Mon AlloCiné
    Fat City
    note moyenne
    3,7
    70 notes dont 15 critiques
    0% (0 critique)
    27% (4 critiques)
    47% (7 critiques)
    20% (3 critiques)
    7% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Fat City ?

    15 critiques spectateurs

    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 203 abonnés Lire ses 610 critiques

    3,0
    Publiée le 18 novembre 2014
    John Huston dresse le portrait sans fard d’un boxeur alcoolique, magnifique looser incarné par le trop rare Stacy Keach, gueule idéale pour ce job et dont le jeu s’apparenterait à celui de notre regretté Patrick Dewaere. Sur une sombre balade de Kris Kristofferson surgissent l’empathie et la mélancolie alors que ce boxeur sur le retour tente de reprendre sa vie en mains, se revoyant au travers d’un boxeur fougueux, campé par le très jeune Jeff Bridges. Malgré cet unique premier rôle au cinéma, Stacy Keach connaîtra le succès en 1984 dans la série Mike Hammer. On retrouve dans Fat City une séquence mémorable de rangement du placard selon Stacy Keach, qui deviendra une scène culte utilisée à répétition dans la série Mike Hammer, tout comme l’essai du costume et du chapeau feutré. Jeff Bridges, quant à lui, fera une belle carrière au cinéma. Cette œuvre méconnue de John Huston explore davantage la psychologie de ses personnages que sur le monde de la boxe amateur. Estampillé seventies mais bénéficiant d’une photographie d’excellente facture, Fat City est un bon film d’auteur à découvrir, mais n’est pas exempt de défauts.
    Espace-Critique.fr
    Espace-Critique.fr

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 15 critiques

    3,0
    Publiée le 9 septembre 2018
    Une petite déception. C’est le Nouvel Hollywood dans toute sa splendeur, lent et pessimiste, mais ce qui m’a surtout gêné, c’est que le scénario donne l’impression de naviguer à vue, alternant entre les deux personnages principaux sans nous permettre vraiment de nous attacher à eux et enchaînant des scènes souvent trop étirées en longueur. Peut-être parce que le scénariste adapte son propre roman. Par contre, les acteurs sont très bons, notamment Susan Tyrrell, que je ne connaissais pas. La réalisation n’est pas mal non plus, mais pas vraiment marquante. Malgré tout, le film dégage quelque chose de difficile à définir, un certain charme et de l’élégance dans son désespoir.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1503 abonnés Lire ses 8 650 critiques

