Mon AlloCiné
Duel au soleil
note moyenne
3,8
260 notes dont 48 critiques
35% (17 critiques)
29% (14 critiques)
25% (12 critiques)
6% (3 critiques)
4% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Duel au soleil ?

48 critiques spectateurs

Sinefil44
Sinefil44

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 985 critiques

5,0
Publiée le 03/06/2012
Le film commence bizarrement pour un western, mais la suite se comprend aisément. Il est assez inhabituel de trouver Gregory Peck dans un rôle de mauvais et cynique garçon . King Vidor nous livre un petit chef-d'œuvre bâti sur un solide scénario où les scènes s'enchaînent pour le plus grand plaisir du spectateur. D'abord, les couleurs et les différentes mises en scène renforcent l'atmosphère de chaque séquence, les plus belles se présentant sous un ciel chargé. Ensuite, les différents déroulements offrent leur lot de satisfaction : le cheval de Pearl qui s'emballe rattrapé par Lewt McCanles, la scène avec le pasteur particulièrement cocasse, le regroupement des cowboys sous un ciel de traîne pour empêcher le chemin de fer de traverser les terres du ranch, la confrontation permanente entre les deux frères Lewt (Gregory Peck) et Jesse (Joseph Cotten), l'intransigeance du vieux sénateur plus têtu qu'une bourrique. Certaines scènes sont mémorables comme celle du dressage du cheval par Lewt ou de la mort de Laura Belle au pied du fauteuil roulant du sénateur. Les sentiments et les caractères sont très bien dessinés : le cynisme des uns, la loyauté des autres, sans oublier la versatilité féminine. Seule fausse note, le doublage de la servante noire est assez désagréable, pourquoi lui avoir donné une voix aigue et puérile ! Le ciel rouge du début et de la fin rend le spectacle d'une beauté indicible. Un des meilleurs westerns de tous les temps. Du grand, du très grand cinéma.
Sid Nitrik
Sid Nitrik

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 416 critiques

4,0
Publiée le 02/12/2013
Ce « Duel au soleil » n'est pas tout à fait un western classique avec pan-pan les indiens, règlement de compte dans le saloon (quoique...) et attention voilà John Wayne et la cavalerie. On est également bien éloigné du genre « spaghettis » qui, de toute façon, n'est pas encore né (nous sommes en 1946). Durant les 10/15 premières minutes on se dit « la vache, ça va être chiant »... et puis pas du tout, on rentre progressivement dans une histoire de famille vraiment intéressante. La mise en scène est particulièrement soignée et chaque protagoniste creusée consciencieusement. Le duel fratricide Gregory Peck / Joseph Cotten tient en haleine jusqu'au clap final. Le réalisateur King Vidor (un mec un peu « dark ») n'oublie pas d'apposer la marque « western » en reprenant des ingrédients classiques du genre : grands espaces, chevauchées, duels, chemin de fer, droit de propriété... On regrettera simplement que la magnifique Jennifer Jones, objet de bien des convoitises, surjoue légèrement parfois. Bien bon western.
Parkko
Parkko

Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 2 012 critiques

1,0
Publiée le 04/09/2010
Si l'image est très soignée (j'ai été surpris de voir que le film datait de 1946 !), le tout est quand même très pénible. Une histoire d'amour au Texas, sous fond de lutte pour le pouvoir sur les terres etc. On aurait pu s'attendre à une fresque passionnante, mais ce n'est pas le cas. Les passages qui ne concernent pas l'histoire d'amour sont plutôt réussis, notamment tous les drames familiaux qui se nouent, mais cela ne constitue qu'une part très restreinte du film. En effet, le reste du temps il faut supporter les hésitations amoureuses d'une jeune fille. Au bout de 2 heures, elle a eu le temps d'aimer/de détester environ cinquante fois les deux mêmes hommes, avec des retournements de situations improbables. Le problème c'est que cette passion n'apparaît jamais vraiment à l'écran et de ce fait on ne comprend pas ce que fait Pearl Chavez. Le tout devient très vite agaçant, surtout que Jennifer Jones surjoue au maximum.
Cegipede
Cegipede

