Mon AlloCiné
Free Fire
note moyenne
2,6
492 notes dont 52 critiques
0% (0 critique)
21% (11 critiques)
35% (18 critiques)
25% (13 critiques)
15% (8 critiques)
4% (2 critiques)
Votre avis sur Free Fire ?

52 critiques spectateurs

btravis1

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 531 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 19/06/2017

Difficile de comprendre comment autant d'acteurs connus ont pu participer à ce film qui est vraiment mauvais. Un deal qui ne se passe pas comme prévu finit en huis-clos explosif où chacun essaye de s'en sortir. Le scénario est mince, le peu d'humour tombe toujours à plat, la mise en scène catastrophique (c'est mal filmé et on ne sait jamais exactement où sont placés les protagonistes les uns par rapport aux autres), ça tourne très vite en rond et on arrive à trouver le temps long alors que le film est court !

FredArrow

Suivre son activité 321 abonnés Lire ses 875 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/12/2017

Ben Wheatley abandonne les sommets de la tour de la folie de "High-Rise" et va s'allonger au sol aux côtés de gangsters blessés et contraints de ramper comme des vers de terre pour mieux flinguer à tout va. Le générique d'ouverture avec ses plans aériens se recentrant peu à peu sur les passagers d'une fourgonnette sur une route semble d'ailleurs traduire à lui tout seul cette perte d'altitude. Mais si "High Rise" et "Free Fire" ne se situent pas sur les mêmes hauteurs physiques, leurs thématiques, elles, vont rester sensiblement les mêmes. Ben Wheatley continue en effet d'explorer le caractère de l'Homme face à un déchaînement de violence et l'applique cette fois aux films de gangsters à l'humour noir qu'un Guy Ritchie ne renierait pas. Une vente d'armes dans un entrepôt tourne mal à cause d'une rencontre antérieure forfuite. Après avoir tiré dans tous les sens, les protagonistes se retrouvent à terre, tous plus au moins blessés, et cherchent un moyen de s'en sortir sans se prendre une nouvelle balle... "Free Fire" prend dès lors la forme d'une passionante partie d'échecs à balles réelles où les pions seraient des lombrics humains prêts à tout pour ramper vers la sortie. Évidemment, comme dans "High Rise", les différents camps de chaque gangster sont solidement identifiés au début mais, peu à peu, ceux-ci vont s'effriter au fur et à mesure que le danger de la situation grandit pour laisser place à un individualisme exacerbé et engendré par le seul instinct de survie. L'Homme est prêt aux pires bassesses pour s'en sortir, alors imaginez un peu une bande de gangsters dont la morale n'est déjà pas une référence ! Par ailleurs, devant la profusion de tous ces personnages hauts en couleur bloqués dans un même lieu, on aurait pu craindre de s'y perdre un peu comme la situation ne se prête pas forcément à l'approfondissement de chacun mais Ben Wheatley réussit à les rendre à peu près tous facilement identifiables en appuyant sur les traits de caractère (parfois caricaturaux) qui leur sont propres grâce à des répliques remplies d'un humour particulièrement bien senti dans lequel le film ne cesse de baigner. Et puis, il faut dire que le casting quatre étoiles de véritables "gueules" y contribue aussi beaucoup (Armie Hammer, Sharlto Copley, Cillian Murphy, Brie Larson, Noah Taylor, Sam Riley, ... tous sont judicieusement choisis). Mais la grande question qui brûlait nos lèvres à la lecture du pitch de "Free Fire" était de savoir si le film allait tenir sur la durée sans sombrer dans l'ennui -ben oui, voir des gens tous à terre au bout d'une demi-heure ne garantissait pas un rythme des plus trépidants. Rassurez-vous, "Free Fire" tient constamment en haleine en multipliant des rebondissements toujours teintés d'un ton absurde latent, il est quasiment impossible de savoir qui va survivre ou non tant le scénario joue à une sorte de roulette russe géante qui peut toucher n'importe quel personnage à tout moment. De l'arrivée de mystérieux nouveaux assaillants à la chanson "Annie's Song" sortie de nulle part et en totale décalage avec le reste, on s'éclate tout simplement devant cette fusillade aux nombreuses surprises et contenant sans doute le plus grand nombre de bras cassés de l'Histoire parmi ses participants. Visuellement, Wheatley est aussi au rendez-vous en dénichant astucieusement un juste milieu entre la violence graphique (et les artifices cartoonesques ou non qu'elle peut engendrer) et un certain réalisme pour insuffler un aspect crédible permanent à ce huis-clos meurtrier. La caméra a beau coller la tête du spectateur dans le sol poussiéreux de la vieille usine pour le mettre au même niveau que les personnages, elle n'oublie néanmoins pas de réserver de jolies envolées lorsque la poudre des armes a à se faire sentir. Seule la gestion de l'espace dans le confinement de cette usine peut prêter à discussion, on peine en effet parfois à s'y retrouver sur la position exacte de chaque protagoniste par rapport à un autre et l'immensité de ce hangar semble fluctuer selon certains de leurs agissements Peut-être que Ben Wheatley s'était envolé trop loin dans les hauteurs de la tour du décevant "High-Rise" mais, en choisissant d'atterrir sur la terre ferme dans le milieu du banditisme des 70's, le réalisateur anglais a pris la meilleure des décisions pour à nouveau nous régaler de son talent.

