Mon AlloCiné
    Paterson
    Note moyenne
    4,1
    33 titres de presse
    • La Voix du Nord
    • Le Figaro
    • Le Nouvel Observateur
    • L'Humanité
    • Libération
    • Ouest France
    • Studio Ciné Live
    • Télérama
    • Transfuge
    • aVoir-aLire.com
    • Bande à part
    • Cahiers du Cinéma
    • CinemaTeaser
    • CNews
    • Culturopoing.com
    • Femme Actuelle
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Figaroscope
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Le Parisien
    • Les Fiches du Cinéma
    • Les Inrockuptibles
    • L'Express
    • Paris Match
    • Positif
    • Première
    • Sud Ouest
    • Ecran Large
    • La Croix
    • La Septième Obsession
    • Critikat.com
    • Studio Ciné Live

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    33 critiques presse

    La Voix du Nord

    par Philippe Lagouche

    Une collection de rituels, d’instantanés, de vignettes impressionnistes, d’haïkus trempés dans une solution chimique répondant à toutes nos attentes en matière d'esprit, d’humour, d’originalité et de grâce. La beauté à l’état pur ! Un halo de paix.

    Le Figaro

    par Eric Neuhoff

    Jim Jarmush, touché par la grâce, signe un film d'une délicatesse bienveillante, un petit miracle de poésie.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Nouvel Observateur

    par Pascal Mérigeau

    Une merveille absolue !

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    L'Humanité

    par Sophie Joubert

    Tout s’emboîte et fait sens, inscrivant Paterson dans la filmographie de Jim Jarmusch comme la pièce manquante du puzzle.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    Libération

    par Julien Gester

    Résolument radieux, délié et anti-spectaculaire, "Paterson" opère à son allure singulière, empreinte d’autant d’indolente tendreté que de délicatesses, et se rêve en précis de zen américain, attaché à parcourir les sourdes ondes de félicité recouvertes par le fracas du monde plutôt qu’à en sonder les failles ou les grands tremblements.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Ouest France

    par Gilles Kerdreux

    Jim Jarmusch signe, sans nul doute, le film le plus poétique de l'année.

    Studio Ciné Live

    par Éric Libiot

    POUR : C'est un grand film sur un petit sujet.

    Télérama

    par Jacques Morice

    Étranger aux modes, presque démodé, ce poète sans portable et sans oeuvre avance, confiant dans la vie. À son image, le film a la valeur d'un vade-mecum. Qui ne prône ni méthode ni discipline pour trouver le bonheur ou la santé - Jarmusch ne vend pas de ces choses. Il vante seulement un certain art de vivre et de voir.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Transfuge

    par Damien Aubel

    (...) le film le plus épuré de Jarmusch (...). Jarmusch propose rien moins qu'un petit traité d'esthétique, avec cette suprême élégance, celle du dandy, qui consiste à ne jamais asséner de leçon.

    aVoir-aLire.com

    par Alexandre Jourdain

    Le nouveau poème visuel de Jim Jarmusch emprunte autant à la littérature qu’à l’extravagante comédie qu’est notre quotidien. Que de volupté dans ces tours et détours à Paterson.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Bande à part

    par Jo Fishley

    Jim Jarmusch fait circuler une poésie des petits riens, de tous les jours, une poésie de la vie lumineuse et enchantée, à la beauté dépouillée, très simple, très ordinaire. Un chauffeur de bus roule, et cela suffit à nos transports. Paterson nous emmène, si loin, si proche.

    La critique complète est disponible sur le site Bande à part

    Cahiers du Cinéma

    par Joachim Lepastier

    La vraie gageure d’écriture de Paterson, c’est de faire advenir, dans sa propre forme, les conditions d’émergence de la poésie. Plutôt que de raconter, de montrer ou d’évoquer, le film crée sa propre assise de tranquillité et d’attention pour faire de la poésie une compagne de notre routine.

    CinemaTeaser

    par Aurélien Allin

    Une exaltation de l'ordinaire décalée, douce et bouleversante.

    La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

    CNews

    par La Rédaction

    Avec "Paterson", Jim Jarmusch souffle un vent de poésie sur les sorties cinéma de cette semaine.

    Culturopoing.com

    par Enrique Seknadje

    Il y a une manière jarmuschienne de raconter ou d’énoncer, de mettre en scène, de filmer, qui fait de cette nouvelle œuvre un enchantement (...) "Paterson" restera comme l’un des meilleurs films du cinéaste, à placer aux côtés de "Stranger Than Paradise", "Down By Law", "Ghost Dog" ou "Dead Man".

