Mon AlloCiné
Day Watch
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Day Watch" et de son tournage !

Le deuxième volet d'une trilogie à succès

Day watch est le second volet de la trilogie fantastique russe inaugurée en 2004 par Nightwatch et qui se clôturera avec Dusk watch. Une trilogie adaptée des romans de Sergei Lukyanenko. Le premier film avait remporté un énorme succès au box-office national, devançant même Le Seigneur des anneaux : la communauté de l'anneau. Cette suite a fait encore plus fort en attirant près de 7.2 millions de spectateurs en Russie, amassant plus de 30 millions de dollars de recettes en Russie.

Dans le clair-obscur

L'idée de l'Obscurité dans laquelle les personnages ne cessent d'aller et venir était déjà présente dans les livres de Sergei Lukyanenko. "l'idée était que l'Obscurité était une sorte de monde parallèle dans lequel seuls les Autres pouvaient pénétrer et où ils pouvaient survivre" explique Timur Bekmambetov. "Nous avons eu un problème au moment du tournage, car bien que ce soit facile de comprendre le concept, ca l'est moins de le montrer. Il fallait donc que nous décidions : pourquoi ces gens devaient-ils d'abord aller dans l'Obscurité ? Juste pour montrer qu'ils sont différents ? Donc pour créer cet effet dramatique, il fallait que nous fassions en sorte qu'il soit capital pour les personnages d'y aller."

Le crépuscule comme champ de bataille

Né au Kazakhstan et psychiatre de formation, Sergei Lukyanenko a publié ses livres au tournant des années 90, parmi lesquels "Le labyrinthe des reflets"; "Night Watch" ou "Les faux miroirs", qui lui ont apporté la notoriété. "Cela faisait longtemps que je voulais écrire un conte fantastique, mais les gnomes et les elfes ne m'intéressaient pas" explique le romancier à propos de son travail sur Nightwatch et Day watch; avant de poursuivre : "Comment décrire la magie si nous ne pouvons pas observer ses manifestations dans la vie courante ? C'est là qu'est née l'idée du Crépuscule comme champ de batailles de mages vivant parmi nous, mais dont les comptes se règlent au Crépuscule afin de ne pas inquiéter le commun des mortels. Puis j'ai imaginé une organisation, Nightwatch, qui contrôlerait ces mages. Au tout début, je pensais qu'elle contrôlerai tous les mages sans distinction. C'est alors que m'est venue l'idée d'une organisation antagoniste, Day Watch. Je ne suis pas sûr que ce soit juste; peut-être eût-il mieux valu qu'ils travaillent ensemble et qu'ils fassent ensemble le ménage dans leurs rangs. Mais c'est trop tard..."

De la Russie aux USA

C'est le succès de Nightwatch qui a attiré l'attention des studios de la Fox sur le prodige Timur Bekmambetov, avant de lui confier en 2007 la réalisation de Wanted : choisis ton destin, dans lequel Angelina Jolie incarne une tueuse à gages prenant sous son aile James McAvoy, avec la complicité de Morgan Freeman. Le réalisateur signe ainsi son premier film aux Etats-Unis.

Un tournage à la fête

La scène de la fête a été assez complexe à filmer. Elle a necessité quatre heures de tournage, et une quinzaine de caméras; soit une pour chaque séquence. Timur Bekmambetov a demandé l'aide d'un réalisateur de la TV russe pour contrôler les caméras.

Le sens de la fête

Un des moments forts du film est la scène de la fête, quand le fils d'Anton devient un adulte. L'équipe du film avait pour l'occasion invité de très nombreux artistes, notamment issus de la Pop Culture, pour renforcer la crédibilité de cette fête. Timur Bekmambetov raconte : "les gens aiment les célébrités, les masses populaires surtout. Ils sont la source d'énergie de ces célébrités; elles tirent leur énergie de leurs fans. C'est la même chose avec les politiciens. Il y avait justement un communiste à cette fête, un grand chauve. Et Konstantin s'est approché de lui et s'est mis à chanter un chant communiste. Il n'en connaissait pas les paroles ! C'est donc une sorte de faux monde et on s'est dit que ce monde serait parfait pour la scène de la fête. Les célébrités et les politiciens sont vraiment sombres; c'est dans leur nature. L'ombre veut dire la liberté. Ils sont vraiment libres."

Deux en un

Nightwatch et Day Watch ont quasiment été tournés ensemble, sur une période de 90 jours.

Une oeuvre fantastique ?

Pour le réalisateur du film, Timur Bekmambetov, Day Watch n'appartient pas au genre fantastique. Il s'explique : "je pense que c'est un film très réaliste. Simplement, il arrive quelque chose d'irréel. Je n'aime pas le terme "fantastique" parce que je ne le comprends pas; cela ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse vraiment dans ces deux films, c'est ce qui arrive au personnage principal Anton, que joue Konstantin Khabensky, parce que lui est un véritable être humain. Toute personne a deux facettes; l'une lumineuse l'autre sombre. Et quand vous êtes confronté à un problème qu'a Anton avec son fils dans le film, ce problème devient capital car tout votre monde s'écroule. [...] Ce n'est pas une métaphore de la souffrance des hommes : c'est la souffrance des hommes".
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Alita : Battle Angel (2019)
  • Ralph 2.0 (2018)
  • La Grande Aventure Lego 2 (2018)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • All Inclusive (2018)
  • Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Dragons 3 : Le monde caché (2019)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Vice (2018)
  • La Favorite (2018)
  • La Mule (2018)
  • Happy Birthdead 2 You (2019)
  • Une intime conviction (2017)
  • Black Snake, la légende du serpent noir (2017)
  • Paradise Beach (2018)
  • Jusqu'ici tout va bien (2018)
  • Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde (2019)
  • Glass (2019)
Back to Top