Notez des films
Mon AlloCiné
    Dolls
    note moyenne
    3,5
    988 notes dont 82 critiques
    répartition des 82 critiques par note
    39 critiques
    14 critiques
    9 critiques
    12 critiques
    8 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Dolls ?

    82 critiques spectateurs

    CoronaExtra
    CoronaExtra

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 185 critiques

    5,0
    Publiée le 9 août 2009
    "Dolls" est un film intriguant. On a beaucoup loué ce film pour son esthétique raffiné et ce à juste titre : Chaque plan de ce film ferait une magnifique photographie. Mais Kitano utilise cette esthétique, souvent symbolique, sans perdre de vue l'histoire qu'il nous conte. Et la charge émotionnelle que porte ces symboles sert l'intrigue. Sur le fond, on peut retirer deux thèmes principaux. Tout d'abord l'idée que la hiérarchie dans une relation amoureuse n'est pas si simple que l'on s'imagine. Le partenaire fort (Le petit ami, la pop star et le yakusa) se révèle très dépendant du partenaire faible. La seconde idée (très japonaise) est l'acceptation fataliste de son destin. Il n'y a pas de seconde chance ici, les protagonistes subissent les conséquences de leurs actions sans jamais pouvoir y échapper. Très beau mais déprimant !
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 3 118 critiques

    5,0
    Publiée le 18 mars 2015
    Sublime film qui transcende chaque pensée et chaque action. Le rythme doux et pensé est majestueux. Les histoires sont superbes et la musique incroyable.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 15 février 2011
    Dolls est traversé par deux mouvements intérieurs, l’un terrestre et intelligible sous la forme d’une critique de la société du superficiel, l’autre plus spirituel symbolisé par les fameuses poupées. Dolls est donc à la fois un grand film poétique et une critique radicale. Le film est construit selon un schéma bien particulier. Trois histoires s’entremêlent, évoluent ou s’éteignent au gré des quatre saisons, mettant en jeu des personnages totalement différents. En creux, c’est donc à un portrait du Japon que se livre Kitano. Dans Dolls, il est question de regrets et d’errance sous le poids de la culpabilité. Sous l’influence des apparences sociales, du pouvoir de l’argent ou de la vanité, ils ont fait un choix, ils ont trahi quelqu’un mais n’ont jamais pu assumer cette trahison. Confrontés aux conséquences de leurs actes, aux victimes collatérales, ils plongent alors dans une immense solitude. Takeshi Kitano est un cinéaste intelligent. Il dresse un portrait acerbe des conséquences d’un Japon où l’argent et le superficiel sont rois mais le fait sans jamais vraiment les montrer, à l’exception du show télévisé de la chanteuse. Pour se faire comprendre, il utilise la première facette des poupées, leur être débarrassé de leur aspect mystique. Qu’est-ce concrètement qu’une poupée dans ce théâtre qui nous est présenté en introduction ? C’est une grande pièce sculptée dans le bois, magnifiquement belle d’apparence, extrêmement précise. Mais c’est aussi mort intérieurement et totalement inanimé s’il n’y a pas un humain pour l’activer et la mouvoir. Selon moi, la métaphore principale du film se trouve ici. Le film et ses personnages sont à l’exact identique de ces poupées. L’image et les couleurs sont flamboyantes et superbement belles mais c’est pourtant une sensation glaciale qui s’en dégage. Comme lorsqu’une tombe est fleurie de bouquets multicolores, la vie s’est retirée. Le lyrisme est ainsi totalement absent de Dolls. Les mots ne peuvent plus exprimer autre chose qu’une apparence. Dans ce film, la quasi-totalité des dialogues (à une exception notable près) concerne des éléments extérieurs, négligeables, uniquement tournés vers le cliché et le superficiel (plaidoyer des parents pour le mariage d’affaire, demande d’argent, salutations à la famille d’un handicapé par obligation, …). Kitano exprime également cela de manière très sensitive. La scène de déambulation sous les cerisiers en fleur est à ce sens magnifique. Les seuls dialogues présents (d’un enfant moqueur ou des passants) rompent l’harmonie potentielle qu’avait installé la beauté pure de l’image. Ne pas assumer ce que l’on est, ce que l’on aime pour se laisser guider par le superflu ne peut mener qu’au pire. C’est là toute la parabole concrète de Dolls. Si le film s’arrêtait à ce constat, il ne serait certes pas mauvais mais clairement insuffisant. Ici, c’est le choix symbolique de ces poupées et de ce titre Dolls qui permet au cinéaste d’aller plus loin dans sa démarche. En effet, les poupées ne sont pas que des pièces de bois sculptées. Elles ont aussi toute une symbolique et une signification spirituelle. Si je n’ai probablement pas les références suffisantes pour analyser les rituels religieux dans lesquels ces poupées sont impliquées, je peux remarquer une chose. Si en première lecture du film, on peut assimiler la déchéance des hommes à leur réduction à l’état de poupées, on peut aussi faire le chemin inverse. Le théâtre bunraku et en particulier le texte déclamé en introduction, extrait de l’œuvre d’une très grand poète japonais, sont des symboles d’une culture ancestrale et spécifique au Japon. Le recours à cette symbolique là, sans prôner une fermeture au monde extérieur appelle peut être un retour aux origines, aux sources de l’identité japonaise. Kitano s’étant aussi illustré dans le genre du film de yakusas, il me parait tout à fait plausible qu’il soit sensible à cela, à une sorte de code d’honneur ancestral galvaudé par la civilisation du matériel et du superflu. Ici, ce n’est pas réactionnaire, ça me parait plus proche du dépassement permettant de retrouver l’origine. Le film est construit sur les 4 saisons et donc sur un schéma circulaire où à la fin de l’errance, on peut retrouver l’origine. On retrouve cela dans la déambulation des « Mendiants enchainés ». Sawako ayant tentée de se suicider après avoir appris le mariage arrangé de celui qui lui avait promis le mariage, elle devient amnésique et partiellement folle. Pris d’un immense remords, il n’aura de cesse de la faire voyager à la recherche d’éléments qui pourraient lui redonner la mémoire. Leur errance les conduit à une salle perdue dans la neige, là où tout a commencé, là où ils avaient solennellement annoncé à leurs amis leur mariage prochain. Le retour aux origines après l’errance est définitivement le seul moyen d’obtenir une réconciliation avec la vie. Son « Pardonne-moi » et l’embrassade suivante sont les seules marques explicites de vie présentes dans le film.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 3 251 critiques

