Mon AlloCiné
    Consequences
    note moyenne
    3,9
    80 notes dont 22 critiques
    41% (9 critiques)
    41% (9 critiques)
    14% (3 critiques)
    5% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Consequences ?

    22 critiques spectateurs

    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 509 critiques

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2019
    Ce film "social" slovène sur un groupe de jeunes délinquants en centre d'encadrement est un chef-d'œuvre absolu réalisé avec de tout petits moyens; attention spoiler spoiler: "prends ça dans ta tronche de pervers narcissique".
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 89 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2019
    Remarqué au Festival de Toronto, « Consequences » relate l’entrée d’un jeune homme de dix-huit ans dans un centre de détention juvénile. En effet, sa colère l’empêche de s’intégrer dans un système scolaire ou de maintenir une relation stable avec sa famille. Lorsqu’il refuse les avances d’une fille lors d’une soirée, celle-ci l’accuse de viol et sa mère évoque ses absences répétitives devant la juge. Le voici alors confronté à d’autres jeunes hommes tourmentés et violents. Andrej va rapidement être la proie de ces derniers. Mais ne se laissant pas faire, il réussit à s’imposer puis à s’intégrer au groupe. Andrej va passer ses journées à traîner dans les soirées alcoolisées et la drogue, tout en dépouillant les plus faibles de leur argent. « Consequences » filme ces adolescents charismatiques au plus près, et la mise en scène fait qu’il réside une certaine pulsion érotique. En effet, Andrej semble de plus en plus attiré par Niko. La thématique de l’homosexualité y est abordée de façon assez unique car la violence n’est dans un premier temps pas synonymes de rejet. Bien que l’ambiance soit toujours brutale et la fin assez atroce, « Consequences » est un film sur la découverte d’une identité sexuelle mené avec beaucoup de délicatesse et ancré dans une réalité sociale forte de la Slovénie. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Benjamin B
    Benjamin B

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 27 juin 2019
    Un très beau film d'initiation, sensible et maîtrisé remarquablement réalisé par Darko Stante. A voir de toute urgence !
    GrandLuLu
    GrandLuLu

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 27 juin 2019
    les personnages sont d'une beauté magnétique, renversante. Centre de détention pour adolescents en Slovénie. on attache les ceintures...
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 36 critiques

    4,0
    Publiée le 29 juin 2019
    " conséquence " est un drame social slovène prenant. En effet nous y suivons le quotidien d'un jeune homme dans un centre pour garçon délinquant dans un récit violent, sans espoir démontrant la cruauté de la société slovène hypocrite et homophobe avec des acteurs très prometteur.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 558 abonnés Lire ses 76 critiques

