Notez des films
Mon AlloCiné
    Francofonia, le Louvre sous l’Occupation
    Note moyenne
    3,4
    17 titres de presse
    • Cahiers du Cinéma
    • Transfuge
    • La Croix
    • La Septième Obsession
    • Le Dauphiné Libéré
    • Les Inrockuptibles
    • Ouest France
    • Positif
    • Télérama
    • Critikat.com
    • La Voix du Nord
    • Le Nouvel Observateur
    • Première
    • aVoir-aLire.com
    • Le Monde
    • Studio Ciné Live
    • Libération

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    17 critiques presse

    Cahiers du Cinéma

    par Cyril Béghin

    Sokourov se sert du Louvre pour peindre une ruine du temps. (…) "Francofonia" élabore sa propre sauvegarde imaginaire de l’art dans les replis de l’image de cinéma. 

    Transfuge

    par Damien Aubel

    Avec "Francofonia", Alexandre Sokourov ausculte brillamment la culture européenne à travers un de ses sites emblématiques, le Louvre, pendant la Seconde Guerre mondiale.

    La Croix

    par Jean-Claude Raspiengeas

    Présenté à la Mostra de Venise, ce conte crépusculaire dans le Paris de l’Occupation réaffirme la place centrale des musées au cœur de la civilisation européenne.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    La Septième Obsession

    par Nathalie Bittinger

    Il n’est pas anodin que le réalisateur recourt au fragment, la forme romantique et mélancolique par excellence, au sein d’une œuvre effilochée, qui se fait, se défait et se refait sans cesse pour dire le monde avec obstination.

    Le Dauphiné Libéré

    par Jean Serroy

    Comment, durant l’Occupation, grâce à l’entente de deux hommes, un Allemand, un Français, pénétrés de la grandeur de l’art, le Louvre put résister à la tempête : Sokourov le montre à travers une utilisation virtuose des images d’archives et une reconstitution non moins brillante de l’époque.

    Les Inrockuptibles

    par Vincent Ostria

    Avec cette œuvre poétique et artisanale, Sokourov met en relief et en lumière, mieux qu’avec une pesante fresque historique, ce qui relie les époques et les hommes, les pays et les sensibilités : l’art comme lingua franca de la civilisation occidentale.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Ouest France

    par Pierre Fornerod

    Un exercice sophistiqué.

    Positif

    par Jean-Christophe Ferrari

    Soukourov, en mêlant divers genres de récits, crée un espace cinématographique inédit, quelque part entre documentaire et fiction.

    Télérama

    par Louis Guichard

    Ces chocs spatio-temporels, ces expériences érudites, ces associations parfois fulgurantes rappellent les travaux tardifs de Jean-Luc Godard ou de Chris Marker. Comme modèles, il y a pis...

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Critikat.com

    par Morgan Pokée

    Et si la forme a perdu en ampleur et en assurance, elle n’en demeure pas moins toujours singulière, la liberté du dispositif rachetant la naïveté de quelques séquences.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    La Voix du Nord

    par Philippe Lagouche

    Si brouillon soit-il parfois, cet essai se révèle riche d’enseignements.

    La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

    Le Nouvel Observateur

    par La Rédaction

    Sokourov ("Père, fils", "Moloch", "Faust") construit un poème mélancolique et lyrique. On aime ou pas, mais impossible de rester indifférent.

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    Première

    par Hendy Bicaise

    Hésitant entre reconstitution, documentaire et mise en abyme, son projet aux contours incertains ne parvient à capter l’attention que par fulgurances. Dont un plan somptueux sur les doigts d’un homme caressant ceux d’une statue.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    aVoir-aLire.com

    par Virginie Morrison

    (...) le rythme est trop lent, et les passages où le réalisateur semble se parler à lui-même trop fréquents, laissant le spectateur au bord de la route, bien mal aisé de partager sa vision.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Le Monde

    par Jacques Mandelbaum

    Il y a en effet ce que "Francofonia" voudrait être, une sorte de méditation transhistorique (...) Et puis, il y a ce que "Francofonia" est en réalité. L’instrumentalisation d’une situation historique au profit de la vision, discutable, que s’en fait l’auteur.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    Studio Ciné Live

    par Thomas Baurez

    Le film digresse sans cesse, au point de perdre le fil de son propos.

    Libération

    par Clémentine Gallot

    Sokourov a tour à tour manifesté son soutien et ses doutes vis-à-vis du pouvoir exercé par Vladimir Poutine, un propos politique nébuleux que n’éclaircit pas cette ode poussiéreuse à la culture patrimoniale, pétrie d’une fascination datée du grand art comme ciment des civilisations.

    La critique complète est disponible sur le site Libération
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top