Notez des films
Mon AlloCiné
    Scorsese/DiCaprio : un désaccord avec le studio derrière leur prochain film destiné à Apple TV+
    Par Corentin Palanchini — 1 juin 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le réalisateur Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio auraient été en conflit avec le studio Paramount. Les deux collaborateurs auraient décidé de changer le casting de leur projet commun, "Killers of the Flower Moon".

    Metropolitan FilmExport

    Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio n'en font qu'à leur tête ! Alors que leur film Killers of the Flower Moon vient de gagner le soutien financier de la plateforme Apple, il semble qu'ils aient revu le scénario d'une manière qui ne plaisait plus au studio initialement impliqué : Paramount.

    Selon THR, le réalisateur et son acteur ont revu le casting à leur convenance, faisant finalement de DiCaprio un méchant, neveu du non moins méchant personnage qu'incarnera Robert De Niro, ce qui n'est pas du goût de la Paramount. Pour le studio, ce changement transforme le film en une étude de personnage à l'ambiance plus intimiste, tout en conservant un très haut budget, ce qu'il juge contradictoire. Rappelons que le budget de Killers est estimé entre 180 et 200 millions de dollars, somme habituellement allouée aux blockbusters espérant des recettes mondiales à grande échelle. Ce que Killers of the Flower Moon n'aura très probablement pas.

    D'après les dernières informations disponibles, Paramount n'est plus que distributeur du long métrage et c'est Apple qui assurera le budget, en soutenant a priori les nouvelles directions de casting de Scorsese et DiCaprio. Reste donc à savoir qui tiendra le premier rôle d'un long métrage dont les méchants seront interprétés par De Niro et DiCaprio ? Le rôle est celui d'un agent du FBI (très récemment créé à l'époque où se déroule le film) enquêtant sur des meurtres commis sur des Amérindiens lorsqu'on découvre que le sous-sol de leur territoire recèle du pétrole. Peut-être le rôle de DiCaprio sera-t-il plutôt celui d'un antihéros avec des parts sombres, car ce scénario serait aussi à l'étude. A suivre...

    DiCaprio et De Niro avaient déjà tourné ensemble Blessures secrètes et Simples secrets, mais ne s'étaient jamais croisés devant la caméra de Martin Scorsese à part pour le court métrage The Audition. Le dernier film réunissant DiCaprio et le réalisateur des Affranchis était Le Loup de Wall Street, un film non dénué de Faux raccords, selon Michel et Michel :