AM11

Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 4 535 critiques

2,5Moyen
Publiée le 07/06/2017

"Free Fire", c'est comme regarder une bagarre générale, mais avec des personnes armées qui se canardent dans tous les sens au point de ne plus savoir qui est avec qui et oublier la nature du conflit. Ce n'est pas compliqué, il y a une transaction qui tourne mal et tout le monde essaie de sortir vivant de cet entrepôt. Cela pouvait donner quelque chose de complètement fou, jouissif et déjanté qui part dans tous les sens et à la place, on assiste à quelque chose qui stagne très vite, qui est redondant et qui n'est jamais drôle ou divertissant. Il n'y a pas d'histoire donc pas d'enjeux à part la survie et les personnages ne sont jamais développés donc on se moque un peu de ce qui leur arrive. Je m'attendais à beaucoup mieux notamment sur ce qui est la base de ce film à savoir les fusillades qui sont vraiment banales avec des scènes d'action très répétitives. Je n'avais déjà pas accroché à "Kill List", "Sightseers" et "High-Rise" de Ben Wheatley et c'est pareil pour ce film qui est néanmoins correct et se laisse regarder même si le concept est vite lassant.

tony-76

Suivre son activité 567 abonnés Lire ses 1 367 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 28/06/2017

Présenté au festival international du film de Toronto en 2016, l'anglais Ben Wheatley réalise Free Fire, une comédie d'action en forme de huit-clos (dans un hangar), ressemblant à une sorte de Reservoir Dogs à la crème anglaise. Mais la comparaison avec le classique de Quentin Tarantino le désavantage terriblement !! En effet, sa mise en scène se veut répétitive et quelque peu monotone... Spoiler: Ça tire, ça crie et ça s'insulte ! Voilà ce qu'il faut retenir de Free Fire. Spoiler: Il n'y a aucune explication à propos du passé de ces protagonistes, ni aucune véritable interaction qui permettrait de comprendre l'enjeu que représente cette tuerie. Une lutte sans merci dans lequel l'intérêt réside dans le fait de savoir qui va s'en sortir et dans le genre, on a déjà vu beaucoup mieux ! Mais Wheatley apporte une autre atmosphère comparé à sa piètre réalisation de High Rise, avec Free Fire il s'agit d'un western décomplexé où l'humour est ancré dans la peau de chaque personnage. Ce qui révèle une surprise plutôt étonnante. C'est tout d'abord grâce au talentueux Sharlto Copley dans lequel il exerce son talent avec vigueur. Un habitué à faire des films délirants tels que Elysium, Hardcore Henry, The A-Team... Armie Hammer est méconnaissable, tout comme Jack Reynor qui sont plus dans des prestations sérieuses, viennent ici nous surprendre ! Cillian Murphy possède toujours cette énergie à séduire son public de manière féroce comme dans les Nolan... Et Brie Larson monte d'échelon en échelon (après un Room bouleversant et un Kong à spectacle divertissant), elle s'avère compétente dans une telle comédie ! La violence ne présente peu d'intérêt Spoiler: - une boucherie pendant plus d'une heure, on voit les personnages s'entretuer avec sans réelle plaisir - on est loin d'un Django Unchained ou d'un The Hateful Eight de Tarantino ! Néanmoins, la bande son essaye de relever le niveau mais rien n'y fait ! En somme, Free Fire est un film assez ennuyant et peu captivant... Malgré tout ce joli monde au casting, l'exercice est douteux. Un sous-Reservoir Dogs de la gâchette...

