Mon AlloCiné
Happy End
Note moyenne
2,6
35 titres de presse
  • Bande à part
  • Critikat.com
  • Dernières Nouvelles d'Alsace
  • Ecran Large
  • LCI
  • Le Journal du Dimanche
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Humanité
  • Télérama
  • Transfuge
  • Femme Actuelle
  • Le Nouvel Observateur
  • Paris Match
  • Positif
  • Première
  • Sud Ouest
  • Voici
  • aVoir-aLire.com
  • Culturebox - France Télévisions
  • La Croix
  • La Voix du Nord
  • Le Dauphiné Libéré
  • Le Figaro
  • Le Monde
  • Le Parisien
  • Les Inrockuptibles
  • VSD
  • Cahiers du Cinéma
  • Culturopoing.com
  • La Septième Obsession
  • Le Journal du Dimanche
  • L'Express
  • Libération
  • Studio Ciné Live
  • Télérama

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

35 critiques presse

Bande à part

par Olivier Bombarda

Haneke joueur, brillant, cinglant : le maître autrichien est de retour avec un film noir, aux accents de comédie grinçante.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Critikat.com

par Maël Mubalegh

Mais à travers ce point aveugle du film, il nous renvoie sans doute à l’illusion de toute fiction bourgeoise : attribuer à chacun la place qu’il mérite dans la hiérarchie du monde.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Dernières Nouvelles d'Alsace

par La Rédaction

La vie et la mort sont encore les ressorts dramatiques de ce subtil Happy end, qui apparaît comme la suite d’ Amour, cet amour à mort. Le vieil homme brisé – un grand Jean-Louis Trintignant saisissant, d’autant plus bouleversant qu’on le sait aujourd’hui atteint d’un cancer – à son tour veut mourir.

La critique complète est disponible sur le site Dernières Nouvelles d'Alsace

Ecran Large

par Chris Huby

"Happy End" continue l'oeuvre d'Haneke sans pour autant proposer ici une accroche facile. Il s'agît d'un film exigeant, qu'il faudrait idéalement regarder plusieurs fois pour en comprendre les interstices. D'apparence austère, le film se veut accrocheur dans ce qu'il propose à une époque où les jeunes spectateurs sont isssus d'une génération qui a beaucoup de facilités dans les mains. Entre moyens de communication intenses et fin des échanges directs, il est évident qu'Haneke tente de montrer que notre monde ne cesse de s'écrouler via une autodestruction programmée.

La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

LCI

par Jérôme Vermelin

Ce jeu de massacre, Michael Haneke l’orchestre avec un plaisir non dissimulé, la beauté de la lumière et des cadres du chef opérateur Christian Berger contrastant avec les noirs desseins de ses protagonistes.

La critique complète est disponible sur le site LCI

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

POUR : Chaque cadrage pose en soi une question profonde et stimulante du point de vue du spectateur. Un grand Haneke.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Les Fiches du Cinéma

par Cyrille Latour

Une œuvre ironique d’une grande actualité.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

L'Humanité

par Dominique Widemann

À la manière d’un maître peintre revenant à ses motifs, Michael Haneke délivre l’essentiel. Pas de caricature, un diagnostic.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Télérama

par Frédéric Strauss

POUR : Un film d’une lucidité tranquille, jamais sentencieuse, sur une perte généralisée des repères.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Transfuge

par Damien Aubel

Haneke est de retour avec ce "Happy End". Où il confirme sa veine de grand tragique.

Femme Actuelle

par Amélie Cordonnier

Un drame bourgeois glaçant avec un Jean-Louis Trintignant magistral.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

Jamais ce père Fouettard de Haneke ne s'est montré aussi goguenard que dans ce film au goût d'inachevé. Mais la mise en scène au cordeau et la relation entre la gamine et le vieux restent d'une intelligence et d'une cruauté tout hanékiennes.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Paris Match

par Yannick Vely

Michael Haneke [désoriente] même les fans les plus transis avec ce film-somme qui revisite les grands thèmes de sa filmographie sans trouver le point d’équilibre entre l’autocitation et une nouvelle fiction.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Positif

par Eithne O'Neill

Même s'il n'est pas nécessaire de le savoir pour apprécier cette satire aux allures de thriller glaçant, "Happy End" représente un retour aux sources thématiques, viscérales et radicales.

Première

par Gael Golhen

Il y a aussi des moments de cinéma très impressionnants où l’Autrichien met son art de la mise en scène géométrique et glaçante au service de sa fable destroy. La vérité, c’est qu’on ne voit rien de tout ça. Parce qu’il n’y a que Trintignant.

