Notez des films
Mon AlloCiné
    Mekong Stories
    note moyenne
    3,3
    155 notes dont 20 critiques
    répartition des 20 critiques par note
    1 critique
    10 critiques
    5 critiques
    1 critique
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Mekong Stories ?

    20 critiques spectateurs

    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 1 049 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2016
    Le Mékong est un fleuve immense, immobile, rutilent, bordé de baraques de fortune, construites sur des pilotis, et plus loin, de tours bétonneuses, réservées pour les riches. C'est dans l'une de ces maison que le film se déroule. Vu vit avec ses frères et sœurs, et à la compagnie des jeunes, aux fêtes, il préfère regarder le monde à travers la focale d'un appareil photo. Un homme passe de temps en temps, le père peut-être, peu importe, pour apporter de l'argent, partager un repas. Bref, on ne comprend pas grand-chose de la place des uns et des autres, des liens de famille, ce que l'on sait surtout, c'est que ce fleuve, le Mékong, apparemment sage, apaisé, ne peut pas taire les drames silencieux qui se nouent dans ces maisons humides, rongées de pauvreté. Le film aurait pu être écrit par Cocteau. Il y a en effet quelque chose des Enfants Terribles du célèbre écrivain dans cette histoire intimiste qui met en scène des jeunes gens tiraillés par la solitude, la drogue, la prostitution, le rêve d'un ailleurs, et le désir. La photographie absolument magnifique accompagne le récit sensuel de ces adolescents dans un écrin suave de lumière et de verdure. Le film est tourné à la façon d'une peinture impressionniste. L'étalonnage joue sur les reliefs, les filtres, et donne ainsi aux images la sensation d'une aquarelle où chaque objet, chaque espace de peau, chaque visage irradient de couleurs. La sensualité, jamais agressive, s'immisce autant dans les échanges de regards, la gestualité des corps, que les scènes de repas où les fruits et les plats abondent de poésie. "Mékong story" est un film qu'il faut savourer au rythme de l'écoulement de l'eau, sans chercher à reconstituer le début et la fin, en se contentant simplement de saisir l'instant. En cela, "Mékong Story" est un film profondément asiatique. Ni sage, ni violent, à la manière du fleuve qui inonde le récit, il raconte la détresse d'une certaine jeunesse, condamnée à errer, à rêver un ailleurs, à espérer la richesse, tout en s'adonnant résolument à la nécessité de l'amour.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 360 abonnés Lire ses 2 878 critiques

    1,0
    Publiée le 20 avril 2016
    Mekong Stories ou le film sans queue ni tête et prétentieux qui se veut libertaire en montrant des jeunes assoiffés de liberté en tentant de braver les interdits. Mais les limites de ces jeunes, semblent dépasser dans notre Europe Occidentale. Leur chemin de vie nous laisse une image cheap et sans sens. C’est peut-être la définition de ce film : le non-sens. Les séquences s’enchaînent sans suite logique et le montage aurait été différents qu’il en aurait été de même : un vrai bordel. Les acteurs ne se même pas à la hauteur de ce schmilblick. Voici un film de caricature qui tombe sans arrêt dans l’extrême et n’assume pas ensuite. Les scènes de violences sont barbares par exemple. Mais les scènes qui suivent abandonnent l’idée de cette dureté et passe à autre chose. Finalement, on a l’impression que le réalisateur se donne un genre esthétique et original, mais plagie en fin de compte de nombreux cinéastes. On en connaît un autre qui fait ça, mais Phan Dand Di lui ne justifie jamais ses pseudos séquences artistiques. Bref Mekong Stories est un fourre-tout qui échoue à chaque seconde. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    Tumtumtree
    Tumtumtree

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 374 critiques

    4,5
    Publiée le 23 avril 2016
    Superbe voyage dans un pays rare au cinéma : le Vietnam. La mise en scène est superbe, tout comme la bande originale. Le cinéaste nous plonge dans une immersion fragmentaire de son pays dont on découvre mille détails, depuis les fruits exotiques qu'on y mange jusqu'aux paysages de ville et de campagne qu'on y parcourt, en passant par la langue qu'on n'entend pour ainsi dire jamais sur grand écran. On reste dans le flou concernant les personnages principaux dont quantité de motivations restent incertaines. Mais ce n'est franchement pas le propos du réalisateur qui préfère composer un caléidoscope de sensations visuelles, sonores, tactiles et gustatives où les amoureux du cinéma et de l'Asie prendront plaisir à se perdre.
    MemoryCard64
    MemoryCard64

