Mon AlloCiné
    La classe de neige
    note moyenne
    3,5
    118 notes dont 10 critiques
    0% (0 critique)
    50% (5 critiques)
    10% (1 critique)
    30% (3 critiques)
    10% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur La classe de neige ?

    10 critiques spectateurs

    Vincent P
    Vincent P

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 29 critiques

    4,0
    Publiée le 8 août 2012
    Très beau film sur la folie et les peurs prégnantes qui nous taraudent depuis l'enfance. Les limites entre fantasmes et réalité vacillent constamment tout au long du film, passant du réalisme social au fantastique voir à l'horreur. On voit ainsi se dessiner par cette mise en scène les angoisses profondes de Nicolas, superbement interprété. Les enfants se révèlent d'ailleurs bien plus étonnant que les adultes, dont le jeu laisse parfois à désirer dû au manque ou à la mauvaise direction d'acteur. Je trouve donc que Claude Miller passe à côté d'un film qui aurait pu être sublime si le jeu était plus véritable et si certaines musiques étaient plus en corrélation avec les tensions et le malaise que génère le film.
    VincentLesageCritique
    VincentLesageCritique

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 462 critiques

    2,5
    Publiée le 17 octobre 2007
    Claude Miller narre le récit de cet enfant perturbé par la gravité tacite qui l’entoure. S’inventant des phantasmes, des allégories malaisées, il sera, au cours d’une classe de neige lancinante, rattraper par une réalité plutôt sordide, dans un film qu’il l’est tout autant, tant dans son traitement que dans son approche de l’enfance. Morbide.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    2,0
    Publiée le 3 novembre 2016
    Bon, Miller passe à côté de son film. Un métrage boursouflé, à la narration chaotique pour faire savant, où est donc la qualité du regard de l’auteur, celui qu’il avait mis au service de L’Effrontée ? Ici on a un film sur la jeunesse aussi, mais sur une tonalité plus dramatique, enfin, encore aurait-il fallu que Miller ne rate pas son coup. Car au fond, La Classe de neige ce n’est pas grand-chose. L’histoire avait des idées, mais le résultat est décevant. Comme je l’ai dit, la narration est horrible, le manque de rebondissement frappant, tout étant dans l’implicite, l’ombre, rien n’ait jamais dit, et c’est redoutablement ennuyant d’être continuellement au bord de la route pendant que tout se passe ! L’histoire finit donc par être bien longue, bien pesante, et le film baigne dans une constante artificialité. Hormis la qualité des acteurs pour sauver la crédibilité de cette histoire, il n’y aurait pas grand-chose. D’ailleurs la fin, elle aussi bien ouverte est à l’image du film, c’est-à-dire que le réalisateur préfère ne pas se mouiller, laissant le spectateur devoir tout faire ! A noter aussi les moments délirants du milieu du film de grands passages de n’importe quoi tant ça vire au grand-guignol ! Le casting est bon, et c’est bien le seul intérêt notable de ce film. Pas de grosses stars ici, mais deux très belles prestations des jeunes Clément Van Den Bergh et Lokman Nalcakan. Ils sont les deux piliers du film, entourés de seconds rôles à la présence parfois anecdotique mais jamais invisible. Dommage que l’écriture du personnage de Van Den Bergh frôle le tarabiscoté, avec tout autant de relief mais une écriture plus appliquée, plus évocatrice, ça aurait pu être réellement très bon ! Formellement Miller n’est jamais aussi bon que pour les ambiances froides et glacées, son dada, et c’est heureux de le revoir ici se faire plaisir de ce côté-là, et en bien mieux que dans certains de ses films postérieurs. La mise en scène est appliquée, la photographie froide assez appréciable si on aime le style. Déçu cependant par des décors bien faibles alors que La Classe de neige pouvait offrir de belles étendues enneigées. Pareillement, la musique tout en minimalisme, ce n’est pas désagréable, mais bon, de là à dire que ça a un vrai sens. Franchement La Classe de neige c’est un film qui laisse entrevoir le bon Miller, celui qui est capable de distiller de belles images, et une belle ambiance, mais pourquoi offrir un fond aussi inintéressant ? Enfin, que le traitement surtout, lénifiant, rend trop souvent inintéressant. Je donne 2, car il y a des choses de bonnes dans l’interprétation et dans la forme, mais quel dommage !
    gerard.d
    gerard.d

