Mon AlloCiné
Speakerine : tout ce qu'il faut savoir sur la série événement de France 2 avec Marie Gillain et Guillaume de Tonquédec
Par Jérémie Dunand (@JejeSeries) — 15 avr. 2018 à 17:16
facebook Tweet G+Google

"Speakerine", la nouvelle série de France 2 portée par Marie Gillain, débute ce lundi 16 avril sur France 2. Une plongée dans le monde de la télé des années 60 à l'esthétique et à l'interprétation réussies, mais qui s'éparpille trop côté intrigue...

Speakerine débute ce lundi à 21h sur France 2
1. Speakerine débute ce lundi à 21h sur France 2 +
Michèle Pavi (Christiane Millet), Philippe Lefebvre (Clément Aubert), Christine Beauval (Marie Gillain), Eric Jauffret (Grégory Fitoussi), Pierre Beauval (Guillaume de Tonquédec), Isabelle Auclair (Barbara Probst), et Joseph Darnet (Jean-Yves Chatelais), les héros de Speakerine, la nouvelle série de France 2.
Lire la suite

De quoi ça parle ?

1962, dans les studios de la RTF, la célèbre speakerine Christine Beauval, tantôt adulée, tantôt décriée, est persécutée depuis peu par un mystérieux inconnu. Véritable icône du petit écran jusqu'alors protégée, symbole de l’évolution de la femme dans la société de l'époque, Christine doit faire face à une violence à laquelle elle n’était pas préparée. Entre luttes, trahisons et jeux politiques, rien ne lui sera épargné dans ce monde de la télévision instrumentalisé par le pouvoir.

Ça ressemble à quoi ?

Speakerine - saison 1 Bande-annonce (2) VF

 

C'est avec qui ?

Quelques mois après le thriller Souviens-toi sur M6, Marie Gillain est déjà de retour en tête d’affiche d’une nouvelle série télé. Dans Speakerine, réalisée par Laurent Tuel (Jean-Philippe, Un jeu d’enfants, Le Combat ordinaire) et écrite par Nicole Jamet, Véronique Lecharpy, Sylvain SaadaValentine Milville et José Caltagirone, elle incarne Christine Beauval. La speakerine vedette de la RTF, la seule et unique chaîne de télévision française au début des années 1960, qui est adulée du public mais qui cherche à s’émanciper de son image de potiche et de mère de famille en accédant à la tête de sa propre émission. Un rôle dans lequel la comédienne est excellente, tout comme le reste de la distribution, qui constitue l’un des points forts de cette nouvelle série.

Face à Marie Gillain, les téléspectateurs de France 2 friands de fictions françaises seront d’ailleurs ravis de retrouver Guillaume de Tonquédec, un an après la fin de Fais pas ci, fais pas ça, dans un rôle très différent. Il campe en effet ici Pierre Beauval, le mari et supérieur hiérarchique de Christine à la RTF, qui est nommé responsable Mondovision (une liaison satellite entre la France et les Etats-Unis qui doit révolutionner les télécommunications) par le ministre de l’information. Évidemment ravi de cette promotion, Pierre va à l’inverse être beaucoup moins content de voir que son épouse souhaite elle aussi passer au stade supérieure de sa carrière en présentant son propre magazine d’information. Laissant ainsi ressortir son côté macho.

Philippe Leroux / FTV / MACONDO

Aux côtés de Marie Gillain et de Guillaume de Tonquédec, Grégory Fitoussi (Engrenages), dans le rôle du ministre de l’information Eric Jauffret, ami des Beauval, qui entretient une liaison secrète avec leur fille Colette, Christiane MilletBarbara Probst (Camping Paradis), Clément Aubert (Missions), Anne-Sophie Soldaini, Baptiste Carrion-Weiss, et Jean-Yves Chatelais complètent le casting de Speakerine, qui va sans aucun doute constituer l’un des événements du printemps télévisuel de France 2.

Ça vaut le coup d'oeil ?

En développement depuis 2014, où elle était à l’époque présentée comme une sorte de Mad Men à la française, Speakerine, tournée l’an dernier, arrive enfin à l’antenne de France 2. Et en effet, si l’on s’intéresse seulement à ses décors et à ses costumes extrêmement réussis, la série s’inscrit parfaitement en digne héritière "esthétique" de la série d’AMC, tant on se croirait revenu dans les années 60. Mais côté scénario, la promesse ne suit pas vraiment. Car si Speakerine se regarde sans trop de déplaisir tout au long de ses 6 épisodes assez inégaux, elle empile les intrigues superflues et finit par perdre l’intérêt de son propos initial.

On aurait voulu que Speakerine soit une plongée passionnante dans les coulisses de la télévision de l’époque, à l’image de la britannique The Hour ou même de la beaucoup plus contemporaine The Newsroom. Et encore plus qu’elle soit une grande série féministe centrée sur le désir d’émancipation de Christine Beauval, qui en a marre d’être coincée dans son rôle de plante verte cathodique, de mère de famille dépassée par le comportement rebelle de ses enfants, et d’épouse d’un homme qui ne semble plus trop la faire vibrer, ni même vraiment la regarder. Mais la série de Laurent Tuel ne fait qu’effleurer ces deux sujets pourtant passionnants. La faute probablement à un nombre d’épisodes réduit de 8 à 6, sans trop que l'on sache pourquoi, et à un parasitage d’intrigues policières dont on se serait bien passé.

