Network, main basse sur la télévision
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • VOD, DVD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,8 pour 445 notes dont 73 critiques  | 
  • 22 critiques     30%
  • 26 critiques     36%
  • 12 critiques     16%
  • 8 critiques     11%
  • 4 critiques     5%
  • 1 critique     1%

73 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Antony

13 abonnés | Lire ses 401 critiques |

   1 - Très mauvais

Network est un bon film, même un petit bijou ; alors pourquoi cette note ? Et bien malheureusement le film a beaucoup vieilli, et il en est difficile de tenir la longueur. Toutefois les dialogues sont justes exceptionnelles et la réalisation un chef d'oeuvre. On ne décroche pas, justement, grâce à ces éléments, mais l'ennui est malgré tout présent à cause de cette atmosphère surannée. Bref, parfois un bon film tombe dans l'oubli sans que l'on puisse réellement expliquer pourquoi. Network est de cela. C'est injuste vis à vis de toute ses qualités, mais ce film ne pouvait survivre au temps, à son temps.

Pluramon

1 abonné | Lire ses 64 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Network de Sidney Lumet, est un film intelligent, bien fait, bien interprété, avec d'excellents dialogues. Cette descente aux enfers sous forme de course à l'audimat est d'une grande férocité et son propos est toujours 30 ans après d'une actualité pressante. Cela n'empêche pas de rigoler à certains moments ni d'avoir plaisir à voir un film d'une aussi bonne qualité.


Flav43

117 abonnés | Lire ses 1073 critiques |

   2.5 - Moyen

Sidney Lumet est critique envers ce qu’il traite. Critique certainement, cynique jamais (exception faite du singulier «Before the Devil knows you’re dead»). Venu de la télévision –il a réalisé vingt-six téléfilms avant d’adapter pour le cinéma «12 angry men»-, Lumet pose, avec «Network» (USA, 1976) un regard accusateur sur les dérives possibles de l’immédiateté télévisuelle. Un présentateur de J.T., limogé sans préavis, décide d’annoncer son suicide en direct. A partir de cet incident, Lumet débouche sur une démonstration, toujours chez l’auteur aux frontières de la leçon, de la télévision comme champs des possibles et réseaux du morbide. L’angoisse aliénante qui menace le présentateur, et sur lequel joue avec machiavélisme le personnage de la cadre arriviste (Faye Dunaway) génère la base réflexive du film. Œuvre de cinéma interrogeant les possibilités de la télévision, «Network» se dédouane de toute expressivité formelle pour davantage travailler l’articulation du récit et la montée en acte d’une morbidité en puissance. Télévision, média de mort pourrait être le slogan scandé par Lumet. Bertrand Tavernier dans «Death Watch» interrogeait, avec davantage de profondeur, le même thème. Télé-fils crachant sur le dos de son père, Lumet, connaisseur du milieu, forge un film critique qui tourne en absurde les fonctionnements du système télévisuel. Le cinéma de Lumet s’accorde à observer, en une pensée critique, tous systèmes composants les Etats-Unis. La télévision est un système fondé sur la manipulation des images et sur l’insulte des consciences. Homme-souffrance, le présentateur tombe progressivement dans la folie tandis que la direction de la chaîne TV fait de lui un martyre en puissance, glaneur de téléspectateurs et messie de l’audimat. «Network» est sombre dans le regard qu’il objecte contre la télévision. Mais il n’est pas cynique dans la mesure où sa critique n’appelle pas à la mort de la télévision, elle n’en souligne que l’affreuse perversité.

Freaks101

99 abonnés | Lire ses 629 critiques |

   4 - Très bien

Une plongée terrifiante dans les coulisses de la télévision américaine, le film a beau daté de 1977, il n’a pas pris une ride, bien au contraire, avec l’avènement de la télé réalité, on peu même y voir une œuvre prophétique. Le monde de la TV y est représenté comme inféodé aux indices d’écoute et aux recettes publicitaires, faisant la part belle à la démagogie et au sensationnalisme au dépend de toute morale et de toute éthique, gommant même la part d’humanité des protagonistes. Seul bouée de sauvetage dans cet océan d’immondice, le personnage de William Holden, incarnant une Amérique humaine et juste mais hélas hors jeux. Le personnage de Faye Dunaway est à rapprocher de celui de Eva Mendes dans « live ! ». Un film essentiel pour comprendre la télévision et la société contemporaine.

rayonvert

6 abonnés | Lire ses 253 critiques |

   4 - Très bien

Sortie en 1976, un film qui est plus que jamais d'actualité. La loi de l'audience au détriment du contenu, la dématérialisation des relations humaines, le film montre tout cela de façon exemplaire. Dommage que le personnage interprétée par Faye Dunway soit si caricatural et que la fin soit aussi excessive, discréditant ainsi la charge déroulée tout au long du film.

