Mon AlloCiné
Adolphe
note moyenne
3,2
86 notes dont 52 critiques
60% (31 critiques)
12% (6 critiques)
2% (1 critique)
12% (6 critiques)
13% (7 critiques)
2% (1 critique)
Votre avis sur Adolphe ?

52 critiques spectateurs

jimmyc

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 132 critiques

5,0
Publiée le 29/07/2014
Benoit Jacquot adapte ici le roman de Benjamin Constant de manière fidèle en soulignant un amour inextricable entre deux personnes ..Il met en scène de manière théâtrale un jeu de regards furtifs et de mouvements minimalistes .. L'interprétation de Isabelle Adjani (Une beauté et grâce à l 'instar des actrices Italiennes )est tout simplement étonnante .. Stanislas Merhar excelle également ..Il interprète" Adolphe" issu d'une bonne famille provinciale et promis à un avenir brillant, se complaisant dans l'oisiveté. Un jour, son regard croise celui de Ellénore, la respectable épouse d'un comte. Adolphe décide de séduire cette femme très vulnérable et nettement plus âgée que lui. Confronté au refus obstiné de sa proie, le jeune homme finit par se convaincre lui-même que il est amoureux. Il reprend alors avec plus d'acharnement son entreprise de séduction, et la belle finit par tomber dans ses filets. Pendant un court moment, les deux amants vivent une passion idyllique. Mais, bien vite, Adolphe retombe les pieds sur terre n'éprouvant aucun sentiment profond pour sa maîtresse, qui achève de l'indisposer en prenant l'initiative de quitter son mari et ses enfants pour vivre à ses côtés. Le réalisateur offre un somptueux décor 1800 le château en Pologne au porche très bas, blanc à l’extérieur comme à l’intérieur, encerclé de neige et d’austères sapins, annonçant la disparition d’Ellénore ,sont véritablement saisissants de beauté ...En contrepoint apparaît le minuscule cabinet doré de l’ambassadeur, dans lequel un domestique attise un poêle comme le diplomate aiguise les démons du jeune homme .. Ici les décors forment la grammaire du récit et la lumière sa colonne vertébrale, apportant une pléthore d'éclat au métrage ..Benoit Delhomme,lui, accorde beaucoup d 'importance à la minutie de chaque plan .. Le metteur en scène utilise l 'espace avec beaucoup d 'aisance/ subtilité et laisse le spectateur admirer les images tels des tableaux ..La musique de Robert Schumann en est l'édifice .. L'oeuvre est accessible à tous ne tombant jamais dans la médiocrité mielleuse ...Et offre à son immense interprète (Isabelle Adjani "trop rare ") un rôle véritablement fort ..
I'm A Rocket Man

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 564 critiques

2,5
Publiée le 16/10/2015
Avis très mitigé sur ce film ! Le début est excellent et l'amour passionnel des deux amants nous émerveille et nous bouleverse et puis au fil des minutes le soufflet retombe et là on s'ennuie tout bonnement ! Les scènes deviennent lassantes et répétitives et Adjani est beaucoup trop monocorde pour nous subjuguer pendant 1h30 ! Dommage dommage !
Jérémy J

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 639 critiques

1,5
Publiée le 03/12/2012
Long, long, long et long, un casting prometteur, Duris plutôt bon et Adjani inconstante; L'histoire est d'un plat ... Passer votre chemin...
elisa2102

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 485 critiques

2,5
Publiée le 15/11/2010
Le début est un peu ennuyeux, le film a un peu du mal à décoller. Mais la deuxième partie est intéressante. Les dialogues sont vraiment bien construits.
xavderouen

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 106 critiques

3,0
Publiée le 22/08/2010
Un rouge et noir émouvant ou la psychologie des personnages correctement mis en valeur par les 2 comédiens. Une histoire d'amour sombre et dur ou l'on découvre qu'aimer c'est s'enchainer jusqu'à la mort et que la liberté a un prix.
zhurricane

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 300 critiques

1,5
Publiée le 15/08/2010
Ce film est composé de très bon acteurs: Isabelle Adjani,Stanislas Merhar,et Jean Yanne.Mais le problème c'est que le film joue sur la carte de l'histoire d'amour entre le personnage Adjani et le personnage Merhar beaucoup plus jeune qu'elle,mais cette romance est très ennuyante,et très convenue.
Softal