    4,0
    Publiée le 12 novembre 2012
    Le cynique John Huston est l'auteur qui confèrera à ses personnages de hèros dèchus la plus forte dose d'humanitè dans ce film magnifique qui compte parmi les manifestations les plus sincères et les plus sensibles de cette nouvelle forme de romantisme! Sorti en 1972, ce "Fat City est une excellente histoire de boxeur hantèe par le passè! Stacy Keach y joue admirablement cet ancien boxeur pauvre, divorcè, alcoolique et solitaire, qui va rencontrer par hasard dans une salle de boxe un jeune et prometteur Jeff Bridges! On sait que la boxe a toujours attirè Huston qui avait boxè dans sa jeunesse! Mais coups de poing ou pas, c'est toujours cette profonde humanitè de ses personnages qui intèresse le rèalisateur de "The Maltese Falcon". La solitude dans la grosse ville "Fat City" (de Stockton en Californie) et puis "La dernière chance" (selon son titre français) pour ce boxeur devenu alcoolique qui tente de refaire surface sont des thèmes èvidemment hustoniens (humour et tristesse, amertume et tendresse). Et le scènario, aussi brillant soit-il, signè Leonard Gardner, qui adapte ici son propre roman, donne un gage d'authenticitè à l'ensemble entre paumès et solitaires, anti-hèros et poivrots! Stacy Keach n'a jamais que trente et un ans à l'èpoque et trouve dèjà son plus beau rôle au cinèma! De son côtè, Jeff Bridges a dèjà l'ètoffe d'un grand et la soularde Susan Tyrrell (qui nous a quittè en juin 2012) est d'une fragilitè à fleur de peau, tantôt agaçante-tantôt èmouvante! De l'espèrance, encore et toujours, portè par un jeune cinèaste de soixante-six ans dont la mise en scène paraît tout aussi fraîche et moderne qu'à ses dèbuts en 1941! Probablement l'oeuvre la plus attachante de Huston avec une superbe chanson de Kris Kristofferson ("Help Me Make It Through the Night") dans la très belle scène d’introduction...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 566 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    2,0
    Publiée le 10 mars 2012
    On ne peut pas reprocher au film d'être impersonnel puisque l'on retrouve comme thème principal le portrait affectueux d'une bande de losers, celui de prédilection du cinéaste considéré comme le "Chantre de l'échec" du cinéma américain(à quelques rares exceptions près dont "African Queen" !!!) John Huston. On ne peut pas reprocher non plus aux acteurs un jeu manquant de naturel car c'est tout le contraire. Mais reste que pour moi, contrairement à ce que disent de nombreuses bibles du cinéma, c'est une des oeuvres les moins intéressantes de son réalisateur. Pour même être carrément franc, je me suis un peu emmerdé. Raconter la vie de losers dans le milieu de la boxe, pourquoi pas même si le sujet est loin d'être nouveau car de très nombreuses fois abordé au cinéma mais le récit est beaucoup trop décousu puisqu'on puisse s'accrocher à l'histoire ou à s'attacher aux personnages. Le milieu de la boxe a connu de biens meilleures oeuvres, la filmo de Huston aussi.
    JoeyTai
    JoeyTai

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 248 critiques

    2,5
    Publiée le 2 avril 2012
    C'est une suite de portraits assez intimistes de paumés, qui s'accrochent comme ils peuvent à la vie, du côté de Stockton, aux "States", avec l'univers de la boxe en toile de fond. Les acteurs sont tous excellents et servent bien l'histoire. Le cinéaste s'attache longuement à ses personnages, filmant leurs travers, leurs descentes aux enfers ou leurs fragiles rebonds, là où l'alcool n'est jamais loin. Il donne à voir leurs rêves de grandeur plus ou moins réalistes, leurs angoisses, leurs espoirs. Les scènes intimistes sont les plus réussies, grâce notamment à des dialogues et silences très travaillés. La boxe côté losers produit des scènes parfois drôles, souvent dures. Le revers de la médaille, c'est que le rythme du film est lent, qu'il ne se passe finalement pas grand chose, que l'on peine à dégager une ligne de force, un message. C'est vraiment un moment de la vie de quelques paumés qui ont pris des coups (au sens propre pour certains). Une œuvre prenante et attachante, mais qui ne saurait toutefois être qualifiée de grand film.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 536 critiques

