Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Repenti
note moyenne
3,3
56 notes dont 17 critiques
6% (1 critique)
12% (2 critiques)
47% (8 critiques)
24% (4 critiques)
12% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Le Repenti ?

17 critiques spectateurs

Barlet O
Barlet O

Suivre son activité 153 abonnés Lire ses 213 critiques

3,5
Publiée le 20/11/2013
Allouache ne démontre rien. Il n'oppose pas les bons et les méchants. Il ne donne pas de solution. Inspiré d'une dépêche lue dans un journal, son film serait presque banal s'il n'avait la dimension d'un pays, si l'enjeu de ce qui s'y déroule n'était pas aussi puissant. Si bien qu'il vous prend et ne vous lâche plus.
Tricastinette
Tricastinette

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 8 critiques

4,0
Publiée le 16/10/2012
Les dialogues succints, les regards, les visages ravagés par la douleur, les paysages arides disent toue la violence de ce drame algérien qui perdure. Film bouleversant !
ferdinand
ferdinand

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 550 critiques

3,5
Publiée le 13/04/2013
Bon film, un peu elliptique peut être pour ceux qui n'ont pas vécu ces événements? De tout évidence un film courageux. La fin abrupte est glaçante et pas complètement évidente..
João J.
João J.

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 198 critiques

2,5
Publiée le 16/09/2014
Un film qui se place au moment de la Concorde Civile et nous fait vivre l'histoire de de personnes traversant cette période avec ses difficultés. Tout d'abord je ne sais pas si c'est la jeunesse du cinéma algérien ou le manque de moyens mais le jeu des comédiens est fréquemment un peu trop pénétré, presque forcé. Le cadrage souvent fait à l'épaule étonne : est-ce volontaire ou encore un manque de moyens et/ou de connaissances cinématographique. Peut être tout simplement une volonté de réalisme, de documentaire. Il n'en est pas dénué d'intérêt pour autant. Utilisant le diptyque intoxication/purification, le propos est à la fois une dénonciation du terrorisme et des conditions l'entourant et critique de la pensée humanisant simpliste dite droits de l'hommiste. Le son de cloche sur ces questions n'est pas le même que dans nos prieurés. Au final un cinéma qui nous change.
heyj
heyj

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 116 critiques

3,0
Publiée le 19/10/2013
Je viens ré écrire ma critique car en fait j'ai revu le film et finalement et tout bien réfléchis il n'est pas si mal que cela. spoiler: La fin nous laisses perplexes du fait qu'on ne sais pas si le repenti était de connivence avec les tueurs alléchés par le pognon ou s'il s'est lui même fait tuer avec le couple venu pleurer sur la tombe de leur fille. Si il y en a une de tombe car ci c'est un piège. Bref c'est pas mal foutu comme film. spoiler: On peut penser que le soit disant repenti avait une mission. Mais je me suis aussi posé la question de savoir spoiler: si la police n'est pas aussi dans le coup. Car le policier propose quelque chose et si ca avait été de juste balancer le groupe de terroristes ca aurait été dit devant nous. Hors là on ne sais pas ce qui a été tracté avec la police. Bon c'est peu être un peu tordu mais vu que la fin est a imaginer ont peut tout imaginer.
Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 865 critiques

2,0
Publiée le 14/06/2013
Si le sujet de ce film est intéressant sur plus d'un point, celui-ci est creusé trop superficiellement pour en faire une oeuvre forte et mémorable. En cela, le rythme mou et le scenario qui tourne vite en rond n'aide pas et au final, on accroche pas à l'histoire de ce jeune homme qui tente de faire son mea culpa. Manque de maitrise du réalisateur ? "Le repenti" n'est pourtant pas dénué de qualités comme le prouve les quelques scènes intenses (trop peu toutefois) et le jeu des acteurs qui rehaussent l'intérêt de ce long métrage algérien.
willydemon
willydemon

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 524 critiques

1,5
Publiée le 01/05/2013
Une mise en scène où le secret n'est découvert qu'a la fin et pourtant autour duquel tout le film est construit. Il en résulte des scènes qui tirent en longueurs de regards, de plans qui bougent et de petits riens. On s'ennuie beaucoup, mais le dernier quart d'heure traite enfin le sujet et on se dit qu'on à pas attendu pour rien. Sujet fort, mais très mal traité je trouve.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 480 abonnés Lire ses 3 028 critiques

3,0
Publiée le 10/04/2013
Le repenti est manifestement un film qui est cher à Merzak Allouache, destiné aux générations, actuelles et futures, pour que ne soient jamais oubliées les années, pas si lointaines, où des massacres ensanglantaient quotidiennement l’Algérie. Le film est l’histoire d’un maquisard islamiste qui décide de se rendre et de collaborer avec la police. Parallèlement, il va devoir se délivrer d’un lourd secret qui hante ses jours. Cette intrigue se dévoile peu à peu tout en restant allusive et entourée d’un halo de mystère. La mise en scène d’Allouache peine à traduire l’ambition du propos. Elle ne parvient pas à rendre la tension palpable, faute de quoi elle joue sur des ressorts traditionnels de suspense insatisfaisants. L’interprétation, notamment féminine, est pourtant criante de vérité. Quant au final, d’une incroyable brutalité, il laisse littéralement pantois.
Christoblog
Christoblog

Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 1 130 critiques

3,0
Publiée le 09/04/2013
D'abord, saluons le procédé narratif, à la fois très malin et (donc ?) profondément énervant : un personnage donne une info à un autre lors d'une conversation téléphonique. On ne saura qu'à la fin du film la teneur, évidemment dramatique, de cette info, autour de laquelle tout le film va graviter. Dans le contexte de l'histoire algérienne récente, de sa guerre civile et de ses horreurs, Le repenti traite avec un certain brio de la notion d'amnistie, et de pardon (la "Concorde civile" qui permit à certains islamistes de se réinsérer dans la société). Le début du... la suite ici :
Maxou.
Maxou.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 251 critiques

1,5
Publiée le 15/06/2013
Quel ennui!!!Le film met une heure a démarrer,rien à se mettre sous la dent avant la fin du film.
Sylvie P.
Sylvie P.

