Mon Allociné
Gran Torino
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,6
50789 notes dont 3978 critiques
64% 2531 critiques
23% 927 critiques
4% 142 critiques
5% 205 critiques
2% 86 critiques
2% 87 critiques

3978 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
willycopresto

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 189 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 30/11/2015

Gran Torino (2008) rediffusé sur TF1 le 29.11.2015 Il n'y a pas grand chose à dire : le grand Clint à la réalisation et comme acteur : on s'assied, et on savoure le temps qui passe. Les 135 mn de durée du film ne semblent même pas trop longues, c'est dire si l'on est pris par l'action. Mais elle n'est pas la dominante du film : l'amitié et la sensibilité font mouche et nous émeuvent. Cette grande brute antipathique et ancien combattant, qui devient sans le vouloir le grand protecteur de son voisinage d'immigrés asiatiques nous séduit. Eastwood avait 78 ans quand ce film qui le rend plutôt sympathique à nos yeux, a été créé : on aurait pu croire à un chant du cygne : que nenni ! D'autres allaient suivre. Gran Torino, était le nom d'une Ford un peu mythique, objet de collection convoité de nos jours aux US, et qui sert un peu de fil rouge dans ce scénario excellent à tous points de vue de Nick Schenk. Je vous laisse découvrir le reste ! Vous n'allez pas être déçu. D'autant que tout comme le fillm lui-même, le doublage a fait l'objet de soins attentifs ! A voir absolument ! willycopresto

The Housecoat Man

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 54 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 30/11/2015