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 81 critiques

3,5
Publiée le 02/12/2013
Duel au Soleil (Duel in the Sun) est un western particulier mais intéressant. C'est un western romantique, le seul du genre qui m'ait été donné de voir. Le personnage principal est une femme autour de laquelle gravite le film et les personnages. L'érotisme du film, qui déchaîna la censure en 1946, ne choque plus aujourd'hui. Le film a pris un coup de vieux et le côté fol'amor entre une femme fatale et un cow boy cynique (Gregory Peck) qui se termine en tragédie grecque semble trop exagéré pour être crédible. Le début du film est très poussif avec plusieurs longueurs, mais j'ai rarement un film qui gagne autant en intensité sur sa deuxième partie. Le final est par ailleurs mémorable et reste un grand moment de cinéma. Les acteurs de qualité, la complexité de l'histoire, des personnages et de leurs liens entre eux le tout filmé dans les beaux paysages du Texas font de Duel au Soleil un western complet mais aussi pédagogique sur la vie d'une famille d'éleveurs. Duel au Soleil est un un grand western original mais qui n'égale pas La Conquête de l'Ouest film majeur du genre.
TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 2 424 critiques

5,0
Publiée le 19/10/2013
Un très grand film trop souvent mal présenté, il n’a aucun point commun avec d’autres et surtout pas avec ‘’Autant en emporte le vent’’ dont Selznick souhaitait un succès comparable. Ici tout est démesuré jusqu’à l’érotisme a peine croyable dégagée par Pearl, il faut s’accrocher à son fauteuil. Il n’a, non plus, aucune longueur car cette histoire pleine de fureur, de sang et de mort a besoin de temps pour s’installer. Comme la mise en scène flamboyante nous charme la fin arrive encore trop tôt. Plus encore que par le technicolor, nous sommes fascinés par Jennifer Jones qui y est inoubliable. Toutes les facettes de son talent y passent à tel point que Gregory Peck devient le maillon faible du film tant il ne fait pas le poids face à elle. Il eut fallu un acteur avec une personnalité plus forte et un physique plus animal pour mériter 6 étoiles. (Son rôle dans’’ les grands espaces ‘’lui conviendra bien mieux). Il y de superbes morceaux de bravoure: La danse de la mère de Pearl suivie l’assassinat des amants, le dressage du cheval sauvage, l’affrontement de l’armée et des cow boys, la mort de Mrs McCanles et la séquence finale totalement folle mais artistiquement sublime. Il est vraiment rare de voir traiter un tel sujet, l’attrait irrésistible de Pearl pour Lewt s’apparente à celui de l'héroïne injectable pour un toxicomane, il me parait impossible dans ces conditions de parler d’un film d’amour mais plutôt d’un film traitant de la passion avec toute l’analyse intelligente que ce sujet mérite. C’est aussi inversement une leçon de sagesse. C’est d’ailleurs grâce à tous ces films magnifiques 100% cinéma que tous les cinéphiles de ma génération ont trouvé dans le quotidien l’équilibre qu’ils recherchaient. La vie et le grand cinéma ne se confondent jamais comme nos rêves et notre vécu, mais que serions nous sans eux? ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
jfharo
jfharo

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 232 critiques

2,5
Publiée le 18/02/2012
A l'époque j'en avais gardé un sacré souvenir !,aujourd'hui je trouve tout cela sirupeux . spoiler: Même la scène finale considérée comme culte je l'ai trouvé niaise .Reste les acteurs ...
tomPSGcinema
tomPSGcinema

