Les Amours Imaginaires
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,6 pour 1 648 notes dont 273 critiques  | 
  • 54 critiques     20%
  • 85 critiques     31%
  • 45 critiques     16%
  • 39 critiques     14%
  • 27 critiques     10%
  • 23 critiques     8%

273 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Florent B.

47 abonnés | Lire ses 14 critiques |

  1.5 - Mauvais

Une papillote appétissante mais quand on ôte le papier brillant, on trouve une mauvaise blague à l'intérieur.. Monia Chokri s'en sort bien et j'ai eu plaisir à revoir Anne Dorval grimée presque à l'image de son célèbre personnage de semi-personnalité délurée Criquette Rockwell (Le cœur a ses raisons.) Pour le reste, on a l'impression de regarder un très long clip au ralenti, ça reste très fade malgré les strobo/kaléidoscopes & la bande son assez géniale à mon goût (il n'y a qu'un pas entre Wagner & Dalida!) C'est "mignon" sur la forme mais totalement creux sur le fond alors regarder sans entrer vraiment dans le sujet pendant plus d'une heure, personnellement, je trouve ça lassant.. c'est finalement l'apparition de Louis Garrel qui m'a le plus interpelé donc c'est dire si j'ai dû attendre mon "rebondissement" car il arrive à la dernière seconde, sans trop comprendre ce qu'il fait là d'ailleurs ; enfin si puisque l'histoire infernalement mièvre semble se répéter..

Clingo

35 abonnés | Lire ses 127 critiques |

  4.5 - Excellent

Un film séduisant. Il parle d'un thème traité douze mille fois par an au cinéma, et même s'il n'évite pas certains clichés, ça n'est pas si grave parce qu'il a une identité propre et un univers très personnel. C'est paradoxal vu le sujet traité donc, et au vu des citations auxquelles s'adonne Xavier Dolan. Le cinéaste convoque autant Godard ( le thème du Mépris ) qu'un auteur comme Wong Kar-Waï, pour l'esthétique et l'imagerie générale du film. Certains pourraient trouver ça creux et artificiel, mais l'esthétique du film en réalité ne fait que traduire un état d'esprit propre à la jeunesse. J'ai l'impression que c'est un film que les vieux ne peuvent pas adorer, en tout cas pas autant que les plus jeunes. Les Amours n'est pas totalement un film rock, il serait plus entre ça et la pop, entre l'adolescence donc et disons la période où se situent les jeunes adultes. A 30 ans passés, peut-être qu'on serait moins emporté par le joli souffle du film. Dolan propose donc un triangle amoureux qui se transforme rapidement en une ligne dont les deux extrêmités sont occupés par Marie et Francis. Il est très intéressant de voir comment l'intrusion d'un élément extérieur vient perturber leur amitié, comment le bel éphèbe va provoquer de la rivalité insidieuse entre les deux amis. Il y a une cruauté sous-jacente dans Les Amours, qui se révèle assez jouissive par ailleurs, naissant de ce paradoxe qu'est l'amitié : une relation d'attraction-répulsion, un mélange d'égoïsme et de tendresse envers l'autre. Il y a aussi un certain suspense dans le film - à un degré moindre - et une manière de retenir l'attention du spectateur qui se demande jusqu'où va aller ce jeu plutôt implicite que jouent Marie et Francis. La plastique du film semble privilégier la futilité d'un tel jeu, et le fantasme que représente Nicolas. Xavier Dolan multiplie les ralentis, se situe à la limite d'une attitude de poseur, mais n'y met heureusement jamais les pieds puisque ses choix formels traduisent à merveille la fragilité des situations et sont un bel exemple du contraste entre l'imaginaire - ce que pensent les deux héros - et la réalité - qu'ils se prennent en pleine figure pour sombrer dans la désillusion. Au niveau du scénario et de la psychologie des personnages, on retrouve - par le moyen de dialogues pertinents et impressionnants de réalisme - cette même sensation de déplacement de la réalité de la part des deux personnages principaux. Si bien que le titre peut très bien être renversé, et qu'on a aussi l'impression de voir l'imaginaire de l'amour, une manière de romancer la passion pour finalement être confronté à la réalité des faits. C'est que Les Amours est un film pleinement romantique, mais aussi romanesque ( l'adjectif du titre le dit bien ), et il y a une vraie sensibilité chez Dolan, une manière douce de voir le monde - malgré tout - et surtout de le retranscrire. La chanson principale illustre bien ce paradoxe - je m'en remets à la version originale de Nancy Sinatra - qui parle d'amour et de mort, inséparables, de beauté et de gravité. Deux mots qui résument bien le film. Un film au charme intense, une bouffée d'air frais qui fait un bien énorme. Paradoxalement, ça donne envie d'être amoureux.


