Mon Allociné
Au-delà des montagnes
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 3,9 17 titres de presse
  • Première
  • VSD
  • La Croix
  • Télérama
  • aVoir-aLire.com
  • Libération
  • Les Inrockuptibles
  • Le Journal du Dimanche
  • Critikat.com
  • TF1 News
  • Le Dauphiné Libéré
  • La Septième Obsession
  • Paris Match
  • Cahiers du Cinéma
  • Culturopoing.com
  • Studio Ciné Live
  • Transfuge

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

17 critiques presse

Première

par Christophe Narbonne

La transposition de l’intrigue dans un futur déshumanisé, vision foudroyante de mélancolie du cinéaste démiurge, achève d’emmener cet Au-delà des montagnes vers des cimes d’émotion.

La critique complète est disponible sur le site Première

VSD

par Bernard Achour

De 1999 à 2025, une fresque sentimentale couronnée par un épilogue sublime.

La Croix

par Arnaud Schwartz

Avec ce film retenu en compétition lors du dernier Festival de Cannes, Jia Zhang-Ke, cinéaste de la mémoire et de l’oubli, livre une œuvre majeure.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Télérama

par Louis Guichard

Jia Zhang-ke met en scène une glaciation progressive des rapports humains, une "éclipse" des sentiments, sur fond de matérialisme, de technologie et de migrations sans fin. Mais sa fougue romanesque, son énergie pop et ses talents d'artificier conjurent la froideur du constat : cette fresque somptueuse nous donne moins le bourdon que le frisson.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

aVoir-aLire.com

par Gérard Crespo

La grande force de "Mountains may depart" est de traiter ce thème de l’effritement des liens sociaux avec l’écrin d’un beau mélodrame, audacieux dans sa construction.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Libération

par Clément Ghys

Que Jia Zhangke soit l’un des quelques immenses cinéastes vivants au monde est une chose quasi évidente. Mais le plus surprenant face à son cinéma, c’est qu’il ne nous exclut jamais. On est happés dans son monde de fiction comme on l’est dans le comté de Yoknapatawpha de Faulkner, le faubourg Saint-Germain de Proust ou le Japon médiéval de Mizoguchi.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

De l'histoire, des sentiments forts, le temps qui passe et les personnages qui vieillissent,une intelligence des paysages et des mouvements des coeurs : Jia Zhangke nous a encore surpris, entraînés, et pris dans les mailles de sa toile d'araignée de maître du cinéma.

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Ce décalage entre la Chine inébranlable et tous les possibles, désormais tendus par un matérialisme forcené, contamine tout le film. Mais le plaisir de se laisser emporter dans un drame profondément humain nous tient ici, et nous invite à traverser le temps en pleine conscience.

Critikat.com

par Raphaëlle Pireyre

Autour de trois genres qu’il a mis en scène par le passé, le film d’espionnage, la tragédie familiale, la chronique amoureuse, il offrait un condensé réflexif de son œuvre.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

TF1 News

par Romain Le Vern

Grand mélodrame, d'une ampleur sidérante, qui bouleverse le regard et le cœur. Son absence au palmarès du dernier Festival de Cannes Cannes demeure une énigme.

La critique complète est disponible sur le site TF1 News

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Un film en deux parties que séparent plusieurs années, où le regard perçant de Jia Zhang-ke ausculte, dans un somptueux mélo, la Chine en voie de mondialisation.

La Septième Obsession

par Xavier Leherpeur

Jia Zhang-ke filme l’universalité du sentiment amoureux avec cette magnifique idée que les renoncements et sacrifices des héros sont également les re¬flets contemporains de ceux que traverse une nation en pleine confusion idéologique.

Paris Match

par Yannick Vely

Dommage que l'émotion se dilue au fil du temps et des personnages évoqués, que l'on a l'impression, aussi, que le passage par la langue anglaise de la troisième partie affaiblit les dialogues. Reste qu'il s'agit sans doute de son film le plus accessible (...).

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Cahiers du Cinéma

par Ariel Schweitzer

Au regard de son précédent film, le virulent "A Touch of Sin", "Au-delà des montagnes" est aussi un retour à un ton plus calme, et aussi un appauvrissement, qui en fait un film mineur.

Culturopoing.com

par Jean-Nicolas Schoeser

Le dernier plan, magnifique et élégiaque, (…) sans doute l’un des plus beaux vus cette année, n’y changera pourtant rien : Au-delà des montagnes est film bizarrement absent, boiteux, oscillant du sublime au confondant, empêtré dans sa volonté criante de faire œuvre en nous assénant sa dialectique terre-à-terre.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

Studio Ciné Live

par Thomas Baurez

Ces montagnes qui traversent les temps et l'espace est le projet le plus ambitieux de Jia Zhang-ke. Mais pèche par manque de profondeur.

Transfuge

par François Bégaudeau

Comme il est délivré d'emblée, avant que la maladie se déclare, c'est tout le film qui est joué d'avance, tout le processus en cours jugé d'avance.

Les meilleurs films de tous les temps