Notez des films
Mon AlloCiné
    Lola
    note moyenne
    3,2
    178 notes dont 49 critiques
    répartition des 49 critiques par note
    8 critiques
    10 critiques
    10 critiques
    9 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur Lola ?

    49 critiques spectateurs

    Lara Cridlig
    Lara Cridlig

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 76 critiques

    4,0
    Publiée le 25 septembre 2010
    à mi chemin entre la fiction et le documentaire. Les effets de réalisme sont rendus par une caméra très mobile. La première Lola doit enterrer décemment son petit-fils, la seconde doit faire libérer son petit-fils, emprisonné. La grâce de ces deux grands-mères transparaît dans un quotidien misérable dont aucune n’aurait l’idée de se plaindre. Malgré la modestie des lieux et l’humilité de chacune, une stratégie autour de l’argent : l’obtenir, le garder, le donner- se met en place mais le réalisateur se fait fort de rappeler la valeur de l’argent : il n’est qu’un vecteur, jamais un plaisir pour soi.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 320 abonnés Lire ses 1 746 critiques

    2,5
    Publiée le 28 août 2011
    Comme New York pour Martin Scorsese ou bien Paris pour les réalisateurs de la Nouvelle Vague Manille s'agit sans nul doute d'une ville-muse pour le très atypique Brillante Mendoza. Filmée par une caméra au fort potentiel centrifuge, au plus près de personnages vénaux et miséreux, Lola est une oeuvre portant clairement la marque de l'auteur de Tirador : l'argent y circule de main en main, dans une capitale grouillante d'hostilités et de divers larcins, ville gangrénée de part en part par la corruption, sous une pluie torrentielle... Malgré la richesse difficilement réductible et analysable de ses images Lola est malheureusement desservi par un scénario paresseux, sans véritable puissance, désamorçant l'émotion du sujet original à travers de longues séquences volontairement anti-dramatiques. L'idée en soit est excellente, parfaitement compatible avec le dispositif docu-fictif habituel du réalisateur, mais en totale contradiction avec les enjeux scénaristiques également proposés par ce dernier. Ainsi Lola se laisse suivre d'un oeil mi-figue mi-raisin, promettant de très jolies choses mais aussi un peu d'ennui, boitant en permanence entre l'ascèse descriptive et l'intrigue familiale teintée de ( faux )-suspense. L'un de ses moins bons films.
    lecrevisse
    lecrevisse

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 344 critiques

    3,0
    Publiée le 25 août 2010
    Très beau film sur les liens familiaux et l attachement des grands mères et quoi qu il se soit passe, même si une vie a disparu .
    Valerie Dupin
    Valerie Dupin

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 11 critiques

    5,0
    Publiée le 1 août 2012
    Une belle critique du système judiciaire philippin où la justice semble se monnayer... Un beau film qui fait réfléchir !
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 244 abonnés Lire ses 837 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mai 2010
    Sobre et prenant. Un film tout simplement magnifique.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 2 451 critiques

    3,5
    Publiée le 27 septembre 2013
    Bien que j'ai été fortement déçu par son "Serbis", j'ai tout de même décider de regarder ce long-métrage du philippin Billante Mendoza qui suit la quête de deux grands-mères bien courageuses, car se trouvant confrontées à un drame commun. En effet, la première vient de perdre son petit-fils tué d'un coup de couteau par l'assassin qui n'est autre que le petit-fils de l'autre grand-mère. L'histoire est donc forte et attachante, la mise en scène rigoureuse, mais ce que l'on retiendras surtout ce sont les performances bien émouvantes de Rustica Carpio et d'Anita Linda qui incarnent avec beaucoup de volonté et d'humanité les deux rôles principaux. "Lola" est donc un très beau film que je ne regrette pas d'avoir visionner.
    Lucille T.
    Lucille T.

