Mon AlloCiné
    Acusada
    note moyenne
    3,4
    72 notes dont 14 critiques
    7% (1 critique)
    7% (1 critique)
    57% (8 critiques)
    21% (3 critiques)
    7% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Acusada ?

    14 critiques spectateurs

    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 320 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Camila Nieves, une étudiante, a été sauvagement assassinée à son domicile au terme d'une soirée arrosée dans la banlieue aisée de Buenos Aires. Tout accuse Dolorès Dreier, sa meilleure amie, dont Camila venait de mettre en ligne sans son consentement une sextape sur les réseaux sociaux. Son procès va enfin se tenir après deux ans d'instruction qui ont tenu en haleine le pays et qui ont fait de la jeune femme une paria. Recluse chez elle, Dolorès peut néanmoins compter sur l'appui indéfectible de ses parents qui ont engagé le meilleur avocat du pays pour la défendre et une attachée de presse pour redorer son blason. "Coupable ou innocente ?" Le sous-titre qui barre l'affiche française pourrait laisser penser que l'innocence ou la culpabilité de Dolorès constitue l'enjeu du film. Ce n'est qu'en partie le cas. Certes, le suspense est tendu par cette question irrésolue à laquelle l'intéressée oppose un silence buté : Dolorès a-t-elle oui ou non assassiné Camila ? Le sous-titre qui barre l'affiche originale n'est guère plus approprié : "Todos occultamos algo" : nous avons tous quelque chose à cacher. Car le véritable intérêt du film n'est pas de savoir ce que Dolorès cache - et qui, une fois dévoilé, n'est ni très surprenant ni très convaincant. Il est dans la description des conséquences d'une enquête pénale sur l'accusée et son entourage. Tel était tout récemment le sujet du film belge "Une part d'ombre", hélas passé inaperçu. Dans ce film-là étaient auscultées les réactions des proches à l'annonce de la mise en examen de leur ami : si j'apprenais demain que mon ami est suspecté d'un crime, lui conserverais-je mon amitié ? Dans ce film-ci, la question n'est pas posée dans les mêmes termes. Les parents de Dolorès, son petit frère, son amie Flo croient irréductiblement dans son innocence. C'est pour eux un acte de foi qui leur permet de faire front à l'hostilité sourde de l'opinion publique qui a déjà jugé la jeune fille avant même l'ouverture de son procès. Cette dimension occupe toute la première moitié du film dans les jours qui précèdent le procès. C'est la plus intéressante car la plus novatrice qui montre, par exemple, les difficultés de Dolorès de nouer une relation "normale" avec un garçon de son âge. La seconde partie est plus classique qui coïncide avec l'ouverture du procès. Le scénario s'égare dans une série de rebondissements qui font long feu. À force d'avoir vu des polars américains autrement bien ficelés, on attend le twist qui nous clouera à notre siège. Vaine et frustrante attente qui nous font regretter qu'Acusada ne se soit pas concentré sur ce qui faisait son originalité.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 325 abonnés Lire ses 2 064 critiques

    3,5
    Dolores vit recluse chez elle dans l'attente de son procès qui est un moment qu'elle attend autant qu'elle redoute et qu'elle prépare avec l'un des meilleurs avocats payés par ses parents. Gonzalo Tobal distille les éléments au compte-goutte comme un zoom progressif sur la vérité. Au début du film, on ne sait rien. On ne sait pas ce qui se passe ni ce que savent les personnages. Je ne suis même pas sûr que Dolores est consciente de ce qui est en train de passer et qu'elle sait encore ce qui est vrai ou pas. Entre le meurtre et le procès, elle a passé son temps à ressasser l'affaire, à préparer le procès et à subir la justice de l'opinion publique avec les médias qui l'ont d'emblée désignée coupable. Présenté de cette façon, on est aussi perdu qu'elle. La façon dont Gonzalo Tobal, qui est également le scénariste, gère son histoire est remarquable. Le scénario de "Acusada" réserve quelques surprises en étant bien ficelé et prend son temps pour dévoiler tous les aspects de l'histoire que ce soit l'enquête, le procès, le rôle des parents, des médias ou de l'avocat et également la psychologie de l'accusé. Un dernier point important, car ce film est un drame psychologique et non pas un thriller sur l'avancée d'une enquête. Beaucoup de choses dans cette histoire qui est captivante malgré le fait que certains aspects auraient pu être davantage développés. Derrière la caméra, Gonzalo Tobal fait également du bon travail avec une mise en scène soignée, sobre et élégante avec notamment quelques bonnes idées comme l'arrivée au tribunal ou encore le plan-séquence lors de la perquisition. Il dirige également parfaitement ses acteurs. Je ne connaissais pas Lali Espósito et vu sa filmographie elle ne devait pas être habituée à jouer ce genre de rôle et pourtant elle est impressionnante dans le rôle de Dolores avec une vraie présence à l'écran. Au final, sans être d'une grande originalité, "Acusada" est un film efficace, intrigant et captivant en plus d'être bien construit et bien incarné.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 474 abonnés Lire ses 428 critiques