dominique P.

Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 1 746 critiques

2,5Moyen
Publiée le 18/06/2017

Je pensais que j'allais beaucoup aimé ce film et j'en ressors déçue. Le pitch est intéressant et jusqu'à l'affrontement armé c'est sympa. Mais à partir du moment où les deux parties s'affrontent, c'est pénible, assourdissant, trop long, pas amusant du tout. Je mets la moyenne mais c'est une déception.

ffred

Suivre son activité 283 abonnés Lire ses 2 946 critiques

2,5Moyen
Publiée le 22/06/2017

Avec deux ovnis comme premiers films (Kill List, Touristes) et un dernier (High-rise) plus décevant, on attendait Ben Wheatley au tournant. Ça se confirme donc, le réalisateur britannique semble rentrer dans le rang. Si Free Fire a tout de même quelques qualités, on reste malgré tout sur notre faim. La mise en scène est toujours sympathique, la direction artistique réussie, tout comme la bande-son. Le problème est le scénario. L’histoire est vue et revue. Et on pense beaucoup trop au Reservoir dogs de Tarantino. Reste un certain humour et un joli casting (Sharlto Copley, Brie Larson, Armie Hammer, Cillian Murphy, Sam Riley…) pour une belle direction d’acteurs. Ça se laisse certes regarder sans problème, mais aucune surprise jusqu’à un dénouement attendu et annoncé. Au final, on s'ennuie surtout et c'est bien dommage...

