Mon AlloCiné
    La Planète des Singes - Suprématie
    note moyenne
    3,9
    9932 notes dont 882 critiques
    18% (155 critiques)
    32% (286 critiques)
    22% (196 critiques)
    14% (124 critiques)
    8% (72 critiques)
    6% (49 critiques)
    Votre avis sur La Planète des Singes - Suprématie ?

    882 critiques spectateurs

    Thomas D.
    Thomas D.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 14 critiques

    4,0
    Publiée le 7 août 2017
    Matt Reeves par le biais de singes nous confronte à nos propes péchés d'humains. Il signe donc un blockbuster intelligent, divertissant, aboutit sur le plan visuel et sonore et remplit de références cinématographiques de très bon goût. 4/5
    lolo64480
    lolo64480

    Suivre son activité 4 abonnés

    4,5
    Publiée le 5 août 2017
    Une très bonne conclusion pour cette trilogie avec contrairement à certains blockbuster une vraie histoire avec des enjeux, des émotions et des moments de suspens. La qualité d'image est très belle, cependant je trouve que la 3D n'apporte rien. Point négatif qui m'a à un moment fait sortir du film c'est le fait spoiler: que nova, la petite fille du film, pleure pour la mort d'un singe qu'elle ne connait pas depuis longtemps (quelques heures) mais qu'elle ne pleure pas à la mort de la personne avec qui elle vivait (son père?) Malgré ce point négatif ce film vaut vraiment le coup d'être vu
    Pierre-Yves L.
    Pierre-Yves L.

    Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 27 août 2017
    De très belles images de synthèse. A part cela, les facilités scénaristiques omniprésentes rendeuce film inintéressant alors que la situation d'une société qui se créé me donnait pleins d'espoir. Enfin, que de clichés...
    Jordan J.
    Jordan J.

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 29 octobre 2017
    Commençons par le positif: Les effets spéciaux, en particulier des visages sur les singes. C'est à peu près tout. Film d'une lenteur incommensurable, épaulé par une musique vue et revue, dont pas mal de notes sont pompées sur de grandes compositions. Un film qui nous amène insidieusement dans la bien pensance et le politiquement correct, avec une diabolisation de l'humain, supérieur au singe, et un message pour rappeler les "erreurs" du passé. Un film niais et lourd, bourré de malfaçons incroyables (l'évasion des singes, l'inefficacité voire l'idiotie des soldats incroyable, pour ne citer que ça). Bref, un navet sur-encensé par la critique aveugle.
    djnasty
    djnasty

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 9 critiques

    4,5
    Publiée le 4 août 2017
    Grand fan des 2 premiers épisodes, j'attendais impatiemment ce dernier volet de la trilogie, et je n'ai vraiment pas était déçu. Cesar, toujours à la tête de sa tribu, fait le tout pour le tout pour protéger son clan d'une guerre destructrice contre les humains, et malheureusement pour les singes, la lutte est beaucoup plus dure que prévue. Le film alterne les séquences d'action et les scènes plus calme, mais le film ne se tasse jamais, on reste absorbé. Techniquement, c'est assez exceptionnel, les singes arrivent à communiquer un tas d'émotions que l'on finit par partager avec eux, c'est très fort. Bref une excellente conclusion avec cette non moins excellente trilogie.
    LauGui
    LauGui

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 21 critiques

    1,5
    Publiée le 12 août 2017
    Treeees décevant. Scénario faiblard et larmoyant. Rien à voir avec les deux premiers. Où les effets spéciaux sont bons, mais les caractères du film sont plats. Cesar est l'ombre de lui même, Le méchant est très méchant et stupide, La petite fille très mimi mais à quoi elle sert vraiment.
    Zeitnot33
    Zeitnot33

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 185 critiques

    1,5
    Publiée le 14 août 2017
    Vu en 3D dans une grande salle. La 3D est bien utilisée , ni trop, ni pas assez. Ce film est très décevant. Il ne correspond pas à la bande-annonce. Malgré un début prometteur, le film a de très nombreuses longueurs. 1,5 étoile pour les effets spéciaux et les costumes, car on a vraiment l'impression de vrais singes, ce qui n'en fait pas un bon film.
    Christella S.
    Christella S.

