Mon AlloCiné
Holy Lands
note moyenne
3,6
192 notes dont 67 critiques
40% (27 critiques)
36% (24 critiques)
6% (4 critiques)
10% (7 critiques)
6% (4 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Holy Lands ?

67 critiques spectateurs

Michele D
Michele D

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 19/01/2019
Un film sur la stupidité des silences et non débats en famille avec en toile de fond des paysages sublimes et bien filmés. Scénario émouvant et rempli d’humour. Belle réussite de l’adaptation du livre « les terres saintes ». Je suis sortie bouleversée et émue mais tout dépend de son histoire personnelle certainement. On ne peut pas reprocher à Amanda Sthers de ne pas poser les bonnes questions sur la tolérance. Ce film fait un bien fou et les critiques faites par des pseudos professionnels me laissent sans voix. spoiler:
Annie M
Annie M

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 18/01/2019
Très émouvant. Nous y sommes allés en famille et ça a ouvert une belle discussion après. Un bien joli film. Je ne mets jamais de commentaire mais là je voudrais partager ce que j’ai ressenti. Allez y!
circusstar
circusstar

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 518 critiques

4,5
Publiée le 18/01/2019
C’est un film bouleversant, émouvant, magnifique, plein de pudeur et de retenue, franchement j’ai adoré. Il est bien dommage qu’il soit aussi peu diffusé. Les acteurs et actrices jouent merveilleusement bien. C’est un film profond et sublime. Ne le ratez surtout pas ! Et les décors sont d’une beauté incomparable.
Sébastien J
Sébastien J

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 18/01/2019
Un film tout en douceur et en poésie. De beaux acteurs et un magnifique cochon, à voir de toute urgence
Marie
Marie

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 18/01/2019
Bravo Amanda Sthers pour ce film bouleversant, subtil, intelligent... il vous touche profondément... vous fait sourire, et beaucoup pleurer aussi, par l’histoire poignante de cette famille dans laquelle tellement d’entre nous peuvent s’identifier. Les acteurs sont formidables, vrais, et si justes. Cela nous rappelle ô combien il faut dire à ceux qui nous sont chers que nous les aimons, et profiter de chaque minute auprès d’eux. Merci.
mem94mem
mem94mem

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 452 critiques

1,5
Publiée le 20/01/2019
RIen ne marche dans ce film qui s'avère être un loupé presque total. Film choral très décousu qui manque de souffle, de conviction et de profondeur, les tableaux de tous les protagonistes sont superficiels. Je rajoute que l'on ne s'assimile à aucun personnage, aucune empathie créée. Quel gaspillage de talents pour un résultat extrêmement ennuyeux. J'ai eu en permanence l'envie que le film se termine, afin de mettre un terme à ma déception. J'ai reconnu le comédien Sébastien Castro, sa seule présence m'a suscité intérêt et petite hilarité.
Orianne H.
Orianne H.

Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

5,0
Publiée le 15/01/2019
Sublime! Touchant, poétique, drôle... bravo aux acteurs qui racontent si bien cette belle histoire de vie.
Maurielle34
Maurielle34

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 44 critiques

0,5
Publiée le 19/01/2019
si on pouvait imaginer un film qui signerait la fin du septième art, ça serait très proche de ce truc, mal filmé, mal dirigé, mièvre pire que la pire mièvrerie hollywoodienne, au message politique subliminal assez rance, il n'y a rien à sauver, poubelle direct.
vincentasc
vincentasc

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 140 critiques

2,0
Publiée le 17/01/2019
C’est un film raté qui aurait du se focaliser sur l’intrigue principale (la relation entre le personnage joué par James Caan et celui de Tom Hollander de loin les plus intéressants) car à trop multiplier les petites histoires parallèles assez convenues, il perd de son identité.
blacktide
blacktide