Suivre son activité Lire ses 8 critiques

3,5
Publiée le 26/02/2013
Dans les années 90 le gouvernement algérien a donné la possibilité aux jihadistes de réintégrer la société. C’est le cas d’un jeune paysan, Rachid, qui s’échappe de l’emprise d’un groupe de combattants pour rejoindre Alger. Il rencontre accidentellement un pharmacien originaire du même village, séparé de sa femme. Le réalisateur déclare ‘‘J’essaie dans ce film, tout simplement, d’imaginer ce que sera l’avenir de la politique de « Concorde civile » après tant de haine’’. Le film se déroule sur fond de misère. La pauvreté règne à la campagne. A Alger Rachid dort dans un réduit. Le metteur en scène nous fait découvrir une ville d’Alger dont les bâtiments se dégradent. C’est cette description sans complaisance de la misère qui exaspère les autorités algériennes. Le problème de la guerre civile reste un sujet brûlant comme il a pu être constaté devant le public des festivals de Carthage et d’Oran. Ce film grand public expose de façon intéressante les conséquences de la guerre civile algérienne.
alexy888
alexy888

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 224 critiques

5,0
Publiée le 09/05/2013
L'un des meilleurs films depuis ce début d'année. La mise en scène parfaite et le scénario intelligemment construit tiennent en haleine le spectateurs. Le sujet est très dur et la fin surprenante (pour une fois qu'on a pas une fin "américaine" !!!).
Thierry M
Thierry M

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 2 435 critiques

2,5
Publiée le 12/04/2013
Film pas toujours tres clair , mais on trouve quelques grand moment d'emotion.
Ywan Cooper
Ywan Cooper

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 1 252 critiques

2,5
Publiée le 24/12/2018
J'ai de mauvais souvenirs du rythme arabe au cinéma, même si, une fois dissipé, il me laisse généralement une bonne impression. Il est utilisé ici à bon escient en tant qu'outil cinématographique conscient de la nécessité de ne pas endormir le spectateur, servant de régulateur de vitesse quand un road movie impromptu s'organise. La magnificence des paysages n'a pas tout à fait pour égale la première partie du film, coquille si naturelle qu'elle en est un peu vide, comptant sur les acteurs pour y mettre quelque chose. Il faut toutefois lui créditer le mérite de représenter la violence, non comme inévitable et toujours là, mais comme un satellite clignotant d'une vie sans issue. Un regard absolument neutre et artistique sur la législation algérienne et ses causes. En chemin vers une fin marquante, Le Repenti arpente la route de la rédemption avec assiduité et une implacable logique, faisant avancer une histoire qui tousse un peu au niveau de ses personnages secondaires, mais qui avance bien. Les bornes sont posées ; la repentance, l'objectif, le moyen. Le tout, à la manière orientale - qui est pour le coup méridional -, ne donnant pas l'impression que les choses changent à force de les voiler de la tulle légère d'un mystère éphémère. Hélas un peu insipide par moments, trop soucieux de capturer l'inessentiel, oubliant de nous attacher aux personnages et d'instiller une cohérence. septiemeartetdemi.com
Hastur64
Hastur64

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 279 critiques

3,0
Publiée le 18/02/2014
Le cinéma algérien officiel, de même que les réalisateurs de la diaspora, n’ont jamais traité de ce sujet au combien épineux et encore douloureux qu’est « la décennie noire » où les mouvements djihadistes ont fait régner la terreur et la violence. Merzak Allouache fait donc preuve d’un certain courage en traitant le sujet. Il l’aborde de façon un peu détournée à travers le personnage d’un ta’ib, un repenti, qui sous l’égide de la loi de 2000 accepte de déposer les armes et de revenir dans la société où il ne sera jamais poursuivi pénalement. Mais comme le film le montre ce retour se fait au milieu de la méfiance, de la haine et des envies de vengeance. Le film traite donc de façon périphérique du conflit en se concentrant sur ses conséquences et sur les personnes qui en sont les acteurs. Ici le djihadiste n’est pas un fanatique et les victimes pas des pauvres paysans illettrés. Le réalisateur évite donc la caricature et montre une Algérie qui vit avec la présence de ses démons (les djihadistes ne sont pas tous revenus dans le giron de la légalité) et ses fantômes tant le souvenir des massacres est toujours une plaie suintante. Le couple brisé par le chagrin que forment Adila Bendimerad et Kahled Benaïssa est très convaincant tant il représente l’Algérie moderne incapable de comprendre la violence obscurantiste et barbare qui l’a frappée. Le film n’est pas exempt de longueurs, mais la dernière demi-heure est à elle seule, une bonne raison de voir le film tant la force de la tragédie de cette quasi guerre civile y est exprimée de façon bouleversante. Un film rare dont, sans même évoquer la qualité de son interprétation et sa réalisation, le sujet seul mérite qu’on y jette un coup d’œil. À voir assurément.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top