Mon AlloCiné
    L'Homme tranquille
    note moyenne
    3,9
    403 notes dont 42 critiques
    24% (10 critiques)
    57% (24 critiques)
    12% (5 critiques)
    2% (1 critique)
    5% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur L'Homme tranquille ?

    42 critiques spectateurs

    James Cocody
    James Cocody

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 7 août 2018
    Hommage à l'Irlande. Dès l'arrivée à la gare, le ton est donné: on est dans une comédie qui va montrer les qualités et les petits travers des Irlandais à travers de sympathiques traits d'humour plutôt délectables. Le bar y participera grandement et ne manquera pas une occasion de nous rappeler que la bonne "descente" des Irlandais, ce n'est pas une légende. Bagarres bien viriles et romantisme contrarié par des rivalités de voisinage vont se succéder pour faire de ce film un bon moment de cinéma. John Wayne en amoureux costaud, mais pas cow-boy - quoique souvent à cheval -, Maureen O'Hara en superbe rousse Irlandaise aussi rebelle qu'obstinée et Barry Fitzgerald en entremetteur ivrogne, rusé et habile nous font un fameux trio de comédiens irlandais, au moins d'origine, dirigés pas le non moins Irlandais de cœur John Ford. Ces quatre-là étaient chez eux, cela se voit, se sent et se vit tout au long de l'histoire. Ils sont accompagnés de maîtresse manière par un autre hercule de service, Victor McLaglen, ce qui donne lieu à une bagarre finale mémorable à travers tout le village et jusque dans le bar. Le scenario n'est pas bien lourd mais on ne s'ennuie pas un instant tant les situations sont toniques et les dialogues excellents. Quelques moments de douce nostalgie aussi, mais pas trop. Techniquement, il apparaît clairement que l'œuvre date d'une autre époque mais cela ajoute au côté film-témoin: la qualité n'est pas le propre d'une époque ou de moyens techniques particuliers. Elle est ou elle n'est pas.
    Elvis M
    Elvis M

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 6 juillet 2018
    Très beau fllm à la splendide photographie qui met en scène des paysages irlandais somptueux. L'histoire n'est pas franchement originale, peu de suspens mais les personnages sont attachants bien que caricaturaux. Le couple principal John Wayne et Maureen O'hara est bien sûr haut en couleurs. Ce film reste avant tout un ode à l'immense beauté de l'Irlande et au charme désuet et nostalgique de ses villages perdus. A voir au cinéma si possible pour la beauté de l'image.
    Newstrum
    Newstrum

    Suivre son activité 15 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 1 juin 2018
    Un film chaleureux aux mille détails pittoresques. Ford parle du retour au pays d'un fils prodigue qui est autant Sean que lui-même. L'histoire d'amour entre Sean et Mary Kate (formidables John Wayne et Maureen O'Hara) contrariée par la coutume est aussi l'histoire d'un amour pour l'Irlande, ici terre semi-imaginaire. Visuellement, Ford est au sommet de son art et l'on ne se lasse pas de voir et revoir L'Homme tranquille. Voir mon analyse et ma critique complète sur mon blog : newstrum.wordpress.com
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 468 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mai 2018
    Sean Thornton, boxeur américain d'origine irlandaise, décide de revenir sur ses terres natales pour y habiter. C'est dans le petit village d'Innisfree qu'il s'installe, rachetant le cottage dans lequel il est né, tombant au passage amoureux de Mary Kate Danaher, une jolie rousse au fort caractère. Pour la séduire, Sean est obligé de respecter la tradition irlandaise et obtenir l'accord du frère de Mary Kate s'il veut lui faire la cour. Or, celui-ci, caractériel à la poigne facile, refuse. C'est tout le village qui devra donc ruser pour que Sean et Mary Kate puissent se marier... De tous les films de John Ford, c'est sans aucun doute son plus personnel, qu'il mit des années à monter. Ici, le cinéaste délaisse son décor de Monument Valley pour filmer l'Irlande qu'il aime tant et en Technicolor ! L'herbe y est plus verte que jamais et Maureen O'Hara est la plus rousse de toutes les rousses ! S'attardant avec humour sur les traditions irlandaises qu'il regarde avec bienveillance, Ford célèbre le bonheur simple, le vivre-ensemble et pose un regard vraiment attendri sur son pays, son amour de la bière, de la bagarre et de la pêche. Parfois un poil excessif, "L'homme tranquille" est un film touchant dans lequel John Wayne se retrouve dans un rôle plus attendrissant qu'à son habitude, se montrant parfaitement à l'aise dans son rôle. Si Maureen O'Hara est un poil agaçante dans son rôle d'Irlandaise têtue, les seconds rôles et en particulier Barry Fitzgerald sont irrésistibles, donnant au film une atmosphère bucolique fort plaisante en dépit de ses longueurs.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 182 abonnés Lire ses 89 critiques

