Notez des films
Mon AlloCiné
    La Chute de l’Empire américain
    note moyenne
    3,9
    1030 notes dont 115 critiques
    répartition des 115 critiques par note
    19 critiques
    50 critiques
    34 critiques
    5 critiques
    2 critiques
    5 critiques
    Afficher toutes les critiques
    Votre avis sur La Chute de l’Empire américain ?

    50 critiques de 4 et 4,5 étoiles

    Revo67
    Revo67

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 175 critiques

    4,5
    Publiée le 28 mars 2019
    C'est excellentissime, intelligent, pertinent et très bien interprété. Sur fond de film policier ,on retrouve tous les sujets bouillants sur le clivage social et le pouvoir de l'argent. Magnifique et touchant.
    Bicheyrejp
    Bicheyrejp

    Suivre son activité Lire ses 24 critiques

    4,5
    Publiée le 6 mars 2019
    Dès les premiers dialogues j’ai accroché dans l’histoire. Je n’avais pourtant pas vu les précédents films de ce réalisateur dont celui-ci clôt la trilogie. J’ai donc porté un regard neuf et amusé sur cette histoire pas très morale mais rondement menée. Tous les acteurs sont formidables, ce héros philosophe au grand cœur, son amoureuse au vécu sulfureux mais à la belle âme, ce sorti de prison finalement honnête et cet avocat sympathiquement cynique. N’oublions pas les flics moralistes mais humains, quant aux vrais voyous, ils ont la fin qu’il méritent ! Le rythme de ce film nous laisse à peine respirer et nous ne connaissons pas l’ennui à travers tous les rebondissements de cette histoire des temps modernes.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 654 abonnés Lire ses 3 177 critiques

    4,5
    Publiée le 21 février 2019
    Le plaisir d'un récit rondement mené et riche en ruptures de ton. C'est cela avant tout La chute de l'empire américain qui, malgré son titre, n'a rien d'une suite du mythique Le déclin de l'empire américain et des Invasions barbares. Denys Arcand aurait d'ailleurs pu reprendre le titre d'un de ses (savoureux) premiers films ; La maudite galette. L'argent et la quête obsessionnelle des hommes pour en avoir toujours plus, tel est le thème limpide de cette chronique sociale qui se déguise parfois en polar nerveux voire en comédie romantique, soit un cocktail de genres comme l'ont souvent été les longs-métrages du cinéaste québécois comme les méconnus et brillants Jésus de Montréal et De l'amour et des restes humains. Ne pas oublier également que Arcand a réalisé quelques documentaires marquants en ces jeunes années et qu'il reste le dernier des metteurs en scène de sa province de la "vieille" école, reconnue pour son ironie et don humour décapant (les noms de Gilles Carle et de Claude Jutra, par exemple, ne disent sans doute rien à beaucoup de spectateurs de La chute de l'empire américain). Le film d'Arcand utilise à son profit le cynisme de ses personnages et de son époque avec un effet boomerang, d'une exquise causticité, en égouttant des stéréotypes et des archétypes (les flics, l'homme d'affaires, l'escort, l'employée de banque, les délinquants ...) comme des serpillères pour en tirer les vers d'une comédie ô combien humaine. Mais fondamentalement, au-delà de son aspect moraliste et goguenard, constantes du cinéma d'Arcand, c'est l'architecture narrative qui séduit ainsi que sa manière satirique, volontairement candide. In fine, la seule valeur qui trouve grâce aux yeux du réalisateur dans le monde d'aujourd'hui, c'est l'amour. Il est vrai que la plastique affolante de la sublime Maripier Morin aurait de quoi faire oublier à beaucoup la couleur de l'argent.
    circusstar
    circusstar

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 558 critiques

    4,0
    Publiée le 8 avril 2019
    C’est une excellente comédie, c’est drôle, l’histoire est franchement bien écrite. Les acteurs et actrices sont excellents. Les situations sont cocasses. J’ai vraiment été emballée par ce film.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 1 011 critiques

    4,0
    Publiée le 6 mars 2019
    Bien loin de l’ambition manifestée par son titre grandiloquent, ce film n’en est pas moins une aimable réflexion sur l’état de notre société occidentale qui privilégie les valeurs matérielles (l’argent ou l’amour tarifé) au détriment de qualités plus élevées comme l’intelligence ou la bienveillance, l’amour ou la générosité. Commençant comme un film intimiste et bavard, se poursuivant par une étonnante séquence de thriller, l’intrigue se continue sur un rythme quasi pépère entre une enquête policière bon enfant, une bataille de voyous sanguinaires - mais pas trop -, et une histoire d’amour entre le héros (Alexandre Landry, très juste) et la belle Aspasie (Maripier Morin, au sourire angélique !). Les scènes très drôles alternent avec des moments plus vifs, les dialogues sont souvent percutants. Quelques baisses de rythme font regretter un montage trop complaisant et manquant de mordant. Rien de grave cependant.
    frederic T.
    frederic T.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 50 critiques

