Mon AlloCiné
Furie
note moyenne
3,8
374 notes dont 49 critiques
47% (23 critiques)
39% (19 critiques)
10% (5 critiques)
2% (1 critique)
2% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Furie ?

49 critiques spectateurs

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 1 240 critiques

4,5
Publiée le 16/09/2013
Fritz Lang frappe fort pour son premier film outre-Atlantique, en s'attaquant à la valeur de la justice américaine, et plus précisément, à la punition que mérite le lynchage. Mais le film va encore plus loin en questionnant la compatibilité de la justice et de la vengeance (on ne dévoilera alors pas la surprise scénaristique qui permet cette réflexion). Cette idée divise les personnages, mais aussi le spectateur, ce qui rend le débat encore plus passionnant. Lang ne choisit jamais son côté (les lyncheurs ou la victime), mais demeure presque dans une position attentiste, et alors, il ne se place jamais comme un tyran qui imposerait sa propre vision. Il place le spectateur face à sa conscience, et le laisse pleinement délibérer. Un tour de force brillant, à la chute mémorable.
Misoramengasuki

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 506 critiques

3,5
Publiée le 05/10/2005
Le film a un côté "exercice de style" qui empêche de le considérer véritablement comme un grand chef d’œuvre : la démonstration est vraiment scolaire, le trait très appuyé. Il n’empêche qu’on est toujours aussi admiratif devant la maîtrise de Fritz Lang, la pertinence de son propos, la noirceur de son regard sur l’âme humaine, qui parvient à contaminer chaque instant du film. Son indépendance d’esprit, aussi : pour une première œuvre sur le sol américain, le moins qu’on puisse dire est qu’il ne donne pas dans la complaisance à l’encontre de sa terre d’asile ! Même dans un genre aussi convenu aujourd’hui que le film de procès, il parvient à nous surprendre avec le redoutable stratagème mis au point par le procureur pour dévoiler la conspiration du mensonge et du silence des témoins du lynchage. Spencer Tracy est immense, parvenant à camper avec autant de conviction l’amoureux transi que la victime ivre de vengeance à l’encontre de ses bourreaux. Quant à Sylvia Sydney, on aura la surprise de la retrouver plus de cinquante ans plus tard dans... "Beetlejuice" et "Mars attacks !" (eh oui !). Comme quoi jouer les fiancées modèles, même un peu falotes, ça conserve !
lilybelle91

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 910 critiques

4,0
Publiée le 24/02/2011
Excellent drame sur l'auto-justice, plus méconnu mais aussi bon que "12 hommes en colères" !
gimliamideselfes

Suivre son activité 840 abonnés Lire ses 3 668 critiques

5,0
Publiée le 03/10/2009
Chef d'oeuvre de Fritz Lang, très sombre, superbement réalisé dans un noir et blanc magnifique. La fin aurait gagné à être plus sombre comme celle de la rue rouge par exemple… Mais comment s'attarder sur la dernière minute du film alors que tout le reste est un exemple, un véritable modèle à suivre encore de nos jours.
TTNOUGAT

Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 412 critiques

5,0
Publiée le 20/02/2015
Encore un film à thème mais quel thème! Quasiment universel et encore plus fréquent qu'ailleurs dans l'Amérique du début du 20 ième siècle : le coté hystérique et bestial d'une foule comparée à une meute de loups. Pour enrichir encore plus le contenu de son propos Lang ajoute une deuxième thème qui est la conséquence des effets du premier : les dégâts collatéraux irréversibles subis par une victime innocente. Il en ressort un film extrêmement édifiant et convaincant dans lequel on retrouve tout le talents et les excès du réalisateur. Spencer Tracy y tient une grande place, ses qualités de comédien sont bien utiles dans ses deux rôles, celui du candide puis celui du méchant; il y est parfait. Sylvia Sydney se remarque forcement bien que son rôle ne soit pas essentiel, Lang la filmant avec amour. ''Furie''est avant tout un film fort dont le sujet dépasse les acteurs puisque il s'agit pour l'homme de résister à ses pulsions et Lang excelle dans ce domaine depuis M le maudit dont il poursuit le réalisme. Les scènes de la foule sortant paniquée du tribunal, suite à la projection des images du lynchage, en sont un témoignage éloquent. Une fois de plus le cinéma des grands maitres constitue les meilleures leçons de vie qui soient si on prend la peine de retenir ce qu'il se passe derrière les images et les propos. Mieux c'est filmé, plus c'est éducatif donc directement profitable pour acquérir sagesse et sérénité.
nekourouh