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 6 août 2017
    Superbe film qui montre bien l'évolution psychologique de César qui une fois de plus s'avère être plus humain que les humains eux-mêmes. Le film met en avant de façon subliminal les émotions des personnages grâce aux effets spéciaux mais aussi grâce à des scènes touchantes. Pour moi ce film retranscrit parfaitement la définition subjective que l'on se fait du bien et du mal à travers l'évolution de César. Je conseille ce chef d'œuvre.
    Caméo
    Caméo

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 19 critiques

    4,5
    Publiée le 5 août 2017
    Suprématie clôt la trilogie autour de la figure de César de façon magistrale ! Le film convoque plusieurs genres : le film d'aventures, de SF, de guerre, de survie, d'évasion... Mais cette hybridation est savamment mise en scène : le spectateur est tenu en haleine du début jusqu'à la fin et les références historiques invitent le spectateur à (re)penser notre propre monde, notre humanité monstrueuse. Cerise sur le gâteau : l'émotion sous-tend tout le film avec le personnage christique de César tout simplement déchirant. Très grand film !
    De Cinéphiles à Cinéphiles
    De Cinéphiles à Cinéphiles

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 149 critiques

    4,5
    Publiée le 5 août 2017
    Suite et fin de la trilogie sur les origines de la planète des singes, trilogie portée par Andy Serkis (César) qui réalise encore une prestation sans faille dans la peau et les poils de ce singe plus humain qu’un homme. Encore une fois, c’est bluffant, bluffant de voir ces singes sans voir aucun effets spéciaux : Ils sont si réalistes, crédibles au possible, aussi beaux qu’attachants, même si moins effrayants que dans les deux premiers. Mention spéciale à Amiah Miller, qui incarne la petite Nova de façon très touchante tout en faisant le plus gros rapprochement avec la saga originel. L’univers est vraiment réussi, tout est bien retranscrit, on a le droit à de très beaux plans et des scènes épiques. Le scénario, lui, fonctionne bien, il livre cette fois plus de moments difficiles, boucle la boucle en nous offrant des moments de frissons, de tendresse et d’humour, comme dans les films avec des hommes mais en mieux ! Bref, une très belle façon de conclure cette aventure simienne, qui fait parfaitement le lien et qui a réussi à nous captiver de bout en bout !
    Benoit D.
    Benoit D.

    Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 6 août 2017
    réalisation très nul bon effets spéciaux trop de long blabla film très desservant par rapport aux autres films très déçu
    Le Loubar
    Le Loubar

    Suivre son activité 23 abonnés

    3,5
    Publiée le 2 juin 2018
    Une conclusion épique et magistrale. L'appel lancé par les humains à la fin de "L'affrontement" (traduction qui aurait été plus appropriée à ce troisième film) a été entendu et une armée de soldats dirigée par un implacable colonel semble bien décidée à éliminer ces singes trop gênants et à redonner à l'Homo sapiens son statut d'espèce dominante. Des singes craignant pour leur vie rejoigneront les rangs des humains, tandis que César, qui commence à comprendre que la paix dont il a toujours rêvé semble irréalisable, se lance dans une vendetta personnelle contre ce colonel.. Ce pitch et le titre original du film pourraient nous faire croire à un film d'action, mais comme le précédent film ce n'en est clairement pas un. C'est plus un film sur les conflits intérieurs de César (la structure narrative m'a beaucoup fait penser à The dark knight rises), mais ne vous affolez pas, il y a bien évidemment des scènes de combat ultra-spectaculaires. ça fait vraiment plaisir de voir un blockbuster aussi réfléchi, dont le scénario jongle habilement entre film de guerre, drame post-apocalyptique et film de vengeance. Les thématiques abordées sont (encore une fois) très denses et les singes sont plus humains que jamais grâce à la justesse de l'écriture. Les scènes de dialogue entre César et le colonel (respectivement incarnés par un sublime Andy Serkis et un Woody Harrelson déchaîné) sont de véritables pépites à l'immense impact psychologique, chacun étant leader de son espèce et se sentant prêt à tout pour assurer sa suprématie spoiler: (quitte à sacrifier son propre fils..) . Ce film est d'une violence psychologique fascinante : des camps de concentration pour singes évoquant la Shoah aux conflits internes entre humains (mais aussi entre singes) en passant par l'ombre de Koba qui hante César, il est clair que "La planète des singes - suprématie" s'impose comme un immense drame balayant les conflits intérieurs de grands leaders de guerre sur fond de science-fiction post-apo. Visuellement parlant, le film est absolument parfait. Si le précédent film avait déjà placé très haut la barre de la motion-capture, ici les singes semblent vraiment réels et c'est vraiment incroyable ! Les décors sont absolument somptueux : la séquence d'ouverture dans la jungle est juste dingue, tout comme tout ce qui se passe dans la base militaire spoiler: ainsi que la sublime avalanche de la fin du film, qui redonne ses droits à la nature sur l'espèce humaine . Matt Reeves parsème son film de références adroites au premier film mais aussi au roman et propose une relecture épique et bienvenue de grands films de guerre comme Apocalypse Now ou La grande évasion. Bref, on tient là certainement le blockbuster de l'été et peut-être aussi de l'année (ce film est l'antithèse totale de Kong : Skull Island) qui comporte des scènes d'action absolument incroyables doublées d'une puissante réflexion et surtout d'émotion de tous les instants. J'espère que cette superbe trilogie marquera l'histoire du blockbuster car elle le mérite !
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 390 critiques

