Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Policier, Adjectif
note moyenne
3,0
85 notes dont 27 critiques
4% (1 critique)
22% (6 critiques)
37% (10 critiques)
22% (6 critiques)
4% (1 critique)
11% (3 critiques)
Votre avis sur Policier, Adjectif ?

27 critiques spectateurs

DivinMarquis
DivinMarquis

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 292 critiques

2,0
Publiée le 22/12/2010
Une ou deux choses un peu amusantes, mais globalement assez ennuyeux.
Cult Fictions
Cult Fictions

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 19 critiques

3,5
Publiée le 20/11/2016
Voilà un bel exemple d’enquête barrée, de polar qui ne respecte pas les codes. J’aime beaucoup ce film parce qu’il n’est pas décalé pour être décalé, à vide, il est aussi et surtout hyper intelligent. Mais que vient faire la grammaire dans une affaire de lycéen qui deale du shit en Roumanie ? Justement, c’est pour le savoir qu’il faut voir « Policier, adjectif ». Je veux dire que ce film-là ne s’explique pas, il ne se raconte pas… Naaaan, il se Vit. Un homme entre dans le champ. Il file quelqu’un. Planque durant heures dans des rues où il ne se passe pas grand-chose, va au commissariat, parle à d'autres flics… Et le spectateur, un peu paumé, attend... De l’action, des conventions propres au genre policier, par exemple. Mais rien de tout cela n’arrive. On garde espoir qu’il se passe quelque chose de « normal » dans cette histoire, mais peu à peu, s’installe une évidence : la véritable énigme du film, c’est le film lui-même !
ANDRÉ T.
ANDRÉ T.

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 319 critiques

3,0
Publiée le 14/12/2015
Film déroutant et intéressant par la réflexion et les questions qu'il pose. J'ai trouvé les plans fixes et les filatures, longues et ennuyeuses. Le réalisateur oppose, l'action quotidienne banale, fastidieuse, interminable, de la filature avec le sens, le rôle, le choix de la Police qu'on veut !!! Les deux scènes où chacun essaie d'expliquer, ce qu'il met derrière les mots, éclairent le film.... La "chanson d'amour sirupeuse" et les mots: conscience, morale, police. La discussion dans le bureau du commandant en dit long sur la façon dont chacun voit son rôle et la vie....
Piarvi Recherreen
Piarvi Recherreen

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 128 critiques

3,0
Publiée le 22/07/2014
Aurait très bien pu s'appeler "Conscience, nom féminin". Un film long et lent qui, par ses petites touches d'humour et la subtilité de son propos, finit par devenir plutôt attachant.
Miltiade
Miltiade

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 177 critiques

1,0
Publiée le 03/06/2013
Montrer l’ennui d’une manière si crue, c'est la spécialité du nouveau cinéma roumain - et ça a quelque chose de remarquable. Mais on est ici bien loin de l’ennui fascinant des personnages de Sofia Coppola. Filmer la réalité dans ce qu’elle a de plus trivial est un calvaire pour le spectateur ! Evidemment, ces scènes minimalistes étirées à l’extrême encadrent des scènes de dialogues plus intéressantes. Mais si ces scènes de dialogues sont plus marquantes, c’est peut-être aussi parce qu’elles rompent avec l’insupportable monotonie de ce qui précédait…
lugini
lugini

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 222 critiques

3,0
Publiée le 27/04/2013
Sujet très intéressant . Un policier avec une certaine conscience de la réalité, qui, sous pression, finit par rentrer dans la norme que réclame son administration. Efrayant. Toutefois, le film est long, traîne. On ne demande surtout pas un film à l'américaine avec un rythme infernal, mais peut-être peut-on réduire les scènes où le personnage, déjeune, dîne, fait le guêt. J'ai beaucoup aimé 12h08 à l'est de Bucarest où le sujet justifiait certaines longueurs qui amenaient à l'apothéose du final, mais là les longueurs sont inutiles.
stemartin72
stemartin72

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 15 critiques

0,5
Publiée le 06/01/2013
Plutôt qu'un policier à intrigue, un interminable tunnel à coté duquel l’épisode le plus plat de Derrick passe pour 'Fast and Furious' en accéléré.
SansCrierArt
SansCrierArt

