Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Rabia
note moyenne
3,0
215 notes dont 50 critiques
4% (2 critiques)
18% (9 critiques)
30% (15 critiques)
30% (15 critiques)
8% (4 critiques)
10% (5 critiques)
Votre avis sur Rabia ?

50 critiques spectateurs

soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 193 abonnés Lire ses 3 144 critiques

3,5
Publiée le 12/08/2012
Le film est produit par Guillermo Del Toro ce qui est déjà le gage d'une certaine qualité. Sous l'apparence d'un thriller, Sebastian Cordero nous conte une véritable histoire d'amour impossible entre deux immigrants sud-américains réfugiés sur la terre d'Espagne. José-Maria d'un tempérament violent supporte mal sa condition d'immigré au contraire de Rosa femme de ménage à demeure chez de riches espagnols plutôt compréhensifs et libéraux. Séparés puis aussitôt réunis, les deux héros continuent leur romance sur un mode différent, lui en épiant ses faits et gestes sans se faire voir car caché dans l'immense maison , elle en imaginant son amant fuite et en portant son enfant. C'est cette situation paradoxale où l'un voit l'autre sans être vu autour de laquelle Cordero trouve toute l'originalité de son film, sorte de "Fenêtre sur cour" in situ où le voyeur est au centre de l'action. Pris au piège José-Maria se transforme en démiurge impuissant obligé assister au viol de sa compagne par le fils de la maison sans bouger alors qu'il a rossé un pauvre garagiste ayant l'audace d'accoster sa dulcinée . Grâce à cette scène, Cordero montre que les habitudes ancillaires des riches propriétaires n'ont guère évolué avec le temps. La très gracile Martina Garcia remplit très bien sa fonction de jeune femme devant lutter pour maintenir sa place dans un pays qui n'est pas le sien, son pendant joué par Gustavo Sanchez Parra apporte toute la tension nécessaire au climat pesant et angoissant voulu par le metteur en scène. Sous couvert du thriller, Sebastien Coredo réussit une charge assez violente contre le statut des immigrants en Espagne quels que soient leur attitude ou leur niveau d'intégration. Une belle démonstration pour un metteur en scène à suivre.
islander29
islander29

Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 1 766 critiques

4,0
Publiée le 05/06/2010
Une histoire plutot originale puisqu'une jeune femme tombe amoureuse d'un mauvais garçon qui va venir se cacher dans la maison des propriétaires pour lesquels elle travaille....Une des richesses du film est la variation incessante des plans sur la vaste maison bourgeoise où elle habite, comme si le réalisateur voulait rendre infinis le prisme du regard sur les lieux et les acteurs du film....C'est un film d'atmosphere plutot que de scénario mais on sent parfaitement l'oppression des êtres dans ces lieux mal définis qui semblent n'appartenir à personne...Les personnages de la famille sont réalistes et accrocheurs....J'aurais aimé que le film soit moins à huit clos mais le résultat est quand même tout à fait convaincant...A voir.
I'm A Rocket Man
I'm A Rocket Man

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 646 critiques

3,5
Publiée le 18/05/2015
Huis clos espagnol très éprouvant et très bien réalisé !! Les acteurs sont épatants et on reste scotché à l'histoire tout le long !! Oppressant, poignant et émouvant !! Une réussite...
vanou97
vanou97

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 633 critiques

1,5
Publiée le 19/01/2012
Un cache-cache géant sans grand intérêt, Sebastián Cordero n'aura pas su retranscrire ses intentions de la meilleure manière
v-andolini
v-andolini

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 277 critiques

3,5
Publiée le 29/08/2011
Un huit clos stressant bien interprété et doté d’une réalisation intéressante. Seul petit bémol: le film s’arrête un peu tôt!
albator761
albator761

Suivre son activité Lire ses 237 critiques

3,5
Publiée le 11/07/2011
Un film qui ravira les fans d'ambiances de claustrophobie
14caen
14caen

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 085 critiques

1,0
Publiée le 23/11/2010
L'histoire patine dès le début et ça ne s'arrange pas jusqu'à la fin. "Rabia" n'est pas un très bon film pour moi.
jfharo
jfharo

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 232 critiques

0,5
Publiée le 07/06/2010
Un film plombé par un scénario languide et mou , et des acteurs pas très à l'aise .
ourouty
ourouty

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 129 critiques

2,0
Publiée le 06/06/2010
un huit clos surprenant,grace à une idée scénaristique interressante , un jeu de camera digne d'un giallo, et au final un thriller tout à fait convenable.
Noémie Laurent
Noémie Laurent

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 140 critiques

3,5
Publiée le 15/12/2014
Un film troublant ! Le scénario est très léger et manque d'originalité mais il est très bien mis en scène et l'angoisse est fortement présente du début à la fin. Un thriller efficace.
BeatJunky
BeatJunky

