Mon AlloCiné
    Martha Marcy May Marlene
    Note moyenne
    3,8
    24 titres de presse
    • 20 Minutes
    • Excessif
    • Le Parisien
    • Les Inrockuptibles
    • CinemaTeaser
    • Critikat.com
    • La Croix
    • Le Figaroscope
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Le Point
    • Positif
    • Première
    • Studio Ciné Live
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • Cahiers du Cinéma
    • Ecran Large
    • Elle
    • Les Fiches du Cinéma
    • L'Express
    • Libération
    • Paris Match
    • Chronic'art.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    24 critiques presse

    20 Minutes

    par Caroline Vié

    "Martha Marcy May Marlene" rappelle que le cinéma indépendant américain peut encore offrir des joyaux sombres et dérangeants. Délectable.

    La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

    Excessif

    par Romain Le Vern

    En sombre état de grâce, l'ensemble possède de sérieux atouts : une écriture solide, une photo lumineuse, une interprétation en or.

    La critique complète est disponible sur le site Excessif

    Le Parisien

    par Charlotte Moreau

    Sean Durkin délivre une oeuvre puissante, installant un malaise exponentiel à mesure que le spectateur découvre la vie en communauté dans une ferme autogérée.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Les Inrockuptibles

    par Jacky Goldberg

    La force [du film] réside dans sa capacité à créer, par le montage et par un sens du cadre évoquant parfois Gus Van Sant, des échos purement sensoriels, à baigner ses personnages dans un flux cotonneux qui rend la violence quotidienne d'autant plus horrible qu'elle ne s'appuie sur rien de tangible. La folie est ainsi partout et nulle part, dans ce beau et mystérieux film.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    CinemaTeaser

    par Aurélien Allin

    Un thriller psychologique immanquable, dont on suivra de près le réalisateur et l'actrice.

    La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

    Critikat.com

    par Fabien Reyre

    Un film qui, sous ses airs de ballade mélancolique aux doux accents folk, cache de brutales saillies qui déchirent le coeur et les tripes, comme une guitare qui aurait troqué ses douces mélopées contre la furie de l'électrique.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    La Croix

    par Corinne Renou-Nativel

    Cet étrange film (assorti d'un avertissement au public sensible) bouscule et envoûte.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    Le Figaroscope

    par Jean-Luc Wachthausen

    L'histoire est angoissante et va crescendo grâce au savoir-faire du réalisateur, qui a beaucoup regardé Polanski. Comme lui, il sait réveiller nos peurs enfouies, distiller un léger vertige, susciter cet étrange sentiment, le goût du danger.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

    Le Journal du Dimanche

    par Stéphanie Belpêche

    Ce drame psychologique n'en demeure pas moins terrifiant. (...) La comédienne [Elizabeth Olsen] sublime cette nouvelle pépite du cinéma indépendant américain, primée à Sundance.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Monde

    par Jacques Mandelbaum

    Suggérer la plus grande violence par la plus grande douceur : c'est sur ce terrain qu'on trouve quelques-uns des plus beaux films américains contemporains. (...) c'est de ce bois qu'est fait "Martha Marcy May Marlene", premier long métrage de Sean Durkin.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    Le Point

    par Florence Colombani

    Voir le site du Point.

    La critique complète est disponible sur le site Le Point

    Positif

    par Franck Garbarz

    La force de la mise en scène de Sean Durkin réside dans sa capacité à rendre fantomatique la présence des personnages en amorce dans le plan. (...) Jouant avec subtilité sur la luminosité et les cadrages, le cinéaste enchevêtre [passé et présent] et nous fait perdre nos repères spatio-temporels.

    La critique complète est disponible sur le site Positif

    Première

    par Frédéric Foubert

    Hypnotique et étouffant, ce portrait kaléidoscope d'une jeune fille paumée est construit selon un délicieux crescendo d'angoisse schizo à la Polanski.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Studio Ciné Live

    par Christophe Chadefaud

    Voir le site Studio Ciné Live.

    La critique complète est disponible sur le site Studio Ciné Live

    TéléCinéObs

    par Lucie Calet

    A la fois pastorale amish et thriller psychologique, le film – un procès en règle de la famille, quelle qu'elle soit – doit beaucoup à Elizabeth Olsen, qui réinvente l'anxiété radieuse.

    La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

    Télérama

    par Aurélien Férenczi

    Peu de films traitent des sectes et de la difficulté d'en sortir (...) : celui de Sean Durkin, 29 ans à peine, n'est jamais explicatif. Bâtissant son récit par petites touches, il suggère plus qu'il ne montre, et finit par distiller une inquiétude puissante.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Cahiers du Cinéma

    par Clémentine Gallot

    La partie la moins crédible concerne ici la reconstitution bucolique de la vie en communauté dans la secte. Malgré cette évocation trop proprette, Durkin filme habilement le renoncement à soi de Martha.

    Ecran Large

    par Laure Beaudonnet

    Servant une mise en scène aussi efficace que raffinée, Sean Durkin évite la plupart des écueils des premiers films.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    Elle

    par Florence Ben Sadoun

    C'est dans une atmosphère menaçante, dans un climat inquiétant proche de celui de "Rosemary's Baby", que ce film étrange et dérangeant saisit le spectateur.

    La critique complète est disponible sur le site Elle

    Les Fiches du Cinéma

    par Louis Roux

    Sean Durkin s'efforce de traduire le brouillage des repères que crée et cultive l'endoctrinement. Mais son film a le défaut de ne pas étendre le parti pris conceptuel de sa construction à sa mise en scène, trop sage.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    L'Express

    par Julien Welter

    On pense à Polanski, pour sa capacité à installer la confusion par touches et à filmer sa comédienne comme un amant sous le charme. Si le récit traîne parfois en longueur, et n'échappe pas au style un peu terne du cinéma américain "indé" d'aujourd'hui, "Martha, Marcy, May, Marlene" explore l'aliénation mentale avec beaucoup de retenue. Une première oeuvre et une découverte.

    La critique complète est disponible sur le site L'Express

    Libération

    par Julien Gester

    "Martha Marcy May Marlene" prend le parti du cotonneux et de la confusion des sens, au risque de l'inconsistance. Et si, dans sa peinture de l'expérience sectaire comme boucle acide, le film distille malgré tout quelque chose, il le doit surtout au magnétisme de son actrice, franche révélation.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Paris Match

    par Alain Spira

    L'élégance de la réalisation et le climat délétère de cette histoire sont suffisamment envoûtants pour nous placer sous l'emprise totale du film.

    La critique complète est disponible sur le site Paris Match

    Chronic'art.com

    par Murielle Joudet

    Petite coquetterie formelle d'autant plus fumeuse qu'elle est peureuse, "Martha Marcy May Marlene" semble finalement engoncé comme son couple dans un certain american way of filmmaking, maniérisme sundancien relevé à la sauce psychologisante.

    La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top