Mon AlloCiné
    Happiness
    note moyenne
    3,7
    322 notes dont 26 critiques
    31% (8 critiques)
    35% (9 critiques)
    15% (4 critiques)
    12% (3 critiques)
    4% (1 critique)
    4% (1 critique)
    Votre avis sur Happiness ?

    26 critiques spectateurs

    cocolapinfr
    cocolapinfr

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 397 critiques

    4,5
    Publiée le 6 avril 2016
    Excellent film, grâce à des dialogues sublimes et des situations hilarantes. On suit chacun des personnages dans leur quête quotidienne du bonheur, dans un style à la fois profond et drôle, où les façades de compassion s'effondrent vite pour laisser place au sordide. Remarquable.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 2 108 critiques

    3,5
    Publiée le 20 juillet 2014
    A travers le destin de trois sœurs névrosées, Todd Solondz autrefois chouchou du cinéma indépendant américain nous plonge dans les fantasmes sexuels d’un petit microcosme issu de la middle class de son New Jersey natal. La scène d’ouverture qui précède le générique donne tout de suite la tonalité de ce qui va suivre. Joy la benjamine, jeune trentenaire empruntée est le gentil mouton noir de sa famille sur lequel chacun décharge ses frustrations. Pas étonnant dès lors que Joy ne trouve jamais la bonne distance avec le sexe opposé. C’est dans un restaurant que Solondz nous la présente alors qu’elle est en train de rompre avec son petit ami. Si Solondz présente Joy en préambule de son film c’est sans doute pour nous prévenir qu’elle sera le seul personnage avec lequel il sera en empathie. Joy finalement trop pure n’a pas sa place dans la galerie de personnages horribles que le réalisateur va nous proposer deux heures durant. Par une succession de saynètes provocatrices pour les yeux et les oreilles bien pensantes, Solondz nous immerge dans un univers où le sexe ne peut s’exprimer que par la perversion. Sous l’apparat des professions respectables (psychiatre, écrivain, informaticien) ce sont les pires désaxés sexuels qui sommeillent, du pédophile au harceleur téléphonique en passant par une obèse meurtrière qui ne supporte pas la pénétration ou encore un chauffeur de taxi russe violent qui trompe et bat sa femme sans aucune retenue. L’atmosphère rendue devient vite irrespirable même si de nombreuses scènes nous font sourire malgré le pathétique des situations exposées. Bien sûr le film a choqué notamment à cause de l’évocation de la pédophilie déclarée du psychiatre qui est celui-là même qui est censé prévenir le passage à l’acte chez ses patients. Par cette transgression ultime Solondz remet en cause tout le système de valeurs sur lequel est bâti notre vie en société. Par son film souvent dérangeant le metteur en scène met le doigt là où ça fait mal, montrant que la bien-pensance généralisée oblige une grande majorité à vivre leur pulsions intimes comme un péché contenu qui finira toujours par ressortir à un moment ou à un autre à force de frustration . Celle que l’on croyait la moins adaptée, est en réalité la seule qui ne retenant pas sa vraie nature est la plus en paix avec son moi profond, ses peines venant plutôt des reproches et moqueries des membres de sa fratrie qui se servent d’elle comme d’un repoussoir pour ne pas avoir à regarder au fond d’eux-mêmes. Il n’est pas étonnant qu’avec le propos si dérangeant de ses films, Solondz se soit vite trouvé en manque de financement.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 362 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mai 2014
    Le titre, qui rappelle celui du film Le plaisir de Max Ophuls, nous annonce une étude du bonheur dans la société actuelle. C’est au contraire de la privation de bonheur qu’il est question. Une privation qui passe par les déboires amoureux des trois sœurs Adams au centre de l’histoire. Joy se faisant quitter dès la scène pré-générique et qui va sombrer dans une sombre dépression pour mieux s’en relever, tandis que Trish ignore (volontairement ou non) les penchants malsains de son mari et qu’Helen recherche à vivre une expérience malsaine qui fasse renaitre son inspiration d’auteure. Mais plus que ces trois femmes aux parcours contradictoires, ce sont tous les autres personnages qui les entourent dans ce film choral qui en font une œuvre provocatrice. Selon la logique du scénario c’est en effet la bien-pensance et les codes sociaux qui poussent les individus, au demeurant les plus respectables, vers une certaine frustration sexuelle et des formes de perversion révoltantes allant du harcèlement téléphonique à la pédophilie et l’inceste. Cette image révoltante de la classe moyenne américaine est un véritable pavé dans la marre lancé par le cinéma indépendant, précurseur d'American Beauty auquel il est souvent comparé, faisant de son réalisateur Todd Solondz un cinéaste prometteur qui malheureusement n’a pas su confirmer son talent dans ses films suivants. Quoi qu’il en soit, Happiness reste un film, certes difficile d’accès du fait de sa narration éclatée et de son rythme lent, mais percutant dans sa façon de mettre en place une réflexion sur des sujets tabous et immoraux.
    gabdias
    gabdias

