pour ne pas éveiller les soupçons et déménageant régulièrement pour effacer toute trace du dossier médical de Gypsy. Pour les psychiatres, le cas de Dee Dee relève d'un trouble mental appelé syndrome de Münchhausen par procuration : un parent, pour obtenir de la sympathie ou de l'attention, exagère, fabrique ou induit la maladie chez son enfant. 

    Pendant des années, Dee Dee a bénéficié, grâce à la maladie et au handicap prétendus de sa fille, de l'aide d'associations caritatives leur ayant permis d'être logées ou de partir en vacances à titre gratuit. Peu à peu, les médecins ont commencé à douter des pathologies que Dee Dee attribuait à sa fille et celle-ci à ressentir un besoin d'indépendance malgré les pressions constantes d'une mère abusive. Son besoin grandissant d'émancipation, entravé par les violences incessantes de sa mère, et la relation nouée en cachette en ligne avec Nicholas, on amené Gipsy à comettre l'irréparable. 

    Gypsy Rose, qui a plaidé coupable pour le meutre au deuxième degré (qui renvoie à un homicide volontaire non prémédité) de sa mère, a été condamnée à dix ans de prison. Son petit-ami de l'époque, Nicholas Godejohn, a quant à lui été reconnu coupable d'assassinat et condamné à la perpétuité. Gipsy, interviewée à plusieurs reprises depuis son incarcération, l'a souvent répété : elle se sent plus libre en prison que lorsqu'elle vivait aux côtés de sa mère. 

    La bande-annonce de The Act :

    The Act - saison 1 Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top