Mon AlloCiné
Mademoiselle
Note moyenne
3,8
36 titres de presse
  • 20 Minutes
  • CinemaTeaser
  • Le Dauphiné Libéré
  • L'Humanité
  • Paris Match
  • Positif
  • Transfuge
  • Bande à part
  • Critikat.com
  • Culturebox - France Télévisions
  • Culturopoing.com
  • Femme Actuelle
  • Gala
  • GQ
  • LCI
  • Le Figaro
  • Le Figaroscope
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Parisien
  • L'Express
  • Mad Movies
  • Paris Match
  • Première
  • Télérama
  • Voici
  • aVoir-aLire.com
  • Les Fiches du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Ouest France
  • Studio Ciné Live
  • Cahiers du Cinéma
  • La Voix du Nord
  • Libération
  • La Septième Obsession

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

36 critiques presse

20 Minutes

par Caroline Vié

"Mademoiselle", conte ludique, parfois dérangeant mais d’une beauté à couper le souffle est un délice aussi sexy qu’intelligent. On se régale de bout en bout devant le travail totalement abouti d’un très grand metteur en scène.

La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

CinemaTeaser

par Emmanuelle Spadacenta

"Mademoiselle" convoque tout Park Chan-Wook en un seul film ivre de cinéma. Si majestueux, si précis, si beau qu'il en deviendrait presque intimidant.

La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Un film d’une rare élégance formelle, dans des images qui unissent non sans humour le porno chic et l’art de l’estampe japonaise, et qui institue l’illusion et le voyeurisme comme plaisir constitutif du cinéma lui-même.

L'Humanité

par Jean Roy

Outre les diaprures somptueuses des décors qui nous ont véritablement envoûtés, on remarquera l’interprétation de Kim Min-hee dans le rôle de lady Hideko, celle de Ha Jung-woo, et celle, tant elle nous a semblé convaincante, de Kim Tae-ri, qui fait ses débuts à l’écran dans le rôle de la servante.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Paris Match

par Alain Spira

Cru mais raffiné, cruel mais jubilatoire, tragique mais saupoudré de subtiles pincées d'humour, ce grand beau long et imprévisible film mérite une récompense.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Positif

par Hubert Niogret

Tout n’est que mise en scène et le grand ordonnateur suprême et magnifique n’est pas le Comte mais Park Chan-wook.

Transfuge

par Damien Aubel

Un génial conte gothique féministe.

Bande à part

par Jo Fishley

Mademoiselle pourrait n’être que ça : une romance lesbienne brûlant de désir, de plaisir, de folie. Mais c’est un thriller saphique et sadique, aussi exquis qu’un cadavre, jouant de noirceur, de cruauté.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Critikat.com

par Adrien Mitterrand

Dans "Mademoiselle", le décorum se craquelle peu à peu pour révéler les procédés d’une violence plus sociale qu’il y paraît. Le cinéma de Park Chan-wook ne manque décidément ni d’audace, ni de cohérence.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Culturebox - France Télévisions

par Boris Courret

La mise en scène en scène chirurgicale, les cadrages et la photographie magnifiques ou les mouvements de caméra magistraux sont encore bien là. Rarement scène de sexe n’aura été si raffinée.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Culturopoing.com

par Olivier Rossignot

Le cinéaste coréen excelle dans ce va-et-vient entre la délicatesse et le décadent, entre le cru et l’esthétisation, sachant se faire délicieusement trivial en confrontant « l’idée » à sa représentation, poétisant le vulgaire et injectant la vulgarité dans le poétique.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

Femme Actuelle

par La Rédaction

Aussi sulfureux que vénéneux, ce thriller coréen conjugue une mise en scène d'une rare beauté à un scénario diabolique sur le désir et la manipulation.

Gala

par Amélie de Menou

(...) un film sensuel, intri­guant et haute­ment esthé­tique.

La critique complète est disponible sur le site Gala

GQ

par Jacques Braunstein

Quelque part entre "La vie d’Adèle" et "Le Dernier Empereur" ou "L’Empire des sens" et "Usual Suspect", "Mademoiselle" le nouveau film du coréen Park Chan Wook, est un objet érotique à l'esthétique léchée doublé d’un thriller à rebondissements.

La critique complète est disponible sur le site GQ

LCI

par Jérôme Vermelin

Avec "Mademoiselle", en salles ce mardi, Park Chan-wook signe l’un de ses meilleurs films depuis le brillant "Old Boy", Grand prix à Cannes en 2004.