    3,0
    Publiée le 28 avril 2018
    Un ancien boxeur américain vient vivre dans son Irlande natale avec le souhait de racheter la maison que ses parents possédaient autrefois. Il se heurtera très rapidement à l’animosité de Red Will Danaher qui souhaite aussi acheter la parcelle. Comme si la relation entre eux ne débutait pas assez mal, l’ancien boxeur tombe amoureux de Mary et souhaite l’épouser. Le problème étant que Mary est la sœur de Red. John Wayne est ici L’homme tranquille. Le titre fait penser à une petite opérette et nous sommes effectivement loin des complexes Raisins de la colère, La Prisonnière du désert ou encore Qu’elle était verte ma vallée et Rio Grande du même réalisateur, John Ford. C’est ici l’ironie et la légèreté qui résonnent dans cette querelle irlandaise qui lui vaudra tout de même l’Oscar du Meilleur Réalisateur. Un poil sexiste, L’homme tranquille parvient néanmoins à trouver la juste mesure entre humour et drame. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 477 critiques

    5,0
    Publiée le 3 avril 2018
    « L'Homme Tranquille » est un véritable exploit. Personne, pas une seule compagnie cinématographique ne voulait financer ce film, dont tous méprisaient le scénario : trop simple, trop intimiste, trop Irlandais... L'une d'entre elles a finalement accepté de le produire, mais à reculons. Résultat... Ce fut l'un des plus grands succès populaires et critiques de John Ford. Romance intense et symbolique, Ford y exprime tout son amour pour l'Irlande de ses ancêtres, et en filigrane pour la terre d'immigration que sont les États-Unis. Ford délaisse ici le western pour un film contemplatif, où l'action n'est mue que par les sentiments, notamment amoureux. Dans ce long métrage il n'y a pas de réel méchant, pas d'échanges de coups de feu, et pourtant il y a de la tension, du suspense. Une tension incarnée par Maureen O'Hara, aux cheveux d'un roux flamboyant. Personnifiant la fougueuse et traditionnelle Irlande à elle seule, elle donne bien du fil à retordre à son partenaire, l'inimitable John Wayne. Ils forment tous les deux un couple tonique et magnifique, à l'image de la rugueuse Irlande : ses bocages, ses collines, ses averses torrentielles, ses vieilles pierres... Une Irlande sublimée par un Technicolor somptueux, qui ne rend la rousseur de Maureen O'Hara que plus éclatante. John Ford arrive à retenir notre attention, à nous passionner pour ce qu'il filme, par la seule puissance de l'image, assistée ici et là de la parole. Entre Wayne et O'Hara, c'est le coup de foudre immédiat. Mais leur amour reste irrésolu, leur union n'est pas consommée. Et c'est cette tension qu'exploite Ford, ce manque profond qui déchire nos deux héros. La tradition un peu bête et méchante est alors incarnée par le truculent Victor McLaglen, qui joue le frère de O'Hara... et qui ne manque pas de bravoure, en personnifiant également l'honneur de la famille, auquel devra se frotter John Wayne. L'image, je le disais, a ici une force phénoménale. Une force tellurique, presque primitive, quasi biblique, comme dans les meilleurs films de Ford et de son disciple Kurosawa. Il suffit d'un plan sur le verdoyant paysage ou sur O'Hara et sa robe bleu azur et rouge vif, les cheveux au vent, pour nous faire fondre. Tout est dit avec une grande économie de moyens. Le moindre tressaillement, le moindre regard en dit plus que de vaines paroles. La demande en mariage de Wayne envers O'Hara devient alors irrésistible, un moment de poésie et d'humour rares. Mais toute cette énergie ne serait pas aussi joyeuse sans un autre de ses exutoires : la chaleur et l'humanité des personnages « secondaires ». Ward Bond y est exceptionnel en prêtre au physique (et au caractère) de rugbyman, tout comme Barry Fitzgerald en entremetteur de mariage malicieux. Même Mildred Natwick nous donne le sourire, en châtelaine plus humaine qu'il n'y paraît, ne serait-ce que par son honneur blessé. « L'Homme Tranquille » est tout autant un film intimiste