    3,5
    Publiée le 7 août 2017
    A la base, la saga de « La Planète des Singes » portait à réflexion entre la foi et raison. Dorénavant, elle suggère de retracer l’origine biblique de l’espèce qui dominera la Terre. Matt Reeves a pris soin d’installer un décor sévère avec l’Histoire. De la dictature à la notion d’extermination, on étudie toutes les nuances qui donnent vie aux morales que l’on aborde intelligemment. Sans surprise, l’intrigue passionne, non pas par l’action survendue à tort dans une bande-annonce paresseuse à l’image d’un blockbuster type, mais par son ingéniosité qui déverrouille les émotions. Plus intense que dans les Origines et l’Affrontement, ce volet de clôture propose un ton prononcé sur le thème de la vengeance. Si Reeves a bien réussi son coup en nous dévoilant ce que la communication par la gestuelle est un art tout aussi persuasif que la parole, on rencontre ici des lacunes dans la gestion des discours qui s’exposent à des longueurs inutiles. On pensera notamment au colonel (Woody Harrelson), qui expose un point de vue qui sème le doute et l’ambiguïté dans la lecture d’un méchant, pas si méchant qu’on l’aurait imaginé. L’écriture dévie du schéma manichéen que l’on connait que trop bien. Il est à la fois difficile de camper derrière la motivation qui l’habite et de la réfuter. Voilà bien un personnage digne d’être comparé au grand héros de cette trilogie. Renommé pour ses performances captures bluffant, Andy Serkis reprend du service afin de rendre justice à Caesar et tous ceux qui le soutiennent. Essayant d’étouffer une guerre qu’il n’a ni voulu ni initié, il sera tout de même mené à la frontière entre la raison et la vengeance pour accomplir son destin. Portant en lui le même message que Moïse et sa prophétie, il marque les esprits par sa détermination. La condition humaine, comme animale, est toujours traitée avec recul et discernement. On ne pose pas les pieds dans le plat, on se contente d’abord d’observer avant d’en connaître la saveur. Le récit prend son temps pour se poser et démontre que le silence est d’or. L’enjeu L’usage de la parole se complexifie alors. Elle est la marque de toute conscience, d’intelligence et de bonté. Darwin aurait de nombreuses raisons pour redescendre six pieds sous terre, mais la nature de l’évolution qu’emprunte le récit est la meilleure lecture possible afin d’en comprendre ses subtilités. Par ailleurs, on sent que le raccord n’est pas total avec la version de Franklin Schaffner (1968). Un souci de génération en serait la principale cause. Cependant, la part de mystère qui plane encore sur la société construite par la suite est agréable à conserver. Notons ensuite que la guerre finale entre l’Homme et les Singes souffre d’une écriture simplifiée, limitant l’action des primates à reprendre les ferveurs de « La Grande Evasion » pour dynamiser le dernier acte. On nous rappelle donc constamment que le récit présente son point de vue par rapport aux Singes. Alors que l’homme ne peut concéder la cohabitation avec une espèce qu’il juge dangereuse pour la sienne, le conflit se justifie. Il reprend nettement le dessus mais son entêtement est ce qui lui causera toujours sa perte, malgré la bonne intention. La question de légitimité dans les actions des humains n’interfère jamais directement notre jugement à leur égard. Ainsi, « La Planète des Singes : Suprématie » illustre la conséquence directe des précédents volets. Bien que le divertissement reste de qualité au niveau visuel, il se laisse séduire par des facilités d’écritures qui manquent cruellement de subtilités… Toutefois, il faudra retenir que ce dernier volet reboot des écrits de Pierre Boulle est une machine autonome, portant à réflexion. Cet été est éprouvant physiquement et mentalement, succédant de lourdes sorties qui ne tiennent pas leurs promesses. Mais pour l’heure, Hollywood livre là, avec générosité, un spectacle grandiose de mise en scène qui fait couler autant d’encre que de larmes. De joie ou de tristesse, à votre bon sens d’en juger, car l’intérêt c’est d’y avoir goûté !
    Jessie Logan J.
    Jessie Logan J.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 5 août 2017
    Un très beau film, qui relie l'histoire aux premiers films, même si quelques incohérences. spoiler: par exemple, Nova est normalement brune yeux noirs et non blonde yeux bleus. César est le fils du Zira et Cornelius du film de 68 en principe, ils remontent le temps dans les années 70, mais le film des origines ne semble pas se jouer dans une époque aussi ancienne. S agirait il d un César alternatif ? Sachant que dans la saga Origines, sa mère s appelle "beaux yeux", surnom que Zira donnait à Taylor, ça semble être plus qu'une coincidence.. Ensuite dans le film de 68, où Cornelius est adulte, Taylor dit au début qu'ils sont en 3079 environ, je n'ai pas l'impression que les films de la saga origine, où Cornelius est tout jeune, soient situés aussi loin dans le futur, vu les voitures, technologies etc.. Bizarre tout ça ! je sais pas si quelqu'un me suit, mais bon voila mon avis !
    L'AlsacienMarseillais
    L'AlsacienMarseillais

