Mon AlloCiné
World War Z
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "World War Z" et de son tournage !

Adaptation d'un livre de Max Brooks

World War Z est l'adaptation du livre du même nom de Max Brooks. Max, fils de Mel, est écrivain, scénariste et acteur. Certains changements ont été apportés par les producteurs du film. En effet, si le livre se base sur plusieurs témoignages de personnes infectées, sa forme ne convenait pas à une adaptation cinématographique. De ce fait, l'équipe du film a choisi de prendre le point de vue d'un seul protagoniste, celui de Gerry Lane, ancien employé des Nations Unies, interprété par Brad Pitt.

Improvisation et authenticité

Pour apporter plus de réalisme à World War Z, la majorité des scènes en famille ont été improvisées par les acteurs : "Quand on est comédien, il faut alors faire preuve d’un bon sens du rythme et se montrer réactif. Mireille [Enos] arrive à exprimer l’amour d’une mère, puis, en l’espace d’un instant, se transformer en lionne féroce qui protège ses petits", souligne Brad Pitt. "Nous avons fait de longues recherches pour dénicher nos deux jeunes comédiennes : elles sont non seulement très douées mais elles nous font croire à l’âge de leurs personnages. Ensuite, nous avons tenu à ce que nos quatre acteurs passent du temps ensemble pour nouer des liens, si bien que lorsqu’ils se sont retrouvés sur le plateau, cette question était réglée. Ils s’étaient déjà rencontrés, ils avaient joué ensemble, déjeuné et dîné, et fait ce que font la plupart des familles", raconte la productrice Dede Gardner.

Retrouvailles

Deux ans après Machine Gun, le réalisateur Marc Forster retrouve le comédien Fana Mokoena. Ce dernier interprète Thierry, ex-patron et ami de Gerry Lane (Brad Pitt) dans World War Z. De même, 18 ans après L'Armée des 12 singes, Pitt retrouve David Morse qui incarne ici un agent de la CIA corrompu.

Entraînement militaire

James Badge Dale, campant le soldat qui dirige la base militaire en Corée du Nord, a souhaité, avant le tournage, passer du temps avec les acteurs qui interprètent les soldats. Il a alors suivi les conseils de Freddie Joe Farnworth, cascadeur et consultant technique sur Worl War Z. "Freddie nous a initiés au maniement des armes et nous a fait faire quelques exercices afin qu’on apprenne à se connaître et qu’on noue des liens", raconte le comédien. L'actrice Daniella Kertesz, qui joue Segen, lieutenant de Tsahal (l'armée israélienne), a elle aussi suivi un programme d'entraînement intensif sur cinq jours : "Nous l’avons intégrée à un régiment et nous lui avons appris certaines manoeuvres, comme nous l’avons fait avec les figurants", termine Farnworth.

Lieux de tournage

Comme son nom l'indique, World War Z est un film qui parle d'un chaos à l'échelle mondiale. Pour plus de crédibilité, les équipes de production ont voulu tourner aux quatre coins du monde. Pourtant, si le film commence à Philadelphie, les scènes d'ouverture ont été tournées à Glasgow, les deux villes présentant le même style architectural. De même, les séquences censées se dérouler à Jérusalem ont été tournées à Malte. En revanche, le porte-avions sur lequel se réfugie la famille de Gerry Lane est bien réel, il s'agit de l'Argus, vaisseau de la marine britannique qui, pour les besoins du film, a pris les couleurs des Etats-Unis.