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 318 critiques

2,5
Publiée le 20/12/2012
Lors d'une filature, Cristi, un jeune policier, aperçoit un lycéen fournir du haschich à des copains. Le policier rechigne à l' arrêter alors que la loi l'y oblige. Il considère cette loi comme obsolète et ne veut pas avoir la vie (3 ans de prison) du jeune homme sur la conscience. Mais, pour son supérieur, le mot conscience prend une toute autre signification. Un film dit policier qui parle surtout de la police, de l'ordre et de la morale. Avec de longs plans séquences pendant lesquels il ne se passe rien, le réalisateur prend son temps pour dire peu. Son seul objectif : la scène finale très longue et très démonstrative autant pour le héros que pour les spectateurs. Bien que réussie, elle ne suffit pas à justifier les 1h50 de film. Aussi sur http://zabouille.over-blog.com
Arthur Debussy
Arthur Debussy

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 593 critiques

4,0
Publiée le 20/05/2012
Un long métrage assez déstabilisant, qui commence presque comme une mauvaise blague (le projectionniste aurait-il confondu la bobine avec celle d'un remake roumain d'une série policière à la «P.J.», l'action en moins?), mais qui peu à peu prend de l'envergure. À mesure que le film avance, la méthode de Corneliu Porumboiu prend tout son sens : il construit patiemment, petit à petit son long métrage avec un soucis exemplaire de justesse et de vérité. C'est comme s'il partait du néant, comme s'il faisait table rase des conventions du 7e art pour créer sur des bases extrêmement solides son récit. Éviter le mensonge, éviter l'excès, être précis, voilà la ligne de conduite qu'on peut déceler dans «Policier, Adjectif» (Ceylan et Kiarostami ne sont pas loin). Porumboiu nous donne même les clés de son film : vérité certes, mais aussi temps, événement,... voilà les maîtres-mots qui fondent son art. La gestion du rythme du cinéaste roumain est en effet quelque peu éprouvante, mais par son exigence permet une lente montée en puissance vers une séquence finale radicalement différente, et qui donne tout son intérêt au long métrage, d'un seul coup! En un instant, dans une continuité, une harmonie pourtant parfaite avec ce qui précède, des thématiques aussi imposantes que la morale, la loi, la subjectivité, la conscience ou bien sûr le rôle de la police envahissent le récit et nous laissent estomaqués, longtemps marqués par ce qui s'est dit après la fin de la séance. Avec une économie de moyen formidable, une simplicité et une sincérité remarquables (et même de l'humour!), «Policier, Adjectif» nous emmène bien plus loin que le début ne pouvait le laisser penser... À tous ceux qui ne sont pas effrayés par un cinéma qui délaisse l'action au profit de la réflexion, je ne peux que recommander vivement cet excellent film roumain! [3/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
stillpop
stillpop

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 443 critiques

3,5
Publiée le 02/12/2011
L'histoire d'un flic qui fait son travail. Mais, hum, ça reste assez administratif et lent. C'est le premier film d'auteur que je vois qui est formaté auteur exprès, je veux dire par là que vu l'intelligence du propos et de la fin, on ne peut pas accuser le réalisateur d'être un artiste ou un intello qui veut nous ennuyer parce que c'est la norme pour rentrer dans le sérail. Non, c'est le sujet qui est l'un des plus ennuyeux au monde, et montré comme tel avec la méthodologie adéquate pour carrément s'endormir pendant la première demi-heure. C'est à la fois intéressant et dangereux, puisque cette méthode peut littéralement casser la distribution et effacer le « succès » d'un film qui se révèle assez extraordinaire. Parce qu'il offre un regard un peu cynique mais surtout remarquable sur la vie quotidienne dans une administration roumaine, qui est en soi une bonne vision de toutes les administrations mondiales (en pire), privées y compris. Là où le réalisateur touche l'humanité, c'est dans son humour (discret) et son analyse des manques des êtres frustres tels qu'ils sont vraiment. Et ce que l'on peut faire pour améliorer les choses. Car on se doute bien que si tous les policiers ressemblaient à Sherlock Holmes ou Bruce Willis, il n'y aurait plus un seul bandit dans les rues ! Donc, vous allez avoir une grosse demi-heure de filature à pieds dans des rues pauvres de province roumaine totalement inintéressantes avec quelques coupures administratives pas très glamour dans un silence absolu, le flic ne porte pas de baladeur MP3. Et faut-il le souligner, un ennui souverain. Ma copine s'est même endormie, mais comme dans « Domaine », le public cinéphile parisien s'accroche et on savoure ensuite un petit switch dans la scène du couple puis des scènes hilarantes dont celle du commissaire qui couronne le tout. Sans aucune action, ni violence qu'elle qu'elle soit ! C'est une explication de texte de la vie ordinaire, la vraie même dans la police, trop extrême pour faire un excellent film, mais très fine et amusante au final. Réservé à un public intellectuel averti quoiqu'il en soit. Les autres dormiront ou s'énerveront très fort.
piju
piju