    Faux Raccord N°182 - Les gaffes et erreurs du Loup de Wall Street

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Last Action Zero
      C'est gentil. Mais n'exagères pas quand même XD
    • SofiaMira
      On a le droit d'être en désaccord Di caprio à raison.
    • Castor P.
      Succès en terme d'audience =/= succès financier.Surtout que personne ne s'abonnant a Netflix QUE pour ce film (et c'est de toute façon impossible a vérifier), tu ne peux pas quantifier le pognon qu'il as ramené de toute manière...Netflix as cumulé 2 milliards de dettes, ils s'en foutent, ils investissent a fond et a perte sur la promesse d'un avenir qui sera rentable si ils atteignent un nombre donné d'abonné.
    • Last Action Zero
      D'abord, on ne sait pas si Killer Of The Flower Moon sera Rated R. Hugo Cabret ne l'était pas. Et je ne crois pas que The Irishman le fut aussi...Ensuite, avec Di Caprio, Scorsese n'a jamais connu l'échec en salle. Il a même régulièrement battu ses propres records au boxoffice. Le dernier et donc plus gros de tous, étant Le Loup De New-York de 2013, où les recettes ont quasiment quadruplé les 100 millions de budget...Et enfin, que The Irishman ne soit qu'un succès d'estime, qui ne deviendra jamais un succès financier rentrant dans ses frais, ça, tu n'en sais rien. Tu ne fais que le spéculer, à contre courant des informations donné par Netflix. Personnellement, vue les vagues d'annulation de ces deux dernières années, que ce soit pour des suites de franchise de film ou de série, je pense que Netflix n'en est plus à pouvoir se permettre à produire et vendre à perte, sur le dos des banques. Et quand ils annoncent que The Irishman est un succès record pour la plateforme, et qu'ils veulent produire le prochain film de Scorsese, je serait plutôt enclin à les croire. Cependant, il est vrai que moi aussi, je ne peux avoir de réelle certitude sur les résultats d'audience de Netflix. J'avoue ^^
    • Last Action Zero
      Mais non... Ce n'est pas une histoire d'un quelconque mépris, ou de remise en question de quoi que soit... Juste un problème d'argumentation légère, reposant uniquement sur des propos douteux, des données mal interprété, et des inexactitudes flagrantes...En revanche, ton raisonnement, lui, il est clairement détaillé et précis, tient parfaitement la route, et donne effectivement matière à réflexion. Même si la réalité dont tu parles est toute relative. Si tu ne tiens absolument pas compte, ni de la présence actuellement toujours très bankable de Di Caprio. Ni du genre et de la nature même de Killers Of The Flower Moon, que l'on peut supposé visuellement beaucoup plus attractive, spectaculaire et épique, qu'un simple polar urbain et psychologique tourné en studio... Mais bon... Par contre, quand on me dit par exemple, que aucun acteur n'a jamais assuré le succès d'un film , je me retiens juste d'exploser grassement de rire, quoi...De Charlie Chaplin à Tom Cruise, depuis plus de cent ans, Hollywood, cette immense usine historique de Star sexy et prête à l'emploi, qui en a très tôt standardisé l'élevage utile, et la conception d'image publique bien lisse et politiquement correct, comme autant de tête de gondole attrayante et multifonction, a toujours monté la majorité de ses projets de films les plus cher et ambitieux, sur un ou plusieurs grand noms en vogue. Ceux là même qu'on appelait les acteurs ou actrices à succès . Car justement, ce sont eux, les stars, qui ont toujours été les arguments les plus vendeur au près d'un large public, permettant les meilleurs retours sur investissement en des temps records, et ce quelle que soit la qualité réelle du produit fini... Comment pourrait on nier une telle évidence commerciale ?...D'ailleurs, combien de fois n'a t on pas entendu dans la presse cinéma, que tel studio attribuait l'échec de sa dernière super production( Par exemple Disney avec John Carter ), pourtant hautement genré et qualitative, au simple fait que le casting manquait de prestigieuse tête d'affiche, pour attirer le chaland par millier... Crois tu vraiment que Joker aurait eut le même succès critique et commercial, si Joachim Phoenix n'avait pas été impliqué dans le projet ?... Est-ce que seulement, le film aurait réussi a se monter sans sa présence ?... Rien n'est moins sur...Comment peut on nier l'évidence, en