Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Rafiki
note moyenne
3,8
224 notes dont 23 critiques
9% (2 critiques)
43% (10 critiques)
30% (7 critiques)
13% (3 critiques)
4% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Rafiki ?

23 critiques spectateurs

Barlet O
Barlet O

Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 213 critiques

4,0
Publiée le 06/06/2018
Le film adopte largement les codes lui permettant de toucher le grand public, tant il cherche à convaincre d’une idée simple : une relation homosexuelle est une histoire d’amour, point barre. Tout cela reste très fleur bleue et très prude à l’écran : nous ne verrons que des baisers et quelques caresses. Pas de quoi donc affoler tout le monde, si bien que le fond du problème de l’interdiction du film au Kenya et des menaces proférées contre sa réalisatrice est bien que dans ce pays l’homosexualité est considérée comme un crime. Pour convaincre, Wanuri Kahiu adopte un style jeune, un rythme soutenu, une caméra volontiers proche des visages, captant les regards qui se cherchent puis interrogent les incertitudes. (lire l'intégralité de la critique et les raisons de l'interdiction au Kenya sur les site Afrimages et Africultures).
Ro S.
Ro S.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,5
Publiée le 27/09/2018
Tout le film est tout en intensité et en retenue, et à ce titre les scènes d'amour sont tout particulièrement réussies. Non seulement cette histoire d'un amour lesbien interdit est d'actualité, mais l'autre force du film est le portrait de Nairobi et de sa jeune génération, dans ses loisirs, son quotidien et ses rêves. C'est beau, dans ses images, sa BO, son montage. On a envie d'être amies avec ses personnages. Bref, un film d'amour d'aujourd'hui qui porte tout un projet politique. A soutenir et revendiquer !
dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 403 abonnés Lire ses 1 919 critiques

4,0
Publiée le 01/10/2018
J'ai beaucoup apprécié ce très joli drame sentimental qui se passe au Kenya. L'actrice qui joue le rôle de Ziki est particulièrement belle et lumineuse. Ce qui est dommage c'est que le film est trop court (1 h 20) car on aimerait bien rester davantage en présence de ces deux jeunes filles. Aussi la musique qui accompagne ce film est très bien choisie et le film est à la fois dynamique, coloré et très délicat.
Bjorg L.
Bjorg L.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 13 critiques

4,0
Publiée le 28/09/2018
La réalisatrice est d’une délicatesse infinie avec ses acteurs et actrices, sa manière de filmer sensible rend à merveille les émotions si difficiles à exprimer en public dans la société conservatrice kényane. Mention spéciale aux deux actrices principales dont la sensibilité du jeu étonne et émeut. L’intérêt du film ne se limite pas à la cause de l’homosexualité féminine – le film n’est devenu militant que grâce à la censure au Kenya. La réalisatrice s’est attachée à replacer ces jeunes de la classe moyenne de Nairobi dans leur environnement, finalement assez proche du nôtre et auxquels il est facile de de s’identifier : ils ressentent les mêmes choses, ont les mêmes envies, toutefois corsetées par les conventions très fortes de la société. Tel l’amoureux de Kena qui lui dit : je peux t’offrir tout ce que veulent les femmes kényanes : de l’argent, un prêt immobilier… alors que bien entendu ce n’est justement pas ce que veut Kena. Pas sûr que la société française soit beaucoup moins conventionnelle, même si bien entendu les « déviances » par rapport aux comportements standards y sont beaucoup mieux acceptées. La capitale kényane, personnage à part entière vu le grand nombre de plans larges, apparaît relativement proche de nos villes européennes, moderne, vivante. Les images colorées des immeubles et des tissus flottant au vent, les plans fixes du ciel entre les immeubles ne sont pas anodins, ils offrent de nombreux moments de respirations : ce film est tout sauf un huis clos concentré sur les deux héroïnes, et, même si certaines scènes sont difficiles, conserve un esprit optimiste et gai.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 484 abonnés Lire ses 3 036 critiques

3,5
Publiée le 01/10/2018
Plus ou moins porté disparu, le cinéma africain revient de temps à autre montrer qu'il évolue et sait prendre en compte les sujets de société. Et tant mieux si dans Rafiki c'est en combattant certains clichés qui ont la vie dure. Nairobi or not to be, Wanuri Kahu donne à son film des couleurs chatoyantes irisant son histoire d'amour entre jeunes femmes d'un romantisme fleur bleue, tout en pudeur et délicatesse. Certains reprocheront sans doute à la réalisatrice de faire passer les sentiments avant le message politique et de ne pas suffisamment dramatiser le contexte kényan avec l'interdiction pure et simple de l'homosexualité, considérée comme un mal importé de l'occident. Le discours social est pourtant bien présent, atténué certainement par les risques de voir le film interdit de projection dans son pays d'origine, ce qui n'a pas manqué. Certaines scènes montrent suffisamment à quel point l'homophobie est ancrée dans cette société patriarcale, avec l'appui de la religion, et source de violence, leçon pas seulement valable en Afrique, évidemment. Au-delà des préférences sexuelles et malgré quelques naïvetés de construction, Rafiki parle avant tout avec une belle énergie des espoirs de la jeunesse africaine réfutant les vieux schémas et tentant de s'inventer un futur. C'est en tous cas le but de ces adolescentes qui ne sont, peut-être, pas vouées à devenir des "kényanes typiques", c'est à dire soumises au bon vouloir des hommes.
Aleks Ghost
Aleks Ghost