    Femme Actuelle

    par Valérie Beck

    Laissez-vous embarquer par ce petit bijou insolite, superbe et lancinant.

    La critique complète est disponible sur le site Femme Actuelle

    Le Dauphiné Libéré

    par Jean Serroy

    Jim Jarmusch, dans un film haïku, revient au minimalisme tendre et amusé de ses débuts, faisant souffler sur le calme plat de la banalité la légèreté de la poésie.

    Le Figaroscope

    par Nathalie Simon

    Jim Jarmusch magnifie le quotidien d’un couple. Il aurait mérité une palme d’or à Cannes où il a été présenté cette année.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

    Le Journal du Dimanche

    par Barbara Théate

    Jim Jarmusch fait rimer simplicité, humanité et générosité dans cette tranche de vie portée par une poésie et une cocasserie réjouissantes.

    Le Monde

    par Mathieu Macheret

    Ce que filme ici admirablement Jarmusch, c’est non seulement le « travail » afférent à la poésie, mais plus largement la façon dont le monde alentour se dépose en nous, et se met à résonner au prix d’une longue et lente imprégnation – imprégnation qui serait, en retour, le véritable ferment poétique de l’existence.

    Le Parisien

    par Catherine Balle

    Il ne se passe pas grand-chose dans ce beau film de Jim Jarmusch. Mais en mettant en scène ces personnages qui s'aiment comme dans un conte de fées, il nous incite à croire que toute vie peut être un poème.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Les Fiches du Cinéma

    par Jef Costello

    Jim Jarmusch livre une chronique à l’infinie modestie, qui agit comme un antidote à l’agitation du cinéma américain contemporain.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Les Inrockuptibles

    par Emily Barnett

    "Paterson" est un film de survie poétique. Jarmusch étudie la manière dont les citoyens modèles d'Amérique échappent à la dictature matérialiste de leur vie. Ainsi, ceux qui restaient invisibles dans "Only Lovers Left Alive" méritaient finalement qu'on les regarde et qu'on leur consacre un film.

    L'Express

    par Eric Libiot

    "Paterson" gagen à être vu sans rien attendre de lui. Il ne s'ouvre que si l'on s'en sert. Il sent les fleurs cachées sous une dalle mouillée, caresse les conversations, de tout et de rien, cherche le bonheur derrière les mots et les trouve dans les images d'une vie qui avance sans faire de bruit.

    Paris Match

    par Alain Spira

    Jarmusch possède la faculté de créer une atmosphère bluesy qui puise ses notes dans les détails et les personnages qui traversent, hors des clous, le quotidien. Avec lui, un bistrot de quartier prend l'allure d'un théâtre intime où les habitués mettent en pièces leurs existences pleines de douleurs et de bonheurs.

    La critique complète est disponible sur le site Paris Match

    Positif

    par Eithne O'Neill

    La réussite du film réside dans la correspondance entre l'ambiance visuelle, le montage judicieux et la tonalité des vers.

    Première

    par Gérard Delorme

    En s'interrogeant sur les mystères de l'inspiration et de l'écriture, Jim Jarmusch livre une oeuvre de maturité qui pourrait bien constituer son art poétique.

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    La fable a un extraordinaire pouvoir de séduction dont la simplicité n’est pas le moindre.

    La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

    Ecran Large

    par Simon Riaux

    Intelligente, tendre et fine, la poésie quotidienne de Paterson séduit, mais ronronne un peu.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    La Croix

    par Arnaud Schwartz

    Concédons-le, la dernière œuvre de Jim Jarmusch peut déconcerter, voire laisser de marbre. (...) Ses personnages ont alors tout loisir d’y déployer leur créativité et le cinéaste d’y laisser fleurir son humour pince-sans-rire. Attention : objet fragile flottant au gré des courants intérieurs.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    La Septième Obsession

    par Alexandre Jourdain

    Chantre de l’anaphore, Jim Jarmusch fragmente les espaces et les corps en un habile jeu de poupées gigognes.

    Critikat.com

    par Josué Morel

    S’il l’on gratte le vernis qui recouvre le film, l’apparente sophistication de la ritournelle révèle une vacuité familière.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    Studio Ciné Live

    par Thomas Baurez

    CONTRE : Jim Jarmusch (...) ne bouge pas. Ou si peu.

    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top