Mon AlloCiné
    La Scoumoune
    note moyenne
    3,3
    186 notes dont 23 critiques
    13% (3 critiques)
    4% (1 critique)
    30% (7 critiques)
    39% (9 critiques)
    9% (2 critiques)
    4% (1 critique)
    Votre avis sur La Scoumoune ?

    23 critiques spectateurs

    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 60 critiques

    2,5
    Publiée le 28 août 2019
    La scoumoune est une film sympathique, mais sans plus. Ce n'est le film de Bébel le plus original : Bébel y incarne un jeune homme un peu voyou, un peu vengeur, seul contre toute une armée, j'ai l'impression d'avoir déjà vu ça. Ce n'est pas du coup la performance de Belmondo, certes ultra-charismatique qui m'a le plus enthousiasmé (car elle est au final très proche de celle de l'Animal, du Professionnel, de Peur sur la ville ou l'Homme de Rio). Bébel y fait du Bébel. Le film marche beaucoup grâce au charisme de son acteur principal et la tragédie du personnage principal condamné à la vie de truand (d'abord pour sauver un ami puis pour le venger). L'histoire est correcte mais assez inégale (j'ai préféré clairement la dernière partie du film). Claudia Cardinale est magistrale et Michel Constantin délivre une prestation très honnête (acteur de second rôle et à la filmographie longue mais peu fournie en succès). On retrouve également Gérard Depardieu tout jeunot dans un de ses tout premiers rôles. La sympathie que le public peut avoir pour Bébel a du beaucoup jouer dans le succès intemporel de ce film, car si on regarde sur le papier, le personnage principal est extrêmement ambigu. spoiler: Certes, son amitié avec Xavier est très touchante, mais elle ne l'empêche pas d'avoir une relation très trouble avec la femme de celui-ci et la première partie du film consiste à le voir prendre la tête par la force de la pègre marseillaise à des fins personnelles. La musique est assez sympathique. La scoumoune est comédie au final assez sympathique, mais je ne la rangerais pas personnellement dans la short-list des films de Belmondo à voir absolument.
    marmottefurieuse
    marmottefurieuse

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 70 critiques

    2,5
    Publiée le 18 janvier 2019
    Une réalisation et mise en scène qui laissent vraiment à désirer. Beaucoup de scènes ne sont pas crédibles (la prison, l'attaque du gang de malfaiteurs noirs...) Quant aux personnages, ils sont quelque peu stéréotypés avec Belmondo qui joue le caïd décontracté, Michel Constantin qui joue la brute et Claudia Cardinale qui apporte la touche de féminité bienvenue dans cette atmosphère masculine et virile. Au final un film très moyen.
    BoBdeNiro
    BoBdeNiro

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 101 critiques

    2,5
    Publiée le 20 décembre 2018
    Un Bébel mineur dont le principal défaut est une piètre mise en scène frisant parfois l'amateurisme, ce qui engendre de facto quelques défauts dans le déroulement scénaristique, créant des incompréhensions pour le spectateur; ajoutons comme autre conséquence des acteurs en totale roue libre, qui en dehors des trois personnages principaux jouant par défaut comme a leur habitude (le héros roulant les mécaniques pour Belmondo, la belle latina charmeuse pour Cardinale et la brute mal dégrossie pour Constantin) des seconds rôles mal dirigés donc jouant faux ou surjouant en permanence, des situations peu crédibles (la prison peu réaliste faisant plutôt penser à un camp de vacances, le gang des "blacks" caricatural à outrance...), reconstitution de l'époque à l'économie digne d'un téléfilm du dimanche... Un divertissement basique donc, à voir sans trop chercher à réfléchir.
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 14 critiques

    3,0
    Publiée le 23 octobre 2017
    Un film égocentrique pour José Giovanni, dont c'est la seconde adaptation de son propre roman d'ordre autobiographique L'Excommunié, la première (Un nommé la Rocca ; Jean Becker, 1961) ne lui ayant pas plu. Et l'oeuvre ne démarre pas dans le sens d'excuser cela, s'enterrant dans une figuration mal située dans l'espace et le temps d'une pègre marseillaise d'avant-guerre expliquée sans pédagogie, dans le flou de ses actions délétères qu'il ne cherche jamais à dissiper. D'ailleurs le thème menaçait de passer de mode en 1972. Non que les concessions faites par un style à la mode soient une prérogative dont il faille faire usage, mais l'oeuvre a très mal vieilli de les avoir refusées. Et puis cette partie du scénario cède la place à une dimension historique étalée sur une douzaine d'années fictives au long du film, un format étonnant qui témoigne des racines littéraires de l'histoire. De truands, les personnages deviennent des prisonniers, et ils sont engagés après la guerre comme démineurs, une tâche si ingrate et dangereuse qu'elle accélère la libération de ceux qui y survivent. On se retrouve au final avec un thriller à la française qui prend le temps de se pencher sur des aspects secondaires érigés en thèmes entiers, ce qui oblige à considérer Giovanni comme un grand réalisateur. Un film qui fera diverger beaucoup d'opinions. septiemeartetdemi.com
    Djam A
    Djam A