    3,5
    Publiée le 6 février 2011
    Réalisé en 2002 par Takeshi Kitano, " Dolls " raconte trois histoires d'amour inspirées des émotions procurées par les poupées du théâtre Bunzaku.... La première histoire raconte comment un couple heureux, mais dont les pressions exercés par les parents, vont les forcées à faire un choix tragique. La deuxième histoire est celle d'un vieux yakuza qui se souvient de sa jeunesse, quand celle qu'il aimait lui apportait son repas chaque samedi dans un parc. La troisième histoire s'intéresse à une ancienne chanteuse, dont le visage est à moitié recouvert de bandage, qui verra un de ses plus grand fans lui faire un bien émouvant sacrifice. Ces trois histoires sont vraiment très intéressantes à suivre, grâce à une mise en scène d'une réelle élégance et aussi grâce à une superbe photographie, ce qui nous donne quelques séquences de très grandes qualités. Ne pas oublier non plus, la présence que Joe Hisaishi au niveau de la musique et que l'ensemble du casting s'en sort avec tout les honneurs - mention spécial à Kyoko Fukada dans le rôle de la pop-star, ou encore de Chieko Matsubara qui interprète avec une grande finesse Ryoko, la femme dans le parc. Un très joli mélodrame en ce qui me concerne et qui démontre les talents de metteur en scène que possède Kitano.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 2 décembre 2013
    Kitano délivre un film poétique s'inspirant du théâtre de marionnettes traditionnel japonais le "bunraku". "Dolls" se compose de trois histoires d'amours distinctes. La nature et plus particulièrement les saisons occupent aussi une place centrale dans cette oeuvre. Auteur reconnu pour ses polars violents et mélancoliques, le réalisateur japonais réussit parfaitement cette incursion, à priori risqué, dans la poésie.
    peter W.
    peter W.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 1 137 critiques

