Notez des films
Mon AlloCiné
    Et les films les plus rentables de 2014 sont...
    Par Corentin Palanchini — 20 janv. 2015 à 10:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Selon une étude de BFM Business, seuls 22 films français ont été rentables en 2014. Cela représente seulement 11% de la production, et essentiellement des comédies... Mais pas que. Détails.

    Classement des films les plus rentables de 2014
    1. Classement des films les plus rentables de 2014 +
    N°10 : Les Trois soeurs de Yunnan - Documentaire franco-hong-kongais situé dans la province du Yunnan, sur une fille de dix ans qui s'occupe de ses deux soeurs plus jeunes en l'absence de leur père, parti en ville pour chercher du travail.
    Lire la suite

    Une étude signée BFM Business a analysé la rentabilité des films français pour l'année 2014. On retrouve dans le haut du classement les comédies qui ont su fédérer les spectateurs, mais aussi d'autres films, moins connus, qui du fait de leur petit budget sont facilement rentrés dans leurs frais et bien plus encore. Ainsi, dans le top 5 on trouve aussi bien Babysitting ou Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu? que le documentaire La Cour de Babel ou les conversations de Michel Gondry avec le philosophe et linguiste Noam Chomsky.

    Selon cette étude, seuls 22 films, soit 11% des longs métrages français sortis en 2014, seraient rentables. C'est 1% de plus que l'année dernière. On notera la présence de deux productions du Pacte, ainsi que celles de deux premiers films (Les Combattants et Sous les jupes des filles). Surprise, la présence de Lulu femme nue, avec Karin Viard affiche une rentabilité de 256% (un demi-million de spectateurs pour 2,1 millions d'euros de budget).

    Découvrez le classement complet :

    Le classement 2014 publié par BFMBusiness

    Découvrez le documentaire "La Cour de Babel", succès surprise de ce classement :