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,5
    Publiée le 28 juillet 2017
    ce film est un remake d 'un nommé La Rocca de Jean Becker tourné en 1961 tiré du roman de José Giovanni, L'excommunié un très bon film policier sur le code de l'honneur avec la magnifique musique de françois de roubaix .
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    2,5
    Publiée le 20 avril 2017
    La Scoumoune est un film un peu faible de Giovanni, qui se laisse voir mais avec le sentiment d’assister à un métrage parfois maladroit au rythme hasardeux. Le métrage est bien porté par Belmondo. Loin du cabotinage qu’il a parfois déployé, il porte bien son personnage, face à un Michel Constantin solide, et à une Claudia Cardinale charmante mais malheureusement assez peu exploitée ici. Elle se contente de vagues apparitions. On est comme souvent chez Giovanni dans du cinéma viril, et il ne sait pas trop comment donner une place au premier rôle féminin, dans ce film. Les personnages sont eux aussi typiques du cinéma de Giovanni, des truands plus ou moins reluisants. La Scoumoune ne surprendra pas par cet aspect. Le scénario est moyen. Le départ est assez brouillon, mais le métrage parvient ensuite à s’installer relativement bien. Pour ma part, le défaut majeur de ce film reste ses ellipses très nombreuses et parfois assez monumentales, qui rendent les transitions très âpres et peu perceptibles, et la narration chaotique. C’est un problème réellement sensible, et assez gênant, qui ne parvient toutefois pas à gâcher pleinement un métrage qui, par ailleurs, propose quand même quelques bonnes scènes prenantes, et des rebondissements suffisamment nombreux pour garantir un divertissement correct quoique mineur à n’en pas douter. Sur la forme ça reste du Giovanni, un réalisateur pas forcément transcendant mais avec un certain sens de l’image. Il maitrise honorablement ses scènes d’action, n’appuie pas trop ses effets, mais c’est du cinéma d’artisan laborieux plus que de vrai artiste. On ne sent pas d’ailleurs, contrairement à ses meilleurs métrages, une véritable ambition esthétique, et certaines séquences manquent de crédibilité (l’obus). Reste une reconstitution correcte quoique sans grand relief de l’époque. A noter une bande son signée François de Roubaix, qui surprend par son décalage avec la tonalité du métrage. Moyennement convaincu. En clair La Scoumoune est un métrage moyen, qui se laisse voir mais sans plus. Je ne m’attendais pas à un chef-d’œuvre, mais clairement j’espérai un métrage plus maitrisé de la part de Giovanni, qui ici s’enlise dans une narration beaucoup trop brouillonne pour accrocher franchement. 2.5
    Fabrice R.
    Fabrice R.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 26 novembre 2016
    Une perle oubliée ! devenu culte depuis qqes annees voici , du cinéma bis populaire comme il n y en aura plus. On retrouve les gueules des années 70. un Bebel "western spaguetti"accompagné d un Constantin un peu fou qui bien sûr n arrêté pas de râler, Claudia Cardinale géniale comme à l habitude.on retrouve aussi avec bonheur le mexicain barbu du "rapace" toujours de José Giovanni. l1 musique de François de Roubaix superbe . utilisation massive des synthétiseurs analogiques vintage Arp Solina, séquenceurs et boîte à rythme façon jean michel jarre. totalement anachronique . ne boudons pas notre plaisir, car le film est jouissif!!!!
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 2 111 critiques

    3,0
    Publiée le 1 juillet 2014
    Giovanni nous livre un remake du film de Jacques Becker « Un nommé La Rocca ». C’est l’occasion pour lui de mettre en valeur Bébel qui poursuit après « Le Cerveau » d’Oury sa carrière de « voyou sympa » du cinéma français. Bien sûr on peut reprocher plein de choses au film : son côté préfabriqué, son manque de réalisme des personnages, sa vision idyllique du milieu, le côté téléphoné de certaines scènes uniquement destinées à mettre Belmondo en valeur. Malgré toutes ces insuffisances qui font que le film n’est à classer dans aucun genre à force d’emprunter à tous, on ne peut s’empêcher de prendre du plaisir à regarder évoluer ces pauvres zigs qui nous donnent à voir une France qui n’a réellement jamais existé telle que Giovanni veut nous la présenter. C’est ce qu’on appelle tout simplement le cinéma de divertissement comme savaient nous le concocter les faiseurs de l’époque qu'étaient les Deray, Molinaro, Giovanni, Enrico et consorts. Aujourd’hui ce cinéma nous manque et certains metteurs en scène le cherchent en vain car l’insouciance des acteurs d’alors qui ne se prenaient pas au sérieux a été remplacée par une recherche de la performance qui n'autorise plus guère la fantaisie.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 844 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juin 2014
    Dans ce film sur le milieu marseillais d'avant-guerre à la reconstitution intéressante, bebel est tout à fait à l'aise, et de fait, La Scoumoune est un film agréable à suivre.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1546 abonnés Lire ses 8 697 critiques