Rémy S

Suivre son activité 440 abonnés Lire ses 904 critiques

2,5Moyen
Publiée le 21/06/2017

L’hétéroclite réalisateur indépendant anglais Ben Wheatley ne faillit pas à sa réputation en changeant une nouvelle fois de genre après « High Rise », « Touristes » et « Kill List ». Des films toujours hors des sentiers battus, barrés, qui ne se ressemblent pas et qui même ne ressemblent à aucun autre. Un metteur en scène inclassable et iconoclaste donc, pour une filmographie qui l’est tout autant. Avec « Free Fire », il livre son film le plus accessible mais c’est encore un drôle de projet dont le scénario tient sur un ticket de métro. Soit un deal d’armes qui tourne mal et qui se transforme en gigantesque fusillade à huis-clos dans un immense entrepôt désaffecté. Un film concept casse-gueule car il faut veiller à tenir sur la distance et ne pas perdre l’attention du spectateur. Et force est de constater que le pari n’est pas tenu en dépit du parrainage de Martin Scorsese en tant que producteur et d’une forte influence de Quentin Tarantino période « Reservoir Dogs » pour l’inspiration. Mais ces deux maîtres sont évidemment bien loin d’être égalés, ni même approchés. Ils peuvent dormir tranquille. Que ce soit au niveau de la maîtrise technique du premier ou du talent de dialoguiste du second, cette petite série B ne leur arrive jamais à la cheville. Et si c’est un hommage, il est plutôt foireux. L’idée n’était pas mauvaise mais le traitement devient vite répétitif et on en a vite assez de voir des personnages brièvement croqués (voire pas du tout, donc sans intérêt) se tirer dessus et s’invectiver durant près d’une heure et demie. Si le début intrigue quelque peu, qu’on se demande quand la situation va dégénérer, tout cela tourne vite court. On a vite du mal à se rendre compte de qui est où et de qui fait quoi malgré un effort pour rendre les fusillades le plus lisible possible. Trop de personnages et un lieu trop neutre pour se repérer nuisent à la bonne compréhension de l’action. Le second degré constamment présent et l’ambiance seventies sympathique ne masquent pas l’incohérence majeure et excessive de « Free Fire » qui voit des personnages se prendre des balles par dizaine mais continuer à s’agiter dans tous les sens. En revanche, lors de la dernière demi-heure lorsqu’ils ne sont plus que quatre ou cinq, tout devient plus facile à regarder et plaisant. Une certaine ambiance se crée même accompagnée de quelques fulgurances et scènes remarquables. Mais il est déjà trop tard ! On en vient à se demander si le film n’aurait pas été plus réussi avec la moitié des personnages en moins. En l’état, c’est juste fatiguant et lassant durant une bonne partie du long-métrage.

Smail I.

Suivre son activité Lire sa critique

1,5Mauvais
Publiée le 16/06/2017

ça tire n'importe comment n'importe où. la mise en scène est faible on ne sait pas où sont placés les personnages dans le hangars...pas du tout aimé. rien à voir avec la bande annonce qui était rythmée

lhomme-grenouille

Suivre son activité 893 abonnés Lire ses 3 020 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 21/06/2017

Je l’aime bien ce Ben Weathley. Oui, ça c’est indéniable… Et si je l’aime bien, c’est parce qu’il tente toujours quelque-chose dans ces films. Soit il tente quelque-chose d’un point de vue formel, soit il se risque à explorer une forme de politiquement incorrect qui me plait bien… Mais bon, d’un autre côté, force est de constater que je rencontre très vite les mêmes limites avec ce bon vieux Ben, et malheureusement ce « Free Fire » n’échappe pas à la règle. Parce que bon, OK c’est cool d’assister à une vraie démarche de film de genre qui ne se prend pas trop au sérieux et qui essaye de partir dans un grand trip formaliste. Mais franchement, il faut aussi savoir être à la hauteur de ses ambitions. Vouloir faire tenir un gunfight en huis-clos sur une heure et demie, c’est certes culotté, mais encore faut-il être capable de remplir. Or, là – je suis désolé – mais au bout de vingt / trente minutes, j’en suis déjà à regarder ma montre pour me demander ce que le film va bien pouvoir être en mesure de proposer de plus que ce qu’il a déjà montré au départ. Et le problème, c’est que chaque minute qui suit ne fait que démontrer ce qu’on était en droit de redouter le plus, c’est-à-dire que – non – il n’y aura décidemment rien de neuf ni d’intéressant sur toute l’heure restante. Et franchement, quand il n’y a plus aucun centre d’intérêt, une heure c’est long, très long, surtout quand c’est répétitif… Le problème c’est que je trouve qu’en plus, rien ne marche vraiment dans ce film. Certes, techniquement c’est convenable, mais les choix d’écriture et de ton pour moi sont totalement contre-productifs. Je peux comprendre qu’on veuille construire ce gunfight autour de toute une bande de branques au vocabulaire et aux motivations simplistes, mais le problème c’est que je ne vois pas comment on peut se prendre d’intérêt et d’empathie pour eux, si bien que lorsque la fusillade commence eh bah… en fait on s’en fout un peu qu’ils se tirent dessus… et cela parce qu’on s’en fout d’eux en tant que personnages ! Autre choix déstabilisant : ce ton absurde et presque nanardesque. Encore une fois ça aurait pu s’avérer malin si cela avait permis de justifier quelques absurdités, mais là ça n’a été suivi d’aucune fantaisie véritable, si bien que du coup n’en est ressorti qu’un côté ridicule et fade qui a accentué chez moi mon détachement à l’égard des personnages et de l’action. En somme – il n’y a pas à redire – moi je trouve vraiment ce film mal écrit, mal pensé et mal fichu. Je n’ai pas cru aux enjeux de l’échange qui est à l’origine de la fusillade. Je n’ai pas ressenti la tension monter avant l’explosion du gunfight. Je n’ai pas été saisi non plus l’esprit déchaîné ou foutraque de cette confrontation interminable. Alors OK, c’est vrai que Weathley sait que tout cela est ridicule ; que tout n’est qu’un prétexte ; et qu’il en joue. Mais bon voilà quoi… Un film peut tenir combien de temps sur un postulat comme ça ? Pour moi ça me parait tellement évident que ça ne peut pas durer une heure et demi ! Désolé mais comment peut-on imaginer que personne ne se lassera de voir une demi-douzaine de protagonistes dont on a rien à faire se prendre des balles comme s’il s’agissait de simples cure-dents qui piquent et qui font boiter après ?! Mais zéro tension quoi ! Zéro intérêt ! Zéro dynamique ! Ralalah… Enfin bref, vous l’aurez compris, malheureusement je crois que je ne suis pas prêt de m’en sortir avec Ben Weathley. « Kill List », « Touristes », « High Rise « et maintenant ce « Free Fire ». Plus le temps passe et moins l’ami Ben ne semble préoccupé par la nécessité de développer, de durer, d’enrichir… Dommage parce que je l’aime bien ce gars… Vraiment… Mais bon… J’avoue qu’un jour ce serait quand même chouette que j’aime vraiment un de ses films…