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 687 critiques

4,5
Publiée le 27/08/2011
Plaidoirie de grande qualité avec une mise en scène ambitieuse et un scénario très bon.
tomPSGcinema

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 2 983 critiques

4,5
Publiée le 25/11/2010
Un pompiste injustement accusé d'enlèvement est victime d'un lynchage de la part de la population locale... C'est en 1936 que Fritz Lang réalisera un de ses chef d'oeuvre, et qui restera aussi comme son premier film produit pour les studios américains. Cette histoire de vengeance - qui est un des thème préféré du réalisateur - est vraiment passionnante, et le tout se suit avec beaucoup d'intêret grâce, d'une part, à une mise en scène très sombre mais d'une grande maîtrise et d'une réelle efficacité, et d'autre part, grâce évidemment à la très grande performance de Spencer Tracy qui est totalement ancré dans son personnage. A ses côtés, nous retrouvons la charmante Sylvia Sidney qui s'avère bien émouvante dans le rôle de sa femme, mais aussi un certain Walter Brennan dans un second rôle très intéressant. Il y a dans ce film, certaines séquences qui sont assez inoubliables ( notamment celle concernant l'incendie de la prison qui reste encore aujourd'hui bien marquante ), et le tout est emmener par une magnifique photographie en noir et blanc de Joseph Ruttenberg qui tient en haleine le spectateur du début jusqu'à une fin mémorable. Du très grand cinéma donc et qui se regarde avec grand plaisir à chaque vision.
AMCHI

Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 5 571 critiques

5,0
Publiée le 31/08/2006
Dès sa 1ère réalisation américaine Fritz Lang frappe fort en signant un grand film très noir. Spencer Tracy est formidable dans la peau de ce pauvre bonhomme se trouvant mêlé dans une impitoyable furie qui va le transformer. Du grand art, un film admirable et marquant et il est regrettable qu'ensuite très peu de ses réalisations américaines soient aussi réussies.
Jean-luc G

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 320 critiques

3,5
Publiée le 04/02/2019
Trente ans avant Arthur Penn dans La poursuite impitoyable, Lang avait abordé le thème du lynchage, et l'attaque de la prison locale par la foule fanatisée présente de façon identique le processus d'exaltation furieuse d'une foule, et de ce qui fut longtemps une des taches des USA: un lynchage sans procès tous les trois jours, et presque jamais de condamnés. Steve Tracy n'est pas Redford, et le shérif Edward Ellis n'a pas bien sur la présence de Brando. En revanche, la condamnation de la vengeance, déviance aussi perverse que le lynchage, donne une puissance inégalée au scénario. Court, efficace, ce premier Lang américain reste très classique dans sa facture et son final mais n'a pas vieilli ni perdu de son acuité. PC1 vo - février 2019
this is my movies

Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 2 918 critiques

4,5
Publiée le 19/04/2018
(...) En soi, le film est hyper intéressant, développant en creux quelques thèmes intéressants.Il y a déjà celui de la foule meurtrière. Toute la montée en puissance de la rumeur, ainsi que de l'échauffement des pulsions, est absolument magistrale. Au détour d'une séquence géniale, Lang montre donc comment, avant l'apparition des réseaux sociaux, on pouvait communiquer une information, qui se dégrade peu à peu, au fur et à mesure des transmissions et surtout, des transmetteurs (une commère qui cherche à se faire mousser alors qu'elle ne sait rien, des données erronées qui circulent). Le sommet de l'ironie est atteinte quand les habitants interrogent le malheureux adjoint du shérif, point de départ involontaire de la rumeur. Ce dernier dit alors la vérité, avant de se faire traiter de menteur par les habitants, lui répliquant que, eux, savent très bien de quoi il en retourne. Ahurissant, et terriblement authentique. Une fois la foule lâchée, le film vire alors au thriller intense, avec le pauvre Joe qui entend alors les habitants réclamés sa tête. Tandis que le shérif exhorte ses concitoyens (et électeurs, une donnée bien exploitée par quelques dialogues du film) à renter chez eux, on assiste à un moment hallucinant, celui où une femme vient dire à son mari que s'il persiste à protéger un meurtrier, elle le quittera ! Puis vient l'escalade de la violence, avec en toile de fond l'incompétence et le manque de discernement des politiques (un sujet malheureusement trop peu traité par le film). Le procès se révélera lui aussi un bien beau morceau de bravoure, avec quelques scènes épiques ainsi que les inévitables retournements de situation. Témoin et malgré tout acteur du procès de ses "meurtriers", Joe manipule donc l'issue des débats. Effondrée, la pauvre Katherine se bat quant à elle pour faire vivre sa douleur, un moment poignant, jouée à la perfection par l'actrice Silvia Sydney lors de sa comparution face à l'avocat de la défense. Il reste pour moi une petite faute de goût, c'est le passage où un film d'actualité est apporté comme preuve d'inculpation des prévenus, ce dernier ayant un montage bien trop cinématographique et trop peu réaliste pour être un reportage d'actualité censé être pris sur le vif. Visuellement, la patte de Lang est bien visible, avec notamment tout ce que son style expressionniste peut apporter aux cadrages et aux éclairages. On a ainsi droit à des visages bien découpés par les ombres, ces dernières apportant un certain cachet à certaines images fortes du film. Et puis, il y a le formidable plan où Joe est "hanté" par son acte, avec les quelques visages en surimpression qui l'entourent. Un plan qui vaut mille mots et qui résume parfaitement l'état émotionnel et psychologique du personnage. La critique complète sur thisismymovies.over-blog.com
Sir Boris G.

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 124 critiques

4,5
Publiée le 07/08/2016
Une pépite de plus à la filmographie de Fritz LANG. Plus qu'un grand film, le film d'un grand (le plus grand pour moi). Super film sur la psychologie des foules puis le conflit intrapsychique entre la conscience morale et la pulsion de vengeance avec un fond psychanalytique tout en finesse, comme le sont également les passages plus "mélodramatiques" auxquels le réalisateur à l'élégance de couper court rapidement pour ne pas verser dans la sensiblerie (il n'a tellement pas besoin de cette facilité). Des effets/montages simples mais justes permettent de suivre les projections et le subconscient des personnages. Encore une fois et comme très souvent chez Lang (je ne dirai pas toujours car je n'ai pas vu toute son oeuvre), c'est extrêmement fin et réfléchi tout en ne sacrifiant jamais l'émotion et l'efficacité du suspens ou de la tension. Merci FRITZ
weihnachtsmann

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 2 798 critiques

3,5
Publiée le 07/08/2016
Erreur judiciaire, procès, cavale et vengeance. Les ingrédients du film noir sont bien là et le film gagne encore plus en noirceur vers la fin où l'homme justement devient sans pitié pour ses assaillants, une vraie fureur jusqu'au renversement final qui ne peut éviter le côté moralisateur.
PierreTwo

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 33 critiques

5,0
Publiée le 06/01/2016
Passionnant, haletant; prenant; j'aimerais que les films que je vois au ciné et qui durent 2h45 soient aussi bons et efficaces que celui-là de 1h30! Et il est encore tant d'actualité: plein de sujets de société abordés sans lourdeurs aucune. Un lynchage avait lieu tous les 3 jours à l'époque aux Etats-Unis comme il y a sans cesse de nos jours des massacres commis par des gens armés. Le chien "Rainbow" aussi est génial: j'adore la scène où il trouve ce chien alors qu'il vient de laisser sa petite amie à la gare "you look the way I feel, lonely and small". Aussi, c'est plutôt malin et original d'avoir utilisé le chien comme marquage du temps qui passe: on la voit plus tard avec des puppies donc on comprend que des mois sont passés.
gnomos

