Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
My Own Love Song
Note moyenne
2,2
22 titres de presse
  • Excessif
  • Le Figaroscope
  • Télé 7 Jours
  • Brazil
  • Chronic'art.com
  • Elle
  • Le Monde
  • Ouest France
  • Première
  • Studio Ciné Live
  • La Croix
  • Le Point
  • Paris Match
  • Télérama
  • Critikat.com
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Parisien
  • Les Inrockuptibles
  • Libération
  • Metro
  • Positif
  • TéléCinéObs

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

22 critiques presse

Excessif

par Jérôme Beales

Malgré quelques fautes de goût en fin de parcours (les incrustations d'anges numériques notamment) et une dernière scène manquant de finesse, on ressort conquis de ce My Own Love Song attachant de par son absence totale de cynisme. Cette jolie histoire aux personnages forts fait décidément du bien au moral.

La critique complète est disponible sur le site Excessif

Le Figaroscope

par Emmanuèle Frois

Dans ce road-movie émouvant, Forest Whitaker incarne Joey, un ancien pompier devenu schizophrène après la mort de ses proches dans un incendie.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Télé 7 Jours

par Philippe Ross

(...) ce road movie teinté d'onirisme puise ses charmes dans sa simplicité même. Cette jolie chanson d'amour vous ira droit au coeur.

La critique complète est disponible sur le site Télé 7 Jours

Brazil

par Alexandra Louvet

Dahan n'a pas changé, c'est un coeur pur et sensible. My own love song est sans doute son film le plus serein, le plus optimiste. (...) Zellweger n'apporte pas la touche sensible attendue (...) Whitaker, lui aussi, est en mode mineur...

La critique complète est disponible sur le site Brazil

Chronic'art.com

par Vincent Malausa

"L'absence totale de prétention métaphysique, le prosaïsme même qui est la marque de Dahan finissent par tutoyer l'esprit enfantin du conte, notamment cette manière de renvoyer toute figure ou tout espace à sa plus pure immédiateté."

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Elle

par Hélèna Villovitch

Il faudrait faire preuve d'un bien grand cynisme pour soupçonner que l'on cherche le pathos...Alors, on se laisse aller.

La critique complète est disponible sur le site Elle

Le Monde

par Thomas Sotinel

Malgré cette divinité tutélaire, My Own Love Song reste un album d'images qui se font de plus en plus sentimentales au fil des miles.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Ouest France

par La rédaction

Un film à entendre plus qu'à voir.

Première

par Gaël Golhen

My own love song séduit alors par son naturalisme et sa croyance absolue dans le pouvoir de la fiction. Mais déçoit lorsqu'il sombre dans une fantasmagorie tape-à-l'oeil et naïve...

La critique complète est disponible sur le site Première

Studio Ciné Live

par Christophe Chadefaud

Voir le site Studio Ciné Live

La critique complète est disponible sur le site Studio Ciné Live

La Croix

par Julien Fournier

(...) bande-son composée par Bob Dylan, second rôle de Nick Nolte (...) le tout baignant dans une atmosphère naïve revendiquée. Ce dernier aspect, parfois excessif, reste la principale faiblesse du film.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Le Point

par François-Guillaume Lorrain

voir le point.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Paris Match

par Christine Haas

(...) Olivier Dahan signe ce premier film hollywoodien en forme de conte naïf, où il ne ménage ni les gerbes de couleurs, ni les dialogues avec les anges...

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Télérama

par Jacques Morice

Méli-mélo assez navrant de naïveté, contant l'amitié forte d'une ex-chanteuse handicapée et d'un doux dingue.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Critikat.com

par Romain Génissel

My Own Love Song s'autorise tellement de mouvements d'appareil suspects, de lyrisme de pacotille ambiance-retransmission-télévisée que finit par naitre de cette " féérie humaniste " (dossier de presse) une sorte de farce pompière menaçante pour n'importe quel sens averti.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Nouvel Observateur

par Fabrice Pliskin

Bon produit d'exportation, " la Môme " Piaf masquait par sa riche matière mythologique l'académisme de Dahan, qui éclate ici, quand il veut mimer le cinéma indépendant et la fantaisie de Spike Jonze ou de Michel Gondry. Forest Whitaker joue Joey, un simple d'esprit qui entend des voix et parle aux fantômes. Hélas, chaque fois que Joey bégaie, on croit entendre le mot " Os... Os... Oscar ".

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Parisien

par Hubert Lizé

Ode lourdingue à la marginalité (...) le film d'Olivier Dahan, (...) baigne dans une philosophie hippie assez fumeuse et souffre d'une invitation à l'émotion surlignée à chaque plan.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Inrockuptibles

par Thomas Pietrois-Chabassier

Autre recette imparable du film : amoindrir physiquement ou mentalement des personnages, dans une stratégie prêt-à-pleurer de prise en otage du spectateur. Très indigeste.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Libération

par Didier Péron

Mélo embarrassant...

La critique complète est disponible sur le site Libération

Metro

par La rédaction

Un film indigeste, dégoulinant de bonnes intentions.

La critique complète est disponible sur le site Metro

Positif

par Grégory Valens

Si la réussite de La Môme avait brouillé les cartes, la nullité consternante du premier long métrage made in USA d'Olivier Dahan vient confirmer que le biopic était avant tout un film de producteurs (...).

La critique complète est disponible sur le site Positif

TéléCinéObs

par Olivier Bonnard

Les bons sentiments ne font pas nécessairement les bons films. Preuve en est une nouvelle fois donnée avec ce road-movie (...) Tout ça pèse des tonnes, à l'image du cabotinage de Whitaker. Les audaces formelles malheureuses (incrustation de petits oiseaux animés sur la fin, par exemple) achèvent de couler l'entreprise.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top