Suivre son activité Lire ses 33 critiques

5,0
Publiée le 23/01/2010
Splendide mise en scène de cette histoire tragique qui pourrait se résumer ainsi : jeune femme mûre s'ennuyant en province aimant jeune Parisien mystérieux mais aux sentiments velléitaires... Il se peut que Jacquot ne prenne pas de "risques" dans son adaptation, qui est davantage une illustration de l'ouvrage de Constant, mais que cela est bien fait, que cela est esthétiquement réussi, et passionnément poignant... Et entre nous, Adjani se révèle définitivement mon actrice préférée...
pititchat

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 47 critiques

2,0
Publiée le 26/11/2009
un film beau visuellement, rappelant quelque portrait de Ingres mais hélas lent et parfois ennuyeux. De plus, la présence d'Isabelle Adjani qui voulait absolument faire ce film contribue à provoquer l'ennui par son jeu insipide et son manque totale d'expression, ajouté à une paleur extrême de son teint qui la rend encore moins expressive.....
Aghylar

Suivre son activité Lire ses 9 critiques

5,0
Publiée le 17/11/2008
ADJANI EST MONUMENTALE...
Bloodysiss

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,0
Publiée le 17/03/2008
En 2002, Benoît Jacquot tourna Adolphe. Parce qu'Adjani le demandait. Le scénario ne s’éloigne pas du livre. Il le suit, il invoque généreusement les phrases marquantes du roman. Sollicite les moments qui vont effleurer le spectateur adulte. Le film est agréablement reçu. On le trouve inquiétant, à fleur de peau, poignant. Mais n’est-ce pas, après l’Adjani, Constant que l’on célèbre à nouveau ? Qui, de nos jours, pondrait un scénario aussi touchant ? Pour moi, Benoît Jacquot n’adapte pas. Benoît Jacquot fait son peintre et ne prend aucun risque. Assisté d’une équipe exercée, il illustre. Et parfois, de bien belle manière. La plus jolie, pour moi, ce sont les pathétiques premières secondes du film. L’Adjani, drapée comme une morte derrière le Merhar appelle Adolphe. Désespérément. Le Mehrar ne l’entends pas, la voit seulement. Alors, le Merhar se retourne. La caméra s’éloigne. Le Mehrar est devant un miroir. Retour de point – enfin, floutage de l’arrière plan et donc du miroir et de l’Adjani. Changement de plan, on suit le regard du Mehrar : il n’y a rien derrière lui. Noir. Générique du début. La seule véritable fantaisie de Jacquot consiste donc commencer son film par une scène "hors livre". Cet instant, original et dépouillé, illustre désormais l'existence d'Adolphe après la mort d'Elénore, qui, tel un spectre, n'en fini pas de le poursuivre.
christphecros75

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 178 critiques

4,0
Publiée le 21/12/2007
Enfin la preuve qu'il est possible : de réussir un grand film romantique ; qu'on sait adapter de grands livres sans faire preuve d'académisme ; qu'un film peut etre dès sa sortie un classique. Benoit Jacquot réussit un fim frémissant, intemporel, magnifiquement écrit et filmé. Adjani y trouve un de ses rôles les plus denses : son jeu sobe et habité irradie l'écran - elle est absolument sublime. Les dialogues, très écrits, paraissent pourtant naturels, et le formalisme sert le film à merveille, dans son projet presque extrême d'exclure de l'écran tout ce qui ne sert pas les sentiments. De la très belle ouvrage.
jeromesalbat

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 18/07/2007
Adolphe est un film de commande: Isabelle Adjani croise Benoît Jacquot dans les coulisses d'un théâtre, et lui fait part de son désir d'incarner Elléonore. Une très belle femme qui se déssèche dans la cellule grillagée du mariage. Le film de Benoît Jacquot est fidèle au roman de Benjamin Constant, peut-être un peu trop. Mais il a le mérite de remettre Adjani dans le sillon des héroïnes qui ont bâti sa légende. L'actrice n'a plus l'âge du personnage, mais on lui pardonne tout devant la profondeur de son jeu. Et on finit par croire qu'Elléonore peut se consumer pour un amour non partagé...
rachela

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 39 critiques

4,0
Publiée le 04/10/2005
Un film austère ? Certes, mais peut-on en vouloir à Benoît Jacquot ? Non, car il a eu le mérite d'adapter de façon très fidèle (ce n'est pas si fréquent au cinéma) le roman de Benjamin Constant. Isabelle Adjani est parfaite dans le rôle d'Ellenore et représente à la perfection ce que peut être une femme mourrant d'amour. On retrouve aussi, avec plaisir, Jean Yanne dans un de ses derniers rôles,le rôle du comte qu'Ellenore semble presque ignorer que se soit avant où à la fin de son histoire avec Adolphe, ce qui explique qu'il passe presque inaperçu dans le film. Stanislas Merhar,parfait,nous apparaît très a l'aise dans ce personnage passant du jeune homme amoureux et en admiration devant Ellenore,à un homme plus mûr et sûr de lui (grâce à cette relation avec une femme de 10 ans son aînée). Cette souffrance ne fera qu'accroître cette maturité. Adolphe est prêt, à la fin de l'histoire ,à affronter la vie. Un très beau film.
Violette2002