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 375 critiques

    3,5
    Publiée le 22 octobre 2010
    gérontophilie, n. f. : mot venant du grec : geron, qui signifie "vieillard" et philie, qui signifie "amour". Le film dans lequel le personnage principal est... la pluie.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 796 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    3,0
    Publiée le 26 octobre 2010
    Lent certes, pour ne pas dire un peu ennuyeux parfois... Ce « Lola » n'est pas ce que l'on pourrait appeler à proprement parler une oeuvre « passionnante ». Pourtant, malgré cet aspect clairement intimiste pouvant finir par lasser un peu, on réussit tout de même à trouver quelque chose d'assez beau au film, que ce soit dans la dignité des différents personnages que dans la manière de filmer des décors à la beauté insolite, ce quotidien finalement assez désespérément sans justement en rajouter dans le pathos et le mélodrame, donnant ainsi à l'ensemble une touche très personnelle et une réelle élégance dans son propos. Ainsi, sans être véritablement friand de ce genre d'entreprises, il faut avouer que celle-ci n'est pas sans mérite ni intérêt, et vaut donc le coup d'oeil.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 583 abonnés Lire ses 1 409 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mai 2010
    Lola est comme une réconciliation. Avec le cinéma du philippin Brillante Mendoza, si touchant dans John John, tellement énervant par ses provocations violentes et/ou sordides dans Serbis, Tirador et, surtout, Kinatay. Lola raconte l'histoire de deux grands-mères courage, qui se dépensent sans compter, l'une pour faire enterrer son petit-fils assassiné, l'autre pour sortir le sien (le meurtrier) de prison. Deux destins montrés en parallèle, dont on attend longtemps la rencontre, finalement "expédiée" en 5 minutes au cours d'une conversation où il est principalement question ... d'arthrite. Sous des dehors documentaires, le film de Mendoza est une vraie fiction, un mensonge soit, mais au plus proche de la réalité et de la vérité des conditions de vie des plus démunis, aux Philippines. A la vue de cette oeuvre, remarquable sur de nombreux points, mais un rien trop distanciée pour susciter l'émotion, on se dit que le cinéaste dispose d'un potentiel énorme. Simplement, et contrairement à ce qu'en dit une critique française étonnamment sûre de son génie, ce potentiel là n'a pas encore été totalement exploité faute d'un scénario qui le magnifierait. Et on attend aussi de voir Mendoza explorer de nouvelles pistes, d'autres genres cinématographiques pour l'adouber enfin grand cinéaste.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 3 538 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2010
    Enfin un film de Brillante Mendoza qui m'a plu !... Quelques jours qui suit un meurtre avec deux grand-mères, l'une étant celle de la victime et l'autre celle du meurtrier. Nous suivons leur quotidien, l'une pour payer l'enterrement et l'autre pour tenter de libérer son petit-fils. On se retrouve dans un quartier pauvre et difficle de Manille, et si Brillante à bien une qualité c'est bien de nous montrer une réalité sans artifices comme il avait pu le faire sur "Serbis" dont c'était d'ailleurs la seule qualité. la caméra est toujours au plus près de ces deux mamies, qui malgré leur âge, dirigent et mènent la bataille du quotidien alors que le malheur leur tombe une nouvelle fois sur la tête. Toute l'émotion du film repose sur ces grand-mère et leur visage où toute leurs émotions transparait. Par contre le montage n'assume pas le parallèle entre les deux grand-mères, le partage, autant dans le scénario que dans la durée à l'image n'offre pas une égalité entre les deux mamies. Cependant malgré sa relative lenteur et ce denrier tout petit point c'est un très beau film, plein d'humanité et de courage.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 394 abonnés Lire ses 691 critiques

    2,0
    Publiée le 29 mai 2010
    J'ai été voir Lola en souvenir d'un réalisateur philippin, autrefois renommé, décédé en 1991, et qui s'appelait Lino Brocka. J'ai vu de lui un film, Bayan Ko, que peu de ceux qui liront cet article auront vu, mais qui, pour moi, est un des films qui a marqué mon entrée en cinéphilie, en 1985. Les Philippines sont depuis restées discrètes dans le domaine du cinéma, jusqu'à l'irruption du doué Brillante (le bien nommé) Mendoza. Je n'ai pas vu les premiers films de ce dernier (Serbis, Kinatay), fortement auréolés d'une aura scandaleuse (pornographie, viol, meurtre). Venons-en à Lola : le prétexte est simple. Une rixe entre deux jeunes gens tourne mal. L'un meurt. Les deux protagonistes ont des grand-mères (lolas) à forte personnalité. Les deux familles sont très pauvres. La grand-mère de la victime veut un enterrement décent pour son petit-fils, la grand-mère de l'infortuné assassin souhaite un accord à l'amiable avec la famille de la victime : en clair, verser une grosse somme pour solde de tout compte. Les deux grand-mères vont elles arriver à trouver un deal ? Sur cette intrigue simplissime, Mendoza tresse un film qui n'est pas horrible, mais qui n'est pas non plus passionnant. Le film vaut pour deux choses : le jeu des deux grand-mères, spectaculaire mais attendu, et surtout la description quasi documentaire d'une Manille sous les eaux : ses vols à la tire, ses tribunaux de quatre sous, ses taxis collectifs, ses prisons surpeuplées, ses usuriers, ses vendeurs ambulants.... c'est dans cet aspect "terrain" que le film peut intéresser. Sinon, il ennuiera, j'en ai peur. La réalisation de Mendoza (un caméra à l'épaule assez basique) ne m'a pas enthousiasmé - surtout après le Weerasethakul de hier soir (cf ci-dessous). A voir en cas de grosse pluie (c'est le cas à Nantes ce week-end). D'autres critiques sur Christoblog : http://chris666.blogs.allocine.fr/
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 359 abonnés Lire ses 1 177 critiques