DukeMARVIN

3 abonnés | Lire ses 283 critiques |

  3 - Pas mal

Un joli film qui se laisse regarder, seulement c'est aussi son problème. Un poil auto-suffisant et frisant parfois la "masturbation" intellectuel. Dommage.

VOSTTL

6 abonnés | Lire ses 520 critiques |

  4 - Très bien

Je n’ai pas vu le premier film de Xavier Dolan mais je vais me racheter car celui-ci a un charme envoûtant. Les couleurs, les costumes, les couleurs des costumes, les couleurs de l’automne, les couleurs des sentiments. Amours imaginaires, amours platoniques, amours vains. Chronique d’une mort annoncée. Mais l’amour est irrationnel, c’est pourquoi Francis et Marie, en concurrence, espèrent. C’est beau d’être amoureux, mais l’amour est encore plus beau s’il est réciproque. Et toutes ces attentes loin de Nicloas, tous ces moments passés auprès de Nicolas sont captivants. Il y a dans les intentions, dans les silences de Marie et de Francis comme une résignation, et pourtant, ils s’accrochent, ils espèrent, ils gardent espoir que l’un des deux sera aimé en retour. A moins qu’ils se partagent Nicolas. Et leurs danses autours de lui a comme quelque chose de pathétique, car ils ont conscience que Nicolas ne les regarde pas comme ils le regardent. La déclaration d’amour de Francis est touchante, celle de son amie Marie, maladroite voire ridicule. Monia Chokri est ravissante et attendrissante, Xavier Dolan et attendrissant et émouvant. Joli petit film empreint d’une influence « nouvelle vague ». Les dialogues sonnent justes et les interventions ponctuelles des témoins sont savoureuses.

Ancien utilisateur

  5 - Chef d'oeuvre

Les Amours Imaginaires de Xavier Dolan est un chef-d'oeuvre , un pur chef-d'oeuvre . Tout d'abord , il faut le dire le réalisateur est extrêmement talentueux , inspiré et doué mais surtout , il est important de souligner qu'il est surtout vraiment cinéphile . En effet , on voit que le cinéaste admire François Truffaut pour son côté passion amoureuse , Jean-Luc Godard dans la manière de filmer ( avec grâce , il faut le dire ) préciser les corps , les gestes et expressions faciales : d'ailleurs , cette charmante Monia Chokri une révélation tant sa prestation est extraordinaire , rappelle beaucoup Anna Karina dans les films de Godard . Le scénario est formidablement écrit et ficelé . Cette histoire de déchirure d'un trio amoureux est passionnante et Les Amours Imaginaires est rempli de scènes très esthétiques et sublimes telles que le rendez-vous au café sur le fond de la musique Bang-Bang de Dalida , la scène de cache-cache dans la forêt , les scènes de ralentis très intéressants . Il y également une symbolique des gestes dans le film Spoiler :comme avec lorsque Marie tend son parapluie à Francis , symbole de réconciliation et d'union . La construction du film est très réussie avec un prologue impeccable et une fin toute aussi brillante . Un chef-d'oeuvre .

Chuck89

36 abonnés | Lire ses 97 critiques |

  3 - Pas mal

Et bien, pour cette seconde réalisation Xavier Dolan s'en tire bien. Ce film est réussi, et visiblement bien critiqué. Les scènes sont quand même parfois très lentes, le scénario un peu vide, si le sujet n'intéresse pas on a tendance à somnoler même si le film reste très réaliste. J'ai aimé cette ambiance parfaite que l'on retrouve chez les étudiants, le décor très jeune. Ces quelques détails qui caractérisent cette génération un peu fofolle. Homosexualité, hétérosexualité. Ce thème des préférences est donc bien maîtrisé et très développé.