    4,0
    Publiée le 26 février 2019
    La scène d’ouverture est bouleversante et annonce immédiatement le sujet du nouveau film de Denys Arcand. Une rupture ordinaire entre Pierre-Paul et Linda, jeune couple désespéré de ne plus s’aimer, de ne plus pouvoir aimer – surtout lui – parce que trop oppressé, trop opprimé par l’absurdité de cette Amérique, corrompue et obsédée par le pouvoir de l’argent.... Puis ce qu’on croyait être qu’un simple drame social se transforme bientôt en polar façon Tarantino avec un braquage raté et violent, dont Pierre-Paul va tenter de profiter et de faire profiter.... Commence alors un chassé-croisé avec les inspecteurs chargés de l’enquête et les acolytes de Pierre-Paul, un ancien détenu et une escorte-girl dont il tombe vite amoureux... Le polar se teinte alors de comédie sentimentale, et avec les péripéties de cette bande de receleurs malgré eux, on n’est parfois pas très loin des comédies des frères Cohen... Mais Denys Arcand garde le cap de la satire politique et dresse avec une mécanique bien huilée et des dialogues savoureux, un réquisitoire implacable sur le pouvoir et la toxicité de la finance et ce capitalisme débridé qui laissent littéralement sur le trottoir les éclopés et les exclus du système (qu’il montre sans fard pour conclure son propos.) C’est corrosif, décapant, révoltant, mais vraiment réjouissant.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 494 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    4,5
    Publiée le 24 février 2019
    Ce film est particulièrement excellent à tous les niveaux. C'est passionnant, c'est bien réalisé et bien joué, aucun moment d'ennui pendant deux heures. Cette histoire est audacieuse, réaliste, dénonciatrice du pouvoir de l'argent. Ce film réussit parfaitement ses deux missions : divertissement et réflexion.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 685 critiques

    4,0
    Publiée le 22 février 2019
    Mais pourquoi le québécois Denys Arcand éprouve-t-il le besoin de donner à ses films des titres grandiloquents ? C’est d’autant moins pertinent que les intrigues ne s’accordent généralement pas à autant d’emphase. Quoi qu’il en soit, après « Le Déclin de l’Empire américain » (1986) et « Les Invasions barbares » (2003), voici « La Chute de l’Empire américain » ! Oublions ces titres peu adéquats. Les contenus des films restent, eux, plutôt alléchants et le film qui sort aujourd’hui est peut-être le plus captivant des trois. Nul doute, Denys Arcand est en pleine forme du point de vue des trouvailles de scénario et de mise en scène. Ou, plus exactement, il brille par la qualité des personnages qu’il a imaginés et, en particulier, de deux d’entre eux. Ce sont eux qui donnent du caractère au film en engendrant de multiples surprises. L’histoire que met en scène le réalisateur n’est pas d’une folle originalité mais les personnages, eux, le sont et c’est grâce à leur présence que le film fascine. L’intrigue se base sur une histoire de braquage qui tourne mal, ce qui n’a rien d’inédit au cinéma. Mais, et c’est à cause de cela que le film suscite l’intérêt, par un concours de circonstances, les millions de dollars canadiens dérobés se retrouvent en possession d’un livreur qui passait par là, à ce moment précis. Ce livreur, prénommé Pierre-Paul (Alexandre Landry), c’est lui le personnage central et c’est lui qui, par excellence, échappe aux conventions du genre et à tous les clichés. C’est un personnage étonnant, en effet, créant toujours la surprise. Il donne au film un ton et une originalité qui font mouche. Citant volontiers les grands philosophes, livreur de profession, bénévole dans une association d’aide aux sans-abris, ne refusant jamais de donner la pièce à ces derniers quand il les croise, il n’imagine pas moins tout un stratagème pour mettre en sécurité le magot dont il s’est emparé à la faveur des événements. Pour ce faire, il trouve un soutien de poids en la personne de Sylvain Bigras (Rémy Girard, vétéran des films de Denys Arcand), un ex détenu qui en a profité pour étudier le droit fiscal et imaginer des combines pour mettre à l’abri de grosses sommes d’argent. Le personnage est plus conventionnel. Mais quelqu’un d’autre se joint à ce duo, en la personne d’une call girl (Maripier Morin) qui se fait nommer Aspasie, du nom d’une courtisane de l’antiquité grecque. Or cette prostituée de luxe, d’un charme redoutable, que Pierre-Paul a pu faire venir à son domicile grâce à l’argent dont il s’est emparé, révèle, elle aussi, des facettes inattendues, surprenantes chez quelqu’un de cette sorte. Non seulement ce n’est pas seulement le profit qui l’intéresse, mais elle se montre même capable d’une générosité qui interpelle. spoiler: Le film trouve ainsi son point d’orgue, lorsqu’un sdf, muet de stupeur du fait de la prodigalité dont il est le bénéficiaire, est longuement étreint par la belle Aspasie . Rien que pour cette scène, ce film mérite d’être applaudi !
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 647 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mars 2019
    On parle d'une trilogie mais la logique reste lointaine; seul l'acteur Rémy Girard fait le lien avec les précédents films. C'est par contre en lui-même un thriller philosophique contemporain efficace que Denys Arcand nous offre là. L'histoire entre les deux jeunes comédiens (Alexandre Lamy et Maripier Morin, excellents) tient la route, malgré un côté bleuette, un peu trop gentil. Une réflexion parcourt ce thriller autour de la question de l'argent spoiler: (qu'en faire, quand il provient d'un hold-up raté, avec tous les risques encourrus?) , ce qui le nourrit de profondeur tout en opérant des pauses dans un rythme qui, du coup, semble insuffisamment soutenu. L'insistance sur l'esprit de solidarité est par contre amenée assez lourdement, avec une dimension moraliste finale qui entre quelque peu en contradiction avec les moyens employés précédemment spoiler: (surtout après qu'on nous ait infligé la vision pénible d'un acte de torture et de quelques crimes) . On navigue donc entre cynisme absolu et intention de bienfaisance: un mélange douteux qui donne son caractère spécial au film, agrémenté d'une série de "dénonciations" au passage spoiler: (parmi lesquelles la corruption de la police et de l'Etat) . Globalement, bien qu'il prenne son temps, cette "CHUTE" est une réussite.
    SebLefr3nch
    SebLefr3nch