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 510 critiques

    4,0
    Publiée le 6 janvier 2015
    La claque, une bien violente qui te cloue sur place, voilà ce qu'est Happiness, avec le portrait d'une dizaine de personnages tous plus siphonnés les uns que les autres. L'interprétation est proche du presque parfait tout en puissance et en retenue. La banlieue américaine si puritaine et chaste fait face à ses démons dans ce pamphlet anticonformiste. A voir absolument !
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    4,5
    Publiée le 1 février 2013
    Dans la lignée de American Beauty mais beaucoup plus atypique et original encore, voici une vraie œuvre forte de ce cinéma indépendant américain auquel Todd Solondz ne cessera d’appartenir quel que soit son succès dans les salles. C’est une fois encore une critique sans complaisance de l’American Way of Life à travers les vies de ces trois sœurs si dissemblables et finalement réunies autour de la même table après bien des expériences douloureuses. À noter que Solondz prend toujours comme cadre d’étude le New Jersey, banlieue résidentielle de la middle-class new-yorkaise dont il est issu et où il est né. C’est bien sûr la sexualité qui est le centre de cette étude, celle des grands solitaires que nous sommes tous, même mariés avec des enfants. La jouissance est tout sauf évidente, comme ne cesse de s’en plaindre le petit garçon tout au long du film… c’est si dur de venir ! Et au centre de tout cela, les trois soeurs qui n’ont rien de Tchekhov : la paumée qui va d’échec en échec, la manifestement heureuse, en fait frigide et qui contribuera à faire de son mari un pédophile, la romancière en panne d’inspiration qui va rechercher une expérience sexuelle glauque pour tenter d’en retrouver un peu… Sans compter l’inhibée tueuse, le pervers du téléphone… Cette étude entomologiste d’une société décadente est fascinante, d’autant plus évidemment qu’elle est sans complaisance comme l’indiquent les précisions biographiques données au début. Ne nous leurrons pas, il n’est pas question ici de s’apitoyer sur les misères d’autrui et encore moins de s’en moquer… c’est bien de nous qu’il s’agit, de chacun de nous pris dans son humanité sèche et sordide et le film agit comme un miroir, d’où le malaise qu’il peut produire sur certaines populations persuadées que « le monstre, c’est l’autre »…
    CestMonAvis
    CestMonAvis

    Suivre son activité Lire ses 52 critiques

    2,0
    Publiée le 25 mai 2010
    Un film très critique, intéressant mais trop long et lent. Les personnages sont de bonnes caricatures d'une famille américaine normale... en apparence. L'idée générale et l'histoire traitent des sujets sensibles avec un peu d'humour noir, cependant (à mon goût) le réalisateur insiste trop à vouloir créer une polémique. A voir par curiosité
    didiegodelavega
    didiegodelavega

    Suivre son activité Lire ses 23 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2010
    OVNI!!!!!!!!!! certes, cela ne plaira pas à tout le monde, mais il faut absolument voir Hapiness... moi,j'adoooore!!!
    Frech11
    Frech11

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 116 critiques

    5,0
    Publiée le 9 juin 2010
    Beaucoup de mal à mettre une note, car Happiness est un film inclassable. Un film au titre plein d'ironie, tant les personnages dépeints sont des ratés notoires qui loin de dégager de la joie, s'avèrent des êtres sans empathie pour les autres, ni n'en dégageant aucune pour le spectateur. Simplement de pauvres gens, qu'on plaint un moment, avant de parvenir à se reconnaître dans quasiment chacun d'entre eux. Pathétique, très dur à regarder, déprimant, et à mon avis beaucoup moins drôle que ce que certains en disent, Happiness n'en reste pas moins une oeuvre inclassable et complètement originale, grâce notamment à la psychologie poussée et aux relations entre eux des personnages, parfois totalement vides de sens. Malsain, déprimant et miroir seraient trois très bons mots pour définir brièvement ce film.
    Benjamin L
    Benjamin L