    4,5
    Publiée le 22 août 2013
    Hélas trop méconnu, Fat City est l'un des quelques très grands films "sur la boxe", même si cette dernière occupe ici la fonction de décor, de toile de fonds sur laquelle se détache les silhouettes bien vivantes des grands oubliés du rêve américain...
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 18 février 2018
    Il aura fallu attendre une trentaine d'années depuis son premier film Le Faucon Maltais pour voir John Huston aborder la thématique de la boxe, thème qui lui est assez cher alors qu'il a été boxeur amateur dans sa jeunesse dans les années 1920. Ici, il nous emmène dans les rues sordides de Stockton pour y suivre le destin d'un ancien espoir de la boxe devenu alcoolique mais qui va tenter de remonter sur le ring. John Huston dépeint un milieu qu'il affectionne, celui de la boxe, des bars et du désespoir, il nous immerge avec force et intensité dans la vie de ce loser qui va tout tenter, au fur et à mesure de ses combats et rencontres, pour reprendre espoir et accéder à une vie meilleure et de gagnant. Le futur metteur en scène du Piège pousse ici assez loin dans le réalisme, puisant dans ses souvenirs personnels et proposant une véritable authenticité, participant pleinement à la force émotionnelle qui se dégage du récit. Fat City voit aussi le cinéaste sublimer une écriture de qualité, tant dans les personnages que les dialogues, et abordant avec immense brio et justesse le désespoir, l'alcool, la vie sur et en dehors du ring, notamment la capacité à se prendre des uppercuts en pleine poire, ou encore les aléas et le quotidien d'une vie triste et sordide. L'ambiance est souvent déprimante mais toujours forte émotionnellement, notamment grâce aux portraits humains proposés par John Huston, ce dernier montrant une vraie aisance derrière la caméra, notamment pour capter l'essence même des enjeux et personnages. Il mène avec brio son récit, gère parfaitement le rythme et les protagonistes tandis qu'il dirige admirablement ses comédiens, qu'ils soient professionnels ou non, et laisse planer un certain parfum mélancolique sur une oeuvre définitivement remarquable et d'une infinie tristesse. En mettant en scène Fat City, John Huston revient sur une partie de sa vie et jeunesse, proposant une oeuvre d'une grande tristesse et désespoir et abordant comme personne la vie et ses aléas, notamment dans les pires moments, et ce avec une réelle et puissante charge émotionnelle.
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 497 critiques

    3,0
    Publiée le 27 mars 2011
    On aurait aimé de la part de John Huston un film sur la boxe poins attendu. On est très loin du superbe "Raging bull". reste que Huston sait créer une ambiance et que l'interprétation tient la route. Un des premiers rôles de Jeff Bridges déja décidé à ne pas s'enfermer dans des rôles de jeune premier.
    mac guffin
    mac guffin

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 73 critiques

    3,0
    Publiée le 27 janvier 2014
    Un cinéma anti-spectaculaire par excellence, qui montre à quel point un monstre d'Hollywood comme Huston a su flirter, à une certaine période de sa carrière, avec une forme de ciné indépendant caractéristique des années 70. Ici, il filme avec son empathie habituelle des choses rarement vues sur les écrans : files de travailleurs en quête de quelques dollars à la récolte des légumes, univers de boxeurs minables, piliers de bars...La justesse dans la vision de cette Amérique des perdants est servie par l'excellente interprétation de Stacy Keach et d'un Jeff Bridges en devenir. La photographie naturaliste y participe également. En revanche, ce côté presque trop intimiste, et un défaut de rythme handicapent le film. A voir pour les amateurs de ciné US made in seventies.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 21 mai 2011
    Ambiance et personnages Hustoniens pour un rendu parfait mais aussi un mouvement et un rythme très particulier frustrant et en même temps tellement tangible.
    dai72
    dai72

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 630 critiques

    1,5
    Publiée le 9 novembre 2012
    Assez déçu par ce film qui est certes plutôt bien fait, bien écrit mais il manque de rythme, de profondeur, pas mal de scènes semblent inutiles ou désordonnées par rapport au reste. Rien à dire sur la performance des comédiens, ni même sur la réalisation. Par contre, l'ensemble n'est pas très flatteur !!
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 475 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,0
    Publiée le 1 juillet 2016
    Film un peu méconnu dans la vaste filmographie de John Huston, "Fat City" rassemble pourtant de nombreux thèmes chers au réalisateur, en particulier cette affection pour les losers, ces types qui n'arrivent pas à sortir la tête hors de l'eau quand bien même ils essaient de faire quelque chose de leur vie. Nous suivons donc le parcours de Billy Tully, ancien boxeur devenu alcoolique tentant de remonter sur le ring mais aussi celui d'Ernie, un jeune boxeur que Tully prend sous son aile et qui a tous les atouts pour une belle carrière rapidement fichue en l'air par les aléas de la vie. Regardant ses personnages avec affection, Huston nous les montre surtout en dehors du ring trimer pour gagner leur vie et pour trouver un peu de réconfort auprès des femmes tandis que dans le ring, il nous montre des types qui ont toujours l'air aussi paumés. La niaque, contrairement à Rocky Balboa, ils ne l'ont pas vraiment. Et pourtant boxer est ce qu'ils savent faire de mieux, qu'importe si on en prend plus dans la tronche qu'on en donne. Sans jamais tomber dans le pathos, John Huston nous montre ces deux losers faire leur bonhomme de chemin, encaisser les coups et continuer puisqu'il le faut bien. Dans la peau de Billy Tully, Stacy Keach trouve son meilleur rôle, livrant une interprétation dense et pleine de mélancolie et de détresse. Face à lui, Jeff Bridges encore tout jeunot se montre également très bon dans cette ode à la lose touchante, parfaitement illustrée par une scène finale poignante et joliment rythmée par le "Help Me Make It Through The Night" de Kris Kristofferson.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 712 critiques