    2,5
    Publiée le 11 novembre 2016
    Kitano soigne sa photographie et sa poésie, on se laisse porter pour le film non sans être dérangé par des enchaînements superfétatoires.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    2,5
    Publiée le 17 juillet 2011
    Un Kitano très moyen, peut-être le moins bon de la carrière de ce génie.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 595 critiques

    2,5
    Publiée le 25 septembre 2018
    Beau film, mélancolique et pudique, «Dolls» n'en demeure pas moins une semi-réussite pour son réalisateur Takeshi Kitano. La faute à un formalisme froid, à un scénario qui se traîne malgré de bonnes idées, et à des acteurs qui peinent à nous émouvoir. Conçu autour de trois histoires, le film évolue en passant régulièrement de l'une à l'autre par l'intermédiaire de ses personnages et d'une thématique commune : l'amour sacrifié ou perdu. La première commence avec un couple de « mendiants enchaînés », puis la deuxième continue avec un vieux yakuza retrouvant le temps d'un instant son amour de jeunesse, et la troisième évoque la convalescence d'une ex-star de la chanson qu'un de ses plus grands fans vient visiter. Personnellement c'est cette dernière qui m'a le plus touché, davantage déroutante et originale que les deux autres, déjà plus convenues. Malheureusement les trois histoires souffrent d'un manque d'approfondissement, et la relative superficialité de leur approche peine à être compensée par une esthétique certes jolie mais trop conventionnelle. Les jeunes acteurs sont pour la plupart assez inexpressifs et la façon dont sont traitées leurs relations tient un peu trop souvent du cliché sur les couples « torturés » et hantés par la mort qu'on retrouve dans les romans à l'eau de rose pour adolescents. Déception donc pour le premier film de Kitano que je découvre, même s'il s'agit d'un long métrage d'une qualité certaine. [1/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1195 abonnés Lire ses 3 094 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Probablement le film le plus féminin de Kitano. J'avoue que cette définition de "Dolls" n'est pas de moi, mais elle est tellement vrai. Un film d'une incroyable délicatesse sur la passion amoureuse... Peu de mots comme d'habitude avec Kitano, d'où des émotions qui passent par des regards ou des situations, ce qui en fait un film d'autant plus pénétrant. On croirait revivre "A scene at the sea", mais pour le coup "Dolls" est plus merveilleux, plus poétique. Il s'agit d'ailleurs probablement du film de Kitano le plus travaillé sur le plan de l'image et du son. Joe Hisaishi vient apporter sa contribution pour donner la dernière touche à cette oeuvre qui frôle la perfection. Difficile de dire s'il s'agit du meilleur Kitano, mais il est du moins le plus abouti. Une perle.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 514 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,0
    Publiée le 4 janvier 2011
    Loin d'être au meilleur de sa forme avec ce film, Kitano arrive tout de même à nous transmettre des émotions avec une manière dont seul lui est le maître. Les histoires sont inégales mais très belles, empreintes de mélancolie, de regrets et d'amour.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 440 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    1,0
    Publiée le 5 octobre 2009
    Dolls (2003) est un triptyque regroupant trois histoires d’amour. Pour ce film, Takeshi Kitano s’inspire du théâtre traditionnel Japonais, à savoir le Bunraku. Découpé en trois histoires bien distinctes les unes des autres, le cinéaste les alterne à sa guise et ce, sans réel rapport. Ainsi, on a tendance à s’en mêler les pinceaux en essayant de suivre le fil conducteur de l’histoire, tout en passant à la seconde, juste avant de passer à la troisième (!!) et ainsi de suite. Si les intrigues n’ont rien en rapport, toutes ne nous retiennent pas en haleine. Certaines s’avèrent inintéressantes alors que pour d’autres, la mise en scène frôle l’encéphalogramme plat, où aucun dialogue et longs plans fixes se succèdent. Bref, une œuvre poétique qui requiert courage, patience et concentration !
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 318 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,0