    La Cour de Babel Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Djo A.
      FACILE de rentabiliser un film comme LUCY à qui on a allouer bien plus de séances et de salles que d'autres,, un protectionnisme d'entre pote pour des tocards ,, Un film rentable est un film qui remplit à 100 % les salles,, on nous fait des millions d'entrées avec des salles au quart rempli pour des copains! Il faudrait déjà reconnaitre l'acteur rentable qui n'existe pas encore aujourd'hui en France! l'acteur Vrai qu'on repère dans la rue ou en tant que figurant et qu'on écarte parce qu'il va casser la baraque comme GABIN et VENTURA DELON il y a 50 ans! Un moindre acteur avec une attention toute particulière vous porte un film avec un dixième des budget alloué aux bides d'aujourd'hui,, OUI axez vous , à RECONNAITRE les vrais acteurs aux beaux projets à 20 millions d'entrées en 3 semaines !! parce qu'il est attendu un vrai retour du cinéma Français!! DE JA mettez aux placards vos tocards!
    • Zimbabwe64
      Deux gros défauts à ce classement : - il ne prend en compte que les entrées en France (un film comme Lucy est beaucoup plus rentable que le laisse croire ce classement)- le rentabilité d'un film ne se fait pas qu’uniquement avec les entrées de ciné (un film comme Supercondriaque va se vendre beaucoup plus cher à la TV que la Cour de Babel par exemple, sans parler des ventes de DVD, Blue Ray ...)
    • this is my movies
      si on parle de genre, la belle et la bête est typiquement un film fantastique. Le grimoire d'Arkandias pareil, s'inscrit dans le genre de la fantasy. et j'en oublie encore mais il y a eu des tentatives de genres mais ils ne sont jamais assumés jusqu'au bout. Lucky Luke de James Huth est filmé comme un vrai western mais il ne l'assume complètement dans ses thématiques ou son histoire. et c'était pareil avec blueberry. quand la france s'empare d'un genre, il ne l'assume pas ou bien veut en faire autre chose, pour ne pas faire comme les américains, et on se retrouve avec un truc qui est à mi-chemin. c'est ça le vrai drame. et pourtant, on a les idées et le savoir-faire puisque les USA et d'autres pays aussi viennent se servir chez nous. les décideurs sont frileux, les réalisateurs confortés dans des options sans risques grâce aux moyens de financement avantageux et des acteurs qui ne marchent pas au box-office peuvent jouer dans 5 films dans l'année sans que ça ne gêne personne. Trop de films sortent en France et se partagent un gâteau minuscule. un article sur vodkaster le résume bien : presque 80% du film doivent se partager 40% du marché du film français soit un peu plus de 166 000 entrées par film en moyenne.
    • Neimo
      Je suis contente de voir que je ne suis pas seule à penser ça!
    • Neimo
      je pinaille, mais si on regarde bien, The Search avait un sujet qui est loin de fédérer du monde, la belle et la bête avait une photographie un peu cheap et des défauts dans le scénario, il n'y a qu'un illustre inconnu sur lequel je ne peux pas me prononcer. Mais je suis d'accord avec toi,le problème vient des producteurs et réalisateurs qui sont trop frileux et des spectateurs qui ne jurent que par le divertissement US.mais je reste convaincue que si on insistait un peu plus on pourrait sortir des trucs innovants et bien foutus, même en France.
    • Solostaran
      Je suis content pour Babysitting puisqu'il correspond particulièrement à mes références culturelles et je l'ai adoré. Mais c'est surprenant car il n'est pas fait pour tout public.Enfin le malaise du film français à des racines profondes de toute façon.
    • fandenajoua
      Tout ça pour dire que des films peuvent être rentables grâce à tout ce que j'ai cité ci dessous... et pas seulement grâce aux entrées
    • fandenajoua
      Mais c'est la rentabilité selon uniquement ce qu'on rapporté les ventes en salle ?Parce qu'il y a aussi tout ce qui concerne la pre-prod et post-production, avec sortie en DVD, vente aux chaines de TV etc. est ce que c'est pris en compte ici ou seulement le cout du film/les recettes avec entrées en salle ?
    • Bullroarer