Suivre son activité Lire sa critique

3,5
Publiée le 29/09/2018
Film ultra coloré à la bande-son formidable, Rafiki nous plonge dans un Kenya encore très conservateur où les jeunes LGBT subissent encore souvent des violences. Mais le film reste avant tout une histoire d'amour entre deux jeunes filles, pas encore certaines de qui elles sont, et de qui elles veulent devenir.
Min S
Min S

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 249 critiques

4,0
Publiée le 27/09/2018
J’ai bien aimé ce film fait avec beaucoup de pudeur, délicatesse et sobriété, un film que parle d’oppression sociale et du jugement qui nous empêche de vivre, d’être vrai ... 🤩
Ufuk K
Ufuk K

Suivre son activité 164 abonnés Lire ses 721 critiques

3,5
Publiée le 27/09/2018
" Rafiki " premier film kenynaen sélectionné au dernier festival de cannes dans la catégorie un certain regard est un récit courageux. En effet le film est interdit au Kenya car la réalisatrice s'attaque à l'homophobie de son pays dans cette histoire d'amour touchante et émouvantes de deux jeunes femmes même si le film met un certain temps à démarrer .
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 2 629 critiques

3,5
Publiée le 10/05/2018
C’est la première fois qu’un film kényan est présenté au Festival de Cannes et « Rafiki » a été censuré dans son propre pays. La cause ? Le premier long-métrage de Wanuri Kahiu est une histoire d’amour entre deux adolescentes. Nous sommes à Nairobi et deux hommes s’affrontent en pleine campagne électorale. Leurs filles vont se croiser. L’une pourrait être qualifiée de garçon manqué avec ses potes et ses cheveux courts. La seconde semble exubérante à passer ses journées à danser dehors avec les longs cheveux roses. Non, « Rafiki » n’est pas un remake de « La vie d’Adèle », car c’est avec une touchante naïveté que leur relation amoureuse va se construire. Mais le Kenya est une société très conservatrice et les deux jeunes femmes vont devoir subir les discriminations et faire un choix crucial. Malgré des faux raccords, des lacunes dans l’écriture et un jeu parfois bancal, la réalisatrice Wanuri Kahiu signe avec dynamisme et couleurs, une ode généreuse à l’amour et au changement de mentalités. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
Yves G.
Yves G.

Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 628 critiques

2,5
Publiée le 02/10/2018
Kena et Ziki vivent dans le même quartier de Nairobi mais tout les sépare. Autant Kena, avec sa poitrine plate, ses pantalons informes et ses loisirs de garçon, est masculine ; autant Ziki, ses tresses afro, ses robes colorées et ses courbes girondes, est féminine. La première est d'origine modeste alors que la seconde appartient à la classe moyenne. Leurs pères s'affrontent aux prochaines élections locales. Elles éprouvent l'une pour l'autre une attraction immédiate et irrésistible. Mais l'homosexualité est mal vue au Kenya : elle est punie par la loi et condamnée par l’Église. "Rafiki" arrive sur nos écrans précédé d'une réputation sulfureuse. Ce film, programmé à Cannes dans la section Un certain regard puis à Cabourg, a été censuré par la Commission kenyane de classification. La décision administrative a été partiellement censurée par la Haute Cour du Kenya qui a autorisé sa diffusion pendant une semaine dans une salle commerciale - condition nécessaire et suffisante pour que "Rafiki" puisse concourir à l'Oscar du meilleur film étranger. Il n'y a pourtant pas de quoi choquer grand monde dans ce film romantique et girly, si ce n'est que le couple qu'il met en vedette est homosexuel. Aucune provocation, aucun prosélytisme. La romance qui les unit est très chaste et aucune scène de sexe n'est filmée, aucune nudité dévoilée. Le film est tous publics en France et c'est justice. La réalisatrice Wanuri Kanui raconte une histoire universelle qui pourrait se dérouler sous n'importe quelle latitude. Qui espérait voir (ou revoir) Nairobi serait bien déçu : les décors d'une banlieue sans caractère, ni huppée ni miséreuse, sont à mille lieux de tout exotisme. Si "Rafiki" avait été l’œuvre d'un réalisateur européen ou américain, on ne s'y serait pas arrêté sinon pour lui reprocher son manque d'originalité. Mais venant d'un pays dont la production cinématographique est bien chiche, traitant d'un sujet qui y est encore tabou et tombant, pour ce motif, sous le coup d'une censure qui nous semble, vu d'Occident, bien obscurantiste, Rafiki retient notre attention pour des motifs qui n'ont pas grand chose de cinématographique.
Laurent C.
Laurent C.

