Mon AlloCiné
Petites coupures
Note moyenne
3,6
21 titres de presse
  • Le Figaro
  • Cahiers du Cinéma
  • Chronic'art.com
  • Le Figaroscope
  • Le Monde
  • Le Parisien
  • Les Echos
  • Les Inrockuptibles
  • L'Express
  • L'Humanité
  • MCinéma.com
  • Première
  • Télérama
  • Ciné Live
  • Fluctuat.net
  • Le Point
  • Obejctif-Cinema.com
  • Studio Magazine
  • TéléCinéObs
  • Aden
  • MCinéma.com

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

21 critiques presse

Le Figaro

par Marie-Noëlle Tranchant

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Cahiers du Cinéma

par Marie-Anne Guérin

Le film de Bonitzer est nourri par ses dialogues ; ce qui, d'une manière générale, sort ou est agi par la bouche articule le film et en élabore le réel.

Chronic'art.com

par Vincent Malausa

La force du film tient donc avant tout dans le trouble irradiant de Kristin Scott Thomas, qui porte jusque dans son accent toute la part de fascination comprise dans le film. A côté d'elle, Auteuil poursuit assez joliment son parcours de séducteur has-been, en beaucoup mieux que Thierry Lhermitte et dans la droite lignée de Mauvaise passe.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Le Figaroscope

par Emmanuèle Frois

Des dialogues très écrits, qui rebondissent, percutants, parfois cruels.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Le Monde

par Jacques Mandelbaum

Mis en coupe réglée par un scénario d'une méticuleuse cruauté, renonçant à tout appel d'air, Petites coupures est la plus noire des chimères enfantées à ce jour par le doux Pascal Bonitzer.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Si c'était une partition, ce serait du clavecin. Les interprètes y font preuve d'une délicatesse parfois coupantes.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Echos

par Annie Coppermann

Non, vous ne devinez pas la suite. Pascal Bonitzer ne cesse de prendre, machiavéliquement, des chemins de traverse. Trop ? Peut-être... Mais on s'y engage toujours avec plaisir, car les surprises y sont nombreuses, les dialogues toujours spirituels et les interprètes séduisants : outre tous ceux déjà cités, Pascal Bonitzer met sur la route de son Bruno en marche dans le brouillard vers la solitude une fée-sorcière de très grand charme, Kristin Scott-Thomas.

La critique complète est disponible sur le site Les Echos

Les Inrockuptibles

par Amélie Dubois

Bruno a l'amour aux trousses, et Bonitzer le perche avec un vrai talent d'équilibriste entre la fuite et la découverte, l'accident et le rétablissement, sur le fil d'un rasoir dont les petites coupures sont aussi tranchantes qu'excitantes.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Express

par Eric Libiot

Voir la critique sur www.lexpress.fr

La critique complète est disponible sur le site L'Express

L'Humanité

par Emile Breton

Ces ruptures de ton (non soulignées à gros traits) font le prix du film. La surprise aussi car, si l'on connaissait bien la finesse d'agencement des scénarios de Bonitzer entre autres pour Rivette, on n'attendait pas du réalisateur qu'il est devenu ce souci de l'arrière-plan, au vu de ses deux premiers longs métrages sur des personnages de velléitaires observés d'un peu loin, plus comme objets de curiosité que comme humains à écouter.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

MCinéma.com

par Olivier-Pierre Salvano

On notera, en plus du remarquable travail d'écriture, les prestations particulières et étonnantes de Ludivine Sagnier, Emmanuelle Devos, et Kristin Scott-Thomas, amoureuses transies devant cet homme détestable à l'apparence inhumaine...mais vulnérable.

Première

par Sophie Grassin

Entre La Divine Comédie de Dante et les zones sombres du fantastique, Pascal Bonitzer signe un vaudeville lacanien - ce qui peut dérouter - où plane l'ombre du After Hours de Martin Scorsese.

La critique complète est disponible sur le site Première

Télérama

par Louis Guichard

Il y a de l'artificier, du truqueur chez Bonitzer. Et un je-ne-sais-quoi d'asphyxiant dans ce festival programmé de cruautés, de dérobades, de frustrations. Mais le film ne se laisse pas réduire pour autant à une brillante et cynique construction. Bruno étant le double probable de Bonitzer, on mesure à la dureté des répliques que le personnage encaisse le masochisme de l'auteur.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Ciné Live

par Xavier Leherpeur

Voir la critique sur www.cinelive.fr

La critique complète est disponible sur le site Ciné Live

Fluctuat.net

par Marc Petit

Les acteurs ne sont pourtant pas non plus à remettre en cause. K. Scott Thomas, mystérieuse et vénéneuse, est excellente et Auteuil égal à lui-même... Cependant, c'est peut-être la somme de ces "grands" (acteurs, décors, multiplicité des pistes), en contradiction avec un traitement minimaliste et une absence d'orientation affirmée, qui amène ce sentiment de déséquilibre.

La critique complète est disponible sur le site Fluctuat.net

Le Point

par Olivier de Bruyn

Voir la critique sur www.lepoint.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Obejctif-Cinema.com

par Gilles Lyon-Caen

Tardivement, la glace de Petites coupures se brise, assaini enfin, en dévoilant le simulacre simulé.

La critique complète est disponible sur le site Obejctif-Cinema.com

Studio Magazine

par Thomas Baurez

Voir la critique sur www.studiomag.com

TéléCinéObs

par Jean-Philippe Guerand

La scène d'ouverture du troisième film de Pascal Bonitzer distille une ironie digne de ses maîtres Lubitsch et Wilder. La suite est malheureusement plus conventionnelle.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Aden

par Philippe Piazzo

Les désarrois de ce grand tout mou tournent en rond et le film avec eux. Par manque de rythme, et de fond, cette histoire toujours recommencée d'un quinquagénaire indécis lasse. C'est fatigant, l'amour flou.

La critique complète est disponible sur le site Aden

MCinéma.com

par Jean-Luc Brunet

Ajoutons à cela des figures secondaires tout juste esquissées comme les personnages joués par des acteurs pourtant formidables, Catherine Mouchet, Pascale Bussières ou Jean Yanne. Au final, ces PETITES COUPURES, superficielles et bavardes ne laisseront pas des traces très profondes. Dommage !

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top