Mon AlloCiné
Yves Saint-Laurent
note moyenne
3,7
6594 notes dont 787 critiques
11% (90 critiques)
30% (234 critiques)
30% (236 critiques)
20% (155 critiques)
5% (41 critiques)
4% (31 critiques)
Votre avis sur Yves Saint-Laurent ?

787 critiques spectateurs

Valerie Rouffanche
Valerie Rouffanche

Suivre son activité 7 abonnés Lire sa critique

5,0
Publiée le 09/01/2014
très bon film et jeux d'acteur énorme, bravo à eux
funky cinéphile
funky cinéphile

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 105 critiques

4,0
Publiée le 09/01/2014
Brillant. Comme la carrosserie d'une Ferrari d'antan qui sortirait de chez Lecoq. Cette plongée dans l'univers intime d'Yves Saint Laurent est pour le moins troublante, tant le jeune Pierre Niney est confondant de ressemblance avec feu le couturier. Le physique, la voix, les attitudes, cette timidité maladive propre à lui; il a du en visionner des vidéos de l'INA pour reproduire son sujet à la quasi perfection. Pendant près de deux heures, l'on assiste à la fusion entre Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, de leur timide rencontre chez Dior à la fin des années cinquante jusqu'à la molle et triste fin du couturier, perdu dans ses mystérieuses pensées et que la schnouf aura détruit à petit feu. Guillaume Gallienne campe avec aisance le rôle de l'amant du génie au crayon HB, en reproduisant fidèlement ce rôle de "vigile" qu'il avait pour lui, le soutenant, l'encourageant, le rattrapant parfois au vol, quand comme un gamin longiligne de quarante ans, il suivait ses copines de nuitées et ses dandys de mauvais augure. La déchéance physique de Saint Laurent est d'ailleurs brièvement retranscrite par Pierre Niney; période à laquelle le couturier découvre d'ennivrants plaisirs que Bergé réprouve, désolé des caprices de son chevelu de boyfriend. Les seconds rôles portent bien leur qualificatif. Ils sont là, par intermittence, efficaces, mais pas plus. Par exemple, tout un battage médiatique fut, entre autres, fait autour de Marie de Villepin dont on clame haut et fort le grand talent et qui n'est que l'accompagnatrice night-clubbeuse et rigolarde de la petite bande. Le réalisme et l'impudeur de ce film plairont sans nul doute, même ceux qui ne s'y connaissent guère en matière de mode pourront y trouver un intérêt. Le documentaire "L'amour fou", sorti en 2010 où Pierre Bergé relatait sa vie avec Yves Saint Laurent et avec force détails était déjà bien conçu, mais un peu polissé, parfois convenu. Là, Jalil Lespert n'a rien caché du créateur. Son génie irradie, mais sa part d'ombre aussi est mise en lumière pour ne mentir qu'à peine au spectateur, parce que c'est malgré tout du cinéma.
Eve A.
Eve A.

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

2,5
Publiée le 08/01/2014
On ne peut rien dire du jeu des acteurs et en particulier de Pierre Niney et Guillaume Galienne ((tous les 2 par ailleurs membres de la comédie française) : ils sont exceptionnels ! Mention très très bien pour Pierre Niney qui recevra (croisons les doigts) un César pour ce rôle, l'an prochain. Mais... le film manque un peu de polémiques et l'ombre de Monsieur Pierre Bergé (le vrai) qui a prêté tous les vêtements et donné son accord "moral", plane quand même un peu trop tout du long du film.... Film Joliment ennuyeux.
tdeleau
tdeleau

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 470 critiques

3,0
Publiée le 06/01/2014
Approuvé par Pierre Bergé qui s’oppose fermement au Saint Laurent de Bertrand Bonello, Yves Saint Laurent nous plonge au cœur de l’univers du couturier français. Défilés d’une incroyable perfection, séjours à Marrakech aux allures de paradis… Si on met de côté la nature autodestructrice de l’homme, on l’envie d’être entouré par autant de beauté. Un résultat permis par la mise à disposition des véritables créations de saint Laurent par Bergé qui autorisa également Jalil Lespert à tourner dans leur véritable appartement avenue Marceau, l’atelier du styliste et le jardin Majorelle de leur villa marocaine. Un plus pour le réalisateur qui devient cependant parfois un moins pour le public. Avec autant de réalisme, Yves Saint Laurent prend des airs de film musée, un effet en rien atténué par sa facture trop classique (le sempiternel problème du biopic). De plus, si les novices en matière de mode pourront découvrir la personnalité maniaco-dépressive d’un créateur visionnaire et passionné, les autres n’apprendront pas grand chose. Pour ces derniers, le film peut alors sembler manquer de rythme (et de surprises), être trop long, voire ennuyeux, malgré une mise en scène irréprochable. On préfère alors se concentrer sur les prestations parfaites de Pierre Niney et Guillaume Gallienne. À seulement 21 ans, le plus jeune des deux pensionnaires de la Comédie française fait preuve d’une précocité stupéfiante. On est d’autant plus ébloui par sa performance qu’il parvient à... Venez lire la suite de ma critique sur mon site ScreenReview !
Nafissa P.
Nafissa P.

