Mon AlloCiné
La Nuit de l'iguane
note moyenne
4,1
210 notes dont 33 critiques
27% (9 critiques)
39% (13 critiques)
21% (7 critiques)
9% (3 critiques)
3% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Nuit de l'iguane ?

33 critiques spectateurs

cylon86
cylon86

Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 4 388 critiques

5,0
Publiée le 14/04/2013
John Huston adapte Tennesse Williams mais n'oublie pas d'introduire dans la pièce du dramaturge des thèmes qui lui sont chers. Ainsi, dans cet hôtel paumé au fin fond du Mexique vont se retrouver des personnages égarés, tous plus perdus et seuls les uns que les autres. Du prêtre défroqué pour "fornication" à la propriétaire nymphomane en passant par la vieille fille de quarante ans et la jeune fille qui ne demande qu'à se faire dépuceler, la galerie est pittoresque. Et Huston nous montre qu'au final, tous ces personnages ne sont que des êtres qui ont besoin d'une compagnie, pour ne pas finir seul et misérable. Il parle aussi de l'être humain qui est cruel envers Dieu et nous renvoie une image peu reluisante mais terriblement vraie et au final optimiste. La mise en scène est d'une grande qualité, photographiée avec un superbe noir et blanc. Et si les acteurs se disputaient souvent pendant le tournage, force est de reconnaître que Richard Burton est grandiose en prêtre qui s'accroche à sa croix comme à une bouée de sauvetage (rien que la scène d'introduction où il chasse les fidèles de son église est géniale) face à une Ava Gardner à fleur de peau et une Sue Lyon pleine de sensualité. Mais la plus belle image du film, c'est celle du vieux poète qui ne meurt qu'une fois qu'il a achevé son poème, chose que fera Huston lui-même en terminant son dernier film sous assistance respiratoire avant de se laisser aller une fois le tournage achevé. Magnifique.
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 3 112 critiques

4,0
Publiée le 21/09/2012
Un film magnifique de Huston sur la difficulté d’être un humain. Dans ce Mexique qu’il aimait tant, Huston invite une bande personnages improbables qui sont des égarés de la vie au bord de la dérive comme souvent dans les romans ou pièces de Tennessee Williams. Du prêtre défroqué et alcoolique à la tenancière nymphomane faute d’amour en passant par la bigote lesbienne refoulée, la lolita en mal de dépucelage ou la vieille fille prude voyageant avec son père poète nonagénaire, tous sont en recherche de l'autre. Quelque soit la souffrance que chacun porte en lui il y a toujours du réconfort à trouver dans la compagnie de ses semblables veulent nous dire à l'unisson Huston et Williams. Grands bourlingueurs ils parlent en connaissance de cause. C'est lors d'une nuit orageuse dite la nuit de l'iguane (à qui Burton rendra sa liberté au petit matin) que les destins vont se jouer. Le vieux poète trouvera enfin les rimes qui manquent à son dernier poème pouvant ainsi rendre l'âme et le prêtre attaché sur son hamac trouvera enfin une voie vers la sérénité après une conversation enfiévrée avec la vieille fille devenue orpheline. Sur des destins tragiques et solitaires Huston bâtit un film rempli d'optimisme. Un de ses meilleurs opus.
pittgeller
pittgeller

Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 719 critiques

5,0
Publiée le 18/04/2007
Un homme, trois femmes, une nuit… Une ambiance noir et tumultueuse, une plongée passionnante dans les profondeurs de la noirceur humaine, pour un psychodrame de haute gamme et passionnant, dans de magnifiques décors exotiques sous le soleil du Mexique. Les acteurs sont excellents !
waits
waits

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

5,0
Publiée le 20/07/2006
Génialement filmé (même si on pourrait en dire autant de presque tous les films de huston) "la nuit de l'iguane" surprend par la virtuosité du réalisateur à distiller une atmosphère moite et entêtante comme l'alcool dont s'abreuve Richard Burton, littéralement habité par son personnage. Rythmé comme un air exotique désenchanté, le film fascine jusque dans son titre très symbolique, l'iguane surgissant dans la nuit comme les vertiges existentiels des différents personnages. Brillant.
Bardon de Kater
Bardon de Kater

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 67 critiques

5,0
Publiée le 22/07/2014
On aurait du interdire à Ava Gardner de faire des films, elle est trop belle ! Non je déconne, ce film est un grand moment de bonheur, d'autant que dans ce film fabuleux, Ava ne se contente pas d'être belle, elle joue divinement !
Estonius
Estonius

Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 3 054 critiques

4,5
Publiée le 30/12/2013
C'est du Tennessee William et du bon ! Le scénario est complétement freudien, nous démontrant que quoi qu'on fasse et qu'on dise, c'est le sexe qui domine les rapports entre les êtres humains. Ça aurait pu être lourd, les dialogues étant souvent très littéraires (c'est le seul point faible du film), mais le jeu des acteurs transcende tout : Richard Burton, nonchalant, imprévisible, plein d'humour, Ava Gardner rayonnante de sensualité qui nous explique qu'on peut très bien être nymphomane et aimer son mari (lequel était d'ailleurs consentant), Deborrah Ker, sobre et sublime qui nous raconte une étrange rencontre sexuelle (mais avortée) et Sue Lyon, déchainée. Et n'oublions pas Grayson Hall en lesbienne refoulée et acariâtre. Le film contient aussi une critique de la religion (on détache l'iguane, parce que Dieu n'a pas été foutu de le faire… jolie symbolique) Un régal.
loulou451
loulou451

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 497 critiques

5,0
Publiée le 01/09/2011
Longtemps passé inaperçu dans la riche filmographie de John Huston, cette "Nuit de l'Iguane" demeure pourtant l'un de ses meilleurs films, à ranger aux côtés d'African Queen, de L'homme qui voulut être roi", ou du Faucon Maltais. Un scénario d'une grande originalité, des dialogues étincelants, une fraîcheur intacte et sans cesse renouvelée, une interprétation sublime (Richard Burton brille de mille feux entre Ava Gardner et Deborah Kerr !), des décors naturels à couper le souffle font de ce film une œuvre moderne, riche et forte. Un très grand film.
Maqroll
Maqroll

Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 1 123 critiques

5,0
Publiée le 07/06/2009
Deux ans après Freud, passions secrètes, Huston tourne cette adaptation de Tennessee Williams dont on connaît les penchants pour les ressorts psychanalytiques. La preuve est ainsi faite que le metteur en scène a remarquablement saisi les mécanismes freudiens dans cette adaptation remarquable où il jongle avec les symboles tout en s’offrant le plaisir de diriger une sacrée équipe d’acteurs et surtout d’actrices. En pasteur égaré, Burton est remarquable, comme toujours. Sue Lyon est dans la droite ligne de Lolita et Ava Gardner est égale à elle-même. Mais la plus grande performance est à mettre sur le compte de Deborah Kerr, éblouissante de sobriété et de talent. Un film devenu un classique. A voir, bien sûr.
longshot
longshot

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 50 critiques

5,0
Publiée le 01/01/2008
Superbement écrite, la pièce est transposée à l'écran par un John Huston remarquablement inspiré. Tous les éléments traditionnels à tennessee williams sont ici exploités : un homme en perdition, des femmes manipulatrices, un soupçon d'homosexualité... et un orage nocturne qui dévoile les consciences en une violente thérapie de choc. Richard Burton est au bord de l'abîme, Ava Gardner, Deborah Kerr et Sue Lyon nous montrent trois images de la femme, synonymes de déchéance et de rédemption. Une superbe adaptation.
Jiel
Jiel

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 18/03/2006
Je suis un fan inconditionnel de Ava Gardner, plus belle actrice de tous les temps (Ah, Mogambo ...), et c'est donc pour elle que j'ai regardé ce film. Mais c'est pour Richard Burton et Deborah Kerr que je l'ai re-regardé. Ils sont au sommet de leur art dans ce film. Du très grand John Huston !
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 2 837 critiques

3,0
Publiée le 28/05/2017
Sensualité, moiteur, chaleur torride..... La tentation féminine frappe à la porte de ce pasteur. JH filme des pulsions et des réactions épidermiques dans l'opposition permanente et obsédante avec le groupe. Jeu psychanalytique avant tout.
belo28
belo28

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 106 critiques

5,0
Publiée le 06/07/2011
Un film magistralement mis en scène et interprété avec subtilité et profondeur! Un drame, sur la psychologie et les moeurs de la fin des années 50 aux états Unis! Un grand film!
calamarboiteux
calamarboiteux