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 794 critiques

1,5
Publiée le 17/01/2019
Tout est bon dans le cochon ? On n’est jamais mieux servi que par soi-même ? Pas sûr. Adapter son propre roman à l’écran est un exercice pour le moins périlleux. Des mots aux Images, du pareil au même ? Pas vraiment. Certains ont su transposer avec brio leurs formules sur la pellicule (Dalton Trumbo et son sublime Johnny s’en va en guerre), d’autres y ont laissé quelques dents, ou plutôt quelques pages d’égo esquinté. Car même avec l’intention de « trahir » son best-seller Les Terres Saintes, Amanda Sthers, auteure touche-à-tout, ne parvient pas à en isoler une ligne directrice purement cinématographique. Où est passé cette nécessité d’accepter le silence ? Le film ne semble pas vouloir le laisser entrer, alors même qu’il se voudrait observer le silence entre les êtres. Néanmoins, Holy Lands intrigue, étonne et n’existe dans un premier temps que pour son synopsis extravagant, entre Une Histoire Vraie et Le Cochon de Gaza, construit sur cette absurdité menant à une inévitable tendresse : un vieux juif apostat bien décidé à s’établir comme éleveur de porcs en Israël. Peut-être est-ce cette originalité apparente qui poussa James Caan à donner corps à ce vieil emmerdeur sympathique aux allures de Walt Kowalski (Clint Eastwood), troquant sa Gran Torino pour Babe, un cochon à Nazareth ? Dommage que l’œuvre ne soit pas de l’acabit de son concept. « Un début, un milieu et une fin », James Caan en a fait sa maxime, à valeur d’aphorisme, lors de sa masterclass à la Cinémathèque en décembre dernier : une formule qui résume son attachement tout particulier à ces films qui racontent des histoires en quelque sorte. Mais il en oublierait presque que le cinéma est aussi une affaire de mise en images, et d’entre-deux, et non d’ellipses qui ont tout de sauts de pages. Puisque le manque d’unité narrative d’Holy Lands, enchaînant points de vue et décalages horaires, conduit à l’égarement du spectateur, désintéressé. Un comble pour un film qui cherche à renouer des liens et recoller les morceaux cassés. Comme le reflet de cette famille dysfonctionnelle, incapable d’exprimer ses sentiments, si ce n’est dans un éloignement. Des névroses aux cochons, Amanda Sthers ne sait jamais comment orienter son récit : sans chemin, si ce n’est celui des dysfonctions, des prêtres fanatiques et intégristes aux lettres dansantes des sentiments, Holy Lands compose sa salade de tranches de vies sans assaisonnement ni envie. Peut-être aurait-elle dû orienter son film vers cette absurdité porcine ? Car Holy Lands manque cruellement de piment et de liant : tout semble désincarné, incontrôlé et chaque tentative de repartie mordante (ou autres saillies piquantes) n’existe qu’au sein d’un récit éclaté, aussi sage qu’éparpillé. Tel un ensemble d’inserts narratifs parasitant l’essence même du récit ; ne serait-ce qu’au travers de ce dramaturge en pleine création, traduisant ses peines, ses maux, en danses de colère, émotives et personnelles. Amanda Sthers tente pourtant péniblement d’approcher un cinéma choral, entre Woody Allen, Philip Roth et Danièle Thompson, là où ses images ne subliment que trop peu les blessures intimes : les plans sont purement descriptifs, et les images ne racontent jamais davantage que le visible ; sans émotion ni sensation, que de la surface et des lamentations. Holy Lands se voudrait pourtant cet hymne au vivre-ensemble, contre tout extrémisme, une œuvre bâtie sur des personnages « gris », de visions et de raisons, vivant dans la confrontation et la recherche d’un consensus. Telle une invitation à panser les fractures qu’elles soient familiales ou géopolitiques. Et par cette vision fédératrice, le film se rapprocherait presque de l’élan humaniste de Green Book, construit dans un même académisme, et interrogeant les limites de la tolérance, de manière d’autant plus virtuose. Son exploration multithématique, au croisement des religions et des dialogues aporétiques, en ferait presque un cousin éloigné du Poirier sauvage. Peut-être y aurait-il un peu de ce fruit biscornu dans Holy Lands ? Mais difficile d’y voir autre chose que des imperfections. Car même si Holy Lands invite à la réconciliation, filant tout du long sa métaphore du conflit israélo-palestinien au travers de cette fracture familiale, il n’en demeure pas moins une œuvre où l’empathie a des allures de caricature : le vieil éleveur de cochon (qui plus est en terres saintes), le fils homosexuel, la femme cancéreuse, comme le début d'une blague belge, sans gaufre ni chute, sans rire ni chou de Bruxelles. Et ce ne sont pas les acteurs qui viendront ajouter de la crédibilité à l’édifice tant ils surjouent et semblent distants vis-à-vis de leur propre personnage (à l’exception de l’attachant Tom Hollander) : du jeu larmoyant et improbable de Rosanna Arquette à l’accent angliche de Patrick Bruel, les nuances se perdent, et tout éclate. Comme un dernier coup d’aiguille dans le ballon de baudruche qu’est Holy Lands. Suis-je ce critique endormi devant une pièce foireuse ? Peut-être. Mais comment ne pas se détacher de l’écran devant si peu de romanesque, et tant de lieux communs. Le jeu de punchlines a beau être charmant, la blague demeure tout de même éphémère. Hiya Hiya Ho, dans la ferme de l’ennui, Holy Lands se plante en fragments d’inepties ; davantage des maladresses pour des idées mal exploitées. Amanda Sthers fait le choix de la lumière, tant sur le plan formel que thématique, sans approcher suffisamment le mal-être de ses personnages. L'émotion peine ainsi à circuler dans cette œuvre en manque de cinéma, faites de grosses ficelles et de raccourcis. Rien ne reste, pas même la réflexion. Comme le refrain usé d’une vieille comptine. Un chant du cygne pour Sonny « Santino » Corleone ? Ne l'espérons pas : un acteur capable de passer du roller-derby au romancier à la cheville malmenée a mieux à offrir qu’un mièvre élevage de cochons. Lard de vivre Critique à lire également sur mon Blog : https://fadeoffblog.wordpress.com/2019/01/17/critique-de-holy-lands/
pgioan
pgioan