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 3 010 critiques

4,5
Publiée le 22/01/2014
Possédant un casting ultra prestigieux, ce western baroque et bourré de sentiments s'impose comme l'une des plus belles réussites de son époque. La réalisation de King Vidor est merveilleuse et nous offre quelques grands moments de cinéma (le duel final en est sans doute la plus belle preuve), l'histoire s'avère assez captivante dès le départ, tandis que le technicolor est juste sublime. Quant au couple que forme Gregory Peck et la sublime Jennifer Jones, il atteint une intensité comme on en a rarement vu dans un film du même genre. "Duel au soleil" est donc un western profondément marquant sur le thème de l'amour fou et il mérite définitivement son statut de classique du cinéma.
velocio
velocio

Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 2 068 critiques

1,5
Publiée le 02/01/2014
Je suis un grand amateur de western et j'avais probablement déjà vu celui-là dans ma jeunesse. Mais alors, quelle déception en le revoyant ! Rarement vu aussi cucul, disons même grotesque pour de nombreuses scènes. Et, en même temps, profondément mysogyne et passablement raciste. Et en plus, Jennifer Jones surjoue de façon totalement ridicule. Tout cela donne un western très médiocre.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 516 abonnés Lire ses 4 334 critiques

3,5
Publiée le 03/12/2013
"Duel au soleil"(1946) est un western mélodramatique,assez singulier dans son déroulement comme son discours. Le producteur David ck avait décidé de faire dans le grandiose,et d'offrir un écrin total à sa femme,Jennifer Jones,qui tient ici le rôle principal d'une métisse tenaillée entre deux frères,aussi différents que l'eau et le feu. Valse de 7 réalisateurs,même si l'on retient qu'il est généralement attribué à King Vidor. Technicolor soigné. Nombreuses scènes à cheval(tournées de manière encore artisanales,c'est à dire en accéléré,avec des cascadeurs bien voyants). Et au centre,une tragédie antique,qui peut prêter à sourire aujourd'hui,mais qu'il faut replacer dans le contexte d'antan. Les hommes sont invariablement beaux et forts. Les femmes cruches et soumises. Jennifer Jones,dont la beauté bronzée saute aux yeux,surjoue un personnage déjà bigger than life. Le duel entre les deux frères trouve sa conclusion de manière marquante. L'amour entre Pearl et Lewt est difficile est suivre,ce qui représente assez bien la versatilité de ce sentiment. Le film est aussi un témoignage des farmers de l'époque,obligés de céder aux sirènes du capitalisme. Une œuvre qui ne ressemble qu'à elle même.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 846 abonnés Lire ses 3 679 critiques

3,0
Publiée le 01/09/2010
C'est bien réalisé, bien foutu, mais si certaines scènes sont plaisantes : comme la scène de fin, le film ne m'a guère remué.
Julien D
Julien D

Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 3 455 critiques

2,5
Publiée le 23/03/2015
Après le succès phénoménal d’Autant en emporte le vent, le producteur David Selznick voulut remettre le couvert dans le genre du mélodrame sur fond de western. Sûr de lui, il l’hésita pas à en reproduire les erreurs : Trois réalisateurs se sont succédé pour son précédent film, se sont cette fois pas moins de sept cinéastes qui durent se partager la réalisation du film. En plus d’exploser le budget initial, le résultat s’en ressent également sur la qualité du film puisque, d’un passage à l’autre, la mise en scène est à ce point différente que l’ensemble donne l’impression d’une succession de vignettes illustrant un même scénario. De fait, certains plans sont d’une grande beauté à tel point qu’il devient frustrant de savoir s’ils sont signés par Vidor ou un autre. Le scénario de Duel eu Soleil a lui aussi les mêmes défauts qu’Autant en Emporte le Vent, à savoir une misogynie et un racisme latents qui rendent certains dialogues imbuvables, ainsi que des longueurs qui plombent le romantisme au sein de ce triangle amoureux. Le charme de Jennifer Jones, la femme et égérie du producteur, serait le principal intérêt du film si elle ne surjouait pas à ce point. C’est donc la sensualité des scènes d’amour qui peut se prétendre comme le meilleur argument au modernisme de ce western ultra-romancé.
this is my movies
this is my movies