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 11 mars 2014
    Comme les romans D'Emmanuel Carrère (La classe de neige est un de ses romans, le film en est l'adaptation), ce film est trop long... pourtant il est court! (1h36) Si vous aimez les livres de Carrère, vous devriez aimer ce film de Miller
    Berecast
    Berecast

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 205 critiques

    4,5
    Publiée le 26 octobre 2009
    Comment un enfant se construisant des fantasmes pour combler le vide relationnel vécu en dehors de sa famille sombre t-il peu à peu dans la folie.Voilà l'histoire du film à la fois simple et bouleversante, qui montre avec froideur que la limite entre la raison et la folie peut se franchir sans que personne ne s'en apercoive vraiment, et surtout que cette folie ne revêt pas forcément une forme grossière et évidente.Edifiant
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 192 abonnés Lire ses 90 critiques

    3,5
    Publiée le 28 avril 2019
    Nicolas est un enfant craintif et anxieux de douze ans. Il imagine des choses terrifiantes et ses cauchemars l’envahissent. Son père, protecteur et aimant semble y être pour quelque chose. A force de trop vouloir le placer dans un cocon solitaire, le petit garçon s’est renfermé. La classe de neige organisée par l’école va peut-être lui offrir la chance de s’ouvrir aux autres et de mettre de côté quelques fausses vérités. Claude Miller réalise un drame psychologique troublant. Le metteur en scène parvient à nous plonger dans les fantasmes de l’enfant au point de nous faire douter de la réalité. Prix du Jury à Cannes en 1998, « La classe de neige » apporte un regard inédit sur les peurs des enfants malgré un casting un peu trop excessif. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    M.P.
    M.P.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 189 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Miller ressert la main à son thème chouchou : l’enfance dans tous ses états et pas les plus appropriés, le gamin qui devient un homme avant la ligne d’arrivée. C’est chez l’écrivain Emmanuel Carrère que Miller trouve nouveau refuge. Un enfant refermé sur lui-même, couvés par ses parents et habités par une imagination un peu trop débordante qu’un petit garçon ne devrait pas avoir. Un visage maladif, pâlot, qui engendre sur l’image doucement neigeuse, Nicolas s’apprête à quitter le nid douillet de papa et maman pour un programme de bonhomme de neige et de ski en classe de neige. Ca sent les blagues foireuses des camarades de chambré et les pipis au lit. Le petit Nicolas se fait le copain, le caïd de service, et lui déballe son sac de fantasmes ardus et de démons nocturnes au lien des évènements tragiques et sordides qui endeuillent le séjour de la classe. Miller et Carrère balancent tout par l’émission du regard meurtri et impur du garçon, qui voit et reçoit trop de choses de la télé (la guerre qui tue), des parents (la tentative de suicide du papa), des histoires qui font peur (un conte macabre) et des faits divers (l’enlèvement d’enfants). Tous passe en accéléré dans la tête du gamin comme un diaporama s’arrêtant plus jusqu’à l’horrible mauvais vœu exaucé. La classe de neige pousse le mal à l’aise par son condensé de faits divers carré rouge. Les climats glacials ou horrifiques magnétisant apportent un surcroît de points en plus.
    kray
    kray

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 266 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2010
    Après les "colos" de la meilleure façon de marcher , voiçi les classes de neige. Le résultat est à peine moins réussi et particulièrement troublant, et permet à miller de rebondir après queques films pouvant apparaître aux yeux de certains bien décevant, ce qui était effectivement le cas.
    brouceli
    brouceli