      Fin pour asterix aux jeux olympiques ils ont reussis a avoir un budget de 78 M d'euros. Ce fut la pire bouse de l'humanité mais ils ont eu le budget donc c'est faisable. Le problème c'est les réalisateurs les producteurs, ils nous servent des truc enfantins non stop avec des scenarios que n importe qui arriverait à tourner. Le dernier film français qui était géniale c'était je trouve Un prophête d'audiard, budget 12 M, un scenar qui tient la route et de vraie acteurs, pas de dubosc; kev adams et autre clampins. En plus le ministère de la culture file des enveloppes pour aider le cinéma français et les 3/4 c pourris. Je comprenais la polémique sur les salaires ya quelque mois. Tu file du fric résultat un film bof. Apres on parle de L.Besson, il test des truc mais depuis le 5eme élément il a rien fait de super. Lucy avait un concept géniale mais bcp trop court et expéditif (limitless ds le meme genre était plus approfondit). T'aurais mis un spielberg, scorcese, fincher etc dessus, le film aurait durer 2h30 avec bcp plus de contenu. Il y a juste un probleme en "haut" on a des talents en france mais ils se cassent à l'étranger (alexandre aja etc) Apres en france on a des niches comme borgia, braquo scenar FR par exemple mais c'est trop peu.
    • this is my movies
      Si je partage ton agacement, je ne suis pas tout à fait d'accord avec le fait que plus de films de genres marcheraient car on remarque que dans le bas du classement, on retrouve beaucoup de films de genres avec "Un illustre inconnu", un drame historique avec "The search" et de la fantasy avec "La Belle et la bête". Même "Lucy" avec ses 5 M d'entrées n'est pas rentable et il doit sa rentabilité à son exploitation US. Le cinéma de genre ne prend pas en France s'il n'est pas estampillé US. Pour faire du bon cinoche de genre, il faut des moyens et tous les vrais réals de genre qui s'y sont frottés n'ont jamais réussis à lever plus de 2 M€ max d'où un rendu cheap. Et si un film de genre se pointe avec un budget de ouf, c'est parce qu'il a une grosse tête d'affiche pas crédible pour le genre d'où échec d'où retour aux petits budgets. C'est sans fin et ça n'arrivera jamais. Même le polar est en crise malgré de bonnes intentions.
    • AMCHI
      Pas grand chose d'alléchant à se mettre sous les dents dans ce top 10.
    • Clem L17
      Merci pour ton commentaire ! J'ai tellement l'impression de parler dans le vide des fois que ça fait plaisir d'entendre quelqu'un qui en a marre comme moi. Malheureusement ce dont tu parles est une utopie. On ne verra jamais les genres que tu décris en France. Trop… américain… trop cher et avec un potentiel divertissant très fort… ça fait donc très peur...
    • sochalien95
      Le ratio coûts/recettes et l'on obtient la rentabilité.En résumant de façon simpliste, la rentabilité c'est aussi comme dans un placement...je place 500 euros qui m'en rapporte 10...j'en place 10 qui m'en rapporte 5...j'en place 500 j'en récupère 480...j'en place 10 j'en récupère 1...je vous laisse deviner lequel est le plus rentable ;-)
    • Clem L17
      Non je me demande d'où VIENS l'argent. C'est pas pareil.Pour faire tout ces films, une partie du prix de ton billet quand tu vas au cinéma sert précisément à les financer. Du coup, c'est de l'argent publique. Et encore une fois tout le monde se moque de savoir si notre argent est utilisé à des fins intelligentes. "Ah ben c'est comme ça, on y peut rien". Si, on peut au moins se poser des questions.5-6 films… Mais des films comment ? Je crois même qu'on pourrait en produire une centaine de drames larmoyants comme on a l'habitude de les faire. ^^Mais le bon dieu et babysitting ont fait un carton et c'est tant mieux pour eux ! Et je vois pas pourquoi ils devraient se cacher ou avoir honte.Il va falloir que les gens comprennent que le cinéma est une compétition aussi. C'est pas le tout de faire des films au km. Il faut aussi tout faire pour que ça marche. Et ça passe par :-moins de films, -plus de films différents, dans des genres différents, -des sujets plus excitants -et plus de com' sur chaque films. Voila comment ça doit se passer.Ou alors qu'on vienne pas pleurer parce que la plupart des films se plantent. Eh ben j'aimerai bien la voir la rentabilité à l'international. Parce que même le Bon Dieu ou les Chti ça marcherait pas au Etats Unis. C'est des sujets trop Franco-Français.A part Besson, personne ne sait s'exporter et avoir vraiment un rayonnement international. Alors Luc on lui tape toujours dessus parce qu'il produit des films bébête, sans doute, mais lui il a compris comment ça marche. Et il vient pas pigner en permanence.Voila ce que j'avais à dire.
    • vive-le-cine123654789