    2,5
    Ce film laisse présager une histoire percutante avec une révélation finale importante. Alors oui le film est bien ficelé, la réalisation est excellente, on est tenus en haleine jusqu'à la fin. Mais l'héroïne principale est vraiment agaçante, tout le long je l'ai trouvée pénible. Et également, une chose très décevante à la fin : spoiler: bien qu'acquittée, on ne saura jamais si elle est vraiment innocente ou si elle est coupable car elle a été acquittée juste par manque de preuves . spoiler: Par ailleurs, si elle est vraiment innocente, qui est alors le meurtrier ? Cela aussi on ne le saura pas. Donc au final le film est assez frustrant.
    war m
    war m

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 109 critiques

    3,0
    Accusada est Un film qui met en appétit, alimente sans plaisir et dont la fin nous laisse sur notre faim.
    PaulGe G
    PaulGe G

    Suivre son activité 76 abonnés

    3,0
    le début est un peu confus puis on entre dans le triste jeu malsain des réseaux sociaux pour en venir au meurtre. le scénario est assez subtil mais pas trop bien réalisé . bien joué mais assez lourd pour entrer un peu plus dans le drame que vit une famille confrontée a la "culpabilité" de la jeune fille , une fois rentré dans l'histoire on est pris dans l'engrenage et on suit une intrigue assez bouleversante.
    petitbandit
    petitbandit

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 341 critiques

    3,5
    Une belle surprise que ce "acusada" brillamment interprété par l'ensemble des acteurs, mené par un bon suspense et un déroulement très prenant. Un film esthétique aussi qui parvient à mettre en avant les maux de notre société moderne avec les réseaux sociaux et les graves conséquences qui peuvent en découler. Une histoire captivante ou la tension est très présente et une issue qui peut certes dérouter mais qui m'a séduit avec un clin d'œil bien amené avec le puma. Un bon polar...
    Glbken
    Glbken

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    3,5
    Émouvant. Le film commence à l'aube du procès en assises de Dolores Dreier, jeune adolescente accusée du meurtre de Camila Nieves, également adolescente après d'une soirée. Si la bande-annonce m'avait laissé présager un thriller, c'est en réalité à un drame qu'on a affaire. Si l'opinion publique est évoquée, et le crime en lui-même effleurée, ils ne sont que secondaires à l'intrigue qui est centrée sur les effets et les incidences de l'affaire et sur la vue des accusées et ses proches. Qu'à cela ne tienne, l'approche dramatique est très réussie. La réalisation est se veut intimiste. Pas mal de plans séquence (l'avant-dernière scène qui permet aubspectateur de faire le tour de la maison est magnifique). La caméra ne filme que très rarement deux personnages au premier plan, ce qui permet de faire ressortir les moments forts de chaque scène et leu jeu des acteurs, qui est tout aussi brillant. L'accusée, jouée par Lali Esposito est d'une justesse bluffante dans un rôle particulièrement bien écrit. Jamais larmoyante, jamais révoltée, elle ne recherche jamais l'émotion "facile", ce qui entretient une certaine ambiguïté dans son personnage. Le père, joué par Leonardo Sbaraglia est également magistral. Si lui est davantage dans un rôle que je qualifierais de plus consensuel du père dévoué mais dépassé, son jeu est tout aussi impressionnant de justesse. En revanche les seconds rôles sont bien moins en vue. Faire-valoir des deux personnages ci-dessus, ils seront mis au service de l'autre intrigue du film, à savoir l'affaire en elle-même. Mais ils parviendront malgré tout à délivrer des prestations convaincantes, notamment la dernière scène avec le frère de l'accusée. Ceci dit, bien que le choix de mettre le côté dramatique en avant semble parfaitement assumé, le fait que le film évoque énormément de thématiques sociales telles que l'amitié, le rapport aux réseaux sociaux et des médias en général sans les développer, laisse quand-même un goût d'inachevé, bien qu'il n'enlève rien à la qualité du film. En conclusion, si vous vous attendez à un thriller judiciaire, Acusada se range davantage dans la catégorie du film dramatique. Mais c'est un film d'une excellente qualité que je recommande très fortement aux amateurs du genre
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 137 critiques

    2,0
    On comprend tout de suite le propos central de ce type de scénario. Le titre est là pour le souligner : « accusée ». Son procès s’ouvre (maintenue en liberté, il n’y a peut-être pas déjà beaucoup d’éléments sur sa culpabilité certaine, à moins que les mœurs judiciaires argentines soient différentes des nôtres). Le spectateur va donc être tenu en haleine, du moins va essayer de se concentrer sur ce fil conducteur. Coupable l’accusée ou pas coupable ? On aimerait que des éléments viennent nous mettre sur la voie même si on sait que les fausses pistes font partie du genre thriller. Mais pas grand-chose à se mettre sous le regard. Et puis un rythme lent puisqu’il n’y a guère de rebondissements. A la fin, il n’est même pas certain que vous puissiez vous faire une opinion sur la culpabilité ou non. Nostalgique des « Cinq dernières minutes que je suis » (1958 – 1996).
    THAT E
    THAT E