Yves G.

Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 1 448 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 16/06/2017

Boston 1978. Dans une usine désaffectée, des trafiquants d'armes ont rendez-vous avec des combattants de l'IRA. Mais rien ne se passe comme prévu. Et le rendez-vous tourne vite au jeu de massacre. Unité de temps, de lieu et d'action. Sur le papier, le scénario de Ben Wheatley a tout pour mettre l'eau à la bouche. Une fusillade en règle dans un lieu clos entre un nombre limité de protagonistes. On pense évidemment à "Reservoir Dogs" qui révéla le jeune Quentin Tarantino. Sauf que ce bien-nommé "Free Fire" ("Feu à volonté" n'aurait pas été une mauvaise traduction) est un naufrage absolu. Le premier tiers du film est attachant pendant lequel se mettent en place les personnages. On voit entrer en scène l'un après l'autre chacun de ces pieds nickelés : truands patibulaires, hommes de main décérébrés, combattants irlandais ténébreux, dandy à la fine gâchette, sans oublier la seule femme (Brie Larson) qui leste l'assemblée d'une impalpable tension érotique. Mais dès que les premiers coups de pistolet éclatent, tout se délite. Pendant plus d'une heure, douze zozos se tirent dessus. Le problème est que ces tirs sont illisibles. On a oublié qui est avec qui, on ne comprend pas qui tire sur qui, on ne note pas qui est blessé, qui est indemne. Filmer une fusillade est un vrai défi de mise en scène. Ben Wheatley ne l'a pas compris qui ne fait aucun effort pour rendre compréhensibles des échanges de coups de feu dont le spectateur au bout de quelques minutes finit par se lasser. Même un des protagonistes en fait le comique aveu : "J'ai oublié de quel côté je suis !"

moket

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 2 732 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/10/2018

Une fusillade de plus d'une heure en guise de film ! C'est souvent un peu bordélique mais cela nous offre un flot d'hémoglobine et de répliques fun servies par des acteurs un peu timbrés.

