Mon AlloCiné
Dernier amour
note moyenne
3,4
14 notes dont 3 critiques
33% (1 critique)
33% (1 critique)
33% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Dernier amour ?

3 critiques spectateurs

soniadidierkmurgia

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 3 096 critiques

4,0
Publiée le 03/01/2013
En 1978, la comédie à l'italienne ne semble plus être qu'un lointain souvenir. Les metteurs en scène et les acteurs majeurs de cette formidable période créatrice sont tous entrés dans l'âge mûr. "Le dernier amour" (premier amour pour le titre italien) de Dino Risi peut être vu comme le testament d'une génération dorée qui ne se voit pas d'héritier, le cinéma italien n'ayant pas su rebondir après les âges d'or successifs du néo-réalisme, de la comédie à l' italienne, du péplum et du western spaghetti. Les héros ont vieilli et c'est Ugo Tognazzi le moins célèbre du quintet magique (Mastroianni, Gassman, Sordi, Manfredi et Tognazzi) qui accepte d'endosser le costume de l'acteur de seconde zone dont le parcours de toute une vie à cachetonner l'a mené jusqu'à cette maison de retraite pour acteurs dans le besoin. La fierté pousse Ugo à se présenter aux autres pensionnaires de l'institution comme étant de passage entre deux spectacles et à s'affronter d'emblée avec le directeur (rôle tenu par le ténor Mario Del Monaco) qui règne en despote sur la petite communauté et sur le personnel féminin qu'il soumet à ses caprices. Dino Risi en observateur amusé mais bienveillant nous montre les petites manies de tous ces retraités en proie à une potacherie régressive. Les hommes en paix avec leur libido passent leur temps à faire des blagues comme au temps où ils n'étaient encore que des "ragazzi", temps que l'on sait béni en Italie. Dans ce registre le gag de la loterie au prochain macchabée est impayable, comme quoio Rsi n'a rien perdu de sa férocité. Les femmes de leur côté, inquiètes de leur beauté disparue conservent soigneusement rangés dans leur armoire, les costumes du temps de leur splendeur et scrutent dans le regard des hommes encore jeunes le signe d'une séduction toujours présente. Refusant de s'assimiler à ses colocataires un peu plus âgés, Ugo qui s'accroche à une jeunesse qui l'abandonne à grands pas, croit trouver en la jeune et jolie femme de ménage Renata, la potion magique qui lui permettra de retarder son entrée dans le monde de l'oubli. Mais Risi n'est pas dupe et il sait bien que quelques subterfuges qu'on utilise l'horloge du temps ne s'arrête jamais. Au contraire, à vouloir s'abreuver à la fontaine de jouvence incarnée par la sublime Ornella Muti, Ugo va se trouver violemment confronté à la réalité qu'il voulait fuir. Le choc sera si brutal que la mémoire fera longtemps défaut à Ugo dont l'inconscient dans un ultime réflexe de survie préférera se mettre au repos. Il sera alors temps d'accepter son sort et de rejoindre après une escapade un peu folle et ridicule à Rome pour brûler ses dernier feux et le solde de sa retraite, la villégiature précédemment refusée. Dino Risi met dans cette comédie un peu désenchantée tout ce qui fait le charme de son cinéma : la dérision douce amère, l'observation acerbe, l'ironie flamboyante ou la tendresse derrière la moquerie. Sa direction d'acteur est comme toujours aussi juste et Tognazzi sous la direction du maître qu'il connaît bien se prête de bon cœur à cet exercice difficile et pas forcément évident pour un acteur qui connait alors une éclipse . Il en sera récompensé la même année avec le triomphe de "La cage aux folles" de Molinaro où aux côtés de Michel Serrault il retrouve les sommets Quant à Ornella Muti que dire d'autre sinon qu'elle n'a peut-être jamais été aussi belle. "Dernier amour" n'est certainement pas une oeuvre mineure dans la carrière de Risi comme certains voudraient l'y ranger trouvant que le réalisateur et son scénariste Ruggero Maccari n'ont pas su renouveler le thème de "L'ange bleu" où le vieil homme est humilié par une jeunesse calculatrice et ingrate.
NeσLaiη

Suivre son activité 156 abonnés Lire ses 4 731 critiques

5,0
Publiée le 02/03/2013
Magnifique film italien avec un grand Ugo Tognazzi et arrivant dans une maison de retraite Il va y rencontrer la belle et jeune Ornella Muti dont il va tomber tomber totalement amoureux. Par la suite, il lui partira à Rome pour vivre avec elle un idylle, pensant avec grande naïveté qu'il va pouvoir vivre sa retraite comme les débuts d'un premier et non "dernier amour", ou tout est va t-on dire, rose et insouciant. A voir absolument ou la douceur, les émois parfois cruels et les sourires ou rires volent et s'envolent avec légèreté ou bien chagrin.
landofshit0

Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 741 critiques

3,5
Publiée le 06/05/2013
Le titre original du film n'est pas dernier amour mais Primo amore,ce qui n'a absolument pas le même sens. C'est le rapport d'un homme arrivé à la retraite Ugo Tognazzi qui va tomber littéralement sous le charme puis amoureux pour le première fois d’où le titre du film d'une jeune femme de chambre, Ornella Muti. L'homme ancien comédien,va sentir au contact de la jeune femme la jeunesse l’envahir. Il connaitra tous les joies et les deboires liés à cet amour. Risi étant le réalisateur de cette histoire d'amour,le regarde est forcement critique et acerbe pour une très bonne comédie italienne,dans laquelle on retrouve le meilleur de Risi.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top