Mon AlloCiné
La Voie de l'ennemi
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Voie de l'ennemi" et de son tournage !

Delon devient Whitaker

Le film est inspiré de Deux hommes dans la ville, un brillant plaidoyer contre la peine de mort réalisé par José Giovanni et porté par le tandem Gabin-Delon. Certains des dialogues originaux ont d'ailleurs été conservés pour La Voie de l'ennemi. Ce sont cependant Forest Whitaker et Harvey Keitel qui prennent du service en lieu et place de Delon et Gabin.

Renversement des rôles

Forest Whitaker, avait auparavant joué dans un film au titre français proche de celui de Bouchareb : L'ennemi est parmi nous, de Jonathan Darby, aussi connu sous le nom de "Complot". Mais s'il incarne un repris de justice dans La voie de l'ennemi, il n'est autre que le représentant principal de cette justice dans le film de 1994.

Un film algérien made in America...

Bien que La Voie de l'ennemi soit coproduit par l'Algérie, les acteurs du film sont tous américains et le tournage se déroula entièrement en terres états-uniennes, au Nouveau-Mexique, notamment à Albuquerque, Deming et Belen, pendant neuf semaines.

...Mais présenté en Algérie

De tout le casting et l'équipe du film, excepté Rachid Bouchareb, seules Dolorès Heredia et Brenda Blethyn connaissaient déjà l'Algérie, où fut présenté le film deux jours seulement après son apparition à la Berlinale. L'une avait produit un documentaire sur les sahraouies et l'autre était à la tête d'affiche de London river, qu'elle avait présenté aux côtés de Bouchareb en Algérie en 2009.

Ghost script : la voie de l'ennemi

"Quand j’ai rencontré Forest, je n’avais pas de film, pas d’histoire ; nous avions juste envie de travailler ensemble, de construire quelque chose. Je voulais l’impliquer dans ce récit d’immigration car c’est une question qui me passionne", confie Rachid Bouchareb lors d'une interview donnée à l'occasion de la sélection de La Voie de l'ennemi à la 64ème Berlinale. Le scénario s'est construit autour du personnage qu'a imaginé le réalisateur à Whitaker, qui participa par ailleurs à l'élaboration du script. Il était, selon le cinéaste, le seul capable de comprendre son désastreux anglais et donna au film, toujours selon ses dires, une touche particulièrement américaine.

Un film d'acteurs

Rachid Bouchareb reconnut que son film se construisait presque uniquement sur les acteurs choisis selon leur tempérament. Ils ont ensemble construit des personnages sur mesure, et le scénario fut adapté en fonction de leur évolution. "C’est d’ailleurs pourquoi au début du film le personnage de Forest parle peu. Tout repose sur une interprétation intérieure", explique le réalisateur. "Luis Guzman me faisait peur dans ses rôles de méchants. Son interprétation dans le film L’impasse au côté de Al Pacino est bluffante". De l'oeuvre originale, il ne reste selon lui que les trois personnages principaux. C'est selon ses goûts et les précédents rôles des acteurs qu'il a composé le casting du film.

Trois volets pour un sujet

Rachid Bouchareb avait annoncé, en 2011, vouloir faire une trilogie américaine sur les relations entre les Etats-Unis et le monde arabe, qui devait à l'origine débuter avec Belleville Cop, que l'on attend toujours sur les écrans. Le tournage devait commencer en 2012 avec Jamel Debbouze et Queen Latifah mais l'on est sans nouvelles du projet. Entre-temps, le réalisateur tourna le téléfilm franco-américain Just Like a Woman, sorti en 2013 aux USA, dès lors premier volet de la trilogie. La Voie de l'ennemi en constitue donc le second volet.

Composition du majordome

Ayant déjà vu Deux hommes dans la ville, Forest Whitaker avait une référence quant à son personnage. Il a cependant préféré en faire une toute nouvelle composition, plus adaptée à la société contemporaine. Ainsi, si le film de José Giovanni revenait sur la peine de mort (il date de 1973), La Voie de l'ennemi se penche plutôt sur la paranoïa américaine concernant les Musulmans depuis les événements de 2001. 

Se faire l'esclave de son rôle

Avant de passer à la réalisation de La Voie de l'ennemi à proprement parler, chacun donna du sien pour mieux comprendre l'univers ou le personnage qu'il allait aborder. Rachid Bouchareb est allé jusqu'à la frontière, au Nouveau-Mexique, où il avait déjà tourné une partie de Just Like a Woman. "J'ai rencontré des shérifs, des gens du Tea Party, des imams, etc". Forest Whitaker s'est renseigné lui aussi après d'imams et "a lu des livres dont le Coran. Il connait mieux les Ecritures que moi désormais", précise le réalisateur. Quant à Brenda Blethyn, qui joue un agent de réinsertion, elle suivit pendant un temps "une responsable de probation qui m'a emmenée avec elle sur sa tournée quotidienne. C'est un boulot assez éprouvant". Tous furent marqués par le monde qu'ils approchaient au travers du film.

Tourner à l'européenne

Pour La Voie de l'ennemi, Rachid Bouchareb tourne avec un casting et une équipe technique majoritairement composés d'Américains. Outre Harvey Keitel qui avait déjà eu des expériences de jeu européennes et Brenda Blethyn, qui est Anglaise, beaucoup furent déconcertés par les méthodes de travail du cinéaste. Certains plans, qui durent près de quatre minutes, étonnèrent notamment Forest Whitaker et l'équipe présente, habitués à des séquences beaucoup plus courtes et saccadées que l'on retrouve habituellement selon le cinéaste dans le cinéma politique américain. 
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Pupille (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Mortal Engines (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Hunter Killer (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • L'Exorcisme de Hannah Grace (2018)
  • Leto (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Pachamama (2018)
Back to Top