Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Happy Together
note moyenne
3,5
476 notes dont 32 critiques
41% (13 critiques)
28% (9 critiques)
6% (2 critiques)
19% (6 critiques)
6% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Happy Together ?

32 critiques spectateurs

Espace-Critique.fr
Espace-Critique.fr

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 246 critiques

4,5
Publiée le 29/07/2018
L'immense talent de Wong Kar Wai au service d'une histoire d'amour malheureuse entre les très charismatiques Leslie Cheung et Tony Leung. Montage nerveux, temporalité éclatée et mise en scène vibrante pour rendre sensible la grandeur du sentiment et la moiteur des nuits argentines. L'ensemble s'inscrit dans la veine électrique et inspirée des premiers films du réalisateur, avant le succès du plus tranquille (et non moins sublime) In The Mood For Love. A voir!
il_Ricordo
il_Ricordo

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 401 critiques

4,0
Publiée le 02/01/2012
Wong Kar-Wai signe avec Happy Together un film à l'esthétique surprenante de beauté. Certaines scènes ne sont pas réussies, notamment celles où l'on est enfermé dans un appartement, mais l'ensemble forme un kaléidoscope lumineux et onirique. Un couple d'homosexuels est en train de se défaire : chaque scène marque un déchirement, suggéré par un regard, un mouvement brusque de caméra, un air de musique... et chaque fois que l'on se réconcilie, cela ne fait que panser les plaies sans les guérir vraiment : une cigarette fumée ensemble annonce d'elle-même qu'elle s'éteindra d'ici peu. La rupture paraît à tout moment imminente, les caractères antagonistes de Tony Leung et Leslie Cheung ne sont pas incompatibles, mais ils ne croient pas eux-même aux efforts qu'ils font pour se rapprocher. Happy together, d'une forme complexe, est un déchirement émotionnel et visuel.
asketoner
asketoner

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 277 critiques

5,0
Publiée le 28/04/2007
Où l'on se rend compte que le sentiment amoureux est comme le cinéma : imprévisible, libre et obsessionnel à la fois.
Jean-luc G
Jean-luc G

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 357 critiques

2,0
Publiée le 16/09/2017
Moi, je ne suis pas sorti "très heureux" avec ce film. Quelle déception quand on aime à la folie le Kar-Wai de In the mood for love. Est-ce une saturation de voir les amours homos portés à l'écran ? Bien interprétés au demeurant. L'empathie avait mieux fonctionné avec les deux cow-boys de Brokeback Mountain. Bien sur, c'est mélancolique et sans issue, on s'y attendait; bien sur, il y a l'ambiance attirante du quartier interlope de La Boca dans Buenos-aires. Quelques superbes prises de vues, reconnaissons le, mais pourquoi cet alternance de N&B et de couleurs? Désolé, cette fois-ci, je suis resté sur le quai, et me suis ennuyé. cinema vo - septembre 2017
jus d'citron
jus d'citron

Suivre son activité Lire ses 39 critiques

4,0
Publiée le 02/10/2018
Il m’a semblé que Happy together était un petit peu moins inspiré que d’autres films de WKW que j’avais pu voir, mais cela reste malgré tout un très beau film. Fidèle à son style (chronologie plus ou moins floue, voix off, scènes qui se répètent), et toujours aussi magnifique visuellement (lumières, cadres, caméra à l’épaule), avec quelques musiques très pertinentes et quelques fulgurances (oh cette scène de tango dans la cuisine…on aimerait que ça dure toujours), le film souffre néanmoins de pas mal de longueurs de par son scénario trop léger. Cependant une grande cohérence se dégage de l’ensemble, comme un grand poème sur la solitude urbaine et l’errance, et les trois acteurs principaux sont tous très bons (surtout Leslie Cheung, toujours aussi habité et sensuel). Pas le meilleur WKW que j’ai vu, mais assurément un très bon film.
Kristi Anne O
Kristi Anne O