qu'un film épique... voire homérique (clin d’œil à une séquence qui m'a fait rire aux éclats : Fitzgerald devant le lit nuptial) ! Si nous retrouvons deux héros dignes à leur façon de l'Iliade ou de l'Odyssée, nous sommes également face au chœur antique, à la foule passionnée, parfait reflet des sentiments du couple principal. Ces personnages qui sont tout sauf secondaires, qui font tout le charme du film, qui démultiplient l'intrigue en dizaines de sous intrigues, qui viennent donner davantage de corps à un film qui n'en manquait pourtant pas. Il en résulte une séquence finale réjouissante, avec cette foule curieuse et avide d'action, qui ne fait que grossir à mesure que la perspective d'un affrontement mémorable se fait de plus en plus plausible. En somme, « L'Homme Tranquille » est un long métrage qui déborde de générosité, comme une choppe de Guinness remplie à ras bord, avec laquelle on trinque entre amis en partageant un grand sourire. John Ford signe là un film onirique et réaliste à la fois, comme un rêve éveillé, improbable et pourtant si réel, si vrai. Un très beau film.
    Walter Mouse
    Walter Mouse

    Suivre son activité 412 abonnés Lire ses 317 critiques

    4,5
    Publiée le 13 août 2017
    John Ford va batailler ferme pendant 15 longues années pour qu'Hollywood accepte de financer son adaptation de The Green Rushes, roman de Maurice Walsh lui donnant la possibilité de raconter sa première grande histoire d'amour. Le réalisateur s'en retourne donc vers sa mère-patrie mais pour la dépeindre sous un tout nouveau jour. Loin des représentations ambiguës pour ne pas dire ténébreuses qui figuraient dans ses précédents films sur l'Irlande, L'Homme Tranquille est une vision utopique du pays mettant en avant la bonne entente et la convivialité régnant au sein de la petite communauté fictive d'Inisfree, très attachée aux traditions. Les forces de l'ordre ne sont quasiment jamais visibles, la ville ne souffre d'aucun problème économique et chaque habitant est relié à un autre. Au coeur de cette bourgade rayonnent la reine du Technicolor Maureen O'Hara et la bonne mine du titan John Wayne, fidèle à lui-même. Leur romance charmante et pittoresque à souhait nous met à l'aise dans notre cocon où moments de pure joyeuseté et expériences de vie difficiles forment un tout diablement homogène et agréable. La résolution innocemment fordienne étend l'ambiance bon enfant pour le plaisir sans que le metteur en scène perde le contrôle tonal. Un retour au bercail ravivant et plein de beaux moments de cinéma. Du John Ford comme on l'aime!
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2017
    L'ouverture du film et l'arrivée de Sean Thornton (John Wayne) à la gare donne le ton : "L'Homme tranquille" sera tourné presque exclusivement vers la joie et la bonne humeur, "presque" car Sean sera tourmenté par un passé douloureux et par un présent lui réservant quelques obstacles, en particulier un mariage difficilement concrétisable avec la belle Mary Kate Danaher (Maureen O'Hara); cette histoire d'amour semblait pourtant bien commencer, avec une rencontre lyrique et vibrante, mais se voit très vite contrariée par le frère Will Danaher. Si le conflit est pris au sérieux par Ford, jusqu'au point où l'union entre Sean et Mary Kate semble impossible et engendre quelques séquences sombres, il est néanmoins dépassé par un stratagème comique qui vient malicieusement redistribuer les cartes. L'intelligence de "L'Homme tranquille" est donc de ne pas écarter ce qui pourrait empêcher le couple de se former - en somme, le film est dépourvu de naïveté - tout en privilégiant la légèreté de façon à ce que tout se finisse bien; quant à l'émotion qu'il génère, elle provient d'un mélange de virilité et de douceur et d'un contraste entre l'esprit de camaraderie et une passion exacerbée. En bref, John Ford signe un film d'une grande lucidité aux personnages tous attachants.
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 285 critiques