    4,0
    Publiée le 15 novembre 2016
    C'est un film d'auteur elle exprime toute la solitude des gens de l'ouest au centre des villes de l'ouest. Les habitants face à l'alcool et à la misère, les petits boulots et la précarité. Pis il y a la boxe, des matchs truqués dans un ambiance fumeuse et nauséabonde.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    2,0
    Publiée le 18 novembre 2017
    Pas convaincu par ce long métrage de John Huston. On a connu le cinéaste en meilleur forme et surtout plus inspiré dans sa mise en scène et son scénario. Il nous dresse plusieurs portraits croisés de personnages usés par la vie ou en passe de l'être sur fond de combats de boxe. Si Huston traite ses protagonistes avec tendresse, il ne réussit malheureusement pas à impulser l'émotion et l'intensité nécessaire à ce genre d'histoire. On n'éprouve guère d'intérêt pour les destins de ces losers et l'intrigue s'avère plate et mal construite. "Fat City" n'est pas une des oeuvres de John Huston que l'on retient.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 1 023 critiques

    3,0
    Publiée le 26 janvier 2010
    L’œuvre de John Huston a de frappant qu’il se construit, dans sa sourde démesure, en procédant par rupture. De «The Maltese Falcon» à «Fat City» (USA, 1972) réside la pleine maturité d’un cinéaste qui s’affranchit de la codification des studios pour tendre vers des lieux en extérieurs, vers un soucis plus accru de réalisme. «Fat City», aujourd’hui, semble constituer la matrice d’un film d’icône déchu comme «The Wrestler». Chez Huston comme chez Aronofsky, un boxeur/catcheur rêve de reconquérir sa gloire en se délivrant de la misère. «Fat City» préfigure dans le même temps, phénomène plus probable, le délirium social de «Wise Blood» du même Huston. «Fat City» amorce la dernière période de Huston, que viendront entacher quelques films alimentaires comme «Annie». Y éclate un sentiment de désarroi, contenu en creux dans l’élégante maladresse des personnages de ses premiers films (notamment ceux interprétés par Bogart). Ce sentiment de désarroi, pleinement exprimé par le remarquablement nébuleux Stacy Keach, trouve sa pleine figuration dans les plans vides, parfaitement cadrés, qui viennent, non pas comme chez Ozu révéler la vitalité du monde, mais manifester l’hermétique stoïcisme des choses. Car Huston, finalement bien stoïciste, depuis «The Asphalt Jungle», ne relate que le triste sort d’un boxeur à l’aune de la trentaine dont le rêve d’un retour élogieux ne restera qu’à son stade embryonnaire. Son goût du succès sera transmis au jeune poulain (Jeff Bridges dans l’un de ses premiers rôles) qu’il aura remarqué et qu’il aura opportunément conseillé. La dernière séquence, dans laquelle Keach et Bridges observent un très vieil homme en s’imaginant à sa place, dégage un inquiétant parfum d’agonie, que Huston ne retrouvera que dans son adaptation de Joyce, «The Dead». Mais d’ores et déjà, dans «Fat City» résonne le regard harassé et lucide de Huston sur un monde fiévreux, dont la singularité ne s’exprime qu’à travers les personnages, leurs actions et leurs échecs.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top