disant qu'aucun acteur n'a jamais assuré le succès d'un film, alors qu'à la phrase précédente, on affirme que De Niro n'a jamais été un acteur très banquable ( Ce qui, au vue de sa longue liste de participation, à une pléthore des meilleurs films des années 80 et 90, reste tout de même sérieusement à valider, hein... ), admettant implicitement par ce terme financier explicite, l'existence même d'acteurs ou d'actrices célèbres, susceptible de rapporter beaucoup d'argent a un studio, simplement par la présence de leurs noms, au générique et au sommet de l'affiche. Une réalité tangible qui a son propre adjectif... Être bankable...Mais le meilleur reste pourtant à venir... Du genre, me balancer Visiblement, tu ne connais rien au cinéma ... Juste après avoir affirmer que, Scorsese n'a connu le succès au boxoffice que très tardivement ... Alors que son premier carton commercial, qui lui a ouvert les portes feutrés des gros budget Hollywoodien, date de 1974. Plus de 18 millions de dollar, avec Alice N'est Plus Ici. Avec l'inflation de l'époque, aujourd'hui, ça ferait un sacré pactole. Un film qui, non content d'être un modeste, mais franc succès d'estime au boxoffice Américain, est aussi encore a ce jour, le plus rentable de toute la carrière de Scorsese, puisqu'il a rapporté plus de 200 fois son budget... ... N'a connu le succès au boxoffice que très tardivement et relativement peu souvent. Ses films se remboursent, mais ne sont pas des films qui font se déplacer les foules ... Évidement, Scorsese n'a jamais fait dans le blockbuster familial, qui ratisse large comme un Marvel ou un Disney. Scorsese fait des films pointus, pour adulte, régulièrement Rated R. Mais qui oserait dire pour autant, qu'il n'a jamais fait beaucoup d'entrée, avec des films comme Taxi Driver, La Couleur De L'argent, Les Affranchis, Les Nerfs A Vif, Casino, Gangs Of New York, Aviator, Les Infiltrés, Shutter Island et Le loup De Wall Street ?... Qui oserait dire qu'il ne fait que des films qui se remboursent sans connaitre le succès, alors qu'ils rapportent régulièrement des recettes, qui multiplient jusqu'à trois fois leurs budgets ?... Donc ce qu'il dit est très exagéré et distordu. Quand ce n'est pas carrément inexact. Déjà, Il ne semble pas prend pas en compte, le cout d'une place de cinéma dans les années 70, 80 et 90. Ainsi que l'inflation du dollar à ces périodes, où la valeur de cette monnaie était tellement plus grande qu'aujourd'hui. Et puis, en ces temps là, gagner des centaines de millions de dollar avec un film, ce n'était pas la règle, comme aujourd'hui. Mais plutôt une exception rarissime... Il faut comparer ce qui est comparable... Scorsese a eut son lot d'échec cuisants, et de film trop personnel et confidentiel( New York New York, La valse Des Pantins, Silence, ect... ). C'est normal. Il a toujours fait un cinéma d'auteur. Pourtant, dans sa branche, il a aussi toujours était un des artisans du cinéma américain, les plus réguliers et rentables. Sinon, il n'aurait jamais fait une carrière aussi prolifique, avec des budgets aussi conséquents, pour leurs genres et leurs époques...Scorsese n'est ni le Lucas de Star Wars, Ni le Spielberg de Amblin, ni le James Cameron de Titanic. Mais ce n'est pas pour autant, que ses scores au boxoffice n'ont jamais été performant, bien avant Les Infiltrés. Il suffit de détailler les chiffres de vieux films comme Alice N'est Plus Ici, Taxi Driver ou La Couleur De L'argent, pour se rendre compte qu'il a même d'ailleurs fait bien plus rentable, avec pourtant des budgets infiniment plus modeste...Faut arrêter de distordre la réalité, à travers le filtre de valeur de 2020. Sinon, à ce compte là, on finira par entendre dire qu'avant 2010, le cinéma n'a jamais vraiment été rentable... C'est absurde... Aussi absurde que de penser qu'un film avec Scorsese, De Niro et Di Caprio, n'est pas assez vendeur pour obtenir un budget de 180 millions de dollar, alors que des séries B à 200 millions de dollar, avec des acteurs lambda et des réalisateurs inconnu en tête d'affiche, sortent et se vautrent régulièrement depuis une dizaine d'années...
    • Anthony B
      Ce n'est le rajeunissement qui m'a posé le plus de problème, c'est de ne pas prendre en compte le poids des années et la corpulence du corps pendant les mouvements et les années justement qui passent, changer la tête sans le modélement du corps est une bêtise.