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 585 critiques

    4,0
    Publiée le 13 mars 2019
    Denys Arcand revient avec un film qui est un véritable état des lieux du capitalisme et comme notre monde fonctionne. Grâce à une histoire pleine de métaphores dans les personnages, on comprend comment notre société est "gérée" et comment elle évolue vers l'enrichissement des plus riches et l'appauvrissement des plus pauvres. Entre coupé de citations de philosophes et de situations loufoques, le film est un véritable régale même s'il fait froid dans le dos. La réalisation est bien menée même si elle manque de rythme par moment. Les acteurs sont très bons et se donnent le répondant. Denys Arcand signe un très bon film a ne pas oublier !
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 880 critiques

    4,0
    Publiée le 24 février 2019
    J’arrive au troisième opus de la trilogie sans connaitre (sinon de nom) les deux premiers. Honte à moi ! Immersion agréable dans le cinéma québécois qui, du moins pour ce qui arrive à l’occasion sur nos écrans, m’a toujours fait bonne impression. Dialogues en français, tonalité Québec en version originale : nos oreilles ont un peu de mal au début à s’adapter à cette sonorité et diction très particulière de nos cousins en francophonie. Mais on s’y fait au bout de quelques minutes et ça participe ensuite à notre plaisir. Les SDF – sans domicile fixe – devenus sans abri chez nous pour faire politiquement correct, sont là-bas des itinérants. Comme c’est joliment dit. On pénètre dans la société canadienne, ses codes, son système social, ceux qui sont exclus, ceux qui galèrent, ceux qui profitent. Quel étonnement de voir qu’un (sympathique au deuxième abord) repris de justice est accompagné chaque jour de sa cellule à l’université pour suivre un cours d’un programme de « scolarité sans baccalauréat » (sic). Le butin récupéré par hasard de ce casse par un Robin des Bois sera prétexte à décrire sur un ton badin et ironique la société canadienne et de réaliser une critique acerbe du monde opaque de la finance. C’est une fable sociale dans laquelle moralité et immoralité alternent. Vers la fin, un dialogue nous prévient : ça va finir par une révolution tout ça. Prémonitoire ? Maripier Morin (comprendre Marie-Pierre, ah ces québécois !), en Camille Lafontaine (un nom bien de là-bas), eh ben dites-donc ! Animatrice de télé de son état au Québec, on espère grandement qu’elle se fasse de nouveau repérer pour le grand écran car elle a le talent pour.
    PaulGe G
    PaulGe G