La critique complète est disponible sur le site Première

Sud Ouest

par Sophie Avon

On a connu Haneke plus cruel, plus tendre, plus philosophe. Mais sous le glacis de ce récit éclaté, il manifeste une acuité toute particulière à saisir l’impossible empathie des êtres, l’enfermement sur soi et l’obscénité de situations qui ne nous font même plus réagir.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

Voici

par La Rédaction

Un drôle de film "mal aimable", comme un best of subliminal de l'oeuvre du cinéaste autrichien.

aVoir-aLire.com

par Alexandre Jourdain

Petit jeu de massacre en territoire bourgeois aussi réflexif que stérile.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

On reconnait les obsessions du cinéaste autrichien : l’enfance sadique, la passion dans la douleur, l’oppression familiale, l’approche du trépas… On a l’impression d’avoir déjà donné.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

La Croix

par Arnaud Schwartz

L’auteur oscarisé d’Amour livre un film peu convaincant sur une famille pleine de névrose.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

La Voix du Nord

par Philippe Lagouche

Sa bonne conscience en bandoulière, Haneke retrouve la forme glaciale de ses débuts, mais donne l’impression de tourner en rond.

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Fidèle à sa manière et à ses thématiques, Haneke passe au scalpel l’hypocrisie et la perversion sociales, et il a la dent dure, même si, dans le plaisir qu’il prend manifestement à faire saigner là où ça fait mal, sa main apparaît ici un peu lourde et répétitive.

Le Figaro

par Etienne Sorin

Refus de la psychologie, art de l'ellipse, variété des régimes d'images (smartphone, caméra de vidéosurveillance), Haneke ressort sa panoplie pour poser un regard morne sur une humanité médiocre et névrosée. Mais le pessimisme n'est pas une vertu.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Monde

par Jacques Mandelbaum

Bref, tout va pour le mieux dans le pire des mondes hanekiens, dont on a relativement peu de peine à se persuader qu’il ne saurait être le nôtre (mais peut-être avons-nous tort ?), en quoi le film manque son but.

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

A Cannes cette fois-ci, la majorité de la critique a fait une overdose. Comme si elle feuilletait avec "Happy End", du cinéaste autrichien Michael Haneke, l'agaçant manuel du parfait petit Haneke illustré. C'est un peu exagéré et pourtant ce n'est pas faux non plus.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Inrockuptibles

par Théo Ribeton

Récit choral sur une famille de bourgeois flirtant tous avec la pulsion morbide (matricide aux médocs par la petite dernière, tendances suicidaires du papi, vertiges autodestructeurs du fils mal-aimé, etc.), le film a tout pour dérouler l’ordinaire hanekien dans toute sa froide horreur.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

VSD

par Bernard Achour

Après un cinglant prologue, les mésaventures intimes de sa famille bourgeoise confrontée à une crise majeure ne dépassent guère le stade du catalogue de petites névroses platement moralisatrices.

Cahiers du Cinéma

par Joachim Lepastier

Michael Haneke se serait-il pris pour un super-héros ? On est en droit de se le demander tant Happy End tient de la visite du « Haneke cinematic universe ».

Culturopoing.com

par Enrique Seknadje

Haneke est pesant et davantage qu’auparavant. Il est obtus et il ressasse.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

La Septième Obsession

par Claire Micallef

On n’attendait rien d’autre, malgré son titre aux résonances heureuses, donc ironiques, que de prendre une douche froide devant le dernier film de Michael Haneke.

Le Journal du Dimanche

par Barbara Théate

CONTRE : On s’ennuie ferme devant cette chronique qui parle beaucoup pour ne pas dire grand-chose.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

L'Express

par Christophe Carrière

(...) Haneke fait son malin, plus que du cinéma. C'est ennuyeux et embarrassant.

Libération

par Marcos Uzal

En s’essayant à la satire sociale sur un ton plus léger mais toujours sinistre, Haneke se caricature sans rencontrer son sujet.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Studio Ciné Live

par Thomas Baurez

Pas subtil du tout et - cynisme oblige - ne cherchant jamais à l'être. A vouloir bien faire, Haneke dévitalise son film.

Télérama

par Samuel Douhaire

CONTRE : En matière de satire de la bourgeoisie, Buñuel et Chabrol étaient plus percutants et, surtout, moins sinistres. Les scènes qui se voudraient provocantes, à l’instar des échanges Facebook salaces entre Matthieu Kassovitz et sa maîtresse, sont grotesques.

La critique complète est disponible sur le site Télérama
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top