    • Castor P.
      C'est pas une insulte ni une remise en question de la qualité des films de Scorsese que de dire ça, c'est juste une réalité.Le plus gros succès au Box Office de Scorsese, c'est 392M$ pour le Loup de Wall Street.Le 2nd c'est Shutter Island avec 294M$Et en tout ce sont seulement 4 de ses films ont dépassés la barre des 200M$Sachant que le Box Office est une valeur brute rapportée par le film, (10€ de ticket de ciné = 10€ au BO) et que la réalité c'est qu'entre la part des salles de ciné et les diverses taxes, le studio n'empoche que 50% des recettes du BOUn film de 180M$ de budget ne commence a gratter un peu de blé qu'à partir d'un Box Office a 360M$... Et derrière, faut pas oublier que le budget du film ne compte pas les dépenses marketing....Je te laisse donc déduire pourquoi les studios ne jugent pas un film de Martin Scorsese a 180M$ minimum comme un investissement rentable a faire...
    • Ryo H
      Visiblement, tu ne connais rien au cinéma.
    • Eren Jäger
      Je pense aussi
    • Last Action Zero
      T'es sérieux là ? ^^
    • Ryo H
      T'es ironique? De Niro n'a jamais été un acteur très banquable, et aucun acteur n'a jamais assuré le succès d'un film (c'est le film lui même qui soutiens le film, un grand nom, ce n'est pas une garanti mais un boost en terme de visibilité, c'est tout).Scorsese pareil, c'est un réal adulé par la critique, mais qui n'a connu le succès au boxoffice que très tardivement (The Departed est son premier vrai succès public) et relativement peu souvent. Ses films se remboursent, mais ce ne sont pas des films qui font se déplacer les foules.
    • Ryo H
      Sachant que les rajeunissements sont plutôt foireux et tombent dans l'Uncanny Valley... Honnêtement, des maquillages (ou même des acteurs plus jeunes, le jeune Ray Llotta était parfait dans les Affranchis) aurait fait le même taff pour beaucoup beaucoup moins cher.
    • Ryo H
      Ouais enfin qui a envie de mettre 150 millions de $ (voir 200 ici) pour de tels projets qui ne seraient jamais rentable (et ne le seront pas sur netflix et compagnie, il s'agit juste de produit d'appels, donc de la dépense publicitaire en fait)?A un moment, tu trouve vraiment que les derniers Scorsese, en terme de contenu (je ne parle pas de qualité) justifie de tels budgets? Tu sais que Goodfellas n'a couté que 10 millions de $? A un moment, il semble aussi avoir un peu la folie des grandeurs...
    • Last Action Zero
      Ah... Dommage... J'ai vraiment trouvé Di Caprio suprêmement génial dans Django Unchained ^^
    • Harodes
      A mon avis il y a changement de point de vue avec le remaniement du script. Je pense que le perso de DiCaprio sera toujours le perso principal du film. Et ce sera davantage un anti-hero et pas un méchant à proprement parlé. Il semblerait que ce soit juste le neveu du méchant et non pas un méchant lui-même.
    • Harodes
      Bien vu ! Donc le perso de DiCaprio n'est pas forcément un méchant en soit. Mais le neveu du méchant qui est tiraillé entre faire le bien et se ranger du coté des machinations de son oncle.
    • ServalReturns
      Ah tiens, curieux retournement de situation. Que DiCaprio devienne le méchant, pourquoi pas, mais le Marty et DiCaprio ont complètement revu le scénario me fait un peu peur, je sais pas pourquoi.Enfin du coup, pour jouer le héros, n'importe qui que j'aime fera l'affaire. Ce qui laisse une très grande variété de choix à Marty.
    • DarkColt1991
      Nous sommes d'accord !
    • Hunnam29
      C'est triste oui, mais faut voir les budgets qu'il réclame en ce moment aussi. Ambiance intimiste mais 180 à 200 millions de dollars pour le film tout de même... Je pensais que The Irishman était un peu une exception, un film qu'il voulait faire depuis très longtemps et qui nécessitait des rajeunissements donc énormément d'argent. Mais en fait il est quand même super gourmand en budget pour ses nouveaux films.
    • Hunnam29
      Il demande des sacré budgets Scorcese quand même en ce moment. On se dit qu'il se tourne vers les plateformes pour avoir la liberté et l'argent pour mener à bien ses projets. Mais il demande entre 150 et 200 millions par film ces temps-ci... Il est un peu gourmand aussi.
    Voir les commentaires
    Back to Top