      Et ils ont calculé ça comment nos amis de BFM ? Parce que bon, quand on fait la moyenne pour Babysitting par exemple, on en arrive à grosso-modo 8€ la place de ciné ; ce qui pourrait correspondre au prix moyen du ticket de cinéma en France pour 2014 (en tenant compte des réductions étudiante, sénior, séance du matin, carte illimitée...).Du coup, cela me laisse sceptique, car les producteurs ne touches jamais 100% du prix d'un billet en salle, mais plutôt dans les 40% (une fois qu'on a retiré la part distributeur, celle pour l'exploitant et enfin toutes les taxes). Un film est rentable pour le producteur s'il fait au moins 2,5 fois son budget. Et on constate alors qu'ils ne sont que 5 films français exploités en France dans ce cas... C'est tout de suite moins sexy quand même...
    • SimonHP
      Tu dis que tu te demandes ou va l'argent ... Mais déjà, avec la rentabilité d'un Babysitting ou Bon Dieu, on peut produire 5/6 films ! Et puis l'étude ne montre pas la rentabilité à l'international de tous ces films, car il y en a un certains paquets qui ont (plus ou moins) fonctionné en Europe et Amerique du Nord & Sud
    • Clem L17
      C'est justement ça. C'est un problème de culture. On a pas assez le gout du divertissement. C'est bien dommage. Car l'un ne doit pas empêcher l'autre et inversement selon moi.District 9 est un exemple mais il y en a beaucoup d'autres.Exactement… J'ai fait une école de cinéma pendant 3 ans. Et là je commence tout juste à rentrer dans le métier, difficilement. J'ai étudié le financement de films français et c'est… étonnant. Je ne comprend pas que tout le monde se gargarise de quelque chose qui empêche beaucoup la création selon moi.Côté enseignement, je peux te dire que c'est pas bien glorieux. Ah on apprend des choses, c'est sur. Techniquement surtout. Mais on est jamais libres de faire ce qu'on veut artistiquement. En 3 ans, on nous a parlé à peine pendant 1 cours de Spielberg, 1 fois Blade Runner de Ridley Scott, jamais de Christopher Nolan même en cours de scénario… (C'est dire le malaise…)Le truc, c'est qu'on est formatés à sortir des films typiquement français dès le départ. Il y a un espèce de protectionnisme idiot dans ce pays qui commence sérieusement à me gonfler.Enfin voila. C'était le petit coup de sang du mercredi matin ^^
    • Willow-des-bois
      Un film qui fait 243 entrées est 3 fois plus rentable que Le Petit Nicolas 2 et ses 2,5 millions d'entrées, soit plus de 10 000 fois plus d'entrées… mais avec un budget pas mal plus de 10 000 fois supérieur, forcément…Donc on va être gentil et dire qu'un film aux 243 entrées est un plus gros succès qu'un aux 2,5 millions.XDC'est tjs délicat de comparer l'incomparable.C'est comme comparer Federer et n'importe quel tennisman actuel ou ayant exercé depuis la préhistoire.XD
    • Cuderoy
      Je suis totalement d'accord sur le fait qu'en France, on tape trop dans le brut. L'exemple de District 9 est très bon, même si je trouve la seconde partie du film moins intéressante. Et c'est vrai que quand j'écris des choses un peu original (j'ai 2 "gros" scénario de SF), je me dis que si par miracle il devait sortir sur un écran, il serait pas produit par des français, et ce même pour un scénario fantastique que j'ai à la "Only Lovers Left Alive"... C'est vraiment dommage. Après sincèrement, au vue du passif dans le pays et de la manière dont on apprend le cinéma en école (j'imagine en tout cas, je suis pas en école de cinéma), je suis pas sûr qu'on ait beaucoup de réalisateurs capables de sortir un District 9 avec le travail dantesque que c'est niveau production et tournage.Enfin, le cinéma français montre qu'il est un gros paradoxe. D'un coté, la plupart des films rentables sont produits pas les "grosses sociétés" de prod françaises (MK2, TF1, Groupe M6, Studiocanal, Gaumont, etc), de l'autre, faire un film est extrêmement difficile car la plupart sont financer par les régions et que l'argent public est très surveillé. Donc en fait, NOTRE argent sert à financer des films pour la plupart pas originaux et qui marchent pas ET à payer les places de cinéma pour rentabiliser des films gros budgets de société privée. Effectivement, y'a un truc qui va pas...
    • Neimo
      Ce serait bien qu'à un moment en France on se rende compte qu'il existe d'autres genre que la comédie ou le drame social dans le cinéma. S'il vous plait arrêtez de vous acharner à sortir des comédies inintéressantes et lourdingues dans le meilleur des cas (bien sûr il y a toujours des exceptions), et aventurez-vous vers des drames historiques, de la SF et pourquoi pas de la fantasy, bref tout ce que l'on ne voit pas dans le paysage cinématographique français. Ca nous changerait... On dira ce qu'on voudra de Besson, mais lui au moins il innove de temps en temps. Il ne me semble pas qu'en France un autre que lui aurait pu tourner Lucy. Il est le seul à oser bousculer nos habitudes et franchement merci!
    Voir les commentaires
    Back to Top