Gran Torino, l'un des meilleurs films du grand maître Clint Eastwood. Dans Détroit, ville en faillite et capitale de l'automobile Américaine, vit Walt Kowalski. Vétéran de la Guerre de Corée, vieux grincheux, mal-aimé de ses enfants et petits-enfants, grand dur au langage cru, propriétaire d'une Ford Gran Torino 1976, et surtout raciste. Je m'attendais à voir un chef-d'oeuvre étant donné que ma famille (que j'aime beaucoup pour ceux qui demanderait) m'a encensé ce film. Et le fait est que j'ai regardé le chef-d'oeuvre attendu. Il fut aussi réussi que ce à quoi je m'attendais. Depuis que j'ai vu Sur la route de Madison, Clint Eastwood réalisateur est devenu une religion pour moi que je dois suivre en ma qualité de cinéphile. Et lui qui est l'un des plus grands acteurs de tous les temps et qui joue dans un de mes films favoris (Le Bon, la Brute et le Truand), inutile de dire que j'ai vu de quoi comparer et que j'ai vu de quoi encenser. La première chose qui mérite d'être parlé et qui est au cœur de la réussite du film. C'est bien entendu les acteurs et l'évolution de leurs personnages. Clint Eastwood qui incarne Walt Kowalski est de loin le premier intérêt du film. Non seulement il arrive à merveilleusement interpréter son personnage avec justesse, mais il arrive également à gérer son évolution palpable tout en maintenant la lourde charge de réalisateur (il faut juger soi-même son jeu d'acteur dans ce cas-là). Spoiler: Et comme je l'ai dit, son évolution est palpable: Il commence le film en étant aigri, grincheux, râleur et détestable. Et sa famille le lui rend bien, puisque eux aussi arrive à être détestable (un tel manque de respect aux funérailles de sa mère ou grand-mère mérite une fessée où je m'y connais pas). Et surtout, il est un gros raciste endurcis. Et sa bête noire sont les Asiatiques, tous, il les place dans le même panier: les chintoks. Pareil pour les négros, les métèques, les Irlandais et les ritals (un peu moins pour les ritals). Mais pour lui les Asiatiques sont les pires, il les a combattus durant la Guerre de Corée, et les horreurs l'ont rendu intolérant en bon vétéran Américain qu'il est. On peut dire que le film commence avec le projet de rendre touchant le personnage qui d'ordinaire tous le monde déteste. Le cliché du vieux grincheux qui n'a rien d'autre à faire que de regarder derrière la fenêtre le voisinage et que la famille ingrate tente de placer en maison de retraite. Le genre de personnage relégué souvent au second plan. Mais par quoi ce soi-disant cliché est passé ? Et la maîtrise de Clint Eastwood est bien là, étant donné que le personnage de Walt Kowalski est certes détestable, mais son passé compréhensible et son récent deuil le rend petit à petit et en peu de temps, attachant. Et son racisme, qui est le point central de la moitié du film est retranscrit de manière que l'on pourrait penser de cliché mais interprété avec tellement de naturel et de haine que l'on y croit. On a affaire à un Américain pur-jus. Mais détestable et pourtant, nous aimons Walt Kowalski, car avec sa famille, sans compter qu'il est entouré de tout ce qu'il déteste, sa vie n'est pas heureuse. Même lui est victime de racisme, par la vieille dame Hmong voisine, mais aussi des jeunes délinquants où il est pointé du doigt comme un vieil homme fou. Alors que lui, tout ce qu'il souhaite, c'est seulement qu'on le laisse tranquille en train de regarder la rue et surtout sa Ford Gran Torino bien nettoyée. Spoiler: Et petit à petit, son caractère intolérant lui vaut d'aider ses voisins qu'il refusait de côtoyer et va faire leur connaissance de manière fortuite. Et c'est bel et bien leur gentillesse qui va les réunir. Même si son fort caractère l'empêche de prendre bien les bonnes reconnaissances et les cadeaux qu'ils lui donnent. Il n'est pas aveugle et accepte quand même cette main tendue là où sa famille ne voit en lui que de l'intérêt. Et malgré l'idée reçu qu'il se faisait d'eux, petit à petit, il va se rendre compte de ses erreurs et va les accepter et devenir ami avec eux. Même très proches amis. Et il va d'abord se rendre compte que les Hmongs ont non seulement partagés ces idées durant la Guerre de Corée, mais on aussi été retrouvés en Amérique parce qu'ils ont été chassés par les ennemis qu'il combattait. Ce qui commença en une sympathie envers eux, puis après le premier contact, il va les côtoyer et devenir fan de leur cuisine en premier lieu. C'est vrai que le chemin le plus court pour atteindre le cœur d'un homme passe par l'estomac mais la sympathie qu'il construit avec eux est vraiment touchante. Et la différence qu'il leur trouvait disparut complètement, au point que même lui leur prépare le barbecue. Puis la relation qu'il construit avec le jeune Thao, comme la relation qu'il n'a pas eu avec ses fils. Et c'est là que Thao, le second personnage principal gagne en intérêt et en évolution. Lui comme Kowalski vont apprendre l'un de l'autre et tisser une relation père/fils. Thao, jeune Hmong introverti, timide et travailleur. Mais un peu différent dans sa culture là où il fait des choses basiques mais considérés comme des tâches de femmes. Là où sa grande sœur est très autoritaire et amicale. D'abord très renfermé sur lui-même, il fait les mauvaises fréquentations et va tisser des liens avec Walt qui va le sortir de ses défauts tout comme lui va le guérir de son intolérance. Et Thao apprendra de son mentor jusqu'à devenir très ouvert et deviendra le fils que Walt n'a pas eu et Thao le père qu'il n'a pas eu. Mais les autres personnages ne sont pas en reste. Su, la soeur de Thao marque le premier pas pour franchir la frontière de la langue et entamer l'amitié de Walt Kowalski avec la famille Hmong. C'est surtout avec elle que Walt interagit au début. Mais elle se fait très présente pour laisser la place à Thao là où elle est au départ le premier pas pour Walt de communiquer avec les Hmongs. Pour devenir plus tard l'une des principales raisons qui vont provoquer sa haine la plus grande. La famille de Kovalski est très irrespectueuse envers-lui. Il est vétéran, il s'est battu pour son pays et sa famille l'ignore, sauf pour avoir quelque chose en retour, notamment sur l'héritage. Walt a beau paraître aigri, il est surtout seul, sa famille étant pire que lui. On prend Walt immédiatement en sympathie devant cette solitude là où il trouve une véritable famille avec les Hmongs. Et il y a le prêtre. Qui revient plusieurs fois pour tenter de l'aider à se libérer de sa peine. Et le prêtre est vraiment un personnage humain qui pense et agit pour le bien de tous. N'hésitant pas à affronter Walt pour l'aider dans sa tristesse avec ses conseils. Mais là où Eastwood bluff avec sa mise-en-scène, c'est là où sa réalisation se remarque dans le fait que ce sont ses codes et ses symbolismes qui porte l'histoire. Et non pas une simple histoire raconté avec ses codes. Spoiler: Walt Kowalski triste vétéran de la Guerre de Corée se lie d'amitié avec des Asiatiques qu'il croyait avoir combattus pour se lier d'amitié avec eux et s'occupe du jeune Thao, représentant la plus grande tristesse qu'il a eu en tuant des jeunes Asiatiques de son âge. Il l'élève comme le fils qu'il n'a pas su élever. D'ailleurs, ses fils dont il se sent coupable de ne pas avoir eu de vrai relations avec eux est l'une de ses plus grandes fautes dont il se confesse. Thao est donc la rédemption de ses fautes. Et la mise-en-scène de Clint Eastwood est également empreint de symbolisme visuel Spoiler: avec le jeu de lumière pendant le dialogue entre Walt et le prêtre. Où chacun est tiraillé entre la colère et la part de lumière en eux. Le prêtre est lui aussi en colère et lui aussi est donc montré à l'ombre, mais plus dans la lumière que Walt qui a moins de scrupules à vouloir se venger. Et la confession est aussi un symbolisme visuel. Walt ne se confesse pas de sa probable faute de son traumatisme de la guerre. Mais il confesse sa faute et sa peine à Thao à travers une grille similaire à celle du confessionnal de l'église, sa rédemption est d'autant plus forte devant Thao qui est symboliquement concerné dans le chemin de Walt. Et la Gran Torino qui donne son nom au film est également une symbolique importante dans le film. Elle est la cause, l'enjeu symbolique et la récompense de tout ce qui se passe d'important dans le film. Alors qu'on ne voit pas une fois Walt la conduire. Il ne fait que la nettoyer et la contempler. Spoiler: Walt a donné naissance à sa Gran Torino en lui installant une pièce primordiale. Il en prend grands soin pour ne rien en faire. Sa famille la souhaite et la lui réclame. Là où Thao tente de la voler, provoquant sa rencontre avec Walt, ainsi que le lien qu'il tissera avec lui pour réparer sa tentative de vol. Thao est chargé de la nettoyer, Thao caressant le lien avec Walt. Walt voudra l'offrir à Thao, qu'il l'utilisera pour ses adieux. Et Walt la lui offre après sa mort. Gran Torino est est empli de symbolisme cher à Clint Eastwood: l'Héritage de la figure parental, la nostalgie d'un passé, l'évolution de ses personnages, le "cycle" de violence qu'ils subissent... Ainsi qu'une certaine mise-en-abyme. Spoiler: Clint Eastwood souhaitait que ce soit son dernier rôle et il se met en scène en train de mourir. Gran Torino est probablement un de ses films les plus personnels. Comment ne pas aimer un Eastwood aussi profond ? Mais Clint n'est pas qu'un metteur en scène de symbolisme et de profondeur caractérielle. Il montre aussi dans Gran Torino qu'il est capable de prendre du recul avec un humour léger qui n'influe pas sur le cours du film, en tout cas, pas sur la symbolisme de ce qu'il présente. On ne peut que sourire devant l'allocution erronée de certains noms ou les répliques racistes basés sur des clichés essoufflés. Gran Torino est un drame sombre, très noire. La violence est filmée de manière à choquer, le lieu de Détroit est bien trouvé pour expliquer l'arrivée des Hmongs en réfugiés. Le film est moderne et Clint Eastwood est vraiment percutant dans ce film. Gran Torino est un film que je vous conseille vivement.