    3,5
    Publiée le 5 juillet 2019
    Voici un film d’une cinématographie européenne extrêmement rare voire inexistante sur nos écrans hexagonaux. Il s’agit en effet d’un film slovène, petit pays de l’Est pourtant proche de nous entre la France et l’Italie. Ce qui ne veut pas dire que le cinéma là-bas est inexistant, pauvre ou peu qualitatif, la preuve avec ce « Conséquences » de belle tenue. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, encore moins un film qui va révolutionner quoi que ce soit mais sa vision s’avère très plaisante et les thèmes abordés plutôt intéressants. Le sujet principal des centres de détentions pour jeunes délinquants est bien abordé le réalisateur étant lui-même éducateur. Il a donc choisi pour ce premier film plus que maîtrisé un univers qu’il connaît bien et qu’il retranscrit de la meilleure des façons en pointant du doigt une certaine jeunesse désemparée et laissée à l’abandon. On est loin de « Dogpound », maître étalon de ce genre de film, mais plutôt que le thriller hard, Darko Stante a choisi une veine sociale et sociétale bienvenue. Ce pensionnat où des jeunes violents et désemparés ne répondent plus à l’autorité pourrait se voir comme le miroir d’un pays écartelé entre populisme et démocratie. Conséquemment, les rapports entre les personnages sont empreints de malaise et se devinent comme le parangon d’une population désemparée entre parents démissionnaires, velléités d’émancipation et besoin d’attention de la jeunesse ou encore tolérance limitée par un pays où la virilité est de mise. « Conséquences » interroge bien les questionnements intérieurs de son jeune héros complexe et taiseux à l’heure du passage à l’âge adulte. Celui-ci alterne violence (avec ses parents et certains détenus) et douceur (avec son rat et celui qui l’attire), besoin de reconnaissance et besoin d’indépendance, tendresse juvénile et folie emplie de rage contenue. Et pour incarner ce jeune protagoniste principal complexe, on est face à une perle au charme magnétique en la personne d’un acteur débutant : Matej Zemjic. Chapeau bas à ce jeune homme qui donne tout entre scènes sensuelles entre garçons, scènes de violence crue et intériorisation ou extériorisation d’émotions pas facile à retranscrire. Il est bluffant de bout en bout et joue beaucoup dans la réussite du film. L’immersion dans le monde carcéral pour jeunes n’apporte rien de nouveau et déploie certains clichés tel que le sous-fifre du bad guy ou des rapports de force classiques et déjà-vus entre soumission et domination. Mais c’est documenté et cet aspect documentaire ne prend jamais le pas sur la fiction pour un film sans baisse de rythme et à la tension qui monte crescendo. On sent que tout cela va mal finir. La fin n’est donc pas vraiment surprenante, elle est même logique, mais elle reste quand même crue et choc. La mise en scène caméra à l’épaule se justifie bien par le fait que le cinéaste veut coller au plus près des atermoiements psychologiques de ses personnages et des rapports malsains qu’ils entretiennent. Quant à l’homosexualité du jeune héros, elle est montrée avec tact, réalisme et pudeur mais ne se marie pas toujours bien au propos premier du film. Disons que lorsque « Conséquences » traite de l’un ou de l’autre sujet séparément ça passe mais le fait de marier les deux est un exercice ardu (mais pourtant pas antinomique tant l’homosexualité en prison peut être un sujet passionnant) qui n’est pas toujours bien négocié. Une belle découverte dans tous les cas. Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 334 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,5
    Publiée le 8 août 2019
    Andrej a une gueule d’ange. Il plaît aux filles mais ne leur manifeste pas l’intérêt qu’elles lui portent. Une jeune fille dont il a repoussé les avancces l’accuse de viol. Ses parents, avec lesquels il est en conflit permanent, ne prennent pas sa défense. Il est envoyé en centre de redressement. Andrej y croise Zeljko, un jeune psychopathe, drogué et violent, et tombe sous son charme. Avec Niko, le trio multiplie les provocations. "Conséquences" nous vient de Slovénie. Ayant déjà fait une plaisanterie similaire au sujet d’un récent film nord-macédonien, je ne dirai pas que c’est le meilleur – et le seul – film slovène que j’aie jamais vu. Mais la tentation est grande…. "Conséquences" explore un sillon déjà maintes fois creusé : celui de la jeunesse délinquante, en mal d’affection et de repères. On pense évidemment aux "Quatre cents coups", au "Petit Criminel" de Doillon, à "La Tête haute", à "Fish Tank" (qui avait révélé la réalisatrice Andrea Arnold), à "Dog Pound de Kim Chapiron ou à "Clip", un film serbe qui avait donné des sueurs froides à la censure. Mais il le fait avec un angle d’attaque singulier : l’accent mis sur les inclinations homosexuelles de son héros et les difficultés à les assumer. Cette dimension est souvent sous-jacente dans les films de prison. On se souvient d’une scène de "Midnight Express". Mais elle reste toujours secondaire. Elle est ici au contraire au centre de la relation toxique entre Andrej et Zeljko. Si les jeunes acteurs sont tous épatants, le scénario n’évite malheureusement pas l’écueil du manichéisme. On pressent que l’attirance du beau Andrej pour le vicieux Zeljko finira mal. On redoute autant qu’on espère que leur pacte diabolique finisse par se rompre. Il manque ce je-ne-sais-quoi à Darko Štante – qu’avait trouvé Jean-Bernard Marlin avec "Shéhérazade" – pour faire d’un drame convenu une histoire poignante.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top