Philippe Leroux / FTV / MACONDO

En effet, très vite, Speakerine bascule dans le thriller. Que ce soit via une affaire de meurtre semblant liée de près ou de loin à la RTF, via la menace obsessionnelle (d’un téléspectateur ?) qui pèse sur Christine, et enfin via l’arrivée d’une jeune speakerine rivale (incarnée par Barbara Probst), prête à tout pour prendre sa place – qui tire un peu trop le récit vers le soap, à notre goût du moins. Des intrigues "artificielles", qui n’apportent pas grand-chose à la série, et posent une question : pourquoi la télévision française paraît-elle avoir tant de mal à mettre à l’antenne une série dépourvue d’intrigue policière ?

Clairement, si Speakerine s’était contentée de raconter la trajectoire de Christine, et s’était davantage intéressée à ses problématiques d’époque passionnantes (la place des femmes dans la société, les relations compliquées entre les journalistes et le pouvoir politique, l’AOS et les conséquences de la Guerre d’Algérie, ou encore la Mondovision, en pleine Guerre froide), elle aurait pu être une grande série. Mais au final, elle se contente de prendre la forme d’un divertissement bien fait, mais vite oublié. Dont on ne retient que l’esthétique et la partition au diapason de ses comédiens. Ce qui est un peu dommage, tant son héroïne et son discours féministe, s’ils avaient été vraiment au centre de l’histoire, auraient pu trouver une résonance très forte, et jouissivement à-propos, dans le climat actuel, en plein mouvement #BalanceTonPorc et #MeToo.

Une suite est-elle prévue ?

À l’heure actuelle, Speakerine est présentée comme une mini-série bouclée. Et en effet, lorsque se termine l’épisode 6, point de cliffhanger à l’horizon. Invité de l’émission #QHM, le "Quart d'heure médias" de nos confrères de Puremedias, Guillaume de Tonquédec a déclaré : "Ça a été proposé aux acteurs comme une mini-série. Il n'y a pas de suite prévue et écrite. S'il y avait eu une suite prévue, on aurait pu traiter les événements de manière plus "allégée". Mais il y a tous les ingrédients pour une saison 2, vu ce qui se passe notamment rien qu'au sein de cette famille". De quoi laisser penser qu’en cas de succès, une suite pourrait tout de même voir le jour ? Réponse au cours des prochaines semaines ou des prochains mois.

Speakerine, série en 6 épisodes de 52 minutes, à partir de ce lundi 16 avril à 21h sur France 2, au rythme de 2 épisodes par semaine.

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Diaporamas recommandés
Philharmonia, Jonas, Hippocrate : nos 10 coups de cœur du Festival de Fiction TV de La Rochelle
NEWS - Séries à la TV
mercredi 19 septembre 2018
Philharmonia, Jonas, Hippocrate : nos 10 coups de cœur du Festival de Fiction TV de La Rochelle
Sorry For Your Loss : On a vu le nouveau drama avec Elizabeth Olsen, lancé sur Facebook
NEWS - Séries à la TV
mercredi 19 septembre 2018
Sorry For Your Loss : On a vu le nouveau drama avec Elizabeth Olsen, lancé sur Facebook
Premiers baisers : au fait, comment ça se termine ?
NEWS - Tournages
mercredi 19 septembre 2018
Premiers baisers : au fait, comment ça se termine ?
Emmy Awards 2018 : Game of Thrones sacrée Meilleure série dramatique, Mme Maisel et American Crime Story également primés
NEWS - Tops | Flops
mardi 18 septembre 2018
Emmy Awards 2018 : Game of Thrones sacrée Meilleure série dramatique, Mme Maisel et American Crime Story également primés
Voir tous les diaporamas séries
News séries TV
Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
NEWS - Vu sur le web
mercredi 5 septembre 2018
Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
Sponsorisé
Philharmonia, Jonas, Hippocrate : nos 10 coups de cœur du Festival de Fiction TV de La Rochelle
NEWS - Séries à la TV
mercredi 19 septembre 2018
Philharmonia, Jonas, Hippocrate : nos 10 coups de cœur du Festival de Fiction TV de La Rochelle
Sorry For Your Loss : On a vu le nouveau drama avec Elizabeth Olsen, lancé sur Facebook
NEWS - Séries à la TV
mercredi 19 septembre 2018
Sorry For Your Loss : On a vu le nouveau drama avec Elizabeth Olsen, lancé sur Facebook
Coincoin et les Z'inhumains de Bruno Dumont : "J'avais envie d'aller plus loin, il fallait pousser le bouchon"
NEWS - Séries à la TV
mercredi 19 septembre 2018
Coincoin et les Z'inhumains de Bruno Dumont : "J'avais envie d'aller plus loin, il fallait pousser le bouchon"
Dernières news séries
Back to Top