    Suivre son activité Lire sa critique

    3,5
    Film plutôt bien mener la direction d'acteur au top même si la mise en scène est par certains moment assez classique. Mais le fond emporte sur la forme ceux qui est le principale. Ma Review : https://youtu.be/MwkIz4WBZaE
    Claude C.
    Claude C.

    Suivre son activité 2 abonnés

    5,0
    J'ai été séduit par Lali Esposito, ses faux airs de Nadezhda Tolokonnikova des Pussy Riot , et le clin d'oeil à l'affaire Amanda Knox. La qualité de l'image, la glorieuse bande son, et l'accent argentin m'ont aussi enchanté. Que l'on parte avec le doute n'est pas très important. Ce n'est pas vraiment de cela qu'il s'agit.
    FlecheDeFer ..
    FlecheDeFer ..

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 6 critiques

    4,0
    Très bien fait, très bien joué, assez audacieux dans sa forme (avec cette fin totalement ouverte), rien de très original sans doute car c'est du bon vieux film de procès mais tout est très bien exécuté et on se laisse prendre par l'histoire, même si personnellement j'ai trouvé que la question qui se veut le centre du film (l'impact des réseaux et de la médiatisation) est finalement assez secondaire face au côté plus psychologique mettant en scène la famille de l'accusée. On attend aussi vainement une révélation, ou au moins une explication, et finalement on se demande s'il ne faudrait pas le revoir une seconde fois pour essayer de voir si le réalisateur a savamment caché le fin mot de l'histoire (chose qui apparaît souvent en deuxième lecture) ou s'il veut réellement laisser le doute pour suggérer probablement le fait que la vérité est toujours relative.
    Néo1Ciné
    Néo1Ciné

    Suivre son activité

    3,5
    L'histoire d'une jeune femme qui attend son procès pour le meurtre de sa meilleure amie. On sent la pression médiatique et la pression sociale s'emparer de cette étudiante, qui ne sort plus sans être accompagnée, qui ne fait plus rien et ne voit que peu de personnes. Elle transmet son désarroi face à une situation qui lui échappe et échappe à ses parents, malgré leur amour et leur soutien. Tout au long du film on se demande s'il y aura un rebondissement, un élément qui sera en faveur ou en défaveur de l'accusée... jusqu'au procès et verdict. Ce qui est intéressant c'est que le spectateur attend, il ne sait pas et finalement attend le verdict avec l'héroïne. Bon film dans l'ensemble.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 515 abonnés Lire ses 1 381 critiques

    3,0
    Du suspense il y en a, dans Acusada, mais au final, une seule des questions que le spectateur se pose aura trouvé sa réponse. Dans l'ordre : la jeune Dolores a t-elle assassiné sa meilleure amie ? Qui d'autre aurait pu commettre le crime ? Sera t-elle acquittée ou condamnée ? Il est d'ailleurs amusant que l'affiche argentine utilise comme accroche : Tout le monde cache quelque chose alors qu'en France, la phrase retenue est simplement : coupable ou innocente ? Evidemment, cette dernière interrogation est celle qui préoccupe quand on a affaire à un drame judiciaire mais, au-delà des scènes classiques de procès, plutôt banales, ce qui intéresse le réalisateur Gonzalo Tobal est d'un tout autre ordre : mesurer l'impact médiatique d'un tel cas, des réseaux sociaux à la télévision, d'une part, et témoigner des répercussions familiales et du système de défense à mettre en place pour contrecarrer l'hallali annoncé. Malgré quelques afféteries épisodiques de style, la mise en scène de Tobal, qui n'en est qu'à son deuxième long-métrage, est plutôt solide et refuse les flashbacks faciles ou l'habituel twist à un quart d'heure de la fin (quoique, à bien regarder ...). Manque un peu d'épaisseur aux personnages, notamment à Dolores, jouée de manière très uniforme par la chanteuse et mannequin Lali Esposito, pour que le film dépasse sa fonction de suspense à l'ambigüité caractérisée. A chacun dans l'obscurité de la salle de se faire sa propre religion, sachant tout de même qu'il y a quelques indices laissant penser que la jeune fille est sans doute coupable ou innocente (rayez la mention inutile).
    desiles ben
    desiles ben

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 26 critiques

    1,0
    Au début, on ne sait pas qui a assassiné Camila Nieves. A la fin, on ne sait toujours pas qui a tué Camila Nieves, donc si vous avez du temps à perdre...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top