Suivre son activité Lire ses 12 critiques

0,5
Publiée le 08/01/2014
des acteurs qui se regardent jouer, des sentiments tellement éloignés de la vie....rien, le néant. Jalil, arrête de réaliser, reviens comme comédien plutôt.
lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 935 abonnés Lire ses 3 052 critiques

1,0
Publiée le 01/03/2015
Expérience personnelle intéressante face à cet « Yves Saint-Laurent » : au bout de vingt minutes, n’étant absolument pas rentré dans le film, je me suis mis à accomplir une autre tâche pendant le visionnage, puis une autre, puis encore une autre, pour constater que – ô stupeur ! – l’image ne changeait finalement pas grand-chose à ma compréhension du film. Alors certes, un regard de temps à autre permettait de connaitre les lieux et les trombines, mais au-delà de ça, ce film ce n'était juste que du bla-bla. Ça parle tout le temps, et surtout ça parle pour énoncer textuellement et sans second degré les préoccupations de chacun des personnages. En gros, ça donne un peu ça. Yves : « Ah moi Yves Saint-Laurent, je suis tellement détruit de l’intérieur par l’idée de ne pas pouvoir exprimer mon génie créatif. Créer pour moi est une nécessité, et sans toi Pierre, je n’y parviendrai pas. » Pierre : « Oh mais voyons Yves Saint-Laurent ! Moi, Pierre Bergé je ne fais qu’apporter une structure et une rigueur pour que puisse s’exprimer ton génie créatif. Le génie c’est toi. La création c’est toi ! » Yves : « Oui, tu as sûrement raison, mais assez parlé de ça. Evoquons la prochaine collection en présence de ce monsieur là-bas qui s’appelle Karl Lagarfeld et que j’ai rencontré à Paris un beau matin de juillet alors que je me rendais… » etc, etc… Oui, et désolé pour ceux qui ont apprécié les efforts de maquillage, de mimétisme, de reconstitution d’époque entrepris par ce film. Moi, je ne vois que des plans rigides, sans aucune imagination, qui se contentent juste de coller une illustration sur un texte qui n’en termine jamais. Et quand ce ne sont pas les dialogues, c’est la voix-off de Guillaume Galliène et quand ce n’est pas cette voix-off, c’est cette musique abominablement commune et stéréotypée à ce genre de film et à ce genre d’époque (je comprends mieux maintenant pourquoi il n’y a pas de récompense de la meilleure bande originale aux César, qui fait vraiment cet effort en France ?) Donc au final, quand le film se finit, moi je me suis juste poser deux questions. La première : mais pourquoi avoir tourné de l’image ? Pourquoi pas plutôt un livre audio avec quelques photos des robes et des acteurs grimés ? La seconde, plus simple : mais pourquoi un biopic sur Yves Saint-Laurent ? Enfin… Qu’est-ce qu’elle a de si intéressante que cela cette histoire ? Mis-à-part le fait que le mec ckecke absolument tout ce que kiffe le petit monde bobo (il est gay, il est Parisien, il fait de la mode …), qu’est-ce qu’il a de si intéressant que ça ce gars ? Il a révolutionné le prêt-à-porter… Ouais, et alors ? Faisons un film sur les fondateurs de « La Redoute » et les « 3 Suisses » dans ce cas-là… Ce sera « so glam »… Bref, dommage… J’ai beau trouver Jalil Lespert, Pierre Niney, Guillaume Gallienne et autres Charlotte Le Bon fort sympathiques, je dois bien avouer que dans cette coquille vide, ils se sont bien révélés transparents…
LittleThings1196
LittleThings1196

Suivre son activité 15 abonnés Lire sa critique

0,5
Publiée le 19/01/2014
Ennuie profond du début à la fin. Je dois tout même reconnaître que les acteurs jouent bien, même si je n'ai pas du tout apprécié le film. Pour les fanatiques de scènes en tous genres où les gays sont mis plus que tout en avant... Pas un film pour les enfants, scènes choquantes où dépendance à toutes substances sont explicitement montrées ! A 18 ans j'ai été choquée de certains passages, c'est pour dire ! Film inintéressant si ce n'est pour les fanatiques du célèbre couturier, un tyran cet homme !
danzy
danzy