    Suivre son activité 377 abonnés Lire ses 782 critiques

    4,0
    Publiée le 7 août 2017
    Le dernier opus de cette trilogie revenant sur les origines de "La planète des singes" est sans doute le meilleur et apporte avec conviction un miroir sur nos propres guerres, à l'image d'un cercle vicieux qui se reproduirait sans cesse où l'Homme n'apprendrait pas de ses erreurs passées. Après un bref résumé efficace permettant de nous restituer dans le contexte, on rentre in-situ dans la guerre entre les singes et les hommes, les premiers voulant vivre en paix et les seconds considérant les singes comme une menace pour l'Humanité. Honnêtement, je pensais que j'allais m'ennuyer mais je n'ai pas vu le temps passer et j'ai trouvé cette confrontation percutante et réaliste. La communauté des singes est brillamment interprétée et les relations sont touchantes et sincères, au point qu'ils en deviennent plus humains que les Hommes qui se montrent habités par la peur. Je pense qu'Andy Serkis réalise la meilleure performance d'un personnage en motion-capture ! En effet, César est un personnage complexe et profond, à la fois impulsif et violent lorsqu'on s'attaque à ses proches mais aussi très aimant et sensible avec ses derniers. C'est un personnage au vécu dense et mouvementé : l'épopée pour un personnage qui forge l'Histoire. Il y a une palette d'émotions impressionnante auprès de chaque singe qui ont tous une personnalité et des tempéraments différents ce qui permet au spectateur de s'y attacher très facilement et d'être pour le coup affligé par la violence gratuite et irréfléchie des Hommes. Woody Harrelson dans le rôle du grand méchant, nous rappelle Ralph Fiennes dans "La liste de Schindler" et nous effraye dans des scènes de confrontation bien écrite et ambiguë qui révèlent les raisons de son embrigadement. Le parallèle et les références à la seconde guerre mondiale sont évidents : les camps et les rudes conditions de travail, les collabos, les slogans ("un bon singe est un singe mort"),... J'ai aussi repensé à "Chicken Run" où les poules tentent de s'évader du poulailler ! La tension est maintenue et le rythme ne s'affaiblit jamais au point qu'on ne pense pas à regarder l'heure une seule fois, et ça, pour un film de cette durée, c'est quand même bon signe ! Bon, il y a néanmoins quelques incohérences dans l'intrigue, surtout sur le détail du virus qui rend les hommes muets : les effets et les conséquences de cette maladie sont peu claires et de plus, on a aucune autre information sur la situation dans le reste du monde donc est-ce vraiment les singes qui dominent la Terre à la fin ? Seule une suite pourrait nous le confirmer, ou bien c'est au bon vouloir de l'imagination du spectateur. Il faut également mentionner une fin étonnante et émouvante qui clos en quelque sorte la saga. En conclusion, il faut dire que ce film ne manque de rien et répond à tous les critères : de nombreuses scènes d'action tout en étant touchant, ainsi qu'une touche d'humour dans un contexte de guerre qui nous rappelle fortement notre Histoire passée. Pour un troisième opus et un blouser de l'été, c'est une réussite !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top