Suivre son activité 153 abonnés Lire ses 1 010 critiques

2,5
Publiée le 11/10/2018
Le Kenya est un pays de la couleur et de l’amour. Tout est dit dès les premières images du générique qui donnent au film un rythme audacieux, où alternent animations joyeuses et visites de la ville. Une jeune-fille, l’héroïne principale, dévale sur son skate les rues agitées d’une Afrique qui peine encore à lever le nez, économiquement parlant. Et si la croissance prend le bon chemin, demeurent toujours les résistances culturelles et le poids d’une tradition où le droit à la différence est proscrit. « Rafiki » veut dire amitié. En réalité, le film parle d’une amitié particulière entre deux adolescentes. L’une est brillante à l’école, elle cherche sa voie, l’autre est belle, sensible, et donne à voir une aisance relationnelle totale. Les deux jeunes-filles s’opposent à travers leurs pères qui mènent un combat politique pour ravir la mairie. Mais quelque chose ne fonctionne pas vraiment. Peut-être ces insères de musique qui forcent l’émotion et font ressembler le film à une juxtaposition de clips. Peut-être ces personnages qui manquent de nuance et sont enfermés dans des schémas prêts à penser. Peut-être aussi une linéarité du scénario qui fait perdre au film le rythme du générique.
Scénario Catastrophe
Scénario Catastrophe

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 126 critiques

2,0
Publiée le 06/10/2018
J'avais très envie de voir ce film, malheureusement le scénario est très médiocre, binaire, inintéressant. Le spectateur n'apprend rien, les scènes sont descriptives et forcées. À chaque fois qu'une scène se déroule, un ou des personnages observent au second plan, et le scénario se base trop sur ces observations pour faire avancer le film. La scène de la bagarre entre les deux filles est digne des meilleures séries américaines pour collégiennes. La rivalité politique n'est absolument pas exploitée, ni la posture des pères par rapport au fille. Le scénario est basic, ne critique rien et ne provoque personne. Ce qui représente une audace au Kenya, n'a pas tellement de sens en France, et, au-delà du film en lui-même, c'est peut-être un point intéressant à retenir.
desiles ben
desiles ben

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 192 critiques

1,0
Publiée le 30/09/2018
Très déçu. J'avais cru comprendre que le film était "audacieux". Il l'est peut-être par rapport à son lieu de réalisation. Pour le reste, c'est un film sirupeux genre feuilleton pour ados, dans lequel deux jeunes filles passent leur temps à échanger des regards énamourés et des propos creux ("- C'est chouette, non ? - Oui, c'est joli"...). ...
Virginie C
Virginie C

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,5
Publiée le 08/04/2019
Très beau film pleins de poésie, sujet difficile dans un pays ou cela est tabou. Très belle bandes son, et des images léchées, les deux actrices principales sont justes magnifiques. Si vous pouvez avoir accès au commentaires de la réalisatrice, vous découvrirez les difficultés auquel ce film s'est confrontés et la détermination de toute l’équipe pour qu'il arrive sur nos écrans!
CaMéo Gironde
CaMéo Gironde

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 74 critiques

4,0
Publiée le 28/03/2019
Premier film issu de la production kenyanne a être sélectionné au Festival de Cannes (Un certain regard 2018), Rafiki s’est vue parallèlement interdit de diffusion dans son pays, accusé de « heurter la culture et les valeurs morales du peuple kenyan » avec un « but évident de promotion du lesbianisme ». Finalement, suite à une lutte acharnée de la réalisatrice (accompagnée d’avocats, journaliste, et politiques) le film sera montré pendant sept jours sur les grands écrans du Kenya. Cette romance à la Roméo et Juliette, s’est ainsi peu à peu imposé comme une œuvre militante en faveur des droits des personnes LGBT, l’homosexualité étant toujours considérée comme un crime au Kenya. Le film décrit en effet les mécanismes des réactions homophobes et une place des femmes encore très réduite dans l’espace public d‘une société assez conservatrice. C’est pourtant le portrait d’une jeunesse très active culturellement dans la ville de Nairobi que l’on retient, à travers un univers pop coloré, une énergie débordante, et une très bonne bande originale réalisée par très la jeune artiste Jebet Nava.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top