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 438 critiques

3,0
Publiée le 08/05/2011
Un pasteur défroqué (Richard Burton), devenu guide touristique au Mexique, est balloté entre plusieurs femmes. Huston installe le décor de la pièce de Tennessee Williams dans un hôtel au bord de la mer, l’agrémentant d’une première partie se déroulant lors du voyage qui y conduit. Le texte est travaillé, symbolique, profond, mais il manque de naturel. Trop souvent il recherche l’effet plus que la fluidité, son côté mélodramatique est gênant, les situations sont parfois convenues, et le message véhiculé est simpliste. La galerie de personnages a une suffisante variété, chacun est crédible, les rapports entre eux sonnent vrais. Conscient des difficultés de transposition, Huston s’efforce de pimenter l’œuvre par quelques scènes plus dynamique, plus propres média qu’il utilise. Néanmoins cela a ses limites, et comme il s’interdit de jouer de la beauté des décors, ou de par trop s’éloigner de l’esprit du texte, le film reste trop statique, trop alangui. Malgré un tournage semble-t-il difficile, les acteurs font corps avec leurs personnages, leur jeu n’est pas excessif, et ils s’efforcent de donner un peu de spontanéité à un texte très, ou même trop littéraire. Ava Gardner et Deborah Kerr sont particulièrement remarquables. On peut être plus ou moins accroché par cette œuvre soignée, selon qu’on y voit une peinture juste des problématiques humaines, ou une construction artificielle qui se préoccupe plus d’être brillante que d’entraîner le spectateur à sa suite.
tomPSGcinema
tomPSGcinema

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 3 010 critiques

3,5
Publiée le 18/04/2017
Que l'on aime ou pas cette histoire écrite par Tennessee Williams, force est de constater que cette adaptation possède une mise en scène très raffinée signée John Huston et une distribution de très grande qualité. Difficile en effet de ne pas être conquis par les performances de Sue Lyon qui interprète avec talent l'adolescente nymphomane, de Richard Burton qui est parfait dans le rôle d'un pasteur défroqué, ou encore d'une Ava Gardner qui n'a sans doute jamais été aussi sensuelle. Une oeuvre controversée certes, mais que j'ai personnellement beaucoup apprécier, d'autant qu'elle possède une très belle photographie et des costumes très bien conçus.
Sir Boris G.
Sir Boris G.

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 124 critiques

2,5
Publiée le 24/10/2016
J'ai été très déçu par ce film dont j'attendais beaucoup par sa réputation et son synopsis. Je n'ai pas trouvé le film torride et bestial annoncé, les "pulsions refoulées" des personnages le restent bien tout au long du film. Peut-être est-ce un problème d'époque, de 1964 à 2016 il s'en est passé des choses surtout dans les moeurs sexuelles entre les summer of love, valseuses ou autres sex and the city etc... On ne m'enlèvera pas qu'un film comme "Un tramway nommé désir", tourné dix ans plus tôt garde pourtant une sauvagerie bien plus forte que ce film-là qui, même la question du désir sexuel mise de côté, ne m'a pas foutu une tension comme le font pourtant un grand nombre de thriller ou films noirs de toute époque. Le problème c'est que le film assez bavard fait plus du dialogue/débat inutilement sophistiqué sur l'existence et la sexualité que du cas clinique pur et dur comme il le faudrait pour créer de l'émotion. Je n'ai rien contre Freud, il m'a fait devenir psy. Ce qui est dommage, c'est de s'enfermer dans de la psychanalyse intello alors que la vraie démarche de cette discipline est justement de libérer les pulsions de toutes les fioritures intellectuelles ou de postures que les hommes se mettent pour se rassurer. Et pour le coup, le film est rempli de fioritures. Entre un prêtre déchu qui n'arrive à assumer ses pulsions qu'il continue d'appeler "péchés" et "insultes à Dieu" et un vieillard-poète qui déclame tel un nostradamus la gravité du désir humain, on est loin de l'ambiance "décontractée du gland" de nos amis Pierrot et Jean-Claude (Les Valseuses). Même s'ils alourdissent le film, les dialogues ont tout de même le mérite d'être intelligents, mais ils pourraient être beaucoup plus simples et exprimer la même chose. Niveau acteur, Richard Burton et Sue Lyon s'en sortent bien, Gardner est assez inégale (on s'en qu'elle "joue" même si parfois ça fonctionne bien) et bizarrement beaucoup moins sensuelle que dans Les Tueurs ou La Comtesse Aux Pieds Nus... Déborah Kerr reçoit la palme selon moi, son personnage pourtant assez prude respire le naturel et la simplicité, ce qui fait du bien à ce film trop garni et sans réelle profondeur à mon goût.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top