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 1 632 critiques

4,5
Publiée le 22/03/2018
Une mise en scène d’esthète recherché et à la musique de maestro tango latino, la romance de deux drôles de gus homo, ennuyeux amant terrible à la folie. Des scènes de sexes gays explicites comme dans les mangas Yaoi et de belles photographies de globe-trotter. Le paysage de l’Argentine en thème central m’a plue, des expatriés venus vivre leurs secrets de Hong-Kong puis Taïwan au rendez-vous du cinéma remarquable.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 899 critiques

4,0
Publiée le 29/08/2017
Deux années après le remarquable Les Anges déchus, Wong Kar-wai écrit et réalise Happy Together, où il nous parle d'amour, de voyage, de vies à deux et tout ce que ces sensations provoquent. Une fois l'oeuvre finie, on se rend compte que Wong Kar-wai a tout compris, ce qu'est le vrai amour, à la fois obsessionnel mais aussi épris de liberté et bien évidemment imprévisible. Il écrit Happy Together comme un cycle, où la relation qu'il met en scène se construit pour mieux se déconstruire, où l'inverse, et ne s'intéresse qu'à ça, où les sensations passent aussi par les regards ou gestes plutôt que les mots. Ici, il n'alourdit jamais son oeuvre avec le sujet de l'homosexualité, mais le traite comme n'importe quelle autre relation, sans faire de différence, ce qui en fait sa force et un intérêt particulier pour les propos. Il y a une certaine justesse dans son film, notamment lorsqu'il aborde et fait vivre les sentiments, tout sonne vrai et on se retrouve plongé au cœur de cette aventure. Il y fait ressortir un aspect poétique, mais aussi mélancolique, malgré le fond parfois violent de cette relation un peu basée sur du Je t'aime, moi non plus. Comme souvent dans son cinéma, l'aspect esthétique est en parfaite osmose avec le fond, ses cadrages sont souvent très justes et tout cela permet de mieux faire ressortir les sensations venant des protagonistes. Il capte aussi les villes qu'il met en scène, sachant en tirer une réelle substance, tout comme la fuite d'Hong-Kong devient un symbole lorsqu'on connaît l'histoire récente de son cinéma. Le fond sonore colle aussi parfaitement aux images, tandis que Tony Leung et Leslie Cheung sont parfaits, sachant retranscrire à merveille les sensations, parfois bien compliquées, de leurs personnages. Wong Kar-wai met en scène avec Happy Together l'amour dans sa forme la plus vraie, avec mélancolie, intensité, parfois dureté mais toujours une certaine justesse, bien aidé aussi par deux remarquables comédiens.
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 919 critiques

3,0
Publiée le 12/03/2017
Finalement il aura fait tout ce chemin pour se rendre compte que l'espoir d'un amour le rend plus heureux que la vie de couple tumultueuse faite de tristesse, de joies furtives et de séparation qu'il aura connu en Argentine. Le fond est plutôt mélancolique mais n'atteint pas le style flamboyant qui verra naître 3 ans plus tard "in the mood" dans lequel il réussissait avec une élégance folle a en dire davantage par les regards et la nonchalance d'une démarche de femme. Ici c'est un film d'hommes, plutôt pudique, mais assez bavard et au style moderne et flashy.
maxime ...
maxime ...

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 461 critiques

1,5
Publiée le 18/09/2016
Wong Kar-Wai filme ces lieux ( nouveaux ), hommes, décors avec son regard habituel mais ne lui donne aucune insouciance ( ou presque ) et déglingue sa poésie au profit du dépaysement rechercher à tout prix. La légèreté s'envole pour laisser place à du rigide de l'abrupt, de la dispute vaine et trop insaisissable pour moi ! Les précédents long métrage m'avais quelques peu déconcerté mais toujours envoûté, cette fois-ci la magie ne s'est pas pointé. Qui plus est, le manque de scénario se fait ressentir, l'atout c'est retourné et est devenu fardeau. Une grosse déception malgré quelques brèves passages très beau !
Extremagic
Extremagic