DanielOceanAndCo

Suivre son activité 284 abonnés Lire ses 3 475 critiques

4,0Très bien
Publiée le 27/12/2017

Bon, pour éviter tout malentendu, oui "Free Fire" ne vaut pas "Reservoir Dogs", sa principale influence, mais j'ai quand même pris un pied énorme face au dernier film de Ben Wheatley. Le scénario a beau être d'une simplicité déconcertante, une vente d'armes qui tourne à l'affrontement, "Free Fire" pose une ambiance 70's très tarantinienne qui m'a vraiment plu, les acteurs - de Cillian Murphy à Brie Larson en passant par Sharlto Copley et Armie Hammer - sont excellents et parviennent à faire vivre leurs personnages et l'humour qui parsème le film du début à la fin a fonctionné à merveilles en ce qui me concerne. A cela s'ajoute la mise en scène à la fois racée et élégante du réalisateur de "High-Rise" qui permet notamment à cette longue fusillade de ne jamais être ennuyeuse ou redondante. Bref, pas de quoi casser trois pattes à un canard au niveau du fond, juste un film extrêmement cool et porté par un casting généreux!!

Sergent Zirivkiand

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 1 066 critiques

3,5Bien
Publiée le 21/12/2017

Un huis clos fun, tendu et vraiment très drôle avec une mise en scène sympathique, une direction artistique réussie, un sacré casting de Armie Hammer à Cillian Murphy en passant par Brie Larson, des mouvements de caméra ambitieux, une histoire simple mais particulièrement développée et une jolie photographie.

François G.

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 387 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/06/2017

