Mon AlloCiné
Simone
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Simone" et de son tournage !

Le thème de l'illusion

Déjà réalisateur de Bienvenue à Gattaca et scénariste de The Truman Show pour Peter Weir, Andrew Niccol aborde une fois de plus le thème de l'illusion dans Simone par le biais de son actrice pur produit informatique. Un sujet qui semble être cher au metteur en scène, qui en avait fait le thème central de Truman show dans lequel Jim Carrey vivait sans le savoir dans un monde artificiel créé autour de lui pour les besoins d'une émission télévisée.

Référence à l'âge d'or d'Hollywood

Pour sa fable sur la célébrité et l'apparence, Andrew Niccol a souhaité ancrer son action dans la modernité, mais également faire référence à l'âge d'or du cinéma hollywoodien, situé dans les années 1930. Pour Edward Lachman, directeur de la photographie de Simone, "le but était de réunir les éléments et le style qui ont forgé le mythe des studios : les grands bâtiments alignés, les publicités géantes mais sobres, les maisons sur le bord des plages. Pour les studios, nous avons privilégié l'image des années 30. Nous avons cherché un graphisme et des décors qui rendent le film intemporel. Cela renforce l'idée de la fable."

Effets made in France

Toutes sortes d'effets spéciaux ont été nécessaires pour donner vie à Simone : recours à l'écran vert, effets holographiques, effets numériques et apparition d'une comédienne de chair et de sang. Les séquences qui dévoilent l'actrice dans son enveloppe informatique (celles où le spectateur la voit apparaître petit à petit et celles où elle s'évapore littéralement) ont, elles, été confiées à la société française BUF, basée à Los Angeles

Un assemblage de nombreuses actrices

Pour créer l'actrice idéale, Andrew Niccol s'est basé sur certaines comédiennes ayant réellement existé. "Simone est un mélange d'Audrey Hepburn, de Grace Kelly et de quelques autres", explique ainsi le réalisateur. "Nous l'avons conçue comme une personne moderne mais avec des éléments de beauté intemporels et indémodables. Certains autres éléments, au niveau de son corps ou de sa voix, sont également issus de grands noms, mais la plupart préfèrent rester dans l'ombre. Paradoxalement, Simone existe. Chacun des ingrédients qui la composent provient de la réalité. Elle n'est pas virtuelle. Elle est simplement l'assemblage composite de beaucoup de d'éléments. C'est un puzzle."

A la recherche de Simone

Qui est Simone ? Un secret bien gardé, une campagne publicitaire savamment orchestrée, et le mystère s'installe : actrice réelle ou image de synthèse au top ? Il semble que Simone soit un peu les deux, faite de pixels lors des séquences se déroulant avec Al Pacino seul face à l'écran. Difficile cependant d'envisager des effets spéciaux pour d'autres scènes, où l'actrice semble bien réelle. Elle est en fait incarnée par une comédienne inconnue, top model dont l'identité s'est longtemps limitée aux initiales AG. Un scoop a ensuite révélé que l'heureuse élue s'appelait Anna Green... avant qu'un autre ne vienne préciser que ce nom était en fait un pseudonyme, réduction de "Anamorphic green screen". Finalement, Simone semble être incarnée par une certaine Rachel Roberts, née à Vancouver, au Canada

Al Pacino conquis

Evoquant sa partenaire Simone, Al Pacino s'est déclaré fasciné par l'actrice. "Elle consacre tout son temps à concrétiser ses buts, à se rendre attractive pour les autres afin qu'ils puissent s'attacher à elle, en espérant qu'elle aide l'histoire et le film qu'elle interprète. C'est une approche inhabituelle. Elle n'a pas d'ego et reste simple."

De la simulation à Simone

Outre le fait d'être un délicieux prénom féminin, le mot Simone possède l'avantage de décrire ce qu'est réellement la comédienne, à savoir un produit informatique. Simone (ou S1m0ne) n'est rien d'autre que l'abréviation de "Simulation One", le nom du programme qui donne naissance à la star.

Une évolution logique ?

Pour le réalisateur Andrew Niccol, le temps n'est plus loin où l'on découvrira des actrices virtuelles, à l'image de sa Simone. "Les comédiens clonés ou synthétiques seront bientôt partout", annonce-t-il. "C'est une évolution logique, une réalité. Nous y serons bientôt confrontés par l'intermédiaire de nos ordinateurs ou de nos télévisions. Tous les jours, nous verrons des gens dont nous serons incapables de dire s'ils sont fait de chair et de sang ou de pixels, et cela n'aura pas d'importance."

Présenté à Deauville

Simone est présenté en avant-première lors du 28e Festival du cinéma américain de Deauville en septembre 2002.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Suspiria (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • Un homme pressé (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • En liberté ! (2017)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Sale temps à l'hôtel El Royale (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Les Animaux fantastiques (2016)
  • Au Poste! (2018)
  • Frères de sang (2018)
  • Kursk (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Capharnaüm (2018)
Back to Top