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 189 critiques

0,5
Publiée le 08/01/2014
Grosse déception. Beaucoup de tapage pour un non-évènement. On s'attendait à une fresque ambitieuse mais au final, il ne s'agit que d'un simple documentaire cousu de fil blanc et souffrant d'un manque de moyens évident. En résumé: une banale succession de prises de tête sur les moeurs très particuliers de deux tailleurs nombrilistes, étrangement filmés la plupart du temps dans la pénombre. Plate réalisation sans véritables têtes d'affiche mais uniquement de médiocres interprètes au phrasé agaçant. Mais ne sommes-nous pas en période de soldes...?
agapie
agapie

Suivre son activité Lire ses 33 critiques

1,0
Publiée le 09/01/2014
Pas bon ! Les acteurs tous magnifiques. Mais le film vraiment pas bon!
aymeric C.
aymeric C.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 10 critiques

2,5
Publiée le 08/01/2014
Ce film ressemble à une pub de YSL. Bienvenue, dans le monde artificiel, hanté par les bobos de Paris. Le film n'insiste pas assez sur le maniaco-dépressif, fragile comme une poupée de porcelaine : YSL. Ce n'est pas pour rien qu'YSL, drogué, alcoolique, était surnommé la poupée de P. Bergé. Par contre, le film est assez ben joué par Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Gros point noir : l'émotion ne passe pas mais pas du tout dans ce film froid.
Hugues D
Hugues D

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 8 critiques

0,5
Publiée le 19/01/2014
Bof, très bof ! J'aurai du lire les critiques avant de me rendre dans une salle. Les acteurs sont parfaits, ils jouent juste et semble vraiment imprégnés de leur role. Mais l'histoire est décousue, tourmentée, hachée, avec un scénario très faible et des passages très désagréables. Evitez car il y a d'autres bons films à voir en ce moment....
Jonathan M.
Jonathan M.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 5 critiques

0,5
Publiée le 17/01/2014
Yves Saint Laurent ou « La vie d’un jeune sodomite » Pourrait t’on titrer après avoir vu cet embarrassant biopic. Un film a la maladresse électrisante tant sur son esthétique poussé à l'extrême ou du sexe, qui domine tout le long du métrage tel un oppidum romain. On pourrait le comparer au film Cloclo, bien que les personnages soient sans commune mesure. Mais la ou Cloclo trouvait son parfait équilibre entre la vie de Claude François et sa musique, YSL le film ne trouve son réconfort que dans son défilé sexuel, un comble pour un homme de la mode. Le cheminement du personnage de Cloclo donnait l’envie d’en savoir d’avantage, ce film partait de quelque chose pour aller vers quelque chose en nous racontant une histoire. YSL ne raconte rien, juste un vide ou l’on s’engouffre sans pouvoir remonter a la surface. Je reste attristé d’avoir vu un film qui raconte la vie d’un Grand, d’un Géant de la mode et d’en avoir retenu qu’une succession de sexe a vous en dégouté, là ou « Shame » pouvait donner cette même sensation. YSL le film donne ce sentiment d’avoir vu, et excuser moi du mot, la vie d’un enculé. Le secret de Brokeback Mountain qui partage également l’amour identique reste a mon sens un des plus grands film d’amour de tous les temps et cela n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle, juste un film d’amour d’une beauté inouïe, presque indescriptible, surpassant allègrement les comédies romantiques dit homme/femme. Je n’irais pas jusqu’à dire que ce film donnait l’envie de partager un amour homosexuel mais ce film donnait l’envie d’aimer, point. YSL prend a contre-pied le sens d’aimer pour rester sur un amour sauvage. La question se pose a moi comme une évidence : le sexe pour le sexe a t’il un réel intérêt ? L’assouvissement d’une pulsion animale nous rends t’il plus heureux ? Non, puisque la bestialité pénétratrice nous condamnent à l’auto destruction, elle mène a recommencer indéfiniment sans trouver d’accomplissement personnel, juste a provoquer en nous la satisfaction d’avoir pendue a vue notre bel étendard. Aimer ne se justifie pas dans l’acte sexuel a proprement parlé mais dans l'acheminement qui mène a cet acte. YSL ne fait que provoquer en nous ce dégoût de l’acte ou aimer passe au second plan, ou l’esthétisme surréaliste de ses scènes n’a aucun intérêt ou peut être, de rendre jaloux les productions cinématographiques pornographiques. On ne pourra pas nier l’interprétation formidable de Pierre Niney, au mimétisme stupéfiant, mais imaginez ce même personnage joué par lui transposé dans un univers qui n’est pas le sien ? Un gâchis. Avant la projection, j’ai aperçu Charlotte Gainsbourg dans la file d’attente, annonciateur de ce qui allait m’attendre suite a son « nymphomaniac » (Pas vu) Charlotte Gainsbourg ou la colombe au signe évocateur de ce qui allait se passer. Pourrais je encore baiser après avoir vu ce film ? Surement pas, puisque je ne baise pas, j’aime.
Julien D
Julien D

Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 3 455 critiques

4,0
Publiée le 09/01/2014
A peine dix mois avant le biopic de Bertrand Bonello, Jalil Lespert nous livre sa propre version de l’adaptation cinématographique de la vie du couturier Yves Saint-Laurent. Avant de pouvoir comparer les deux films, le bilan de celui-ci est plutôt positif, et ce essentiellement grâce à son duo d’acteurs, Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Car ce sont bien deux personnages qui sont au centre de ce récit qui, contrairement à tout biopic classique qui se concentrerait sur la carrière de Saint-Laurent, s’axe sur son histoire d’amour tourmentée avec l’homme d’affaires Pierre Bergé, une relation compliquée faite de grands moments de romantisme et de conflits éreintants qui, dans les deux cas, sont rendus intenses et donc terriblement touchants par le jeu des deux pensionnaires de la Comédie Française. Le génie créatif du modéliste reste évidemment un fil conducteur scénaristique omniprésent sur l’ensemble du long-métrage mais les scènes de défilé et d’exposition ne servent que de toile de fond à ce face-à-face passionnel que le réalisateur a su filmer avec beaucoup de délicatesse et une qualité technique impressionnante tant dans sa lumière que dans sa reconstitution de décors d’époque, sans parler bien sûr des costumes en grande partie empruntés à la maison Yves Saint-Laurent pour l’occasion.
Kiwi98
Kiwi98

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 231 critiques

2,5
Publiée le 08/01/2014
En 2014 on ne manquera pas de certaines choses : 2 Hercules, 2 Marvel et aussi 2 biopics de Yves Saint Laurent. Le célèbre couturier Français décédé en 2008 aura droit à 2 films différents l'un qui sortira ce Mercredi et l'autre en Juin. Deux acteurs distinct : Pierre Niney pour le premier, Ulliel pour le second. Mais évidement s'est ce premier biopic qui est aujourd'hui attendu au tournant avec notamment une affiche particulièrement belle. Ainsi ce Yves Saint Laurent n'est pas un biopic qui va de l'enfance à la mort de son héro mais est beaucoup plus intéressant car il retrace en effet l'ascension du personnage dans un milieux difficile. Et le couturier Français n'est pas interprété par n'importe qui, Pierre Niney livre dans sa peau une prestation magistrale et une pluie de récompenses s'impose. L'acteur joue immensément bien et rend son personnage passionnant d'autant que grâce au physique qu'à la personnalité. A ce titre on peut également cité son camarade de la comédie Française Guillaume Gallienne également magnifique et Charlotte Lebon ancienne Miss Météo Canal+ qui s'impose désormais comme une excellente actrice. Jalil Lespert choisi de condenser tout ça dans une mise en scène assez tape à l’œil finalement pas vraiment osé et peut maîtrisé. Très très esthétique le réalisateur choisi l'élégance et la grâce et ne réussi pas à aller plus loin en laissant le spectateur un peut perdu dans la confusion et par conséquent sur sa fin avec en plus des flashbacks mal orchestrés. Aucune réel innovation donc et Yves Saint Laurent reste un biopic assez basique si bien qu'on a l'impression de l'avoir déjà vu et aussi la représentation de l'homosexualité, après chacun son avis mais moi je l'ai trouvé assez caricaturale. Bilan : Osé mais dénué de la moindre audace ce biopic ne vaut que pour ses acteurs qui signent des prestations incroyable pour une mise en scène assez impersonnelle.
Anémone Merl
Anémone Merl

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 29 critiques

2,0
Publiée le 13/06/2017
J'ai tenté a deux reprises de regarder ce film, toute deux furent soldées par un échec. Tout est trop lent, la musique mal choisie, les interprètations fades et sans conviction. Allez voir Saint Laurent de Bonnello, peut être lent par moment mais toujours mieux que cette version.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top