phclavel

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 458 critiques

3,5Bien
• Publiée le 30/11/2015

Un vétéran , misanthrope qui vit au milieu d'un quartier d'immigrés Mong ayant fui les régimes communistes du sud-est asiatique va peu à peu, et à sa manière, ronchonne, grossière, retrouver son humanité dissimulée sous les blessures psychologiques de sa guerre de Corée, pour aider, secourir et à la fin venger à sa manière, sans trahir sa foi sans doute retrouvée, 2 jeunes gens parmi ses voisins "niacoués", le frère et la soeur, confronteés à une bande de voyous de même origine, à la fois brutale et sans loi. Au delà du parcours libératoire de Walt incarné par Clint Eastwood, le film explore l'altérité, c'est à dire ce qu'il y'a d'humain et d'intéressant ches l'autre. Eastwood jour très bien le vieux aigri au vocabulaire chatié et viril et à l'âme sombre. C'est un peu moins bon comme jeu chez certains de ses partenaires, notamment celui qui incarne le jeune Tao.

Cinghjale

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 123 critiques

2,5Moyen
• Publiée le 30/11/2015

La banlieue déclassée est bien filmée, la communauté Hmong découverte, l'histoire de rédemption d'un vieux misanthrope raciste touchante... mais chaque plan est forcé, chaque posture ou dialogue sont caricaturaux, les scènes avec le coiffeur italien d'un lourdingue absolu... On est très loin du chef d’œuvre annoncé par les critiques conformistes officiels !

bouddha5962

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 367 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 29/11/2015

Encore un très bon film de Clint Eastwood sur le partage et le don de soi. Sur fond de racisme et de rancoeur, on voit l'évolution d'un homme aigrit et veuf que la solitude rend amer, Néanmoins, il va évoluer et devenir plus tolérant. À voir !

Michel1664

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 157 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 29/11/2015

Film sympa sans plus. L'histoire est assez convenu et pas très palpitante. Le caractère du personnage principal intéressant mais un poil trop improbable j'ai trouvé. On passe quand même un bon moment à suivre cette grande gueule qui nous deviendrais presque sympathique. La fin est pas mal.

Fabien S.

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 370 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 29/11/2015

Un chef d'oeuvre. Un très beau plaidoyer contre le racisme. Clint Eastwood est un grand acteur et surtout un très talentueux de réalisateur. J'admire son talent depuis de nombreuses années. Il a réalisé tellement de beaux films. Une légende du cinéma. Je serais très triste le jour où annoncera son décès.

Teo C.

Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 19 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 26/10/2015

Eastwood nous met dans une situation du monde complètement pessimiste, ce qui donne une atmosphère glacial. Cependant au final énormément d'espoir se dévoile lors d'une résolution qui donne à présent un sentiment d'optimisme. C'est ce qu'il fait le paradoxe dans ce film et c'est ce que j'ai aimé.

Graph edith o.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 26/10/2015

film exceptionnel de part sa justesse et sa mise en scène, oeuvre profonde et violente. Jeu d'acteur maîtrisé de bout en bout. Musique délicate et subtil. Un bijou

Grégoire D.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 10 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 23/10/2015

Un film émouvant presque parfait,je me suis ennuyé à quelques moments en raison de la longueur du film mais il doit être vu!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top