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 11/07/2005
Qu’est ce que l’amour ?Je ne peux répondre à cette question, car j’en ai pas la réponse. Mais ce film définit clairement l’amour, une réponse royale. Une femme qui ne demande rien, tombe malgré elle amoureuse d’un jeune homme immature et enfantin, Adolphe. Ce jeune homme androgyne, qui est à la quête de ce qui est inaccessible, découvre la ravissante Eléonore, qui va tout faire pour la séduire.( comme dans les liaisons dangereuses). Il désire ardemment la posséder, pour cela il met tout à sa disposition, et finalement il l’obtient, elle succombe à la tentation. Son désir assouvie, il n’éprouve plus de sentiments, d’attirance envers son égard, juste de la pitié, car elle l’aime passionnément et quitte tout pour lui, même ses enfants( comme dans Anna Karénine). N’est ce pas magnifique ? je trouve qu’Adolphe n’est pas méprisable mais grandiose, car il n’aime plus cette femme mais malgré cela il reste à ses cotés jusqu’à sa mort !Oui elle meurt à cause de lui mais, sa présence éternelle comble son égoïsme. Il la fait souffrir car lui même souffre, il souffre de son devoir…d’être responsable d’elle, de rester à ses cotés ! C’est ça l’amour, aimer en souffrant. S’oublier pour l’autre…Ce film reflète deux aspects primordiales de l’amour, deux notions assez complexes, aimer et désirer, aimer c’est mourir pour l’autre, c’est souffrir, c’est s’oublier, devenir fou, être limite une personne que l’on ne voulait pas être, bref c’est faire des sacrifices. Désir, désirer, c’est un terme qui a une connotation sexuelle, c’est juste physique, c’est un manque qui doit être assouvie absolument. C’est éphémère, non éternel, c’est pourquoi c’est méprisable ! Pourquoi avoir peur d’aimer ? a t’on peur d’être malheureux, de souffrir ? n’est pas la souffrance qui nous guide vers la passion, qui nous aide à apprécier l’amour? Enfin ce film est exquis, c’est pourquoi je ne comprends pas les gens ne peuvent pas apprécier ce chef d’œuvre ! Ce film à l’eau de rose est fait pour les ames sen
LordAsriel

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 3 critiques

0,5
Publiée le 19/01/2004
Un film honteux.
On nous le présente comme littéraire, il n'est que pompeux. Les commentaires appliqués en voix off de l'insignifiant (et très laid) Stanislas Merhar sont plats, sans relief, sans vie ; et pire, ils relèvent d'une idéologie puante, d'un piètre point de vue sur la nature humaine. Benjamin Constant était-il un abruti puéril ?
On nous le présente comme romantique, il n'est que morbide et malsain. Tous les personnages, guindés ou hystériques, sont antipathiques ; le ridicule pointe même plus d'une fois le bout de son nez, par exemple lorsqu' Eléonore se roule sur son lit en pensant à son Adolphe...
Les interprètes ne sont pas nécessairement à mettre en cause, mais ils ne relèvent pas le niveau décidément médiocre du tout : certes, Adjani reste magnétique, belle et habitée (du moins pendant la première partie du film). Mais finalement elle en fait trop, et en devient exaspérante.
La soit-disant passion destructrice qui hante son personnage relève plutôt de la pathologie, et ne suscite guère d'empathie de la part d'un spectateur comme moi. Quant au "héros", outre qu'il est joué par un acteur au charisme d'une serpillière, il ne présente aucune qualité, mais non plus aucun trait de caractère qui pourrait au moins susciter de la fascination : non, c'est juste un pauvre type, enfantin et immonde.
Même l'esthétique du film est laborieuse : entre des plans baveux sur un baiser censément fiévreux des héros, entre la léthargie ambiante qui ressort de la mise en scène et des dialogues, et ne suggère que négativité paresseuse (n'est pas Racine qui veut...), Adolphe ne vaut finalement à peu près que pour sa photographie, aux partis-pris tout à fait respectables (bien que là encore sans génie).
Une oeuvre à oublier, pour moi.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top