Jeanlouislebowski

4 abonnés | Lire ses 124 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

De la programatrice avide d'audience au prophète manipulé, du quinquagénaire adultère au revolutionnaire médiatisé, du ministre avare au directeur dépassé....y a pas à dire: tout le monde s'en prend plein la gueule! Sydney Lumet n'as pas chomé on rit jaune à pleine dents blanches. C'est grinçant et fascinant à la fois. Les discours prophétiques restent tous des moments de cinema unique ou le conditionnement televisuelle et l'amoindrissement de la capacité humaine vous éclate en plein visage. Un demantellement formidable du fonctionnement de ses grosses chaines avec toutes leurs folies et un résumé des plus juste et des plus amère sur l'etre humain et son avenir...c'est un grand film!

douggystyle

261 abonnés | Lire ses 3410 critiques |

   4 - Très bien

Ce sommet de l’art de la contestation artistique est sans conteste la plus belle dénonciation de la télévision. Celle-ci est présentée comme une incessante recherche lucrative d'audience pour laquelle les producteurs du petit écran nous soumettent quotidiennement en nous gavant de programmes dont le but avoué est de nous abrutir afin de nous empêcher de réfléchir sur notre situation de dépendance. Sidney Lumet va encore plus loin que dans « Un après-midi de chien » où les médias étaient déjà présentés comme une source de détournement de la réalité, puisqu’il plonge cette fois au sein même des coulisses de la programmation de la chaine CBS où des opportunistes sans scrupules utilisent la contre-culture et le scandale comme de banales marchandises sources de rentabilité. Les personnages sont effrayants de véracité (leurs interprètes obtiendront en tout Trois oscars) et les dialogues atteignent un niveau de subversion hallucinante (le scénariste aussi a eu droit à son oscar).

oranous

86 abonnés | Lire ses 1095 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Voilà un film, qui dénonce de manière active la télévision, et ses programmes pourris cherchant a abrutir la masse sous prétexte de vouloir la divertir. Une critique donc de la télévision, des têtes pensantes incarnées par la production, mais aussi les têtes soumises et heureuses dépeintes a travers le peuple. Ce qui compte le plus dans la vie et au monde, c’est l’audience. Il faut faire la meilleure audience, et pour atteindre cela tous les moyens sont bons, pourquoi ne pas annoncer un suicide en direct ?! Ce qui fait l’essence même que ce film n’ai pas vieilli, c’est que malgré ses, presque, 32 ans, le film est toujours d’actualité. Une idée qui d’ailleurs a été reprise l’année dernière avec «Live!» de Bill Guttentag avec Eva Mendes. Un thème qui m’a toujours passionné.

TaD

36 abonnés | Lire ses 21 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Prodigieux !!! Ce film n’a pas pris une ride, la société qu’il dépeint n’est pas très différente de celle que nous connaissons avec la soumission des médias à la logique de la rentabilité au détriment de la qualité, mais aussi au public qui loin d’être docile exige de la merde. L’abrutissement des spectateurs devant la médiocrité des programmes est ici galvanisé par une double révolution, d’une part le concept d’une série basé sur des vidéos tournés par un groupe terroriste en action, carrément commandités par la chaîne pour satisfaire l’appétit pour le sensationnel et le fait divers morbide des spectateurs, et d’autre part un journal télévisé détourné de sa mission d’information pour mettre un scène les élucubrations d’un prophète à moitié cinglé, qui tout en dénonçant le système, finit par oublier que son émission y participe en vendant à ses spectateurs la « cosmologie corporatiste » d’un dirigeant mégalomane. On est d’abord sceptique sur l’embryon l’histoire d’amour et qui vient se greffer là-dessus avant de comprendre qu’il s’agit d’une sorte de personnification de la télévision, un feuilleton prévisible sans âme. Le film est servi par des acteurs brillants, et des répliques qui tapent dans le mille à chaque fois jusqu’au final effrayant où toutes les intrigues se rejoignent dans une attaque en règle d’un système perverti.

BlindTheseus

71 abonnés | Lire ses 2568 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Comme disait ce journaliste-chroniqueur du début du siècle, s’il ne faut « accepter que les louanges » dans la vie en général si l’on veut accepter toute grâce; on se retrouve toujours dans les ( bons ) classiques, et il est certain que la teneur très actuel de l’histoire de ce pauvre animateur télé jonglant avec ces médias autour capables de faire & défaire la vie de tant de gens à leur gré et à l’insu de tous n’a pas pris une ride .

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Network, main basse sur la télévision Bande-annonce VO
2 277 vues
Top films au box office
  1. Jurassic World

    De Colin Trevorrow
    Avec Chris Pratt,
    Bryce Dallas Howard
    Film - Aventure

    Bande-annonce
  2. Vice Versa
  3. Un moment d'égarement
  4. Spy
  5. Poltergeist
  6. Unfriended
  7. Gunman
  8. San Andreas
  9. Mad Max: Fury Road
  10. Comme un avion
Bandes-annonces les plus récentes
Derrière le mur la Californie Teaser VO
Une famille à louer Bande-annonce VF
Rocco et ses frères Bande-annonce VO
Antigang Bande-annonce VF
Esto es lo que hay, chronique d'une poésie cubaine Bande-annonce VO
The Visit - une rencontre extraterrestre Bande-annonce VO
Le nouveau stagiaire Bande-annonce VF
Les Minions - SPOT TV
La Rage au ventre Bande-annonce VO
Toutes les dernières bandes-annonces
Films prochainement au cinéma
  1. Les Minions

    De Pierre Coffin, Kyle Balda
    J-1

    Bande-annonce
  2. Que viva Eisenstein ! J-1
  3. Pixels J-15
  4. Magic Mike XXL J-1
  5. La Rage au ventre J-15
  6. Daddy Cool J-1
  7. Renaissances J-22
  8. Love J-8
  9. La femme au tableau J-8
  10. Batman v Superman : L’Aube de la Justice J-260
Les films à venir les plus consultés