    Publiée le 12 mars 2009
    Je découvre enfin le cinéma de Takeshi Kitano... Mieux vaut tard que jamais ! Dolls est un beau film fragile et mélancolique, le théâtre de la passion et de l'aliénation. Les personnages de cette oeuvre visuellement somptueuse sont un peu comme les poupées du cinéaste japonais : mutiques pour la plupart ( pour ne pas dire autistes ), ils sont dirigés dans la douceur et la délicatesse de l'imaginaire. De ce calme extraordinaire, de cette impression d'enfance, Kitano va faire naître le malaise : car Dolls est un film malade, une sorte de retour aux origines, une promenade loin du monde civilisé, ce monde dans lequel les mariages, le Star System et la Mafia n'ont de cesse de vouloir imputer à l'Homme sa condition. Les personnages de Dolls respirent une tristesse de tous les instants, allant parfois jusqu'à l'apitoiement : ils se complaisent silencieusement et conservent leur pudeur. Miracle : Takeshi Kitano les regarde avec dignité, sans jamais tomber dans l'observation clinique et désincarné. Il les respecte, eux qui s'enferment dans leur mal-être. Sur le plan stylistique, Dolls est un petit bijou : les couleurs chatoyantes et le montage complexe sont à ravir. Un film merveilleux, d'un pessimisme brillant. Une référence.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 210 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    3,0
    Publiée le 31 mai 2012
    Une oeuvre poétique très froide de Kitano, il procure pour certains spectateurs une difficulté réelle pour qu'ils puissent prendre tout le plaisir. Trois histoires d'amour inspirées d'un spectacle de poupées du théâtre Bunraku. Soit vous connaissez un peu ou énormément cette univers, soit vous découvrez pour la première fois. Le tout donne une impression platonique, peu de texte, vous pouvez vous dire quelques minutes après le début du film que vous faites du surplace et il vous endors, et pour ne pas pour vous sauver, il faut dire ce qui est, plus cela va vers la fin et plus la réalisation, le visuel s'alourdit, ce qui vous assommera définitivement à moins que vous ayez décrocher avant. Pourtant Dolls contient de fortes subtilités. La partie qui concerne une Idol J-pop est celle que j'apprécie le plus.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2010
    «Dolls» (Japon, 2002) de Takeshi Kitano débute par l'extrait d'une pièce de bunraku, théâtre de marionnettes japonais. D'emblée, Kitano annonce la couleur : son film est l'histoire de poupées manipulées. Manipulées par quoi ? C'est tout au long du film que Kitano nous prouve avec une beauté esthétique ultra-rare, que le vecteur le plus essentiel chez les hommes est l'amour. Trois histoires d'idylles, de passions et de pardons se croisent avec la même pudeur qu'«Hana-bi» (Japon, 1997). «Dolls», c'est un peu le film chorale de Kitano. C'est également le plus beau film du cinéaste japonais et sûrement l'un des plus beau du cinéma ( avec «2001...» de Kubrick et «Der Heilige Berg» de Franck). Jouant sur les couleurs des saisons, le rouge de l'automne, le rose du printemps, le blanc de l'hiver deviennent tant de moyens d'expressions visuelles qui par le truchement de la caméra de Kitano sont des peintures en mouvement où l'on ne peut que s'extasier. Le film, en plus de sa charge émotive pure croît en force grâce aux images toute plus belles les une que les autres. «Dolls» n'est donc pas un film politique au sens engagé du terme mais réellement un film d'auteur où le Japon apparaît magnifique et où l'imaginaire de l'auteur connu pour ses giclées de sang devient l'imaginaire d'un enfant qui joue avec les couleurs et les images. Bref, Kitano fait là un film sur la force ( destructrice ) de l'amour. Un incontournable de la filmographie de Kitano.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 2 975 critiques

    4,5
    Publiée le 5 mars 2013
    "Dolls" regroupe trois histoires tragico-romantiques dans lesquelles l'amour tient la place principale. Kitano sait jouer avec les magnifiques musiques de Joe Hisaishi et la beauté des paysages pour insuffler une de la poésie à son oeuvre. On se laisse agréablement porter par la douceur du rythme et le style contemplatif du réalisateur japonais. A ne pas rater !!!!!!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top