Rik13

11 abonnés | Lire ses 645 critiques |

  2 - Pas terrible

Un drame sentimental avec une recherche de mise en forme esthétique mais au scénario totalement creux. Des dialogues insipides et des scènes de ralenti exaspérantes viennent alourdir un rythme déjà assez indolent. Il ne se passe pas grand chose dans ce film et la description des sentiments amoureux est parasitée par une réalisation tape-à-l’œil. « Les amours imaginaires » est un long métrage nonchalant et ennuyeux.

Lo' Villaumé

0 abonné | Lire ses 12 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Pour son second long métrage, Xavier Dolan, réalisateur (et autres) canadien, a travaillé sur le triangle amoureux.Malgré sa coupe de cheveux qui n’est pas des plus bons gouts, il excelle aussi en tant qu’acteur. L’accent québécois est des plus charmants, il rajoute du comique aux dialogues tantôt assassins, tantôt romantiques. On est entrainé au cœur d’une amitié, entre Marie, jouée par Monia Chokri, et Françis, interprété par le réalisateur lui-même. Une relation plutôt fusionnelle, jusqu’à ce qu’entre dans leurs vies : Nicolas (Niels Schneider); qui transforme cette saine amitié, en triangle amoureux platonique. Ce dernier a la figure d’un dieu grec, bouclettes et nez agressif à l’appui, tel un ange, être asexué. Outre le scénario qui maintien avec brio le suspens jusqu’à la fin, tout le film est un bijou. La BO est plutôt bien choisie, les morceaux à sonorités drama-romantiques mettent une nouvelle fois (*regrets*) la chanson « Bang-bang » à l’origine interprétée par Nancy Sinatra, ici c’est Dalida qui s’en charge; ce qui donne d’ailleurs un peu moins de dramatisme. Ce film est aussi une merveille d’esthétisme, les couleurs, les contrastes, l’utilisation du ralenti pour suspendre le moment donnant l’impression de flottement qu’inspire parfois l’amour, tout est en harmonie, au cœur d’une atmosphère d’automnale. Le film est ponctué d’humour, notamment grâce à des confessions, d’autres personnes que les protagonistes, qui se livrent sur leurs relations, leurs rapports face à l’amour, à la séduction, au rejet, à la rupture… Ce long métrage nous met face aux sentiments que nous inspire le fait de tomber amoureux, la jalousie qui nait en même temps que la séduction, la franche pas celle d’un soir ; la compétition pour le sujet est convoité ; l’abandon après s’être énervé, puis le retour dans la course. On passe par tous les travers qu’entrainent un amour excessif, névrotique,… Ce film est à voir, c’est un bijou.

BzhTouch56

14 abonnés | Lire ses 14 critiques |

  4 - Très bien

Des acteurs géniaux, une BO sublime et un film esthétiquement proche de la perfection. C'est frais, coloré et vraiment bien joué malgré quelques longueurs. Après "J'ai tué ma mère", Xavier Dolan confirme son statut de jeune réalisateur prodige.

kevinsolstice

4 abonnés | Lire ses 1003 critiques |

  3 - Pas mal

j'avais adoré "j'ai tué ma mère", j'ai moins aimé celui ci, même si ça reste un film intéressant

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Les Amours Imaginaires Reportage VF
Les Amours Imaginaires Reportage VF

29 740 vues

7 vidéos liées à ce film
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
De toutes nos forces   4,3

De Nils Tavernier
Avec Jacques Gamblin, Alexandra Lamy
Comédie dramatique

Captain America, le soldat de l'hiver   4,3

De Anthony Russo, Joe Russo
Avec Chris Evans, Scarlett Johansson
Aventure

The Grand Budapest Hotel   4,2

De Wes Anderson
Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori
Comédie

Tous les meilleurs films au ciné