Figurants

World War Z est un film qui compte énormément de figurants. Lorsque l'épidémie commence à se propager, "dans les petites rues de Glasgow, au début de la séquence, nous avions 200 personnes pour donner l'impression d'une cohue", explique Michael Harm, régisseur d'extérieurs, qui poursuit : "Pour les scènes du centre-ville, nous avons fait appel à 700 figurants. Nous avons eu beaucoup de chance car il y avait un vieux bâtiment de la Bank of Scotland totalement à l’abandon, de ce fait nous disposions d’un espace d’environ 4600 m2 où les figurants pouvaient se reposer entre deux prises. Nous avons utilisé les quatre étages de l’immeuble pour les maquilleurs, les habilleurs et la cantine (...). Pour la séquence de l’avion, nous avons utilisé environ 150 figurants, qui jouent les passagers, pendant cinq jours de tournage. C’était d’autant plus compliqué que de nombreux personnages contaminés par le virus se faufilent dans la foule. Il fallait donc faire appel à nos bataillons de coiffeurs, maquilleurs et habilleurs pour métamorphoser les acteurs."

Voitures à la casse

Dans le but de faire des économies, les cascades et les scènes d'action ont été visualisées sur ordinateur avant le tournage. Elles n'en sont pas moins spectaculaires : "Nous avons détruit environ 150 véhicules", raconte Simon Crane, réalisateur de la 2ème équipe, qui poursuit : "Nous avons embouti le camion-poubelle et provoqué un carambolage entre la Volvo de Brad [Pitt] et une ambulance, entre autres ! C’était spectaculaire. Au moins 80% des voitures sont parties à la casse. Glasgow a été une formidable trouvaille. Nous avons bouclé plusieurs quartiers pour orchestrer les accidents de voitures en toute sécurité à l’extérieur des bâtiments !"

Brad Pitt cascadeur

Brad Pitt a souhaité effectuer lui-même toutes les cascades de son personnage...

Une base scientifique

Les producteurs de World War Z ont souhaité donner naissance aux créatures sanguinaires les plus réalistes possibles. Pour cela, ils se sont basés sur une théorie scientifique, "l'intelligence distribuée", qui signifie plus précisément l'observation de schémas comportementaux propres à une population animale : "Par exemple, il peut s’agir de la manière dont une bande d’oiseaux, un banc de poissons ou une colonie de fourmis se déplacent collectivement (...) On peut parler d'“intelligence distribuée” dans leur cas. Je me suis dit que cela pourrait être intéressant de voir nos créatures, qui n’ont plus de libre-arbitre suite à leur morsure, se déplacer seulement en bandes. Pourtant, en ce qui les concerne, on peut parler de conscience inconsciente", explique Marc Forster, la productrice Dede Gardner continuant : "Nous avons ainsi fait appel à plusieurs experts qui nous ont donné des infos sur les maladies infectieuses, l’intelligence distribuée et les mécanismes physiologiques de défense. Il s’agissait, par exemple, de mieux comprendre comment les humains ou les animaux se défendent face à un parasite et comment ils survivent."

Le comportement des créatures

Pour créer le comportement des créatures infectées par le virus, les producteurs se sont posés beaucoup de questions : "A quoi ressemble la ‘créature’ qui vient d’être mordue ? En combien de temps se métamorphosent-elle ? À partir de quel moment devient-elle dangereuse pour son entourage ? (...) Une personne infectée depuis une heure se distingue-t-elle physiquement d’une autre contaminée depuis un mois ? Enfin, s’est posée la question de leur vitesse de déplacement. (...) nous voulions qu’elles se déplacent à des rythmes différents puisqu’elles sont soumises à diverses circonstances extérieures", résume Dede Gardner, la productrice.


"Quand on ne les provoque pas, elles sont assez amorphes et se contentent d’errer lentement dans les rues (...) Mais lorsque le virus se manifeste, on dirait des requins qui sentent l’odeur du sang. Car dès qu’elles ont une proie dans leur champ de vision, elles n’hésitent pas à fondre sur elle. Nous avons d’ailleurs insisté, d’entrée de jeu, sur le fait que le bruit les attire", ajoute Marc Forster. Pour les déplacements des créatures, les producteurs ont fait appel au talent de la chorégraphe Alexandra Reynolds qui a su capter les différents mouvements des contaminés. De même que l'expert en mouvement (Ryen Perkins-Gangnes) a prêté ses traits à la toute première créature infectée, en s'inspirant des mouvements des malades de crises d'épilepsie. La démarche de Javier Bardem dans No country for old men a également inspiré les artistes.