La critique complète est disponible sur le site LCI

Le Figaro

par Etienne Sorin

Cette maison de poupées peuplée d'imposteurs est un décor idéal pour Park Chan-wook, virtuose dans l'art de faire tomber les masques et de retourner le récit comme un gant. Il a le bon goût de ne pas jouer à la poupée avec ses personnages.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Figaroscope

par Nathalie Simon

Comme dans son précédent film, un autre thriller, "Stoker" (2012), le cinéaste cultive l’ambiguïté des relations entre les protagonistes, tient le public en haleine et, ici en particulier, le transforme plus souvent qu’à son tour en voyeur. Sans pour autant oublier de le faire sourire.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Le Journal du Dimanche

par Stéphanie Belpêche

On accepte volontiers de se perdre dans ce film troublant, malin et envoûtant.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Le Monde

par Mathieu Macheret

On peut aimer un film tout spécialement pour sa destination, c’est-à-dire la note sur laquelle il nous laisse : ici, un tintement très évocateur, résumant à lui seul le délicat équilibre de somptueuse cérémonie et de trivialité goguenarde qui caractérise l’ensemble.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

Farce romanesque à tomber de beauté, malgré son dénouement trop programmatique, "Mademoiselle" s’amuse des rapports de pouvoir (...) et fantasme la réconciliation entre la Corée et le Japon par l’entremise d’une love story lesbienne. Hautement recommandable, donc.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Servi par une merveilleuse photographie, ce film (...) cache doublement son jeu : non seulement il est d'un érotisme inflammable lorsque la relation entre les deux femmes tourne à l'éducation sensuelle d'Hideko, mais il installe en douce la mécanique du thriller historique "Du bout des doigts", signé de la romancière britannique Sarah Waters, dont il s'inspire.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

L'Express

par Eric Libiot

C'est du romanesque assumé qui n'oublie pas d'agiter la toile historique et les rapports de classes entre maîtres et esclaves.

Mad Movies

par Fausto Fasulo

Le diable est dans les détails et Park Chan-wook ne l'a jamais autant fait comprendre.

Paris Match

par Alain Spira

Cru mais raffiné, cruel mais jubilatoire, tragique mais saupoudré de subtiles pincées d'humour, ce grand beau long et imprévisible film mérite une récompense.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Première

par Gérard Delorme

Dès les premiers plans, qui alternent la pluie et le beau temps dans des images somptueuses, tout est clair : on sait qu'il s'agira d'un thriller rutilant, fortement teinté de mélodrame.

La critique complète est disponible sur le site Première

Télérama

par Guillemette Odicino

Le cinéaste prend un malin plaisir à nous balader dans un conte en trois actes qui se contredisent et s'enrichissent, où chaque personnage, tout à tour manipulateur et manipulé, avance vers sa vérité.

Voici

par La Rédaction

Un jeu de dupes élégant et tortureux.

aVoir-aLire.com

par Alexandre Jourdain

Park Chan Wook revient au thriller mélodramatique avec son emphase habituelle. Mais sa formule, certes dotée d’une réalisation virtuose, n’a pas changé : c’est bien là tout le problème.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Les Fiches du Cinéma

par Alexis Duval

Malgré une mise en scène soignée à l’extrême et une atmosphère surannée plutôt séduisante, la structure narrative sent le déjà-vu.

Les Inrockuptibles

par Théo Ribeton

L'artisanat de Park Chan-wook atteint un degré inédit de sophistication visuelle et technique (...) et les filouteries narratives et esthétiques du cinéaste se sont muées en quelques choses d'enfin plus léger et facétieux. (...) Mademoiselle est cousu de fil blanc, et s'offre au spectateur comme un objet en premier lieu ludique et amusant, un film d'escroc et de faux-semblants parcouru d'érotisme.

Ouest France

par Gilles Kerdreux

Les images sont sublimes (...) mais pourquoi Park Chan-Wook a t-il fait si long ?

Studio Ciné Live

par Thierry Cheze

Mademoiselle se révèle un jeu de pistes fascinant, où manipulateurs et manipulés finissent par se confondre. Park Chan-wook joue avec les techniques du cinéma pour mieux perdre le spectateur dans une esthétique volontairement agressive. Mais se perd lui-même, hélas, parfois dans un récit de 145 minutes bien trop longues pour éviter quelques bégaiements.

Cahiers du Cinéma

par Gaspard Nectoux

Le dynamisme du film aurait gagné à un peu de dépouillement, jouant ses meilleures cartes au lieu de passer son temps à en faire un château m’as-tu-vu.

La Voix du Nord

par Philippe Lagouche

Ce nouvel opus, axé sur la cupidité, confirme qu’il n’y a plus grand-chose de neuf à attendre de ce cinéaste sud-coréen adepte de série rose saphique pour pervers pépères. Son style botoxé, ses longs tunnels de dialogues explicatifs, son érotisme de pacotille valent leur pesant de cacahuètes.

Libération

par Olivier Lamm

L’ingéniosité du récit, qui jongle avec les effets de surprise permis par une triple duperie entre arnaqueurs éprouvés, doit d’ailleurs beaucoup au roman, auquel il n’apporte finalement pas grand-chose à part quelques rengaines «park chan-wookiennes» et un fétichisme formel terminal, dont on peine décidément à percevoir l’objet - et le sens.

La critique complète est disponible sur le site Libération

La Septième Obsession

par Alexandre Jourdain

En dépit de quelques velléités de critique sociale, le film échoue à étourdir.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top