On pourrait reprocher à "Free Fire" son manque d'histoire, son manque d'enjeux et de prises de risques, alors que l'on reprochait à "High-Rise" l'inverse. Ben Wheatley a donc un problème de gestion quant à ses histoires. Cependant, je trouve son Œuvre intéressante par son évolution aussi bien stylisée que narrative. Alors que "Kill List" était un thriller horrifique et "High-Rise" un film totalement à part, "Free Fire" est un huis clos. Une rencontre qui tourne mal autour d'un trafic d'armes. J'étais sceptique quant à ce qu'allait donner ce film, la bande annonce était plaisante et annonçait un film décomplexé et détonnant mais avec un humour assez ridicule. "Free Fire" ne l'est point, ridicule. Si le comique est présent, le film n'est en aucun cas burlesque. L’humour noir de ces personnages hauts en couleur rapproche le film d'une partie de jeu vidéo dont la violence est altérée par une bonne dose d’autodérision et de punchlines bien placées. « Je ne suis pas mort. Je me repose ». Comme dans "Kill List", Ben Wheatley mélange les tons. Il allie parfaitement action et comédie, humour et sérieux, à la manière de Phil Lord et Chris Miller sur leur adaptation de "21 Jump Street". Mais la comparaison s'arrête là, car "Free Fire" est différent. Non pas original mais différent, un huis clos divertissant mais peinant à émouvoir. On suit cette fusillade d'une heure et demie en tant que témoin, et non en tant qu'otage, là où le film aurait sans doute gagné. En effet, les personnages ne sont pas attachants. Si leurs relations sont évoquées, montrées et exprimées, on ne se sent pas investi dans leur parcours, dans leur survie. Chacun pour soi, l'enfer c'est les autres. Cependant les acteurs sont excellents et on sent que tous s'amusent, aucun n'excelle plus qu'un autre. Si j'ai une affection particulière pour Sharlto Copley ("Open Grave") et Cillian Murphy ("Peaky Blinders"), Armie Hammer ("The Lone Ranger"), Sam Riley ("Maléfique") et Jack Reynor ("HHhH") m'ont bien fait rire. L'humour est très efficace, souvent incisif et au juste moment. Les dialogues, bien qu'ils ne soient très recherchés à l'inverse d'un "Reservoir Dogs", sont formés par des punchlines. Je reconnais que le film manque de scènes cultes. S'il avait été plus inventif scénaristiquement et visuellement, il aurait pu se hisser parmi les huis clos incontournables. Toutefois est-ce que cela était l'envie de Ben Wheatley ? « That was the jumping-off point. So I went, "That's fucking weird," and I thought, I have never seen a film like that. So That sat unmade for, like, 10 to 15 years, and then I started to do research on a thing about the Troubles in Ireland. I had read this brilliant story about the Ira going to New York to buy guns and then putting them on the QE2, and then the ship going back and unloading them in Belfast. I was like, "Oh, my God" ». Wheatley voulait faire une fusillade d'une heure et demie, pour cela il s’en est inspiré d’une qui a opposé des agents du FBi et des braqueurs en 1986 à Miami. « Ce qui ressortait, c’était l’impression de chaos et d’horreur ». Une impression qu’il a tenté de reproduire dans "Free Fire" où le spectateur se retrouve aussi largué que les personnages au milieu de tirs fusant de toutes parts. La violence est ici assez graphique, mais principalement désamorcée par le comique de situation ou de gestes. Ben sait manier les images. "High-Rise" m'avait bluffé par son visuel. "Free Fire" n'est pas dans cette optique stylistique. Si les images sont belles grâce aux splendides couleurs et au décor, la façon dont le tout est filmé cherche cependant l'efficacité au symbolisme. La réalisation est donc certes assez classique mais non moins travaillée, en plus d'être accompagnée par une bonne bande originale. J'ai apprécié mon visionnage de "Free Fire". Le film est un divertissement des plus correctes voire honnêtes. La courte durée m'a directement fait rentré dans l'histoire, sans me faire décrocher une seconde malgré d'indéniables défauts de partis pris et de facilités. Car oui l'on pourrait se questionner sur les actions des personnages, leur but, leur passé, mais Ben a voulu montrer une simple rencontre qui vire à la dégénérescence, une rencontre qui n'épargnera ses personnages, à défaut de laisser le spectateur en témoin, relatant en bien ou en mal aux autres ce qu'il vient de voir. Car comme le dit Chris : "Ce n'est pas ce qu'on a commandé", mais la réponse de Vernon permet de penser que cela peut aussi être un mal comme un bien. En tout cas Ben a fait ce qu'il voulait et moi, j'ai aimé.

traversay1

Suivre son activité 394 abonnés Lire ses 2 897 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 16/06/2017

A sa manière, Ben Wheatley est un cinéaste monomaniaque qui radicalise toutes ses entreprises afin, peut-être (sans doute) d'être considéré comme un auteur. Et le plus souvent, ses partis pris sont on ne peut plus agaçants même quand l'enjeu est loin d'être stupide (Touristes, Kill List, English Revolution, High Rise). Avec Free Fire, il n'y a hélas pas de scénario à défendre, juste une mise en place à assurer et ensuite ça tire dans tous les coins et à larigot, pour une raison bénigne, au demeurant. Le film n'est que cela : une gigantesque fusillade, qui plus est confuse, comme si ce bon vieux Sam Peckinpah, qui s'y entendait pour faire fumer l'artillerie lourde, reprenait du service après avoir par erreur avalé quelque substance hallucinogène. Mais Dieu que ceci est ennuyeux ! Si tous ces pieds nickelés savaient un tant soit peu tirer, Free Fire aurait eu le format d'un court-métrage et la messe aurait été dite. Mais non, Wheatley s'acharne et le temps passe lentement, lentement ... D'aucuns seront sensibles au pseudo humour noir de l'ensemble. Moui, si l'on goûte ce genre d'un niveau sous-tarantinien. On peut en revanche compter le nombre de F... prononcés, cela constitue un dérivatif alternatif quand on se languit de trouver la sortie du cinéma.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top