    3,0
    Publiée le 31 janvier 2017
    L'homme tranquille (1952) TCM Cinéma le 26.01.2016 Chef d'oeuvre de John Ford clament certains ! C'est loin d'être mon avis et cette aventure ne ferait certainement plus de nos jours, 3.6 millions d'entrées en salles comme lors de sa sortie ! Mais à l'époque (1952) il y avait l'aura de John Wayne. Mais ne boudons pas notre plaisir ! Cette romance à l'eau de rose sans indiens, sur fond de traditions rigolotes,se laisse suivre avec plaisir et sans intérêt toutefois ! Mais s'oublie rapidement Beaucoup trop de chansonnettes insignifiantes autant qu'insupportables viennent nous pomper l'air pour prolonger inutilement la durée du film (ouf, je les supprime à l'enregistrement !), trucages épouvantablement mauvais, scénario pas très dense... Quant à Maureen O'Hara, elle en fait des tonnes de trop et finit par devenir agaçante ! On aurait volontiers conseillé à John Wayne de repartir vers l'Ouest en chantant "I'm a poor lonesome cow-boy" sur fond de soleil couchant ! L'homme tranquille le serait ainsi resté ! Au départ, tous les hommes naissent libres et égaux. Après, il y en a qui se marient... willycopresto.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 77 critiques

    5,0
    Publiée le 11 janvier 2017
    Un superbe film de John Ford, sans doute l'un de ses plus personnels. Cette évocation de l'Irlande est l'occasion de présenter un visage méconnu de John Wayne, l'acteur fétiche du cinéaste et aussi un peu son double, dont le jeu d'ordinaire limité s'étend ici à une palette d'émotions qu'il a rarement mise en action. Face à lui, Maureen O'Hara est magnifique et son apparition au début du film, chevelure rousse détachée d'un pâturage verdoyant, est un grand moment de cinéma.
    btravis1
    btravis1

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 74 critiques

    4,0
    Publiée le 23 décembre 2016
    Très bonne version restaurée pour ce classique de John Ford qui nous fait découvrir l'Irlande et ses traditions de l'époque. Couple d'acteurs au diapason entouré d'une pléiade de seconds rôles, le plus drôle revenant à l'entremetteur porté sur la boisson. On sourit pendant tout le film, qui met de bonne humeur jusqu'à la bagarre finale qui paraît quand même interminable. A noter également une très belle scène de courses à cheval près de la plage.
    Danny Wilde
    Danny Wilde