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    2,5
    Publiée le 29 mai 2018
    Le film raconte les peurs et les fantasmes d'un jeune garçon, perturbé par la toxicité de parents étouffants et qui entretiennent avec lui une relation basée sur la crainte, l'anxiété, et la méfiance. Au fil de l'histoire, ses peurs et ses fantasmes vont bientôt être rejoint par la réalité. Le film est très très bien interprété, que ce soit par les deux rôles d'enfants principaux, comme par les adultes qui les entourent (Yves Verhoeven, acteur qu'on ne voit hélas pas assez, est d'une justesse incroyable et passe super bien à l'écran). La photo et l'image (cadres) sont d'une remarquables exécution, Miller réussit à installer une atmosphère glaçante, à la limite du fantastique ou de l'épouvante, sans jamais tomber dans des excès. Cependant, des choses ne m'ont pas plu dans l'écriture, et cela concerne notamment la fin du film. J'invite donc celles et ceux qui n'ont pas vu le film à arrêter ici leur lecture s'ils ne veulent pas connaitre le dénouement. spoiler: On découvre à la fin que le père de Nicolas est un serial-killer d'enfants. Pour moi cela fiche tout par terre. Cela rend d'une part disproportionnées et quasiment anecdotiques les névroses de Nicolas, car si l'on en juge à la pathologie du père, on ne s'étonnera plus que l'enfant soit comme ça, et au final, les fantasmes et cauchemars de l'enfant ne sont plus grand chose. spoiler: Le fait que le père soit assassin, si l'on pèse bien tous les enjeux du film, prend le dessus sur le reste, à savoir les névroses de l'enfant qui deviennent du coup anecdotiques. Belle erreur. Et puis, faut-il qu'un père soit assassin pour qu'un enfant soit à ce point névrosé ? Je ne le pense pas. Bien des parents transmettent à leurs corps défendant leurs névroses (craintes, peurs, fantasmes) à leurs enfants, sans pour autant être des serial-killer. Et là le film passe totalement à côté de cela. D'autre part, ce dénouement ferme aussi le débat, et ne montre pas les implications néfastes que des fantasmes, des mensonges peuvent engendrer. Il eut été à mon sens plus intéressant de montrer que parfois, le fantasme (et donc la fiction) accouche de la réalité, et ce d'une manière tragique. Par exemple, en faisant en sorte que le copain de Nicolas, par les mensonges qu'il entend de la bouche de Nicolas, prenne peur, et commette une erreur funeste.... Ainsi, les névroses de Nicolas, que (pour info,) des parents simplement très névrosés peuvent être capable de transmettre, auraient gardées toutes leur importance, tous leurs enjeux,et on auraient vu en quelque sorte en cascade, qu'elles pouvaient elles-mêmes engendrer d'autres drames, eux bien réels. Le film aurait atteint une vérité universelle, plutôt que ranger à un niveau trivial tout ce qu'il s'est plu à développer avant.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 536 critiques

    4,5
    Publiée le 2 juin 2014
    Comment dit-on déjà ? Un quasi sans fautes ! On pourra mégoter sur quelques longueurs mais l'essentiel est là pour déranger, faire réfléchir et voyager... Score mémorable d'henri Texier (Indian Nomad's Week de mémoire), adaptation magique par Claude Miller d'Emmanuel Carrère. Un des sommets de sa filmographie avec Garde à vue, le huis-clos lui va décidément comme un gant ! La magie vient de la capacité à se mettre à hauteur de héros pour faire exister ses visions anxiogènes... On est dans un film qui radiographie divinement les peurs de l'enfance tout en inscrivant le récit dans la mythologie d'un film d'horreur (la montagne et la neige comme dans Shining) ou dans celle d'un polar fantastique (Les Disparus de Saint Agil). La chute est terrifiante. La Classe de neige est un film qu'on n'oublie pas !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top