Mon AlloCiné
Cézanne et moi
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne
2,4
28 titres de presse
  • Elle
  • Télé 2 semaines
  • Direct Matin
  • Femme Actuelle
  • Ouest France
  • Culturebox - France Télévisions
  • Première
  • aVoir-aLire.com
  • LCI
  • Positif
  • Voici
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Figaro
  • Libération
  • Le Dauphiné Libéré
  • Studio Ciné Live
  • La Voix du Nord
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • La Croix
  • L'Express
  • Les Fiches du Cinéma
  • Le Figaroscope
  • Sud Ouest
  • Le Parisien
  • Télérama
  • Cahiers du Cinéma
  • Les Inrockuptibles

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

28 critiques presse

Elle

par Edouard Dutour

Comment a-t-on pu ignorer si longtemps l’amitié qui unissait depuis l’enfance Paul Cézanne et Émile Zola, deux monuments de la culture française ? Séance de rattrapage dans les salles mercredi avec "Cézanne et moi", signé Danièle Thompson. Pour servir cette histoire bouleversante, la réalisatrice a choisi Gallienne et Canet, deux Guillaume ultra conquérants.

La critique complète est disponible sur le site Elle

Télé 2 semaines

par Maryvonne Ollivry

C’est peut-être très didactique et descriptif, mais le récit de presque deux heures, ponctué de flash-back dynamiques, reste fluide. L’ensemble est classique, soigné du point de vue des décors et de l’image.

La critique complète est disponible sur le site Télé 2 semaines

Direct Matin

par La Rédaction

Entre vérité et fiction, le drame propose une grille de lecture captivante de cette brouille passée à la postérité. Le film dégage également une réflexion intéressante sur ce qu’exige la création artistique. Enfin, si parfois les acteurs peinent à s’effacer pour incarner totalement leurs imposants personnages, ceux-ci distillent une belle alchimie à l’écran.

Femme Actuelle

par Valérie Beck

Une belle réflexion sur le statut d'artiste, portée par deux Guillaume en costumes, au diapason.

La critique complète est disponible sur le site Femme Actuelle

Ouest France

par Gilles Kerdreux

Le film aurait pu sombrer dans le didactisme ou la leçon d'histoire, mais Thompson filme l'amitié qui se brise par touches impressionnistes.

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

Danièle Thompson ne cherche pas à réaliser un film sur l’art, mais sur les rapports humains qui motivent deux êtres d’exception.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Première

par Vanina Arrighi de Casanova

Au coeur de ce tourbillon se dessine le portrait d'un peintre inaccompli, que Gallienne compose de manière inégale : parfois impressionnant et parfois trop exubérant, l'acteur du Français, plus présent que Canet à l'écran, finit par faire de l'ombre au tableau.

aVoir-aLire.com

par Claudne Levanneur

Une incursion étayée et intéressante dans la vie de deux artistes majeurs du XIXème siècle, malheureusement freinée dans sa magnificence par une réalisation inégale.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

LCI

par Marilyne Letertre

Si la mise en scène et la narration restent assez classiques, le duo d’acteurs, très investi, et l’intérêt même de cette amitié méconnue captivent. Pédagogique et raffiné, à défaut d’être original.

La critique complète est disponible sur le site LCI

Positif

par Fabien Baumann

Gallienne compose un artiste touchant dans un film ronflant. C'est finalement assez raccord.

Voici

par Lola Sciamma

Danièle Thompson tente le film d'époque qui fleure bon l'absinthe et filme ce lien indéfectible entre deux artistes comme une véritable histoire d'amour.

Le Journal du Dimanche

par Éric Mandel

Malgré un recours aux flash-back trop systématique et une facture classique, un film réussi.

Le Figaro

par Eric Biétry-Rivierre

Avec Gallienne et Canet, Cézanne et Zola montent donc sur le ring pour un affrontement devant la postérité. Las: ce match au sommet fait d'images d'Épinal s'épuise aussi vite qu'un calisson s'avale. On ne voit que les vedettes derrière leur maquillage.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Libération

par Judicaël Lavrador

Le film devient, à force, une espèce d’adaptation de scènes vues en peintures ou dans les documents d’archives que la réalisatrice reconnaît d’ailleurs avoir massivement consulté. Cette part décorative et l’hystérisation de la figure du génie qui est son corollaire (...) nourrissent ainsi une impression lancinante de déjà-vu.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Couleurs, paysages, costumes, accessoires, casting : tout est léché, rien ne manque. Sauf une vraie vision.