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 2 931 critiques

3,5
Publiée le 13/01/2019
Bien décidé à offrir un successeur flamboyant à son "Autant en emporte le vent", D. O Selznick donna l'occasion à sa dulcinée, la magnifique J. Jones, d'irradié l'écran de ses charmes, la sexualisant au maximum de ce que la censure du code Hays pouvait lui laisser comme espace. Pieds nus ou en sandales dans chaque séquence, danse suggestive, juste vêtue d'une serviette de bain face à un prêtre, la belle ne ménage pas sa peine, aguichant sans cesse, avec ses yeux magnifiques. Perdue entre deux frères, la belle finira par provoquer des tensions et des drames. Alors n'est pas un peu sexiste plus que romantique ? Clairement oui, mais on retrouvait déjà ça dans le film aux 11 Oscars. Western ouvertement romantique, le film reste bien sûr trop long au vu de ce qu'il raconte, sacrifiant son efficacité sur l'autel de la démesure, et il faut dire qu'on en prend plein les mirettes durant plus de 2 heures, que ce soit la cavalcade de centaines de cow-boys dans des plans larges impressionnants, ou bien à travers certaines éclairages dantesques (4 directeurs photo différents, autant de réalisateurs et un consultant lumière de luxe pour les plans avec J. Jones, à savoir le cinéaste J. Van Sternberg). Le résultat est suranné, constituant en creux une histoire intéressante, avec des thèmes passionnants, porté par des acteurs talentueux (J. Cotten, G. Peck ou encore L Barrymore), un pur film de producteur en soit, qui rassemblera un large public à sa sortie. Une curiosité de cinéphile, mais un western moyen et une histoire d'amour dérangeante. D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
babidi
babidi

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 273 critiques

4,0
Publiée le 20/01/2018
un western de king visor tres bien réaliser et c est peu dire un theme recurrent mais très bien exploite par des premiers roles exquis et des seconds plus qu a la hauteur un film a voir avec intérêt et a revoir avec grand plaisir
bobmorane63
bobmorane63

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 345 critiques

3,0
Publiée le 05/01/2017
Bof, c'est le terme que je choisirais pour qualifier ce Western dramatique !! Réalisé en 1948 par King Vidor, écrit et produit par David O. Selznick , ce long métrage a pourtant de l'ambition d'en avoir mis les moyens sur le plan financier, une oeuvre dans le fond qui vieillit bien, que ce soit dans la mise en scène avec de beaux plans avec de somptueuses lumières, les grands espaces avec des paysages superbes, une belle musique signé par Dimitri Tiomkin, un grand nombre de figurants et de chevaux pour quelques scènes. Mais c'est un Western et je trouve que dans ce film, l'histoire manque d'action, hormis la dernière demi heure, je me suis ennuyé et c'est trop gnangnan niveau scénario. Néanmoins, j'ai trouvé les acteurs plutot bons avec la belle métisse Jennifer Jones, Joseph Cotten et le toujours excellent Gregory Peck qui hérite la d'un role de salaud. Moi qui m'attendais à un grand film, je dois avouer que j'ai été un peu déçu.
Wagnar
Wagnar

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 1 287 critiques

5,0
Publiée le 27/12/2016
Le côté sentimental du film ne m'a pas trop gêné dans la mesure où j'arrive à apprécier occasionnellement les films où les grands sentiments sont exacerbés jusqu'à devenir bigger than life. Jennifer Jones est inoubliable. A mon avis cela doit être son meilleur rôle. Gregory Peck en mauvais garçon est étonnant. La passion amoureuse, folle et sensuelle, mélange de fascination et répulsion, entre les deux amants qu'ils interprètent demeure l'aspect le plus sublime de ce beau, grandiose et somptueux western. Le final, exceptionnel, n'a rien perdu de sa puissance. Certains pourront trouver ce film un peu trop mélodramatique ce qui entre autres constitue sa force. D'autres y verront des éléments similaires à Autant en emporte le vent (David O. Selznick est par ailleurs le même producteur des deux films). Ce film est plus intéressant dans la mesure où il peut être vu plus comme un grand drame shakespearien qu'un western.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top