Un tournage compliqué...

La production du film aurait accumulé les difficultés sur le tournage : tensions, changement de scénaristes, besoin de planifier de nouvelles scènes, problèmes d'effets spéciaux... Le tournage a également pris plusieurs semaines de retard. La sortie a dû être décalée de plusieurs mois, passant de décembre 2012 à juillet 2013. Pour l'anecdote, la cellule anti-terroriste hongroise a saisi 85 armes fonctionnelles et illégales devant servir pour le film dans un entrepôt de Bucarest !

Costumes

La chef costumière Mayes C. Rubeo a créé des costumes uniques pour chaque créature : "On voulait montrer, à travers les costumes, comment les humains se métamorphosent une fois infectées (...) Les victimes ne sont pas toutes mordues de la même façon, et ne sont pas toutes blessées ou traumatisées de manière identique. Si on observe chacune de nos créatures, on se rend compte qu’elles ont leur propre style, sans parler de l’état d’usure de leurs vêtements, ou encore de leurs taches de sang, qui varient de l’une à l’autre. On tenait à ce que chacune d’entre elles en soit à une phase différente dans la progression de la maladie."

L'utilisation d'hélicoptères !

Pour une certaine scène où les créatures essayent d'escalader un mur gigantesque (visible dans la bande-annonce), les producteurs ont utilisé de véritables hélicoptères pour filmer et apporter de nouveaux plans à ceux plus traditionnels des caméras sur grues.

Une trilogie en cas de succès?

Si le film est un succès, World War Z pourrait avoir deux suites afin d'en faire une trilogie.

Une adaptation en jeu vidéo?

World War Z pourrait également faire l'objet d'une adaptation en jeu vidéo. Paramount Pictures aurait déposé le nom pour pouvoir décliner le film en jeu. A noter qu'un projet de jeu avait déjà existé il y a quelques années, à l'initiative de l'éditeur Midway.

Brad, ce héros...

Brad Pitt a prouvé qu'il n'avait nul besoin d'une cape ou autre tenue moulante pour jouer au super-héros. En effet, lors du tournage d'une scène de rue à laquelle participaient près de 700 figurants déguisés en zombies, une femme glissa et ne put se relever au milieu d'une telle foule, risquant de se faire piétiner. C'était sans compter sur l'intervention du chevaleresque acteur, qui la prit dans ses bras et l'évacua loin du tumulte. Voilà bien une figurante qui gardera un souvenir inoubliable de sa (courte) expérience cinématographique !

Un frenchy à Hollywood

Le comédien français Grégory Fitoussi nous raconte comment il s'est retrouvé à donner la réplique à Brad Pitt dans cette grosse production hollywoodienne : "J'ai passé des essais pour le film. Je me suis filmé chez moi et j'ai envoyé la bande à Los Angeles. Cela se fait de plus en plus pour les films étrangers. Il se trouve que le réalisateur Marc Forster est un fan de la serie Engrenages. Il a même un temps essayé de l'adapter aux Etats-Unis. Visiblement, il avait envie de travailler avec moi. Il m'a donc donné ce rôle de pilote des Nations Unies. J'ai eu de la chance, car toutes mes scènes étaient avec Brad Pitt, James Badge Dale et David Morse. Trois acteurs dont je suis totalement fan. Le seul probleme était de me libérer, car je tournais sur la 4e saison d'Engrenages au même moment à Paris. Les producteurs de la série ont été très conciliants et j'en profite pour les remercier car sans leur aide je n'aurais pas pu faire World War Z."

Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Le Flic de Belleville (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Venom (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Yéti & Compagnie (2018)
  • Capharnaüm (2017)
  • The Predator (2018)
  • Girl (2018)
  • Alad'2 (2018)
  • Voyez comme on danse (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Les Frères Sisters (2018)
  • The House That Jack Built (2018)
  • Jean-Christophe & Winnie (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • Dilili à Paris (2018)
  • La Nonne (2018)
Back to Top