Studio Ciné Live

par Sophie Benamon

Gallienne et Canet inspirés dans un film déséquilibré.

La Voix du Nord

par Philippe Lagouche

Ici contés, de 1852 à 1899, leurs destins, leurs affres, et ceux de leurs proches pris en mains par des acteurs d’ordinaire plus justes. Sans doute souffrent-ils de déambuler dans des images d’Épinal, des reconstitutions dignes de téléfilms vermoulus (...).

La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

Le Monde

par Noémie Luciani

Voilà un beau projet, et une histoire mal connue et superbe, à laquelle on aurait aimé pouvoir se donner sans réserve pendant les presque deux heures que dure "Cézanne et moi". Qu’est-ce qui nous en éloigne donc ? Peut-être le montage impressionniste, dont les allers-retours entre les époques brouillent les correspondances plus qu’ils n’en génèrent, coupent les fils plus souvent qu’ils les nouent.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

L’indigestion guette. Sur le papier, "Cézanne et moi" paraît très éloigné des comédies bourgeoises concoctées ordinairement par Danièle Thompson, mais à l’écran, ça y ressemble pourtant.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

La Croix

par Corinne Renou-Nativel

Amoureuse de son sujet, Danièle Thompson n’échappe pas aux chausse-trappes du film historique : reconstitution trop apprêtée et souci consciencieux de tout relater, sans ligne directrice suffisamment forte pour charpenter l’ensemble.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

L'Express

par Eric Libiot

Cette critique est un peu ennuyeuse. Comme le film. Qui n'est pas mauvais non plus. Il est, comme souvent chez Danièle Thompson, trop repassé, trop sage, avec des boutons bien cousus et de l'herbe bien verte.

Les Fiches du Cinéma

par Marguerite Debiesse

Sans être indignes, réalisation et scénario manquent de l'acuité d'un point de vue réellement personnel.

Le Figaroscope

par Eric Biétry-Rivierr

La reconstitution est intéressante, mais le film moins. Là où le bât blesse, c’est l’interprétation. Passe encore pour un Zola/Canet très effacé (on se demande comment la colère du J’accuse a pu naître). Mais Gallienne est mal vieilli, son accent aixois approximatif, son dandysme naturel guère gommé. La rusticité de l’ermite du chemin des Lauves ne lui sied pas.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Sud Ouest

par Sophie Avon

L'amitié peut-elle résister à une telle différence de sorts quand on a tout partagé ? L'art est-il au-dessus des vanités ? L'art est-il plus grand que ceux qui le pratiquent ? Ce sont peut-être des questions que Danièle Thompson s'est posées quand elle a eu le projet de "Cézanne et moi". Mais elles se sont fondues à la pâte générale, pigmentée à mort mais inerte.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Bref "Cézanne et Moi" raconte une histoire siliconée. Ce n'est pas du cinéma, c'est du tuning. Dès lors une question se pose : Danièle Thompson n'aurait-elle pas misé sur les Oscars — son film figure dans la première sélection française ? Outre-Atlantique, c'est peut-être une toile. Chez nous, c'est une croûte.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Télérama

par Samuel Douhaire

Il y a dix minutes pas mal dans "Cézanne et moi" (...). Mais dès que Guillaume Canet (très mal à l'aise) et Guillaume Gallienne (en surchauffe) sont à l'écran, c'est la cata. (...) Et la réalisation, décorative, donne moins l'impression de regarder un film que de feuilleter la brochure d'un antiquaire hors de prix.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

par Gaspard Nectoux

On croise les doigts pour Cézanne et moi, qui aura toutes ses chances aux prochains Césars s’il est nommé dans les catégories « meilleure fausse barbe », « meilleur faux accent du Sud », et peut-être surtout « meilleure introduction subtile à un grand artiste », pour une de ces petites phrases qui ponctuent si souvent le film, au choix : « Tu as dit bonjour à Manet ? », « Et tu en penses quoi, Pissarro ? » ou « Hé, salut Morisot ! »

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

Zola est joué par un Guillaume Canet aussi expressif qu'un caillou dans un torrent provençal, Cézanne par un Guillaume Gallienne grimé en Jean-Claude Brialy dans "Le Genou de Claire", mais en moins drôle. (...) On se retrouve avec une croûte, même pas digne de figurer sur le couvercle en tôle d'un boîte de biscuits.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top