Mon AlloCiné
La Horde sauvage
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Horde sauvage" et de son tournage !

Coburn, Oates, Jones: un trio de choc

Parmi les acteurs fétiches de Sam Peckinpah figurent James Coburn, qui tourna à trois reprises dans Major Dundee, Pat Garrett et Billy le Kid et Croix de fer sous la direction du cinéaste, et Warren Oates qui s'illustra dans quatre de ses films : Coups de feu dans la sierra, Major Dundee, La Horde sauvage et Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia. Quant à L.Q. Jones, il jouera dans les 3 derniers films cités et dans Pat Garrett et Billy le Kid et Un nommé Cable Hogue. Il sera également au générique de Casino de Martin Scorsese, et de The Last Show de Robert Altman.

Le retour du grand Sam

Après Major Dundee (1965), Sam Peckinpah fut mis pendant trois ans à l'écart par les studios américains. Renvoyé du tournage du Le Kid de Cincinnati, dont il avait commencé le tournage en noir et blanc, il y rencontre néanmoins Steve McQueen. Ils tourneront plus tard plusieurs films ensemble. Le Kid de Cincinnati est finalement réalisé par Norman Jewison en 1965.
Peckinpah écrit alors le scénario de Pancho Villa, mais il le vend à la Paramount. Le film sera finalement réalisé en 1968 par Buzz Kulik, avec Yul Brynner, Robert Mitchum et Charles Bronson, retrouvant un univers mexicain proche de celui de La Horde sauvage.

Une violence extrême

La Horde sauvage est la réponse du cinéma américain au western spaghetti. Sam Peckinpah a donné à son film une violence extrême et rarissime pour l'époque. "Je veux que le spectateur ressente de la manière la plus forte, la plus terrible possible, la violence cataclysmique, irresponsable qui peut s'emparer de l'homme", déclarait le cinéaste. "J'ai fait ce film parce que j'étais très en colère contre toute une mythologie hollywoodienne, contre une certaine manière de présenter les hors-la-loi, les criminels, contre un romantisme de la violence (...). C'est un film sur la mauvaise conscience de l'Amérique". Dans cette quatrième oeuvre, le cinéaste poursuit ainsi, d'une manière radicale, son attaque farouche des mythes traditionnels du western. Il est aussi une dénonciation implacable de la barbarie des hommes, tandis qu'au Vietnam la guerre fait rage.

Le choix des comédiens

Avant d'échoir à William Holden, le rôle de Pike Bishop fut proposé à Lee Marvin, Burt Lancaster, James Stewart, Charlton Heston, Gregory Peck, Sterling Hayden, Richard Boone et Robert Mitchum, qui ont tous refusé. Sur le tournage, Peckinpah et Holden se sont entendus à merveille, ce dernier rappelant à Peckinpah les attitudes de son père.
Ernest Borgnine boitait réellement pendant le tournage au Mexique. S'étant cassé la jambe pendant le tournage du Le Crime c'est notre business (1968) de Gordon Flemyng, où il tournait déjà aux cotés de Warren Oates), il devait porter un plâtre.

Auteur-cascadeur

Le co-auteur de l'histoire (avec Walon Green) dont est tiré le scénario, Roy N. Sickner, dirige aussi l'équipe des cascades. Il a fondé l'Association des Cascadeurs de Hollywood.

Quelques chiffres

Les acteurs principaux avaient chacun sept costumes identiques. Tous ont été détruits pendant le tournage. 90000 cartouches à blanc ont été utilisées au cours de la bataille finale. Cette scène a nécessité 12 jours sur les 81 qu'a duré le tournage complet du film.
Le vol du train n'était pas dans le scénario. Toutes les scènes s'y rapportant ont été improvisées, sur une seule journée.
La dernière scène à être tournée fut l'explosion du pont sur la rivière Nazas (qui se substituait à l'occasion au Rio Bravo). Elle nécessita 5 cascadeurs, six caméras, une seule prise.

Problèmes de montage

D'après le monteur, Lou Lombardo, la version originale contient 3643 coupes, ce qui était alors le plus grand nombre de coupes pour un film Technicolor. Certaines de ces coupes, subliminales, sont imperceptibles à l'oeil nu. Cette première version du film de Sam Peckinpah dure alors 2h31. Après des réactions trop passionnées, le montage est ramené à une version de 2h25. Peckinpah retire le troisième flashback consacré au meurtre de la femme mariée dont Pike était l'amant. Le film se retrouve ainsi distribué dans 300 salles sur le territoire américain, mais les entrées sont décevantes et les producteurs de la Warner procèdent à un nouveau montage (sans Sam Peckinpah, alors en vacances) qui ramène le film à une durée de 134 minutes. Ainsi, les copies en distribution se retrouvent souvent différentes les unes des autres. Les scènes de violence restèrent cependant identiques dans les différentes versions. En Europe, la version distribuée fut la version complète du film.
Peckinpah rentra en conflit permanent avec les producteurs pur le montage final de ses films (son Major Dundee avait déjà dû subir une coupe de 36mn, passant de 2h40 à 2h04).
La Horde sauvage sera restauré dans sa version originale, voulue par Sam Peckinpah, en 1995.

Les récompenses du film

La Horde sauvage a reçu deux nominations à l'Oscar 1970 : Meilleure musique pour Jerry Fielding, Meilleure histoire et scénario pour Jerry Fielding, Sam Peckinpah et Roy N. Sickner. De plus, Lucien Ballard reçut le prix du meilleur directeur photo aux National Society of Film Critics Awards en 1970.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Frères Sisters (2018)
  • La Nonne (2018)
  • Première année (2018)
  • L'Amour est une fête (2018)
  • Non-Stop (2014)
  • BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018)
  • Photo De Famille (2018)
  • Mademoiselle de Joncquières (2017)
  • Un Peuple et son roi (2017)
  • Le Poulain (2017)
  • La Prophétie de l'horloge (2018)
  • En eaux troubles (2018)
  • Les Déguns (2018)
  • Climax (2018)
  • I Feel Good (2017)
  • L'Ombre d'Emily (2018)
  • L'Amour c'est mieux à deux (2009)
  • The Little Stranger (2018)
  • Galveston (2018)
  • Peppermint (2018)
Back to Top