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 916 critiques

2,0
Publiée le 26/04/2014
En un mot: Ennuyeux! pas assez clair et direct pour en sortir la moindre réflexion sur la situation clandestine des protagonistes sans se tirer les cheveux. Même si l'interprétation n'est pas mauvaise, loin de là, beaucoup de spectateurs comme moi auront bien dû mal à s'intéresser au sort de ce couple.
Florent T
Florent T

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 1 433 critiques

4,0
Publiée le 15/05/2013
Ce thriller espagnol vaut surtout pour son ambiance terriblement angoissante et stressante. En effet, l'intrigue nous plonge dans une histoire d'amour tumultueuse. Cela se transforme vite en un huit clos étouffant puisque le personnage principal va se cacher dans la maison où travaille sa petite amie. Le scénario est prenant, même si quand on y réfléchit, tout n'est pas forcément toujours très crédible. En tout cas, le duo d'acteur Gustavo Sanchez Parra, Martina García est très attachant et la réalisation est vraiement très soignée. Un film à découvrir sans hésitation.
Cluny
Cluny

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 593 critiques

3,5
Publiée le 21/10/2012
"Rabia", ça signifie la rage. Il s'agit de celle de Jose Maria, ouvrier du bâtiment équatorien traité comme un moins que rien sur les chantiers d'une grande ville (Bilbao ?), moqué par les voisins de l'immeuble d'un marchand de sommeil où il partage une chambre avec huit de ses collègues et dont on se dit comme Rosa que finalement on ne sait pas grand chose de lui, de même que lui se rend compte à la fin du film qu'il ne connait pas le nom de famille de Rosa. La rage, c'est le déclencheur du drame : c'est à cause de sa violence que Jose Maria est renvoyé de son travail, et c'est à cause de ce renvoi qu'il précipite son contremaître dans une chute mortelle. A chaque fois qu'elle survient, Jose Maria est filmé en plans serrés, y compris en traveling quand il se déplace, effaçant de la vision du spectateur tout ce qui l'entoure, comme la colère aveugle celui qui en est victime. A cet enfermement d'une homme qui travaille pourtant en plein air s'oppose l'espace qui environne Rosa, celui de cette grande demeure Art Nouveau qui constitue à elle seule un personnage, un peu comme les maisons de "Psychose" ou d"Amityville". Rosa est souvent filmé depuis une autre pièce, en plongée d'un escalier ou d'une fenêtre, pour préparer le spectateur à se glisser dans la position de voyeur qui sera celle de Jose Maria dans toute la seconde moitié du film. On pense forcément à "Fenêtre sur Cour" pour l'impuissance de celui qui observe, dans une version encore un peu plus perverse, puisque l'invalidité du voyeur est ici due à son statut de fugitif qui l'oblige à voir l'insupportable sans réagir. Ce n'est pas étonnant de retrouver au générique le nom de Guillermo Del Toro comme producteur, tant les éléments de parenté avec "Le Labyrinthe de Pan " sont nombreux : le choix de l'Espagne comme décor pour un réalisateur Sud-Américain, la présence comme personnage principal d'une femme victime de sa relation avec un homme constituant une menace, et surtout un style propre au fantastique ibérique, en filmant de vieilles maisons de façon inquiétante comme dans "[Rec] " ou "L'orphelinat". Pas de monstres à cornes où de vielles succubes ; le fantastique se niche dans la manière de capter les détails du capharnaüm des greniers de la demeure, dans la façon de faire surgir Jose Maria du nuage de dératisant, ou dans la lente transformation kafkaienne du même Jose Maria. Curieusement, un autre film sud-américain a traité récemment de la relation de la bonne avec la famille qui l'emploie : "La Nana ", du Chilien Sebastian Silva. Même s'il n'est pas le thème essentiel de "Rabia", ce rapport est assez finement abordé, avec une opposition entre la morgue paternaliste du père et l'humanité lucide de la mère, jouée par Concha Velasco. L'actrice colombienne Martina Garcia interprète Rosa avec la même fragilité grave que sa compatriote Catalina Sandino Moreno dans "Maria, pleine de grâce". Aussi bien du point de vue formel, par la qualité de sa photographie, l'adaptation des choix de cadre à l'écrin de la demeure et la justesse de l'interprétation, que du point de vue de ses différents sujets (la place des immigrés, la distance et la proximité dans les rapports amoureux), "Rabia" parvient tout à la fois à tenir la tension d'un thriller, à raconter un drame romantique et à se faire le reflet de la rage autodestructrice. Critiques Clunysiennes http://www.critiquesclunysiennes.com
WardStradlater
WardStradlater

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 474 critiques

0,5
Publiée le 07/06/2012
Thriller soporifique, ennuyant, et manquant franchement de dynamisme, voire même d’intérêt. Banal histoire d'amour, un type dépressif, un huis clos pathétique... le tout fidèlement mené par des acteurs médiocres et un scénario poussif.
kevinsolstice
kevinsolstice

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 1 794 critiques

3,5
Publiée le 27/09/2011
bien, bien, un film de bonne facture marqué par la performance de l'acteur principal...
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top