    0,5
    Publiée le 10 mai 2010
    En revenant de voir ce film, j'ai relu la critique de Jacques Morice dans Télérama et je me suis dit : "quel beau film IL a vu !". Car moi, je n'ai pas vu le même. En fait, mes rapports passés avec le réalisateur ne donnaient guère d'espoir : je n'avais pas aimé "John John", j'avais détesté "Serbis" et j'avais entendu des réactions tellement négatives de la part des spectateurs sur "Kinatay" que je n'étais pas allé le voir. Seulement là, le sujet du film, ce qu'en disaient les critiques, etc., pourquoi pas une dernière tentative. Le problème, c'est que, pour des raisons qui m'échappent, Brillante Mendoza est devenu le nouveau chouchou de la critique française, il est de toute façon couvert de toutes les vertus et, une fois de plus, je me suis fait avoir. Oui, le sujet est prometteur, l'histoire de ses 2 grands-mères d'un quartier pauvre de Manille, qui se battent, l'une pour pouvoir enterrer de façon décente son petit-fils, assassiné pour un téléphone portable par le petit-fils de l'autre, qui elle se bat pour sortir cet assassin de prison. On espère trouver un réalisateur qui sache faire émerger l'émotion sans pour autant tomber dans le pathos, un réalisateur qui sache s'engager, mettre les choses en perspective sans pour autant tomber dans le manichéisme et le démonstratif. En fait, s'agissant d'un réalisateur philippin, on espère un cinéma proche de celui du regretté Lino Brocka. Problème : Brillante Mendoza n'a que 2 cordes à son arc : la provocation et la froideur. Je vais donc reprendre mot pour mot ma conclusion concernant "John John" : "pour une raison que je ne saurais expliquer, ce film ne m'a pratiquement jamais accroché et, dois-je l'avouer, c'est à peine s'il m'a ému !". Le jour où on me demandera de nommer le réalisateur contemporain dont le succès auprès des critiques et, avouons le, souvent aussi, auprès des spectateurs, me parait le plus incompréhensible, j'aurai du mal à choisir entre Almodovar, Kiarostami et Mendoza !
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 355 abonnés Lire ses 2 127 critiques

    5,0
    Publiée le 12 mai 2010
    Après l'imbuvable Kinatay l'an passé je m'étais juré de ne plus aller voir de film de Brillante Mendoza. Mais sous la pression d'un ami cinéphile, des critiques et d'un bon bouche à oreille je me suis quand même décidé (la mort dans l'âme) d'aller voir son nouvel opus. Contre toute attente je m'incline, ces Lola sont formidables. Le film est d'un réalisme fou. Tourné entièrement en ville, pas de studio, une vraie prison, des vrais prisonniers, un style plus proche du documentaire que de la fiction, on s'y croirait. Mais l'important n'est pas là. L'important est que ces mamies sont terriblement touchantes. Leurs regards et leurs dévotions pour leurs familles ne peuvent que forcer le respect et l'admiration. Malgré leur âge avancé, la façon dont elles se démènent chacune pour leur petit fils peut donner des leçons à bien de jeunes personnes. La mise en scène est discrète, mettant en avant sans cesse les personnages, et nous offrant de magnifiques scènes, des mamies perdues sous la pluie ou dans un tribunal, à un incroyable cortège funéraire aquatique. Ces Lola (grand-mère en philippin) et ces deux actrices principales sont donc incroyables. Elles nous donnent une vraie leçon de vie. De force, de jeunesse, de dignité, d'humanité. Tout comme le film. Magnifique. Une belle surprise. Un grand film. Coup de coeur
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 368 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    2,5
    Publiée le 28 mai 2010
    Toujours aussi prolifique, Brillante Mendoza continue de nous faire voyager comme lui seul sait le faire et nous entraîne à Manille, à la rencontre de deux grands-mères confrontées à un drame, l’une vient de perdre son petit fils, tué pour une histoire de portable et quant à l’autre, elle se bat pour faire sortir son petit-fils de prison (celui-là même qui a tué pour un portable). Deux destins qui s’entrecroisent à travers les rues inondées de la ville. Filmé en temps réel comme un documentaire, Lola (2010) nous absorbe totalement et ne relâche jamais notre attention (et ce, malgré une mise en scène très amorphe). Brillante Mendoza nous offre deux points de vue différents, deux histoires passionnantes, ces vieilles femmes si déterminées et courageuses nous étonnent encore.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 1 111 critiques

    0,5
    Publiée le 13 mai 2010
    La critique bien-pensante et boboïsante a encore frappé : ce "Lola" est généralement présenté comme un chef d'oeuvre par ces messieurs-dames avides de films tiers-mondistes, parés par essence de toutes les vertus. Personnellement, j'ai trouvé ce nouveau Mendoza puissant..... d'ennui. Deux aïeules, l'une de la victime, l'autre du meurtrier, usées pareillement par un quotidien de misère, et que le hasard (l'exécution d'un jeune homme par un autre, pour un téléphone portable) et la nécessité (trouver l'argent des funérailles pour l'un, et l'argent de l'accord qui le fera échapper à la prison pour l'autre) mettent pour un instant en présence : idée intéressante. Mais pour en faire quoi ? "Un magnifique mélodrame", nous vend-on ordinairement. L'émotion n'a cependant guère de matière pour en alimenter la substance : cela ressemble plus à un documentaire, bien sec et distancé, qu'à autre chose, dont je ne retiendrai pour ma part que la durable vision d'une ville de Manille sale et noyée sous la mousson, et d'une société philippine gangrénée par la corruption et les étranges moeurs judiciaires.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top