Notez des films
Mon AlloCiné
    Koko-di Koko-da
    note moyenne
    3,5
    41 notes dont 5 critiques
    répartition des 5 critiques par note
    1 critique
    2 critiques
    1 critique
    1 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Koko-di Koko-da ?

    5 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 582 abonnés Lire ses 1 408 critiques

    3,0
    Publiée le 19 novembre 2019
    Le premier film du suédois Johannes Nyholm, The Giant, était déjà fort étrange : l'histoire d'un champion de pétanque dont le physique n'était pas sans rappeler celui d'Elephant Man. Mais Koko-di Koko-da pousse le bouchon encore plus loin dans la bizarrerie avec cette sorte de Jour sans fin qui a des allures de cauchemar horrifique revisité façon Alice au pays des merveilles. Il est difficile de savoir où le metteur en scène veut en venir mais une fois que l'on a renoncé à trouver les clés du film, il devient fascinant par son côté lancinant et répétitif, proposant des variations à l'infini d'une scène traumatisante où interviennent les mêmes personnages, ceux d'une comptine nordique, semble t-il. L'imprévisibilité dans un contexte donné est la principale qualité de Kpkp-di Koko-da mais en configure également les limites, vu qu'à peu près n'importe quoi est susceptible d'arriver, à partir du moment où le couple central va systématiquement se faire malmener (euphémisme) pour on ne sait quelles obscures raisons. On l'avait remarqué dans son premier long-métrage, Johannes Nyholm est un cinéaste fort doué avec un style très personnel. Il n'empêche que pour être prenant, l'exercice de style se révèle malgré tout d'une gratuité et d'une perversité assez évidentes.
    L'AlsacienParisien
    L'AlsacienParisien

    Suivre son activité 381 abonnés Lire ses 787 critiques

    2,0
    Publiée le 26 septembre 2019
    Qu'on se le dise, "Koko-di Koko-da" n'est pas un film d'horreur conventionnel. Je dirai plutôt que c'est un film de genre expérimental, et jusque là tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Vous l'avez peut-être déduit en lisant mes critiques, mais plus c'est atypique, mieux je me porte ! Mais là, pour moi, l'expérimental rime avec n'importe quoi. Pourtant, ce deuxième long-métrage de Johannes Nyholm a des bonnes idées de départ. Entre la violence d'"Orange Mécanique" et le concept de "Un jour sans fin", le réalisateur nous plonge dans les abysses d'un couple en crise. J'ai personnellement adoré l'ouverture du film, à la fois étonnante et réaliste. Cette violence soudaine, greffée à une atmosphère étrange, m'a tout de suite happé. Mais ce point de départ ne mène à rien et donne sur une seconde partie qui reste un pur mystère pour moi. Cette répétition d'une même scène, d'un destin auquel on ne peut échapper, est un vrai cauchemar, certes, mais qu'est-ce que ça raconte sur la longueur ? Pas grand chose et progressivement, notre intérêt s'atténue, se contentant des bonnes idées inexploitées du film. Le concept des trois personnages de serial-killer sortis d'une comptine est intriguant et singulier, tout comme les parties en ombres chinoises. Mais quel est l'intérêt ? L'enjeu ? Le lien entre tous ces éléments ? Un cauchemar dérangeant et curieux, mais rien de plus. La forme du film m'a paru atypique mais inabordable, étrange mais ennuyeuse. C'est comme si on restait en surface de quelque chose de vraiment palpitant et je suis sorti frustré de ne pas avoir réussi à recoller les morceaux ensemble. Je comprend les nombreuses sorties qu'il y a eu pendant la séance... De plus, certaines scènes abstraites s'ajoutent à ce cercle vicieux et rendent le propos encore plus indigeste. Très franchement, ceux qui aiment les casses-têtes et objets curieux, vous pouvez y trouver votre compte ! Ceux qui veulent de l'efficacité, un scénario intelligent mais abordable, repensez y à deux fois.
    Ebony Maw
    Ebony Maw

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 16 novembre 2019
    Koko-di Koko-da de Johannes Nyholm est un conte fantastico-horrifique et dramatique débordant d'onirisme via ses expérimentations visuelles et la structure de son récit (similaire à Edge of tomorrow ou encore Un jour sans fin), ce dernier est une allégorie tantôt touchante tantôt perturbante mêlée à une certaine poésie et bercée par une mise en scène qui pour sûr est inventive et rafraîchissante. Il est impossible de faire une critique sur ce film sans souligner l'excellent travail sonore et visuel du métrage qui n'est pas sans rappeler les longs et courts métrages de l'excellent et incontournable David Lynch (et ça c'est du compliment !), l'immersion est donc par conséquent décuplée et rend notre investissement physique par nos sens moins difficiles que d'habitude, mais n'est-ce pas le but d'un conte ? D'aisément nous bercer dans l'imaginaire et la rêverie ? Allez au cinéma, trouvez la place qui vous convient et abandonnez-vous, Koko-di Koko-da vous attend.
    Morray95
    Morray95

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 13 novembre 2019
    Une très bonne surprise pour un amateur de films d'horreur/suspense plus conventionnels/classiques tels que les Conjuring/Insidious. J'ai trouvé le développement des personnages et le déroulement de l'intrigue très intéressants. Je n'ai pas eu de mal à me plonger dans le film directement. Enfin, les forêts suédoises font un excellent décor pour un film de ce genre. Je recommande !
    KeyserSoze
    KeyserSoze

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 13 novembre 2019
    Vu à l’Etrange Festival, je ne m’attendais pas du tout à un film comme celui-ci, il est très intriguant et captivant. J’ai eu quelques appréhensions au début du film mais celui-ci nous amène rapidement au coeur d’une intrigue sans fin que vont vivre les personnages. Une expérience particulière, qui fait penser à l'étonnant "Borders", sûrement l’ambiance scandinave fantastique qui ressort de ces deux films. A voir.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top