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 375 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mai 2016
    Le Vietnam est un pays que je ne connais qu'à travers son conflit avec les États-Unis. J'étais donc plus que partant pour découvrir une culture qui m'est totalement inconnue sous l'angle de l'arrivée à l'âge adulte. Si David Lynch filmait un rêve avec Blue Velvet, il est évident que Dang Di Phan filme des souvenirs avec Mékong Stories. L'ensemble est volontairement décousu et enchainent les scènes sans faire de véritable lien entre elles. Le spectateur ne perçoit que des fragments la vie de ce groupe d'amis, des scènes que l'on pourrait juger ordinaires mais qui forment pourtant l'essentiel de l'histoire. Il semblerait que pour le réalisateur l'intérêt ne réside pas dans le contexte social pauvre dans lequel évoluent les personnages. Ce serait au contraire ce que ces jeunes adultes vivent individuellement qui compte : leurs combines pour se faire de l'argent, leur intimité (parfois mise à mal), leurs discussions au coin du feu et ainsi de suite. Dire que ce sont ces instants futiles qui resteront permet au cinéaste de poser un regard nostalgique sur ce qui est filmé. La photographie est entièrement dédiée à ce sentiment. Dang Di Phan travaille beaucoup les espaces vides dans ses plans, réduisant souvent les personnages à des silhouettes pour mieux les replacer dans un environnement familier mais changeant. De plus, le cinéaste entretien un rapport particulier avec l'eau. Le climat du Vietnam est bien entendu différent de celui de la France, et cela se ressent à l'image. Les murs, toujours humides, ont une façon particulière de renvoyer la lumière, parfaitement mise en valeur par l'artiste (notamment dans l'usine au tout début). Le fleuve, quant à lui, offre un cadre original à l'histoire, tout en étant une métaphore des chemins qui s'offrent au personnages. Enfin, la pluie (et la boue, aussi) reviennent à plusieurs reprises au services de métaphores simples mais efficaces. L'autre photographie, celle pratiquée par le personnage, a également son importance au niveau du sentiment nostalgique de l’œuvre, mais elle devient rapidement secondaire, ne revenant qu'à la toute fin. Cette conclusion est d'ailleurs surprenante, puisqu'elle met en évidence le fait que les thèmes de la drogue, de la prostitution et de l'homosexualité, qui gravitaient autour du film sans jamais devenir un enjeu principal, prenaient une tournure de plus en plus dramatique, dont les spectateurs n'avaient pas forcément conscience. Le dernier plan est assez cru, et pose la question "comment en est-on arrivé là ?". Mais le spectateur est étrangement apaisé par le générique de fin, composé de bruits de la forêt. Mékong Stories est donc un film qui traite brillamment du thème du souvenir à travers ces jeunes qui tentent de se faire une place dans une société vietnamienne partagée entre ce qu'elle a été et ce qu'elle est en train de devenir. On retrouve une séparation similaire dans la bande-son, composée à la fois de cordes pincées et de sonorité électroniques, qui étrangement confèrent à l'ensemble possède un côté très aérien et relaxant.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 156 critiques

    1,5
    Publiée le 25 avril 2016
    Si certaines images sont indéniablement magnifiques, Mekong Stories manque ou bien de poésie ou bien d'actions. Ces déambulations familiales et homosexuelles peinent à éveiller l'attention et les personnages, mal dessinés, sont fades.
    Joëlle Couquiaud
    Joëlle Couquiaud

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 10 novembre 2015
    Un film très puissant qui nous immerge dans une culture dépaysante merveilleusement filmée . Et pourtant nous sommes tous frères humains dans nos émotions ou nos souffrances. Ce n'est pas un film facile, avec ellipses, ruptures, symboles, mais une découverte passionnante du cinéma vietnamien
    Prométhée
    Prométhée

    Suivre son activité Lire ses 97 critiques

    2,5
    Publiée le 2 mai 2016
    Mekong stories révèle quelques pépites indéniables, comme cette scène où la passion fiévreuse des corps enlacés se mêle à la mangrove luxuriante, humide et sombre, du delta du Mékong. Mais malgré une mise en scène parfois inventive et poétique (avec laquelle s'accorde la chouette musique de Louis Warynski), le film pêche par de nombreuses scènes inutiles (mais à quoi servent bien ces scènes de danse?) et un scenario qui survole les personnages, en particulier féminins. Quid de celle dont on aurait pu penser – comme le laissait d’ailleurs supposer l’affiche du film– qu’elle servirait de pierre angulaire à une relation triolistique, et que l’on aperçoit à peine ? Car en réalité le réalisateur ne semble s’intéresser qu’aux hommes, scrutant leurs corps dénudés, leurs instincts et désirs assouvis, et laisse les femmes à un rôle subsidiaire, domestique et reproductif.
    Felipe Dla Serna
    Felipe Dla Serna

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 221 critiques

    3,0
    Publiée le 21 avril 2016
    Étrange film qui met en valeur prioritairement l'esthétique, où les silences parlent plus que les dialogues. Très oriental de ce point de vu-là. Des jeunes insouciants qui vivent et se laissent traîner doucement, ou moins doucement, dans les plaisirs sensuelles d'amitié et des drogues... En quête de sa propre identité sexuelle....
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 930 critiques