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 492 critiques

5,0
Publiée le 17/09/2013
Un très bon film sur le retour à l'instinct primaire des hommes, qu'il s'agisse de justice sommaire ou de vengeance. La bêtise de la foule et sa dramatique conséquence sont ici magistralement illustrées, ainsi que le thème de la vengeance, qui transformera un brave homme en justicier implacable. J'ai quand même noté une remarque du procureur, citant les deux ans de prison de l'un des accusés, puis comme seconde preuve de mauvaise moralité, de n'avoir aucune religion! mais bon, même si c'est hors-sujet, un petit chien est mort.
TheDarkKnight74

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 194 critiques

4,0
Publiée le 17/05/2013
Après son départ d'Europe, fuyant l'Allemagne suite à l'expansion du nazisme qu'il déteste, et après une brève escapade à Paris, Fritz Lang commence sa carrière aux USA sous la bannière de la Metro Goldwyn Meyer avec Furie, film de commande dont l'objectif engagé est de détoner en tant que réquisitoire sur le lynchage. Le réalisateur va alors s'y intéresser et se l'approprier pour le conformer à son grand thème de prédilection : la recherche de la justice. Une poursuite menée à travers Fury avec une maestria indéniable, dans un développement croissant en phase avec la tension dramatique. Spencer Tracy dans le rôle principal est magistral, son regard dur d'ange vengeur lui servira plus tard lors de son interprétation du Dr Jeykill et Mr Hyde de Victor Flemming. Mais le metteur en scène est trop habile pour laisser un acteur clé porter à lui seul le film sur ses épaules (ce que Spencer Tracy aurait sans aucun doute été capable de faire, mais là n'est pas la question). Sa place prédominante n'a de sens que si l'on considère tout le reste, à savoir ses proches (son frère et son ami, incarnés par des acteurs convaincants), sa femme bien sûr (Sylvia Sidney formidable sans ce rôle de fragilité et de déchirement intérieure), et les habitants d'une ville entière, dépeinte avec une farouche ténacité, une efficacité doublé d'un talent rare (la même que dans Les bourreaux meurent aussi, un des chefs d’œuvres de Lang). Tracer les lignes de ce tableau avec cette frénésie enragée permet à Lang d'apporter un dynamisme profond à son sujet. Il introduit le cadre de vie et de fonctionnement de la bourgade en citant différents niveaux emboîtés entre eux (les femmes qui échangent leurs ragots lors d'une scène métaphorique très drôle en parallèle avec la transmission alcoolique des rumeurs chez les hommes), les dissidences en rapport avec les postes occupés (le shérif bénéficie d'une aura de respect tant qu'il ne gêne personne). La caméra surfe avec rapidité, saisissant l'essentiel sur le vif, animant ce petit monde d'un bouillonnement émotionnel qui servira plus tard à déclencher la haine ardente conduisant au lynchage. Le dénouement tragique et implacable laisse le spectateur tout aussi furieux que la foule, avide de vengeance. Lorsque Joe Wilson reparaîtra, c'est notre propre image en miroir qui nous sera confronté, et cela nous aidera à prendre peu à peu conscience du bon choix qui s'impose devant l'attitude fanatique de la victime. Quant à ce dernier, toujours en forme de réponse à nos réactions morales, il choisira la voix de la justice, aidé par sa femme de manière subtile et intérieure. Furie est empreint d'une portée qui dépasse de beaucoup le simple cadre de la critique sociale, en nous imposant un examen de notre propre conscience. La construction du récit, l'utilisation du cadre de la caméra et la très belle photographie noir et blanc contribuent à élaborer cet écrasant suspens qui nous pousse dans nos derniers retranchements. La puissance et la diversité narrative n'atteint pas les sommets de Hangmen Also Die! Cependant, on s'en rapproche dans ce que l'on peut considérer comme son premier volume préparatif.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top