    3,0
    Publiée le 5 janvier 2014
    Le cas de Josè Giovanni est assez curieux pour qu'on le signale! Certes, il n'ètait pas un immense cinèaste - il ètait bien meilleur comme romancier - , mais il avait avant tout le sens de l'aventure! Ses films sont souvent moins bons que les adaptations de ses romans par d'autres, comme on peut le voir avec Robert Enrico et surtout avec Jacques Becker! Mais dans "La scoumoune" (prècèdente version, "Un nommè La Rocca, en 1961) qu'il signe en 1972, Giovanni se montrait plus ambitieux qu'à l'habitude dans une oeuvre à demie rèussie où l'on retrouve comme par hasard l'èternel Jean-Paul Belmondo, avec un pendant fèminin inattendu, la belle Claudia Cardinale, et un faire valoir convaincant, Michel Constantin! Fresque sur le milieu entre 1935 et 1945, du Marseille d'avant-guerre au bagne, "La scoumoune" (mot qui signifie la malchance) n'en demeure pas moins divertissante où Giovanni se consacre exclusivement à la mise en valeur de ses vedettes, en particulier le grand Bèbel qui nous donne toute la mesure de son talent en incarnant un personnage attachant qui porte malheur à ses ennemis...
    Vixare
    Vixare

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 257 critiques

    2,0
    Publiée le 4 juillet 2013
    La Scoumoune est un film peu enthousiasmant, tourné sans grande imagination et souffrant d'un scénario linéaire, trop centré sur ses deux personnages principaux. Je préfère souvent José Giovanni à l'écriture plutôt que derrière la caméra. Et là encore l'impression fut la même, celle d'une réalisation qui mise tout sur les performances du duo Bébel-Constantin, très agréable à voir évoluer ensemble certes, mais limité dans le temps. Quant à Claudia Cardinale, son rôle demeure très faiblement valorisé. Dans la manière et sur le même thème, La Scoumoune m'a régulièrement fait penser à Borsalino, avec un souffle épique manquant et une ambiance moins charmante. Pour terminer, même les dernières minutes du film tendent à nous laisser sur notre faim. A réserver aux inconditionnels de Jean-Paul Belmondo et de Michel Constantin !
    bsalvert
    bsalvert

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 2 488 critiques

    2,0
    Publiée le 21 mars 2013
    Pendant des années, les films de Belmondo étaient construits autour de l'acteur sans que le scénario importe, ce film en témoigne. PLV : aux inconditionnels de Belmondo
    Fred S.
    Fred S.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 134 critiques

    3,5
    Publiée le 1 décembre 2012
    Bon film de José Giovanni, des gangsters qui finissent par faire du déminage. Belmondo et Constantin sont très convaincants.
    marlène G.
    marlène G.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2011
    Le couple belmondo Contantin fonctionne à merveille. C'est un des meilleur film de Belmondo, les personnages sont charismatiques et comme toujours la musique envoutante.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 559 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    0,5
    Publiée le 21 décembre 2009
    Belmondo a aussi fait de vrais nanars."La Scoumoune" en est la preuve.Adaptation du roman du réalisateur José Giovanni intitulé "l'Excommunié",le film s'embourbe illico dans une intrigue confuse,qui ne tient pas debout.La pègre du milieu marseillais dans les années 30 et 40.Un sujet proche de "Borsalino",mais ici point de Delon.Ce qui choque,c'est la très grande laideur de l'image.Couleur caca d'oie,et accompagnée d'une musique qui n'a pas survécue aux années.Encore plus grave,la direction d'acteurs est laissée à l'abandon.On note ainsi de grands écarts dans le jeu des acteurs,l'un outrancier,l'autre sobre.Bébel,lui-même,est presque méconnaissable.Sa perplexité transparaît à l'écran.Il a beau jouer la virilité et le ténébreux,ça ne marche pas.Et pourtant,il y avait de quoi chavirer avec la présence de la bellissima Claudia Cardinale(malgré tout confiné au rôle de potiche)et de l'ami d'enfance Michel Constantin.Pas d'attachement,pas de tension.Même la prison semble cool!C'est un torrent de clichés avec les voyous sur leur 31,les prostitués de night-club et la fin bizarre.A oublier.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top