    3,5
    Publiée le 24 avril 2016
    Le cinéaste se perd parfois un peu entre ces deux pôles – onirisme et réalisme – mais sa mise en scène reste toujours sur un équilibre élégant. LA SUITE :
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 965 abonnés Lire ses 3 183 critiques

    3,0
    Publiée le 1 mai 2016
    Au coeur du changement de société et de valeurs, Mékong Stories capte l'air du temps au Vietnam avec sensualité et langueur dans un récit à la trompeuse linéarité qui finit par nous égarer. Les images sont superbes mais comme la structure narrative est plutôt confuse, on n'admire plus qu'elles au détriment de leur signification. Jeunesse de Saïgon en quête de repères, certes, et recherche de plaisirs immédiats mais paradoxalement c'est l'absence de regard que l'on regrette avec cet esthétisme poussé dans ces retranchements.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 477 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    1,0
    Publiée le 7 juin 2016
    Il y a une vingtaine d’années, j’ai vu « L’Odeur de la papaye verte ». C’était mon premier film vietnamien. En ce temps-là, les cinémas du monde peinaient à trouver un chemin jusqu’à nos écrans. Je me souviens de mon émerveillement devant des films aussi exotiques que le malien « Yeelen » ou le finlandais « Ariel ». Je me souviens aussi que j’avais somnolé la moitié du temps devant un film esthétiquement envoûtant… mais mortellement ennuyeux. C’est un peu le même sentiment – et la même somnolence – qui s’est emparé de moi devant « Mékong stories ». Sauf que, hélas, vingt années de cinéphilie et la considérable ouverture du paysage audiovisuel aux filmographies les plus exotiques ont annihilé la curiosité que m’avait inspirée à l’époque « L’Odeur de la papaye verte ». L’intrigue de « Mékong stories » – traduction en français (sic) de « Cha và con và » qui signifie littéralement « Père et fils et » – est passablement complexe. On suit mollement une bande de jeunes Vietnamiens dans la moiteur de Saïgon et de la campagne environnante. Vu photographie ; Thang deale ; Van danse. Vu est amoureux de Thang ; Thang couche avec Van ; Van n’aime personne sinon elle-même. Vous n’avez rien compris ? Moi non plus ! Rendormez-vous !
    Boby53
    Boby53

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 129 critiques

    3,0
    Publiée le 30 avril 2016
    Film sympa, avec de beaux plans sur les paysages vietnamiens, personnages attachants, représentatifs? C'est peut-être là le seul "bémol". A voir.
    hommecinema
    hommecinema

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 135 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juin 2016
    Le film est composée d'autant de récits si différents, mélangés les uns avec les autres, que c'est impossible de les diviser sans briser la fascinante trame que le réalisateur a crée. Cependant, s'il était possible, on dirait qu'il y a trois histoires principales: Un ado, son père et le fleuve. Vu habite dans le bidon-ville qui borde le Mekong. Le soir il retrouve ses amis et ils parlent de sujets qui passent de la pure vanité, comme l'achat du nouveau iPhone, à la misère, comme considérer d'accepter la subvention donné aux hommes qui acceptent se faire une vasectomie. La photographie c'est la plus grande passion de Vu. Grâce à son caméra on peut capturer le Vietnam urbain de nos jours, mais aussi son objet de désir, son ami Chang. Il nous manque, bien sur, le Mekong, le grand protagoniste. Le fleuve qui ensemble tous les composants du film. L'épine dorsale de l'Indochine. C'est grâce à lui que les partie de la ville et de la forêt se diluent sans avoir besoin d'une narration linéale. D'un coté il y a des éléments de la nature dans un cadre urbain, comme la pluie qu'on attend tomber contre les toits métalliques des baraques, tout au début du film. De l'autre coté, on a aussi des éléments urbains dans le cadre naturel, comme le spa ringard en pleine forêt où les mafieux étrangers se donnent rendez-vous. Mekong stories sont, en résumé, plusieurs récits et styles qui, comme les rivières, se jettent dans un grand fleuve composé de plusieurs courants si fascinants que puissants.
    BigDino
    BigDino

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 473 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juin 2016
    Le film est un ensemble de pièces à accoler ensemble pour dresser le portrait d'une jeunesse désabusée qui tente d'émerger et d'affirmer leur différence dans un milieu difficile. La peinture d'un Viêt-nam en train de s'ouvrir au monde extérieur est assez saisissante. En revanche, une mise en scène tape-à-l'oeil fait perdre beaucoup en sincérité au propos, même si l'opposition entre les scènes montrant l'ancienne et la nouvelle tradition est assez sympa.
    Marc Ange
    Marc Ange

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 47 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juin 2016
    Je comprends qu'on puisse ne pas apprécier, peut-être pour son étrange fin, mais moi j'ai beaucoup aimé. De belles image, beaucoup de sensualité et un certaine émotion..,
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top