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 483 critiques

2,0
Publiée le 28/07/2015
Un Wong Kar-Wai mineur qui n'a pas les atouts de ses autres réalisations. Les personnages sont simples et quelconques, la réalisation est en service minimum (au moins n'est-elle pas surexcitée !). Ici on s’ennuie mais sans cette sensation de mélancolie, sans cette beauté toute particulière au cinéaste, on perd l'aspect lancinant pour un truc franchement soporifique. Après il n'en reste pas moins de magnifiques moments comme les chûtes d’Iguaçu sur ce tango calme et posé, on ressent toute l'intensité de la nature, sa surpuissance et son austérité quasi apaisante, il y a quelque chose de très malickien là-dedans. Sinon encore une fois on a l'impression que le film manque sa fin, disons que la fin est excellente mais on sent que ça aurait pu se finir avant et qu'il y avait tellement d'intensité à un certain moment que ça aurait dû se finir là. Après l'intensité il la regagne dans les derniers plans mais je n'aime pas trop cette manière qu'il a de relancer l'intrigue pour pas grand chose. Bon voilà je pense continuer à voir des films de ce réal en espérant tomber sur une dérouillée de la trempe de Chungking Express mais pour l'instant c'est pas encore ça !
Vivons curieux !
Vivons curieux !

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 53 critiques

4,5
Publiée le 23/07/2014
Ho Po-Wing (Leslie Cheung) et Lai Yiu-Fai (Tony Leung Chiu-Wai) sont deux amants, originaires de Hong-Kong, épris de l'un de l'autre ; des êtres passionnés à forte personnalité. Un jour, pour tenter de sauver leur relation et repartir de zéro comme ils aiment souvent se le répéter, Ho Po et Lai décident de quitter leur ville natale et... Lire la suite sur Vivons curieux !
butlov
butlov

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 284 critiques

5,0
Publiée le 13/10/2013
C'est rare de voir une histoire gay dans le cinéma asiatique, Wong Kar-Wai, nous raconte son film, en nous montrant la solitude de ses interprètes, et la difficulté qu'ils ont à s'adapter à un monde qui ne veut pas vraiment d'eux. Un film très poétique, qui vaut surtout pour la réalisation irréprochable, et pour le réalisme de ses personnages centraux. De loin, mon film gay culte !
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 608 critiques

1,0
Publiée le 15/06/2012
Quatrième film que je vois de Wong Kar-Wai et quatrième fois que je m'emmerde (je rassure les fans du cinéaste, j'arrête les dégâts ici !!!). Et là, je me suis encore plus ennuyé que les trois autres fois. Une jolie image de temps en temps ne suffit pas à faire un bon film. L'absence de trame se fait très vite sentir, les personnages ont l'air de se faire chier (au moins on ne peut pas reprocher au film de ne pas savoir faire ressentir de l'empathie envers ces derniers !!!). Il aurait peut-être fallu que le réalisateur emmène quelques fois sur le tournage une feuille de papier et un crayon mais c'était peut-être trop lui demander. Heureusement que l'excellente chanson des "Turtles" qui donne son titre au film réveille sur le générique de fin, de très loin la meilleure partie de l'ensemble.
LeRegicide
LeRegicide

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 348 critiques

2,5
Publiée le 09/02/2012
Un film qui marche avant tout sur une esthétique visuelle et des cadrages qui s'apposent parfaitement sur une histoire de je t'aime/moi non plus violente et relativement malsaine.
Parkko
Parkko

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 012 critiques

3,5
Publiée le 03/12/2011
Sixième film de WKW que je vois et c'est le premier que j'apprécie (!). Pourquoi ? Pour plusieurs raisons mais notamment en terme de mise en scène, je trouve que c'est beaucoup moins épileptique que d'habitude. Disons que dans des films comme In the mood for love je trouve sa mise en scène très grossière, très appuyée, là je trouve ça déjà bien plus fin et plus sympa à regarder. Ensuite, y a le scénario qui m'a bien plu. Le fait d'aborder une histoire d'amour gay sans évoquer l'homosexualité je trouve ça juste génial, car le lieu commun aurait été de parler de ça comme thème principal (on est dans les années 1990 en plus, donc c'est pas un thème encore très rependu), alors que là le sujet est bien sur l'amour, peu importe la sexualité des deux protagonistes.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top