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 42 critiques

4,0
Publiée le 20/03/2011
Dans un univers gris, sale, vieux et triste, la Roumanie d’aujourd’hui, Cristi, le policier (substantif !), suit un adolescent qui lui ressemble, comme son ombre… Même les fleurs sont tristes dans cette traque d’automne lente, silencieuse et froide, avec juste la voix des corbeaux crépusculaires comme bruit de fond… Interminables filatures inutiles, déploiement énorme pour un gosse qui fume un joint dans un pays où tout est moche et usé, et qui a du mal à se relever de l’autocratie… Même la musique et la chanson sont merdiques… Et la démonstration de maïeutique de la femme de Cristi au sujet de la dite chanson reste peu convaincante… tout en étant pleine d’humour mélancolique… La démonstration de sémantique et maïeutique du capitaine pendant la dernière demi-heure du film, est quant à elle, époustouflante de mauvaise foi, elle mène jusqu’à la nausée et laisse présager un avenir bien sombre… Cristi va-t-il résister à sa conscience ou à son capitaine ? La question reste en suspens…
velocio
velocio

Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 2 121 critiques

3,5
Publiée le 29/10/2010
Autant, malgré sa "Caméra d'or", "12 h 08, à l'est de Bucarest", le premier film de Corneliu Porumboiu, m'avait déçu en arrivant à presque gâcher un sujet en or, autant "Policier, adjectif", prix du jury d'Un Certain Regard 2010, m'a bluffé en arrivant presque à résoudre la quadrature du cercle en matière de cinéma : montrer l'ennui tout en n'ennuyant pas le spectateur. En effet, le sujet du film est la filature menée par Cristi, un jeune policier, à propos d'un tout petit trafic de hasch. Une filature au cours de laquelle il ne se passe pratiquement rien, sauf qu'on comprend que ce policier est avant tout consciencieux et honnête dans la mesure où il veut, malgré sa hiérarchie, empêcher un jeune qu'il considère innocent d'aller en prison. En cassant cette filature par quelques épisodes au commissariat ou avec son épouse, on arrive à vivre l'ennui quasiment de l'intérieur tout en étant presque en permanence, sinon passionné, du moins intéressé et concerné.
 victor-gavoille
victor-gavoille

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 103 critiques

3,0
Publiée le 14/09/2010
Cristi, policier de base, promène une mine maussade, presque dépressive, tout au long du film. On le comprend. Il manque cruellement de moyens techniques, comme ses collègues. Sa femme et son chef lui font bien sentir leur supériorité intellectuelle. Et nous le voyons arpenter les rues et faire le pied de grue pendant une interminable filature, par un temps glacial. Si le metteur en scène tenaiit à nous faire partager l'ennui de son héros, c'est réussi. Le spectateur - s'il ne s'est pas endormi - est récompensé de sa patience par le dernier quart d'heure, qui illiustre de façon cocasse et inattendue un confllit entre loi écrite et loi morale. Déjà le problème exposé par Sophocle dans son "Antigone", vers 440 av.J-C.
Sébastien FOUCHER
Sébastien FOUCHER

Suivre son activité Lire ses 6 critiques

5,0
Publiée le 13/09/2010
Une simplicité, presque indécente. De l'ennui, aussi. Beaucoup. Une caméra braquée sur un homme et son histoire, banale à mourir. Dans ce degré zéro de l'animation, un rien captive. A la manière d'un des plus grands bouquins de Jean Giono ("un roi sans divertissement"). Très grand, mais pour certaines tournures d'esprit seulement.
DarioFulci
DarioFulci

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 237 critiques

4,0
Publiée le 30/07/2010
Pour un petit délit (fumer des joints après le lycée), un gamin risque 7 ans de prison. Le flic chargé de son dossier à des scrupules: n'est-ce pas disproportionné ? Un film à la lenteur indispensable. C'est le quotidien de ce policier roumain, un peu livré à lui même pour l'enquête par manque de moyens. Puis, lorsqu'il s'agit d'intervenir pour des délits aussi insignifiants, la hiérarchie pointe son nez et exige une répression démesurée. L'archaïsme des lois fait froid dans le dos. Les dernières scènes sont magistrales: l'humiliation méthodique de la raison par l'intransigeance au moyen d'un simple dictionnaire. Un conservatisme improbable qui pourtant lèse manifestement le pays. Le film est pour cela excellent de maîtrise et de méthode.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top