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 125 critiques

    4,5
    Publiée le 23 mai 2016
    De tous les films de John Ford, L'homme tranquille est sans conteste le plus chaleureux et le plus personnel. En effet, Ford a choisi entre 2 westerns, de retrouver son Irlande ancestrale dont il se plait à restituer la joie de vivre, l'humour bagarreur, la générosité et l'inimitable tendresse, ainsi que les coutumes séculaires. A l'aide d'un superbe technicolor qui met en valeur la chevelure rousse de Maureen O'Hara, Ford évoque le petit monde irlandais d'un village campagnard avec ses traditions, ses disputes, ses filles rousses, ses solides buveurs de bière stout, ses murets de pierres sèches et ses vertes prairies. Il réussit une sorte de comédie humaine haute en couleurs dans cette Irlande pittoresque, s'attachant autant à la nature pleine de charme bucolique et de beauté, qu'aux personnages truculents et passionnés. C'est une peinture délicate et sensible remplie de chaleur humaine qui traite aussi de l'intégration d'un individu dans une communauté, un film merveilleusement poétique où le trio Wayne-O'Hara-McLaglen est remarquable, sans oublier le malicieux Barry Fitzgerald. L'oeuvre d'un grand metteur en scène qui vous revigore et vous purifie l'âme.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 1 944 critiques

    4,0
    Publiée le 11 février 2016
    Le film d'une vie pour J. Ford, qui le porta durant un quart de siècle, essuyant refus sur refus de la part des studios. Il arrivera tout de même à convaincre J. Wayne et M. O'Hara de le suivre dans cette aventure et le soutien des 2 stars lui sera bien utile pour mener à bien son entreprise, passant de multiples deals avec le studio Republic pour qu'il accepte de financer le projet. Splendeur des couleurs, beauté des paysages, acteurs rayonnants bref, le spectacle visuel est total. L'homme tranquille du titre, c'est aussi J. Ford qui filme son Irlande de manière idéalisée certes mais avec une sincérité et une bienveillance qui ne souffre d'aucune contestation. L'artiste est sûr de ses cadres, sûr de ses acteurs, sûr de son découpage et il livre un film apaisé visuellement, d'une grande limpidité et qui alterne scènes potaches avec moments d'émotion de manière brillante. Un film magnifique, grandiose sans être grandiloquent et d'une belle simplicité. Un classique à part entière qui reste l'un des plus cher au coeur de Ford mais aussi de ses acteurs. D'autres critiques sur
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 196 critiques

    4,5
    Publiée le 6 janvier 2015
    Un très beau film. Je crois qu'on ne peut effectivement pas renoncer au terme de "film romantique", mais son charme ancien, la nature magnifique et John Wayne loin des westerns nous emmènent dans un récit très touchant, très bien filmé et aux personnages au caractère bien trempé. Ça c'est aussi l'Irlande qui veut ça. Un cadre magnifique. Il faut aussi dire qu'en plus il y en fond la culpabilité du héros, sa fragilité. C'est pour ça que je me refuse à le comparer à une "comédie romantique": il y a une profondeur et une épaisseur du récit qui relève tout. C'est superbe
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 859 critiques

    4,0
    Publiée le 6 janvier 2015
    C'est avec curiosité que je voulais voir John Wayne dans un autre registre que les Westerns et les films de guerre, ici, il s'essaye à la comédie sentimentale et en plus c'est John Ford qui le réalise en 1952 de quoi attendre du bien et c'est le cas !! Le cinéaste pose ses caméras en Irlande, sa terre natale, pour une histoire romantique entre un ex boxeur venant d'Amérique sur les lieux ou son père vivait. Il tombe sous le charme d'une paysanne Rousse auquel il essaye de la séduire mais le frère de la demoiselle, un riche qui a des terrains (le boxeur est plus riche) le jalouse et s'oppose à l'union. Les paysages d'Irlande sont magnifiques, la Technicolor qui va si bien à John Ford est superbe, le scénario tient la route, voila un film qui détend. John Wayne nous la joue romantique, charismatique et un peu coléreux au coté de la jolie Maureen O'hara. Une scène mémorable figure dans le "E.T l'extraterrestre" de Steven Spielberg, le premier baiser avec un souffle de vent dans la maison du héros embrassant sa bien aimée, la séquence sera reprise entre Henry Thomas et Erika Eleniak. Du bon cinéma d'autrefois.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top