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 69 critiques

    5,0
    Publiée le 27 juillet 2014
    Que dire de ce film si ce n'est : voyez-le à tout prix!!!! une satire au vitriol de nos sociétés occidentales modernes, Etats Unis en tête, et de la culture des apparences et de la bien-pensance qui masquent trop souvent vanité et futilité... tourné un peu à la manière d'un soap, le film dérape rapidement et fait voler tous les tabous ainsi que le politiquement correct en eclats! c'est drôle et pathétique, tendre et cruel, mais c'est trash et dérangeant avant tout!! un OFNI qui ne laisse pas de glace... qui certes ne plaira au grand public, mais je le répète, voyez-le
    xavierch
    xavierch

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 674 critiques

    2,0
    Publiée le 2 août 2014
    Un film étrange, car le sujet de fond est très intéressant, mais que ce film est long et mou, s'il avait été traité de façon un peu plus vive, il aurait pu être bien meilleur. Ce film est un film à part, mais ça n'en fait pas un film passionnant. Dommage.
    antoinedoinel
    antoinedoinel

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 55 critiques

    0,5
    Publiée le 29 septembre 2006
    Je trouve ce film très nul. Pas tant sur le sujet dérangeant qu'il traite mais plutôt sur la réalisation, esthétique rabageuse d'un collage subséquentiel iconoclaste.
    samac
    samac

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 66 critiques

    1,0
    Publiée le 22 mars 2007
    On regrettra jamais le politiquement incorrect car quelque soit la facon de se montrer nous nous interrogeront toujours. J'ai du mal à voir le rapport entre la scène du rêve racontée chez le psy avec son désordre moral, en a t il si marre qu'il a envie de tuer tout le monde ? Il a peut être essayer de créer la nuance à l'aide de décalage de certains plans , mais par la grandiloquence du tout on en arrive à vomir l'image. Un film ketchup, américain ? Voir les films d'Araki qui ont en concordance les meme sujets, le même sentiment anarchique, entre une claque sur les fesses et un grand coup de fouet il pointe savamment du doigt l'endroit qui sera aphrodisiaquement bon.
    petitlapin33
    petitlapin33

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 21 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Si ce n'est pas le film sur les comportements sociaux le plus dérangeant que j'ai vu ("Extension du domaine de la lutte" et "la traque"), c'est en revanche celui qui présente la plus large palette de névroses occidentales allant à l'encontre de la fable progressiste prétendant que nos vies seraient plus que par le passé faites de plaisir, de joie et de loisir. Il est dérangeant parce qu'il nous fait prendre conscience de la pauvreté et de la ridiculité de nos vies que les médias, et en particulier le cinéma, nous cachent en prétendant vouloir nous détendre et nous divertir. Chacun a pu ainsi se reconnaître dans l'un des "ratés" du film...
    anne-c69
    anne-c69

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 28 octobre 2008
    Brillant. Ce film sarcastique est aussi triste de par sa realite que hilarant. Les acteurs sont enroles de manière parfaite. Un pur moment de bonheur.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,0
    Publiée le 22 décembre 2010
    Avec ce drame très provocant et osant aborder des sujets tabous sans fards,Todd Solondz,cinéaste indépendant à la plume chargée,a surpris son monde en 1999.La noirceur irrécupérable de "Happiness" met l'Homme face à ses contradictions,face à ce qu'il ne veut pas voir.La terrible vérité derrière le vernis d'une banlieue proprette du new Jersey.La famille nucléaire en prend pour son grade,et le politiquement incorrect se fait à travers des dialogues épatants de profondeur,contrebalançant en cela une mise en scène très sage.On y parle pédophilie,sexualité enfantine,élans meurtriers et frustrations malsaines avec une frontalité qui dérange,voire qui choque.Solondz va au-delà du démontage en règle habituel.Il semble croire dur comme fer à cette perversité quotidienne,à ce mal-être qui pousse à commettre le pire.Il navigue avec une certaine cohérence à travers un récit choral,incluant sexagénaire sur le retour,vieille fille exploitée,père parfait aux zones d'ombres inimaginables,informaticien aux fantasmes spéciaux et d'autres.Philip Seymour Hoffman,Ben Gazzara,Dylan Baker sont les têtes d'affiche d'un film révoltant par son contenu,ce qui le rend d'autant plus conseillable en dépit d'un pessimisme qui frise le masochisme.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top