Mon AlloCiné
Magic in the Moonlight
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Magic in the Moonlight" et de son tournage !

Trop pressé

Blue Jasmine (2013) n'était pas encore sorti en salles que Woody Allen était déjà reparti pour son nouveau projet Magic in the Moonlight. C'est dans cette optique qu'il s'est rendu dans le sud de la France pour des repérages. Un message très évasif de son cru fut lu à la foule présente pour l'avant-première à New York à laquelle il ne put conséquemment pas assister : "Je suis dans le sud de la France, donc je ne peux pas être là ce soir. A mon grand regret..."

Des tours de magie

L’idée du film est venue à Woody Allen de par sa fascination pour la magie, une activité qui a connu un grand succès dans les années 20. Plusieurs personnalités célèbres en étaient adeptes, comme Arthur Conan DoyleLe cinéaste faisait lui-même des tours lorsqu’il était plus jeune, et on retrouve cette thématique tout au long de sa filmographie, notamment dans Scoop où il incarne Splendini, le magicien.  

Esthétique visuelle

Darius Khondji, directeur de la photographie, s’est inspiré des photographies du Français Jacques Henri Lartigue, et utilisa un objectif cinémascope des années 70, pour donner au film un grain léger et joyeux. "Woody m’a demandé de mettre en valeur sa beauté sur la pellicule, et j’espère y être parvenu, explique le chef opérateur à propos d’Emma Stone. Elle avait le visage naturellement radieux, grâce au teint de sa peau, et à la couleur de ses cheveux et de ses yeux, mais c’est surtout son jeu qui m’a inspiré pour l’éclairer de cette façon" , explique-t-il.

Comme on se retrouve

C’est la 4ème collaboration de Woody Allen avec le très demandé Darius Khondji. Le directeur de la photographie avait travaillé sur Anything Else, Minuit à Paris et To Rome With Love

Mise en scène millimétrée

Comme toujours, Woody Allen est méticuleux. Il privilégie les longues prises très dialoguées, demande aux acteurs de se placer à des endroits bien précis du plateau et sollicite le cadreur pour des mouvements de caméra bien spécifiques. "En apparence, tout a l’air très simple, mais en réalité, cela veut dire que tout doit être d’une grande justesse", relate Colin Firth, qui poursuit : "Parfois, on fait sept ou huit prises, et il est ravi, mais il faut repartir à zéro parce que j’ai fait tomber mon chapeau. Il ne répète pas, si bien que la première prise tient souvent lieu de répétition, et il faut recommencer, encore et encore, jusqu’à ce que le déroulement de la scène soit fluide et que tout le monde soit fin prêt."

Le cœur du film

Le film traduit une idée de la rencontre amoureuse, souvent ressentie comme magique. C’est ce que pense Woody Allen : "Je suis convaincu que dans un million d’années, grâce à l’informatique, on pourra mettre en équation le phénomène amoureux, mais à l’heure actuelle, et dans un avenir proche, les choses ne changeront pas. Il y a quelque chose de magique et d’exaltant dans une rencontre et dans les sentiments amoureux qu’on peut soudain éprouver…"

Retour dans la France des années 20

C’est la seconde fois que Woody Allen explore la France des années 20. Il l’avait fait en 2011 dans Midnight in Paris

Début d'une longue collaboration

Emma Stone garde un très bon souvenir du tournage avec Woody Allen : "Travailler avec Woody Allen est un rêve éveillé ! (…) Il s’est montré très amical et drôle, et il m’a raconté un tas d’anecdotes". Le courant est tellement bien passé entre eux, que le cinéaste a décidé de l'engager dans son prochain film, où elle partagera l’affiche avec Joaquin Phoenix.

Visite touristique

Le film a été tourné dans de nombreux décors de la côte d’Azur, offrant ainsi une véritable visite touristique. Pour la propriété des Catledge, deux villas ont servi de décors : la Villa Eilenroc au Cap d’Antibes et la Villa La Renardière à Mouans-Sartoux. Le reste a été tourné au bar et restaurant de l’hôtel Belles Rives de Juan-les-Pins, au domaine vinicole de Château du Rouët à Le Muy, à l’hôtel Negresco de Nice et à l’Opéra de Nice. L’observatoire où Stanley et Sophie trouvent refuge pendant l’orage est l’Observatoire de la Côte d’Azur (Observatoire de Nice), situé au sommet du Mont Gros.

Costumes d’époque

La chef costumière, Sonia Grande, s'est efforcée de dénicher d'originales pièces à Paris, Londres, Madrid, Rome, Toronto et Los Angeles : "Dans la mesure du possible, on s’est efforcés d’utiliser des pièces d’époque, déclare Sonia Grande. Mais quand on ne pouvait pas trouver les éléments nécessaires aux tenues des personnages, on les a fabriqués à partir de tissus et de pièces d’origine que nous avons restaurée et recyclés", explique-t-elle. 

B.O. 100% jazz

En grand amateur de jazz, Woody Allen s’est régalé pour confectionner la bande originale style années 1920, qui regroupe plusieurs grands noms du début du 20ème siècle : Bix Beiderbecke, Conal Fowkes, Leo Reisman & His Orchestra, Ute Lemper, Al Bowlly, Nat Shilkret, Sidney DeParis, California Ramblers et bien d’autres.

Pause jazzy

Pendant le tournage, qui a eu notamment lieu à Nice et à Antibes aux alentours de la Villa Eilenroc, Woody Allen s'offrit un petit concert de jazz durant lequel il joua de la clarinette avec le joueur de trombone Jerry Zigmont.

Festival de Deauville

Le film est présenté en séance d'ouverture au Festival du Cinéma Américain de Deauville en 2014.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Madame (2017)
  • Justice League (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Happy Birthdead (2017)
  • Le Brio (2017)
  • Le Musée des merveilles (2017)
  • Tout l'argent du monde (2017)
  • Jalouse (2017)
  • Carbone (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Marvin ou la belle éducation (2016)
  • Maryline (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Battle of the Sexes (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • M (2017)
  • Coco (2017)
  • L'Expérience interdite - Flatliners (2017)
  • Sales Gosses (2016)
  • La Lune de Jupiter (2017)
Back to Top