Mon AlloCiné
Leto
Note moyenne
4,4
30 titres de presse
  • Cahiers du Cinéma
  • Culturebox - France Télévisions
  • Le Dauphiné Libéré
  • Le Figaro
  • Les Inrockuptibles
  • L'Humanité
  • Libération
  • Ouest France
  • Paris Match
  • Positif
  • Sud Ouest
  • Télérama
  • Transfuge
  • Voici
  • aVoir-aLire.com
  • Bande à part
  • Dernières Nouvelles d'Alsace
  • La Croix
  • La Septième Obsession
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Parisien
  • Le Point
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Express
  • Première
  • Rolling Stone
  • Critikat.com
  • Culturopoing.com

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

30 critiques presse

Cahiers du Cinéma

par Joachim Lepastier

Une vibration continue qui nous aura subjugués comme un chant astral et enivrant, nimbé d’une mélancolie de combat.

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

Beau sujet mais également superbe mise en scène. Serebrennikov fait le choix d’un très beau format scope (écran large) en noir et blanc qu’il parsème d’éclats colorés. Un des meilleurs films de l’année, à voir absolument.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Un formidable film pop.

Le Figaro

par Olivier Nuc

Un film initiatique, poétique et vibrant.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Les Inrockuptibles

par Jean-Marc Lalanne

Serebrennikov déplie tout un monde imaginaire, fait de pulsion d’émancipation, à partir de la posture du fan. Qui imite et idolâtre se libère plus qu’il ne s’aliène.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Humanité

par Dominique Widemann

Après le Disciple, un nouveau film remarquable de Kirill Serebrennikov.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Libération

par Didier Péron

Ce qui est vraiment magnifique ici, c’est la façon dont le cinéaste aborde ce moment de bascule, de crise, où un processus de désagrégation politique inexorable s’amorce comme en sourdine, non sous la forme attendue, fulgurante du drame mais en laissant les épisodes du quotidien déposer et cristalliser, dans l’ample matière du souvenir instantané, la joie irremplaçable des instants privilégiés et la conviction sereine que ce qu’il était possible de vivre l’était sans retenue ni calcul, et jusqu’à la plénitude d’un gâchis extatique.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Ouest France

par Gilles Kerdreux

Très musical, sensible, juste et esthétiquement très original.

Paris Match

par Yannick Vely et Karelle Fitoussi

"Leto", un grand film sur la liberté qui a tout pour devenir culte.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Positif

par Denitza Bantcheva

L'ensemble a une grâce rare, renforcée par les mouvements souvent sinueux, presque dansants, de la caméra et par l'utilisation très habile de la musique (tantôt in, tantôt off, tantôt entremêlant les sources) pour restituer l'espace mental des personnages.

Sud Ouest

par Sophie Avon

Kirill Serebrennikov est toujours assigné à résidence à Moscou, accusé d’un détournement de fonds dont il nie toute implication. Tandis que se déroule son procès, « Leto » qui signifie « L’été » en russe, illumine les écrans français. Courez-y même si le rock vous indiffère.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

Télérama

par Jacques Morice

Un film baroque et grisant.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Transfuge

par Frédéric Mercier

Entre recherches formalistes et captation lyrique d'un bref moment d'euphorie, "Leto" réussit à inventer une image inédite de l'URSS : joyeuse, avenante, mais lucide.

Voici

par Lola Sciamma

Une sorte de comédie musicale punk somptueuse, ode échevelée à la jeunesse et à la liberté (...).

aVoir-aLire.com

par Julien Dugois

Le Russe Kirill Serebrennikov capte intelligemment l’inventivité folle et le besoin d’émancipation d’une jeunesse rock de la scène underground soviétique des années 80. Avec énergie et maestria, il livre une œuvre éloquente qui dépasse les canons poussifs du biopic musical.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Bande à part

par Olivier Pélisson

Un éloge de la force. Celle de l’élan libertaire, celle de l’amour, celle de la musique. Brio total.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Dernières Nouvelles d'Alsace

par Nathalie Chifflet

Kirill Serebrennikov se souvient de Viktor Tsoï, musicien de légende du rock russe, mort accidentellement en 1990 à l’âge de 28 ans. Il reconstitue cette époque rock, dans un lumineux noir et blanc de nostalgie. Les chansons du film sont jouées sur des instruments d’époque – beau souci d’authenticité.

La critique complète est disponible sur le site Dernières Nouvelles d'Alsace

La Croix

par Jean-Claude Raspiengeas

Leto, en apesanteur, touché par la grâce, impressionnant d’inventivité visuelle, pourrait bien devenir l’œuvre culte de la jeunesse d’aujourd’hui, le manifeste d’une Nouvelle Vague, irisée de romantisme et de mélancolie.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

La Septième Obsession

par Sandrine Marques

Existe-t-il film plus libre, beau et mélancolique que "Leto" ?

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Une reconstitution habile et vibrante, assez libre pour éviter les pièges et lourdeurs du biopic.

Le Monde

par Mathieu Macheret

Kirill Serebrennikov évoque avec une euphorie élégiaque la scène musicale du Leningrad des années 1980.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

Cette fougue, cette liberté imprègnent la mise en scène de Serebrennikov et ses séquences musicales.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Parisien

par La Rédaction

Tourné dans un noir et blanc somptueux, « Leto » conte la difficulté à faire bouger les choses, voire à tout simplement jouer en public dans la Russie de l’époque, tout en mettant l’accent sur la légèreté et l’aptitude à une certaine forme de dolce vita de cette tribu de musiciens qui vivaient de rock, de cigarettes, d’amour et de vodka fraîche.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Le Point

par Mathilde Cesbron

Le film de Kirill Serebrennikov raconte l'épopée flamboyante d'un groupe rock dans l'URSS d'avant la perestroïka avec une bande-son à faire pâlir les Stones.

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Les Fiches du Cinéma

par Thomas Fouet

À parti d’un triangle (amoureux) de figures de la scène rock pré-perestroïka, Kirill Serebrennikov célèbre la jeunesse, le pouvoir de la pop et, à leur intersection, une parenthèse enchantée. Ce n’est pas rien, pour un film paré, par ailleurs, d’une telle mélancolie.

L'Express

par Christophe Carrière

Ainsi "Leto" lève-t-il le voile sur une période méconnue : les prémices de la perestroïka. Une immersion passionnante dans un univers ultracontrasté, dès la séquence d'ouverture, où les musiciens endiablés jouent devant une assemblée stoïque que des caciques obligent à rester sagement assise.

Première

par Frédéric Foubert

Kirill Serebrennikov tricote un biopic sur des stars de l’ère soviétique inconnues sous nos latitudes (Viktor Tsoi et Mike Naumenko) et le décalage linguistique et culturel va nous obliger à regarder ces clichés de la coming of age story électrique comme si on nous les racontait pour la première fois.

La critique complète est disponible sur le site Première

Rolling Stone

par Sophie Rosemont

"Leto" plaira aussi bien aux jeunes filles qu’aux retraités, et c’est ce en quoi il réussit son coup : rendre populaire aujourd’hui l’underground d’une époque pas si lointaine.

La critique complète est disponible sur le site Rolling Stone

Critikat.com

par Thomas Choury

Mais, un peu englouti par la surenchère stylistique, Leto peine à s’imposer finalement comme une évidence.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Culturopoing.com

par Miriem Méghaïzerou et Olivier Rossignot

De "Leto", on gardera en tête son infinie douceur, nourrie par un beau noir et blanc et une bande-son nostalgique (...). Mais s’il montre le grain de folie de cette jeunesse, il manque lui-même de folie dans sa mise en scène.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top