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 102 critiques

1,5
Publiée le 16/01/2019
Vraiment, pourquoi faire un film aussi déprimant sur les rapports familiaux compliqués ? L'histoire de l'installation des cochons en israel n'est guère développée, et encore, de manière très simpliste....Tout est très convenu, dommage...Les acteurs ne sont pas vraiment dans le coup, on se dit qu'il ont cachettonné ( Bruel....!!!) Bref, passez votre chemin.....
Caroline LB
Caroline LB

Suivre son activité Lire ses 12 critiques

4,0
Publiée le 29/01/2019
Jolie surprise. Un film pétri de personnages touchants et de scènes fortes. Au final, la toile de fond israélienne est presque décorative et le pitch intial est presque anecdotique face à la dynamique des relations humaines. Mention spéciale à l'excellent Jonathan Rhys Meyers et à Rosanna Arquette. Une dimension émouvante et poétique inattendue. Une fin particulièrement réussie et douce amère. A voir absolument.
Evacaro.
Evacaro.

Suivre son activité Lire ses 17 critiques

4,0
Publiée le 25/01/2019
Une très belle surprise..et pourtant .personne dans la salle pour ce beau film qui raconte avec beaucoup de sensibilité , de tendresse et aussi d'humour les histoires familiales,les non dits en famille mais aussi les intolérances des parents par rapport à leurs enfants et aussi celles de la société et de ses cloisonnements... bien filmé, très belles vues d'Israël,bons acteurs...et un joli petit cochon qui fait penser à celui de "Babe" ce merveilleux film anglais. Bref un petit bijoux à voir absolument
Anthony H
Anthony H

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 24/01/2019
J'ai hésité à réellement apprécier ce que je regardais prenant un long moment avant d'y comprendre la beauté et la cohérence
Sam L.
Sam L.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 81 critiques

3,5
Publiée le 24/01/2019
La vie d’une famille entre New York et Tel Aviv. Religion, tolérance, passions, maladie, la mort, naissances, beaucoup de thèmes y sont traités avec justesse. Chaque personnage est attachant. Je n’avais pas vu Rosanna Arquette depuis le Grand Bleu!! Un bon moment.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top