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 607 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2019
    délicieusement amorale, merveilleusement jubilatoire, les comédiens aidés par une mise en scene limpide et virevoltante s'en donnent a coeur joie dans ce thriller financier de haut vol. pas une seconde de perdue malgré la durée (plus de deux heures) mais un évitable bonheur de cinéma qui ne se prend pas le tète et qui sous des couverts de comédie nous plonge dans le milieux pas tres reluisant de la finance .ça fait du bien la comédie , la bonne comédie.
    AZZZO
    AZZZO

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 316 critiques

    4,0
    Publiée le 18 mars 2019
    Pas facile d'évaluer la valeur d'un film dont l'objet est justement de questionner nos hiérarchies et nos valeurs. Denys Arcand questionne ici la complexité de relation entre la morale et l'argent. Certes, quelques situations sont totalement improbables voire caricaturales mais cette simplification du monde sert le propos du réalisateur en donnant de la drôlerie et du détachement au film. Dans la lignée du Déclin de l'empire américain et des Invasions barbares. Un film amusant et malin.
    andika
    andika

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 307 critiques

    4,0
    Publiée le 6 mars 2019
    Tout le monde connait le fameux proverbe qui énonce que l'argent ne fait pas le bonheur. Et bien ce film montre totalement l'inverse. De la manière la plus cynique possible. De la plus hypocrite aussi. Mais c'est drôle ! Après Le Déclin de l'empire Américain, et les fantastiques Invasions barbares en 2003, Denys Arcand conclut sa trilogie en abordant le thème de l'argent. Le bon vent du Québec nous amène une fois de plus beaucoup d'humour et surtout ce français suranné chez nous mais vivace chez eux. On déplora parfois l'absence de sous-titre lors de certains dialogues où ça va très vite, ou bien même lorsque les expressions employées nous sont totalement étrangères ! On suit les aventures de Pierre-Paul, docteur en philosophie de son état et qui occupe un emploi de chauffeur livreur. Philosophe, il l'est clairement, tant il a une réflexion sur la vie. Pour lui, l'intelligence est un handicap. De plus, il ressent un responsabilité envers son prochain. Ne manque jamais une occasion de faire de la charité. Mais ses belles valeurs vacillent lorsqu'il s'agit de profiter d'un braquage qui tourne mal. Le tout est de savoir si la fortune qui lui tombe dessus va le changer ou non. Ce film montre qu'on peut sembler rester fidèle à ses valeurs, ne pas être corrompu alors même qu'on a passé un pacte faustien. Oui, on nous parle de morale, de philosophie mais tout cela pèse bien peu face à l'acte fondateur qui est un vol, suivi de mensonges constants. Même si on fait le bien, la source de ce bien peut poser problème. C'est ici que le propos du film devient problématique car l'auteur semble glorifier un comportement qui n'est pas très éthique en le faisant passer pour éthique. Toutefois, les personnages sont si bien écrits qu'on adhère à cette histoire et que bien entendu, on est du côté de Pierre-Paul, constamment. Ce film est jalonné de références philosophiques et littéraires, et cela rend certains dialogues jubilatoires. Ainsi, comment le philosophe pouvait-il résister à Aspasie, escort de luxe ? Plutôt que de sexe, pourquoi ne pas parler d'un dialogue de Platon dans ces conditions ? En plus de la littérature et de la philosophie, il y a également une véritable réflexion sur le monde, son économie et les modes de vies. La réalisation présente un cadre très américain dans ce Québec francophone, notamment au travers d'une photographie assez froide et neutre. Il y aune belle manière de filmer les dialogues avec de simples champ, contrechamp. Enfin, les comédiens sont excellents dans chaque registre, que ce soit purement dans le dialogue, ou lorsqu'il faut aller vers le comique. L'intrigue policière un peu tordue est une source inépuisable de situations cocasses. Alexandre Landry en Pierre Paul est criant d'humanité, Marpier Morin en Aspasie est juste à croquer tant le développement de son personnage est intéressant. Rémy Girard est excellent en conseiller financier est très malicieux et enfin, Pierre Currzy en avocat est extraordinaire de cynisme et de concupiscence. La Chute de l'empire américain est un film généreux en humour et en réflexion, il est juste dommage qu'il essaye de donner des leçons à coup de gros sabot, un peu plus de subtilité n'aurait pas été de trop.
    bouddha5962
    bouddha5962

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 638 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mars 2019
    Un très bon moment de cinéma canadien avec des acteurs pas spécialement expérimentés mais excellents dans leur rôle respectif ! Cette histoire d’humanité et de générosité est touchante. Je recommande ce film
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top